mercredi 18 décembre 2013

L'affreuse dictature allemande

Vous pouvez lire cet article de Bertez : La traque des Français. Le Kolossal « il faut »
Il y a eu une déclaration terrible de Cazeneuve, la semaine dernière, mes cheveux se sont dressés sur la tête et je me suis retenu d’en faire un article. Je cite de mémoire: Nous traquerons les fraudeurs du fisc partout, ils n’auront plus jamais de repos, nous finirons par les avoir.

On m'a également mis ce lien ci de la Tribune en commentaire : Europe : austérité, acte III en vue !
Berlin va proposer des "contrats de compétitivité et de croissance". Une façon de modeler encore l'Europe à l'image de l'Allemagne.

Je peux aussi vous renvoyer aux multiples interventions de Todd...

J'avoue être partagé sur cette "hégémonie" allemande... Comme si l'Allemagne voulait nous voler. Moi je crois surtout qu'elle ne veut pas payer pour nous, ce qui est très différent.

Et je n'oublie pas que ce sont les élites françaises maçonniques mondialistes (toujours au pouvoir) qui ont imposé l'euro à l'Allemagne pour lui autoriser sa réunification.

Et c'est quoi ce modèle français qu'il faudrait à ce point défendre ? Arrosage de pognon gratuit des tamponne papier fonctionnaires à la retraite ou en fin de carrière ? De l'immigration la chance chargée de remplacer le peuple de France ? Le festivisme "culturel" et la pravda babelienne ? Les incitatifs complètement inversés ? Le maintien de la petite oligarchie maçonnique babelienne complètement décadente, traitre à son peuple et illégitime ? La bulle immobilière, l'effet richesse du papy boom et le conflit de générations ?

Pour que l'euro tienne en l'état, on nous explique qu'il faudrait que l'Allemagne transfère chaque année en impôts 10% de son PIB. Soit surement quelque chose comme 20% des revenus. Le tout alors que les allemands sont ceux qui ont un patrimoine parmi les moins élevés d'Europe, du fait notamment que contrairement à nous, ils ont tout fait pour empêcher la bulle immobilière qui pille les jeunes au profit des vieux.

Qui peut sérieusement expliquer que les allemands sont des salauds de ne pas vouloir se faire racketter ?

En attendant, ça converge   



Que nos frères la truelle citoyens du monde (les meilleurs d'entre nous celà va sans dire) retouchent le sol et se coltinent le réel de ce qu'ils ont voulu. Et j'oubliais... Je les emmerde. Et si au moins tout ça pouvait les faire finir dans les chiottes de l'histoire, ça vaudra peut-être les sacrifices réels que le petit peuple français décent doit pour l'instant subir (car naturellement, ces traitres s'en prennent d'abord à lui avant de ne serait-ce qu'envisager de revenir sur la distribution d'argent gratuit à leurs clientèles au rôle quasi messianique).

12 commentaires:

  1. La force de ce mythe est réellement ahurissante !

    Et même venant d'esprits a priori bien formés (Bertez)....

    Je rephrase : quels sont les actes qui prouvent que l'Allemagne est le grand croquemitaine qui cherche à imposer la terrible austérité partout en Europe ?

    La liste please ?

    Moi j'ai une liste, mais d'éléments EXACTEMENT INVERSES !

    En clair : l'Allemagne, en sous main, partage les mêmes objectifs, les mêmes idées que toutes les autres crapules bruxelloises.

    -Grèce : ah oui la Troïka... sauf qu'on vient DE NOUVEAU d'accepter le déblocage du p'tit milliard (à chaque fois, le même scénario... la Troika "inspecte"... les "négociations sont tendues"... et A CHAQUE FOIS... l'UE file le blé).

    -Portugal : idem

    -le gouvernement Merckel 3 contient une bonne dose de Hollande/Ayrault (et Merckel semble très bien s'accommoder de ses petits copains du SPD).

    -Merckel n'a rien fait pour empêcher Draghi de baisser ses taux (ben alors l'austérité ?)

    Et nous avons tous que Draghi prépare le terrain pour un QE officiel.

    -L'Allemagne a accepté le "budget" (ah ah ah ah) de la crapule Moscouvici. Il a été validé par l'UE. Alors ? Si l'Allemagne était si méchante, elle aurait torpillé Mocouivici, non ?

    -Si l'Allemagne était si méchante, elle aurait torpillé le triste sir Hollande, non ? Elle l'aurait puni en pilotant une petite fièvre sur les taux des OAT, non ? Les occasions ont été multiples. Or... rien. Au contraire... un soutien factuel, silencieux, mais réel.

    Alors ?

