dimanche 22 décembre 2013

Ca se dispute

Ca se Dispute
iTele, 22/12/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Poutine, grand seigneur
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


l'Allemagne nouvelle est arrivée ?
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


Lellouche et les Roms
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


Edouard Martin : pourquoi tant de haine ?
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


Mitterrand et De Gaulle au FN ?
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

8 commentaires:

  1. "L'adversaire du politiquement (presque) correct venu d'outre-Atlantique".......(Eric Z)
    Ouaiche, mais en géopolitique, il convient de dépasser ce genre d'analyse épidermique.
    L'objet des inquiétudes et des nuits blanches de l'Oncle Sam reste et restera pour un bon moment, la Chine et, dans une moindre mesure--comme facteur amplificateur imprévisible-- l'Inde.
    D'où l’ambiguïté des réelles visions de Washington dans la gestion commune de l'espace Russo-Sibérien et du pouvoir Poutinien. Visions auxquelles, bon gré-mal gré, l'espace Euro-Méditerranéen est lié, jouxté.

    RépondreSupprimer
  2. En Europe, nous sommes en train de vivre une régression sociale historique.

    Toutes les belles promesses des partisans de la construction européenne ont été détruites par le monde réel.

    Chiffres Eurostat d’octobre 2013 :

    Grèce : 27,3 % de chômage
    Chez les jeunes de 15 à 24 ans : 54,8 % de chômage

    Espagne : 26,7 % de chômage
    Chez les jeunes de 15 à 24 ans : 57,4 % de chômage

    Croatie : 17,6 %
    Chez les jeunes : 52,4 %

    Chypre : 17 %
    Chez les jeunes : 43,3 %

    Portugal : 15,7 %
    Chez les jeunes : 36,5 %

    Slovaquie : 13,9 %
    Chez les jeunes : 31,5 %

    Bulgarie : 13,2 %
    Chez les jeunes : 28,8 %

    Irlande : 12,6 %
    Chez les jeunes : 26 %

    Italie : 12,5 %
    Chez les jeunes : 41,2 %

    Voici quelques exemples de cette régression sociale historique :

    France : avec un million de bénéficiaires, les Restos du cœur battent un triste record d’affluence.

    C’est un bien triste record. Et tout un symbole. Un mois à peine après l’ouverture de la 29e campagne hivernale, et pour la première fois dans l’histoire de l’association, le cap du million d’inscrits a été franchi.

    http://www.rfi.fr/france/20131220-france-un-million-restos-coeur-battent-triste-record-affluence

    Grèce :

    Près d’un tiers des Grecs sans couverture sociale.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/12/09/pres-d-un-tiers-des-grecs-sans-couverture-sociale_3528051_3214.html

    Economie de guerre au Portugal.

    Le Portugal est un pays exsangue. Le chômage officiel, qui approchait les 20%, a diminué ces deux derniers trimestres «à la faveur» d’une baisse de la population active. Celle-ci est le fruit d’une émigration de masse dont les flux atteignent, voire dépassent, ceux des années 60 qui avaient vu un grand exode des Portugais, fuyant la misère, la dictature et la guerre coloniale. La moitié des chômeurs ne bénéficie pas d’allocation chômage, et on compte par milliers les exclus du revenu minimum d’insertion, des allocations familiales ou du complément social vieillesse.

    http://www.liberation.fr/monde/2013/12/10/economie-de-guerre-au-portugal_965506

    La reprise en Espagne ? Un grand nombre d'Espagnols ne la voit pas.

    "C'est bientôt Noël. Mes enfants vont me demander des cadeaux. Je fais comment ?", se désole Esmeralda Inglés venue, sans l'avouer à son mari et à ses enfants, prendre son petit déjeuner dans le centre d'accueil Caliu de Barcelone et chercher de quoi les nourrir.

    http://www.boursorama.com/actualites/la-reprise-en-espagne--un-grand-nombre-d-espagnols-ne-la-voit-pas-1f1de6234193e59438220f18c0385d12

    Italie : le patronat inquiet pour la cohésion sociale.

    Le patronat italien a mis à son tour en garde jeudi contre les risques de troubles sociaux qui menacent le pays, et ce malgré les signes d'une sortie de la crise économique.

    La Cofindustria, qui regroupe près de 150.000 entreprises italiennes, a revu en baisse jeudi ses prévisions économiques et table désormais sur une contraction de 1,8% du produit intérieur brut (PIB) cette année, contre un repli initialement prévu de 1,6%.

    « Le principal risque réside dans l’éclatement de la cohésion sociale en raison de l'augmentation des manifestations organisées par des groupes qui prônent la désobéissance et le renversement des institutions », a déclaré la branche responsable des prévisions économiques au sein de la Cofindustria.

    http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/actus-des-marches/infos-marches/italie-le-patronat-italien-inquiet-pour-la-cohesion-sociale-938440.php

    RépondreSupprimer
  3. Ce n'est pas l'Europe qui est un échec, c'est le mode de relation entre européens qui est une guerre économique de tous contre tous. Alors qu'on nous promettait la découverte des cultures, le partage, c'est l'uniformisation de la merde agro-industrielle et la lutte dans la dégradation de l'homme pour avoir l'honneur de le produire. L'Euro et sa fixité, et la lutte obsédée à l'inflation permettent au capital de circuler sans prendre le moindre risque.

    RépondreSupprimer
  4. http://www.craigwilly.info/2013/06/21/francais-mario-draghi-leuro-est-ordoliberal/?lang=fr

    RépondreSupprimer
  5. Oui... et donc ta solution c'est "davantage d'Europe", c'est bien cela ? Moins ça marche, plus il faut en rajouter.

    C'est fou cette obsession au sujet de l'idée d'"Europe". Obsession qui permet de justifier ensuite toutes les dérives.

    L'Europe est une réalité géographique, historique, civilisationnelle, religieuse.

    C'EST TOUT.

    Ce ne doit surtout pas être un "projet politique", une "idée politique", car sinon c'est le début de la dérive.

    Nous devons détruire l'Eur et l'UE, qui sont les 2 tenailles de notre servage.

    RépondreSupprimer
  6. c'est bon c'est bien c'est beau, les bobos de droite ou de gauche ça a toujours un avis sur tout...

    Et dire qu'ils sont grassement payés juste pour ça donner leur avis... c'est lamentable

    Pendant ce temps, tout ceux qui regardent vivent la vie par procuration de ces pseudo maitre à penser

    RépondreSupprimer
  7. Domenach est en effet tellement naïf au sujet de l'Allemagne, c'est pathétique.

    Il a vraiment le rôle du gentil crétin.

    Il fait fort au sujet de l'immigration, des Roms qu'il s'obstine à défendre... mais là sur Merckel, les clowns du SPD... il atteint des sommets de béniouiouisme.

    En bon gauchiste, il lui suffit qu'un parti soit labellisé "social démocrate" ou "socialiste" et zou... il considère alors que ce sont des copains.

    Dans le cas présent, les "copains" d'outre Rhin avec les "copains" de Hollande vont ainsi "prendre en tenaille" la méchante austérité, la méchante Allemagne... ! Il le dit !

    C'est stupéfiant.

    RépondreSupprimer
  8. Sapir lâche une petite bombe :
    https://www.youtube.com/watch?v=pvnpXUSjNJ8
    A la 29eme minute, certains pays sont déja prêts à "tamponner" les billets, c'est à dire les transformer en monnaie nationale.
    Par ailleurs 97% de la dette est en droit francais, donc facilement convertible en franc.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.