lundi 16 décembre 2013

Hervé Juvin : « Néo-conservatisme » : réponse au journal Le Point

« Néo-conservatisme » : réponse au journal Le Point
realpolitiktv, 15/12/2013 (en Français texte en français )


On sent qu'on arrive à un croisement. Les camps commencent à se déterminer très clairement. Désormais, c'est soit vous êtes avec Babel, soit vous êtes contre. Il n'y aura bientôt plus de position neutre possible. Quelque chose de très similaire aux années 30, à cette différence majeure près que cette fois, c'est le camp babelien qui est très clairement totalitaire, anti démocratique, et dictatorial. Ça ne se voit pas encore tout à fait même si ça s'entrevoit déjà clairement, mais le durcissement des positions, et la réalité minoritaire (voire très minoritaire) des babeliens dans l'opinion va les obliger à tomber le masque.

Et garde en tête que leur projet d'instauration de la dictature de l'Homme Nouveau aculturé, gloubi boulguifié vient de très très loin. Tout ça ne se règlera pas gentiment...

12 commentaires:

  1. je vois pas ce qu'ils ont de moins pire que les autres les victimes sont toujours les mêmes avec une variante d'ajustement moins symbolique . tu préfère avoir était sauvé par les nazis ou tué par les nazis pour voir ça.

    RépondreSupprimer
  2. TOUS les néocons sont sur http://anticons.wordpress.com/

    Voilà l'organigramme http://anticons.wordpress.com/2013/03/23/compilations-de-neo-cons/

    Et le dernier article sur BHL -Charlie Hebdo qui fait très mal :)))

    http://anticons.wordpress.com/2013/12/01/de-bhl-a-charlie-hebdo-la-propagande-neoconservatrice-deguisee-en-gauche-progressiste/

    RépondreSupprimer
  3. je voulais faire de la pub pour la réedition des éssais de michel drac:les 4 ouvrages sont réédités,vendus sous un tome pour environ 20 euros,c'est pas cher.vous pouvez aller observer sur amazon et l'acheter chez votre libraire de proximité!c'est passionant a lire meme si on n'est pas obligé d'adhérer a toutes ses thèses

    RépondreSupprimer
  4. Comme le disait si bien "le petit europeiste" il y a opposition entre de pseudos "néocons" et néocollabos". Les "néocons" sont affublés de ce sobriquet afin de mieux dénaturer ceux qui ne se sont pas laissé berner par les mensonges de nos bonimenteurs patentés, ces "eurodolatres" qui ont tout à gagner pour eux meme et leur situation privilégiée de grands clercs de la nouvelle religion et qui combattent leurs adversaires sur le terrain de l'image et des discours phobiques.
    Les "néocollabos" sont les petits fils de Pétain (en France) qui ont signé l'armistice en promettant a leur maitre d'etre encore plus zélé que ce qu'on exigeait d'eux. En 1940, la France revait du grand reich pan europeen avec comme locomotive une Allemagne couillue et victorieuse. La France était toute prete à s'affranchir de sa souverainete pour mieux saisir sa place dans une Europe dont l'espace vital irait jusqu'en Union Sovietique.
    Géographiquement plus proche de son maitre, la France (soumise) esperait tirer le meilleur parti de la situation, et bien entendu ses élites profiteraient de cette nouvelle manne au nom à la fois d'une "real politik" et de la concrétisation d'un vieux reve multiséculaire (de Charlemagne à Napoleon).
    Le meilleur des mondes nous a été promis en 1992; déja le conflit opposait les "nonistes" et les "ouiouistes": les réacs et les progressistes... la conflagration du temps politique est le résultat d'une propagande du mythe de l'Europe des peuples, unis dans leur déracinement avorté, en friction avec la réalité bien sentie des cultures dont l'inertie au transformisme mondialiste se combine aux dévoiements de leurs élites qui apparaissent alors de plus en plus visibles et flagrants dans leur obstination à nous prendre pour de gentils "mougeons".
    On nous chante que la situation est de mieux en mieux maitrisée et que le chef d'orchestre Draghi va tous bientot nous sortir de là.... puisque l'on vous le dit c'est que c'est vrai! Vive l'EUROPE, sans eux, et vive la France, encore sans eux, qui n'a pas vocation à etre une province de l'Allemagne sous couvert de fédéralisme et de partenariat incestueux avec les USA, "TRAITE TRANS ATLANTIQUE" anticipé depuis des lustres. Ce pont que vous pouvez admirer sur le billet de 5 euros et qui relie l'Europe (présentée sans frontriere) et un horizon terrestre que l'on devine au dela de l'Atlantique, c'est le meilleur des mondes qu'ils ont fait en reve et qu'ils vont nous imposer en nous ayant diviser et opposer, cela va de sois..
    Agenda, quand tu nous tiens!!!!!.
    MASTER T

    RépondreSupprimer
  5. J'avais dit que tous ceux qui s'opposeraient au système seraient traités d'extrême-droite. Je me suis trompé, finalement c'est l'étiquette "néocon" pour "néo-conservateur" qui sera collée pour ces opposants.
    En effet, "extreme-droite" ou "populiste" ne permet pas de faire rentrer une partie de ces gens, trop à gauche ou trop compétents dans leur domaine pour y rentrer.
    C'est le cas pour l'excellent Hervé Juvin.