    C'est drôle quand même.. à chaque fois les faits correspondent à l'exact miroir inversé du mythe que tant de gens gobent.

    Bref...

    RépondreSupprimer
  2. Ne pas manquer à ce propos les billets récents de Berruyer (lescrises.fr) sur "L'euro, une chance pour la France, une chance pour l'Europe", article du Monde de 1997 (suivi d'une liste de traîtres à leur peuple) et "Un entêtement suicidaire", papier de Milton Friedman de 1996.

    RépondreSupprimer
  3. Charles Sannat se déchaîne aussi depuis quelques temps dans Le Contrarien au sujet de l'Europe. Il insiste beaucoup sur l'immigration aujourd'hui.

    http://www.lecontrarien.com/wp-content/uploads/2013/12/LCM-18122013.pdf

    @Anonyme 08:25 : oui, l'UE file encore et toujours le blé. Mais à quel prix pour les pays concernés ?

    RépondreSupprimer
  4. Dette publique : le plafond maximal autorisé par les traités européens est une dette publique de 60 % du PIB.

    Allemagne :
    2002 : dette de 1295,3 milliards d’euros, soit 60,7 % du PIB.
    2003 : dette de 1383,8 milliards d'euros, soit 64,4 % du PIB.
    2004 : dette de 1454,1 milliards d'euros, soit 66,2 % du PIB.
    2005 : dette de 1524,8 milliards d'euros, soit 68,5 % du PIB.
    (Rappel : le 22 novembre 2005, Angela Merkel devient chancelière)
    2006 : dette de 1573,8 milliards d'euros, soit 68 % du PIB.
    2007 : dette de 1583,7 milliards d'euros, soit 65,2 % du PIB.
    La crise a fait exploser la dette de l’Allemagne :
    Fin juin 2013 : dette de 2146,830 milliards d’euros, soit 79,8 % du PIB.
    Depuis qu’elle est chancelière, Angela Merkel a donc rajouté 622 milliards d’euros de dette publique.

    Bravo, Angela.

    L’Allemagne s’effondrera, comme les copains.

    L’Allemagne n’est pas préparée à être submergée par des raz-de-marée de vieux.

    L’Allemagne va être submergée par des tsunamis de retraités allemands qu’il faudra loger, nourrir, soigner, etc.

    Avec quel argent ?

    La dette officielle de l’Allemagne est aujourd’hui de 2150 milliards d’euros (source : Eurostat).

    La dette réelle de l’Allemagne est de 7000 milliards d’euros.

    Je dis bien : la dette publique REELLE de l’Allemagne est de 7000 milliards d’euros.

    L’effondrement démographique de l’Allemagne n’est pas une bonne nouvelle : il signifie que l’Histoire va venir lui porter l’addition.

    C’est comme à la fin d’un festin dans un restaurant : il y a toujours un moment où quelqu’un vous porte l’addition.

    Et à ce moment-là, avec quel argent l’Allemagne va-t-elle payer l’addition ?

    Lisez cet article :

    http://www.presseurop.eu/fr/content/news-brief-cover/981331-l-enorme-dette-cachee-de-l-allemagne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Allemagne de ce début du 21 ième siècle se croit protégée par le bouclier anti-missiles de l'OTAN, tout comme nous-mêmes l'étions derrière notre fameuse seconde armée du monde et notre ligne Maginot à la fin des années trente. Sauf que, les russes ont mis au point un missile de portée moyenne (500 à550 kms) et à trajectoires aléatoires. Il est posté sur camions et on en dénombre 5 batteries au sud des pays baltes dans leur enclave de Kaliningrad..... Ce missile est--à priori-- impossible à intercepter, du moins en positions opposées ou latérales. Certains diront que ce fait ne fait que mettre plus de pression diplomatique sur l'UE en ces périodes de pré-révolution Ukrainienne, certes, mais c'est quand même surprenant que nos stratèges militaires de l'OTAN n'aient pas envisagé une telle hypothèse. Quoiqu'il en soit, les schleus qui consacrent que dalle pour l'effort militaire, risquent peut-être un jour d'être envahis en moins de 72 heures...Pas très rassurant pour nous-mêmes, car la région parisienne concentrant près de 20 millions d'habitants ainsi que de nombreuses d'infrastructures industrielles stratégiques pourrait alors être en ligne de mire dans ces mêmes délais.... D'où l'intérêt, déjà, de bien réfléchir sur l'articulations d'infrastructures aéro-navales dans les golfes du Lion et de Gascogne adossées sur des réserves ...en Afrique du nord, une fois n'étant pas coutume.
      Tout comme en 40 quand les rosbiffs s'étaient évaporés par Dunkerque nous plantant lamentablement, au prochain coup, il y à fort à parier que l'on ne puisse pas compter ni sur les schleus ni sur les rosbiffs et encore moins du prétendu bouclier de l'OTAN.
      Disposer des Pyrénées et de la péninsule Ibérique, du porte avion Corse et certainement aussi de quelques bases....en Algérie et au Maroc pourrait être vraiment vital. Après-tout, l'adage "Aide-toi et le ciel t'aidera" ne devrait pas être trop vite remisé au placard dans les différents dossiers que compte la défense.

