vendredi 13 décembre 2013

Des fois, j'ai des envies d'être communiste

S'ils n'étaient pas aussi indécrottablement babéliens et des promoteurs zélés du déracinement pour tous (et ce faisant, de parfaits idiots utiles de Goldman Sachs), et aussi déconnectés du réel sur les questions d'économie élémentaire (ne serait-ce que sur la réalité de l'homme et la nécessité d'incitatifs à l'endroit)...

En tous cas, merci de parler de l'Empire, merci de parler de l’impossibilité de "croître" (vieillissement, peak everything, dette), et surtout, merci de parler encore de cette aliénation du salariat, qu'on essaie de nous faire passer pour un privilège de non chômeur, et dont plus personne ne parle aujourd'hui...

18 commentaires:

  1. Bref en deux mots, s'ils n'étaient pas communistes, tu pourrais être séduit, c'est ça ?

    .......

    RépondreSupprimer
  2. Le travail et la compétition sont aliénant, c'est sûr. Surtout dans une société consumériste absurde et mécanisée à outrance.
    Ceci dit, rare sont ceux qui dénoncent cela sans tomber dans le festivisme, et la jouissance débilitante. Ce qui n'est au final pas beaucoup mieux (mais plus agréable dans un premier temps, avant de devoir passer à la caisse).

    La société ne nous proposes que 2 choix : l'esclavage ou la drogue. Souvent, l'un succédant à l'autre quotidiennement.

    Donc la gauche n'a pas tort sur tout, bien au contraire. Mais son déni des réalités, son hypocrisie quasi permanente, et au final sa lâcheté sont insupportables à la longue. D'autant plus que c'est eux qui disposent des leviers du pouvoir en France.

    RépondreSupprimer
  3. traduction discotonio ils servent à rien. Pour les autres qu'eux mêmes de l'histoire des trente glorieuses.

    fin de traduction

    RépondreSupprimer
  4. ...alors ce petit documentaire de Pierre Carles, si tu ne l'as déjà vu, devrais te ravir.

    le titre : "Danger travail"

    part1 : http://www.dailymotion.com/video/xhuhm_danger-travail-pierre-carles-part1_news
    part 2 : http://www.dailymotion.com/video/xhunq_danger-travail-pierre-carles-part-2_news

    c'est pas tout jeune (2003) mais les opinions exprimés font vraiment se poser la question : au fond, pourquoi je travaille ?

    RépondreSupprimer
  5. C'est surtout la conception du travail qui est à revoir. Car si je suis d'accord pour dire que l'homme se libère par son travail, j'entend tout d'abord par travail une union entre travail intellectuel et travail manuel. Et par travail intellectuel je n'entend pas forcément ingénieur. Un paysan libre qui cultive lui-même sa terre avec des méthodes traditionnelles unit la connaissance et la réalisation.
    Un artisan traditionnel également. Un ouvrier qui serait responsable de la manière de gérer la production dans une usine également.
    En revanche le capitalisme en établissant la division extrême du travail et en la soumettant à la hiérarchie a cassé l'homme, a cassé sa réalisation, a cassé l'envie de travailler et l'a réduite à une simple nécessité pour survivre.

    RépondreSupprimer
  6. J'aurais aimé tester l'Allemagne de l'Est. Un petit boulot tranquille et un logement assuré jusqu'à la mort. Pour quelqu'un qui veut juste passer les quelques décennies de sa vie à vivre sans angoisse et sans se prendre la tête, ça doit être potable.

    Mais les communistes (comme tous les propagandistes) sont assez lourds. Cette idéologie produit du laid et nie le réel et l'individu. Il faut obligatoirement tout faire en groupe, tout le temps. Il faut se noyer dans la masse.

    Aucun système n'est bon. On le sait tous et pourtant on s'accroche à des idéaux (cad des illusions) pour supporter la laideur du réel.

    Schopenhauer avait raison : le seul but de la vie c'est la souffrance. Si l'on est pour la vie, on accepte la souffrance qui va avec. Quelque soit le système, ce sera toujours la même m****...

    RépondreSupprimer
  7. Si tu veut du vrai rouge qui tache pas:
    http://reveilcommuniste.over-blog.fr

    RépondreSupprimer
  8. Et s'ils n'étaient pas d'immondes ordures ayant créé et soutenu les pires atrocités en dehors de celles des nazis (et ne s'en étant jamais repentis), on pourrait peut-être écouter ce qu'ils ont à dire...
    Wake up Tonio !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha bon ! Parce que les dirigeants capitaliste ne valent pas les autres ?