    RépondreSupprimer
  6. Hervé JUVIN, plus qu'un homme intelligent, une conscience !

    J'adhère à 100%, et tout particulièrement sur la justesse de son analyse concernant nos parents ayant migré en sachant PARFAITEMENT s'intégrer là où ils ont posé leurs valises. Et ce, tout en ayant gardé des liens incroyables avec leurs terres et leur culture d'origines. Dans le même temps, ces identités fortes sont synonymes de fortes intégrations. Au Pays Basque, les écoles bilingues en immersion (les Ikastola-k ) comptent autant de parents d'origines exogènes que de parents autochtones, ce sont donc des français de souche d'autres régions qui participent activement à la sauvegarde de cette langue alors que l'Etat français peine encore à ratifier la charte des langues minoritaires. Aux USA, deux Ikastola-k ont été mises en marche, notamment à Boise et il y aurait d'autres projets similaires en Californie.
    Imaginons juste un instant, une France parlant la langue de Goethe alors que la Belle Province, quant à elle, aurait su résister et préserver la langue de Ronsard ?!
    Vu comme c'est parti, un scénario comme celui-ci pourrait ne pas être complètement exclu.

    Merci Tonio, on en redemande !!

    RépondreSupprimer
  7. 0K mais il faudra pour commencer par accepter d'en payer le prix...

    RépondreSupprimer
  8. « Général de Gaulle : Pendant la guerre d’Algérie, les fellagas se nourrissaient de ces journaux soi-disant français qui passaient leur temps à dire : « Le gouvernement français, c’est de la blague, il ne veut pas s’arranger avec vous. Il cherche à vous rouler. » Ces journaux soi-disant français ont ainsi prolongé la guerre d’Algérie d’au moins un an, pas loin de deux, car ça mettait les Algériens en défiance. Par exemple, à Melun, on n’a pas pu engager véritablement la conversation. Ca a entretenu un état d’esprit déplorable. C’est la même chose maintenant pour le Marché Commun. Ils souhaitent ardemment que la France ne puisse pas l’emporter. Ils seront navrés, désespérés.

    Alain Peyrefitte : Cet état d’esprit n’existe pas chez nos partenaires. On dirait qu’ils appliquent le principe anglais : « Right or wrong, my country. »

    Général de Gaulle : Nos partenaires ont une certaine discipline nationale, même s’ils sont dans l’opposition. Sur un problème international, même s’ils sont en désaccord, ils font bloc. Cette débandade n’existe que chez les Français. Jamais un conservateur anglais ne dira du mal de son gouvernement travailliste à l’étranger, et réciproquement. Chez nous, ce n’est pas une manie, c’est un vice. C’est la raison pour laquelle, d’ailleurs, le régime d’assemblée et le règne des partis, c’est impossible en France. On ne peut pas laisser gouverner les partis. Les partis sont anti-France, automatiquement.

    Alain Peyrefitte : C’est antérieur ! Condé [passé au service de l’Espagne en 1652], c’était avant les partis !

    Général de Gaulle : Bien sûr. Condé s’alliait avec l’étranger. La Ligue allait chercher les Espagnols. Les protestants allaient chercher l’Empire. Les Vendéens allaient chercher les Anglais. Et du temps de Vercingétorix, des tribus gauloises trahissaient déjà au profit de César. C’est un vice national. Il y a une rééducation à faire de la Nation. Seulement, comme la mauvaise éducation a pris des centaines d’années, la rééducation sera longue. »

    Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 2, Fayard, page 194.

    RépondreSupprimer
  9. Et pendant ce temps....un truc énorme, dont on ne parle pas : finis les visas pour les ressortissants turcs !

    http://tinyurl.com/l8ghxqs

    On leur refuse l'adhésion à l'UE, les citoyens UE n'en veulent... alors zou les crapules bruxelloises passent par la fenêtre.. et leur donnent en douce ce qui constitue la clé de voute c'est à dire la liberté de circulation... contre quelque chose de ridicule (Ankara "reprendra" ses expulsés).

    C'est stupéfiant.

    Si c'est pas une trahison, une forfaiture ça !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.youtube.com/watch?v=jbLFo02jlH8

      Nous sommes en 1788...

      Supprimer
  10. http://i0.wp.com/vigilantcitizen.com/wp-content/uploads/2008/12/euposter.jpg

    La première affiche officielle de promotion du parlement européen .

    RépondreSupprimer
  11. Décidément, l'Allemagne est en train de construire une Europe allemande.

    Lisez cet article :

    Europe : austérité, acte III en vue !

    Berlin va proposer des "contrats de compétitivité et de croissance". Une façon de modeler encore l'Europe à l'image de l'Allemagne.

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20131217trib000801475/europe-austerite-acte-iii-en-vue-.html

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.