      Supprimer
    2. bonsoir Eric,
      je ne suis pas certain de comprendre : est ce que tu parles d'une attaque/invasion russe sur l'Allemagne et la France ? pourquoi pas, si on se place dans le futur, sans définir de date, mais pour quelle raison ? je ne vois pas, car c'est plutôt un pays à ressources qui a besoin de consommateurs. L'avance techno militaire des russes c'est pour défendre ses interets, pas pour attaquer.

      j'ai dû mal comprendre ton post ??

      a+
      yongtai

      Supprimer
    3. Il y a une constante ici bas, tu ne peux prétendre posséder que ce que tu as les moyens de défendre.

      Supprimer
  5. N'oublions que derrière des discours différents, les politiques de chaque pays sont aux ordres des mêmes. Leur but, nous faire croire qu'on peut changer les choses par les élections, histoire qu'on évite de chercher d'autres méthodes pour les dégager ou se passer d'eux...

    RépondreSupprimer
  6. Le prix n'a aucune importance pour ces gens. Puisque seule la perpétuation de leur pouvoir compte.

    Mais je note SIMPLEMENT que l'Allemagne... paye.

    Toujours.

    Depuis 2008.

    Alors qu'en permanence on nous parle de Merckel Les yeux Noirs, L'Allemagne en a marre, les Allemands ne paieront pas, l'Allemagne veut imposer l'austérité partout... et patati et patata.

    Et à chaque fois... ca glisse. L'Allemagne, et nous, payons. Unis dans le même servage.

    Sarkozy avant ? Hollande maintenant ?

    Kif kif pour la mère Merckel et Bruxelles.

    Ces gens s'entendent comme larrons en foire.

    Arrêtons avec le mythe de la dissension, de l'opposition.

    RépondreSupprimer
  7. L’Allemagne vertueuse fait chier les démagogues ...

    RépondreSupprimer
  8. les fascistes on besoin de vomir quelque chose à leur peuple, Todd est un traitre.

    RépondreSupprimer
  9. Jeudi 19 décembre 2013 :

    Des régions allemandes plongées dans une "spirale du déclin".

    La pauvreté a augmenté et a atteint "un niveau record" en Allemagne.

    Les inégalités régionales ont aussi progressé, plongeant des régions entières dans une "spirale du déclin", s'alarment des associations d'aide sociale, dans un rapport publié jeudi.

    "L'Allemagne n'a jamais été aussi profondément divisée qu'aujourd'hui", a déclaré Ulrich Schneider, président de la très respectée "Paritätische Gesamtverband", une fédération qui regroupe environ 10'000 associations actives dans le domaine de l'aide sociale et de la santé, lors d'une conférence de presse à Berlin.

    "Le taux de pauvreté, à 15,2%, a atteint un nouveau et triste record en 2012", souligne l'édition 2013 du rapport annuel de cette organisation, qui s'appuie sur des données de l'institut allemand des statistiques (Destatis).

    "Une personne sur sept est pauvre ou menacée de pauvreté", avec un revenu inférieur à 60% du revenu médian, a noté M. Schneider, en relevant la hausse quasi-constante du taux de pauvreté depuis 2006, selon le texte de son intervention diffusé dans un communiqué.

    La Paritätische Gesamtverband souligne que la pauvreté a progressé alors que le chômage, au contraire, diminuait dans le pays. "Cela pointe du doigt le gonflement des emplois à bas salaire, la baisse des emplois à plein temps soumis à cotisations sociales, la hausse du temps partiel et des conditions d'emploi précaires depuis dix ans", a estimé M. Schneider.

    Non seulement l'écart entre riches et pauvres "a significativement augmenté en Allemagne", mais en plus "le fossé entre régions prospères et régions pauvres s'approfondit et s'élargit", a-t-il ajouté.

    Ainsi, le taux de pauvreté dépasse à peine 11% dans les riches Etats régionaux du sud (Bavière, Bade-Wurtemberg) mais dépasse 20% dans plusieurs Etats du nord (Berlin, Brême, Saxe-Anhalt et Mecklembourg-Poméranie Occidentale).

    http://www.romandie.com/news/n/Des_regions_allemandes_plongees_dans_une_spirale_du_declin64191220132126.asp

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.