      Supprimer
    2. Je me demande bien pourquoi je préfère un Churchill, un de Gaulle, une Thatcher, un Havel, un Walesa et même un Berlusconi qu'un Staline, un Mao, un Pol Pot,non, franchement, vous avez raison de poser la question.

      Supprimer
  9. C'est vrai que j'ai la nostalgie de G.Marchais !

    Au moins, on pouvait se poiler un peu.

    Ah finalement c'était le bon vieux temps.

    Ouh la la la ... mauvais signe... cela montre que nous devenons des... "vieux cons" !
    ;-)

    Vite un joint ou une pilule bleue.

    RépondreSupprimer
  10. Ce qui pose problème c'est pas tant le travail que la marchandisation à outrance, qui fait tout voir à travers l'argent : le rapport aux objets, aux humains, au temps, etc.
    Le jour où une masse de gens suffisante l'aura compris et en aura tiré les conséquences sur le plan personnel, la société pourra changer:

    http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2012/12/07/oubliez-largent/

    RépondreSupprimer
  11. Derrière les idéologies, qu'elles soient nationalistes ou mondialistes c'est de croire que le monde trouvera la paix par ses institutions. On change la structure, on changera les hommes. L'Histoire montre bien que cela ne marche jamais. Les hommes finissent toujours par dévoyer les systèmes qu'ils mettent en place.

    C'est un peu comme si au niveau de ma personne une part de moi voulait manger du chocolat pendant qu'une autre part de moi jugerait qu'il ne faut pas que j'en mange. Je résiste, je me bas, j'essaie de me contrôler moi-même, cela marche au prix de conflits internes pendant un temps et puis je finis par me lâcher sur 3 tablettes d'un coup.

    Les nationalismes et le mondialisme ne sont que les deux facettes d'une même pièce. Le premier accepte les divisions et donc les conflits entre nations, le deuxième accepte les divisions et donc les conflits entre classes sociales. Le fait est que cela ne résout pas le problème de la souffrance, de la violence, de la domination qui ne fait que changer de forme. Le mondialisme était une réaction aux nationalismes, maintenant on revient au nationalisme comme réaction au mondialisme. Quand l'Humanité sera fatiguée d'essayer alors elle comprendra peut-être.

    Dire que l'on est pour la vie n'a aucun sens. La vie est là, c'est tout. Ensuite on peut choisir d'accepter le monde tel qu'il est et soi-même tel qu'on est, avec nos conflits, notre violence, notre ambition, nos multiples désirs ou alors questionner pourquoi le monde est comme cela et pourquoi je suis comme je suis.

    Voilà pourquoi il faut différencier les intellectuels comme Michéa, Lordon, Soral, Hillard qui mettent en forme de la pensée et tentent de mettre la vie en boîte. Et les individus intelligents comme Krishnamurti, Alan Watts, http://nondualite.free.fr/ qui permettent à chacun de se comprendre et donc de comprendre le monde.

    Une réaction intelligente reste une réaction. Quant à la question, que pouvons nous faire ? Incarne le changement dans ce que tu es, et pas seulement dans ce que tu fais. Devant le bordel issu de la religion du faire, il serait peut-être temps de se demander si le non-faire qui n'est pas le faire autrement, ne devrait pas être au coeur de notre questionnement

    RépondreSupprimer
  12. Les Inconnus - L'ancien communiste :

    http://www.youtube.com/watch?v=TEq1oariw2E

    Plus que jamais d'actualité...

    RépondreSupprimer
  13. T'inquiètes pas ça se soigne bien.
    Et les récidives sont extrêmement rares.

    RépondreSupprimer
  14. Tiens Disco, un autre lien à pousser en mode lecture pour tout le monde, tu devrais te retrouver dans pas mal de choses qui s'y disent:
    http://www.article11.info/?Jean-Pierre-Berlan-II-Il-faut

    Titre de l'article: « Il faut réinventer le contraire du monde dans lequel nous sommes ». Jean-Pierre Berlan est agronome, exfiltré de l'INRA à la mode Bourguignon.
    Il y a une interview de lui passionnante sur terre à terre, elle date de septembre 2012 (http://www.terreaterre.ww7.be/l-industrialisation-de-l.html)

    RépondreSupprimer
  15. 85 millions de morts et les goulags, je pense que ça m'a vacciné de vouloir être communiste.
    Etre communiste, c'est vouloir aussi mettre tout le monde au même salaire, soit env 606€ par personne vu le PIB mondial actuel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "soit env 606€ par personne vu le PIB mondial actuel"

      Mais le PIB mondial actuel est ce qu'il est grâce au libéralisme... donc si on passait au communisme ça ferait beaucoup moins de 606 euros par personne !

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.