vendredi 13 décembre 2013

Pourquoi Babel veut absolument détruire la famille

Imaginez une famille élargie soudée, où tout le monde vit proche des uns des autres, dans un système d'entraide. Bref, la situation qui prévalait jusque dans les années 60.

   Papy Robert s'occupe d'un potager de 500m². Il produit des légumes pour tout le monde.
   Mamie Raymonde se débrouille super bien en couture.
   Tonton Stéphane s'y connaît pas mal en électricité. Il a un atelier de menuiserie aussi.
   Tonton Jean, lui, son truc, c'est la mécanique. Il file des coups de main aussi chaque fois qu'il y a besoin de bras.
   Tout le monde se débrouille en maçonnerie de base.
   etc etc...

Et tout ce petit monde s'entraide régulièrement.

Imaginez l'horreur pour le système. Toute cette richesse produite sans que jamais il ne puisse ponctionner ses 50 à 70% de dîme dessus. Comment il fait alors pour payer les actionnaires ? Les branle musards ? Les rentes ? Le luxe des élus ? L'immigration la chance ? Les tamponne papier ? Les intérêts de la dette odieuse ? Le festivisme généralisé ?

Ce que le système veut, c'est maximiser la croissance. A savoir le flux de travail salarié/consommation marchande. Il se fout du bien-être de chacun. Il veut juste pouvoir étendre au maximum la masse ponctionnable.

Le système se fout qu'il y aie tant de tomates produites. Ce qui l'intéresse, c'est le nombre de tomates vendues et taxées. Et à la rigueur, toute tomate produite pour soi est un acte absolu de dissidence car plus qu'une non-tomate, c'est une anti-tomate, une tomate qui prend la place d'une tomate taxée.

A partir de là, c'est pas compliqué de comprendre pourquoi les frères la truelle du PS, en parfaits faux nez de l'Empire et de la finance totalitaire, veulent absolument détruire la famille, déraciner tout le monde, et faire de chacun un électron isolé sans attaches solides.

Idem, il suffit de remonter une rue marchande et de comparer le nombre de magasins de fringues pour hommes et pour femmes, où on vous vend à 40€ des trucs fabriqués pour 1€ en Chine, pour comprendre pourquoi les traitres de la maçonnerie babelienne adôôôrent les femmes, les adulescents et les homos, et que la bête à abattre absolument, ce sont ces hommes "archaïques" qui exigent du vrai capital en échange de leur travail, et ne se contentent pas de biens sans valeur réelle, chargés artificiellement de valeur symbolique.

28 commentaires:

  1. Pour en rajouter une couche, il est indéniable que le côté tribal de la famille constitue une barrière à la mise sur le marché de gentils petits abrutis imbibés d'addictions futiles en tous genres prêts à être docilement formatables pour le compte d'une société que de consommation et géographiquement disponibles à tout instant. La lignée génétique confère au niveau de l'acquis des esprits trop rebelles au système.
    La prochaine étape sera de nous rendre tous stériles au travers de méthodes que je n'ose même pas envisager pour, enfin, s'arroger le droit de reproduire des alphas, béta, etc, à leur guise. C'est la main-mise sur le vivant qui a déjà commencé avec les OGM et maintenant avec l'interdiction faite aux paysans de pouvoir produire leurs propres semences fermières.
    C'est dilué dans le temps, homéopathiquement, et souvent sous le couvert des droits aux minorités, mais c'est bien dans cet ignoble objectif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La lignée génétique confère au niveau de l'acquis des esprits trop rebelles au système."
      Pour moi qui suis lamarckien je vois, avec des lunettes pessimistes, pire encore puisque l'acquis peut se transmettre héréditairement pour devenir inné, codé génétiquement (le génome étant pour moi seulement la partie "fixe" du métabolisme): l'éducation a, pour un lamarckien, une importance encore plus grande que pour un néo-darwinien.
      Avec des lunettes optimistes je me dis que la vraie nature va reprendre ses droits et balayer ce système dogmatique basé sur le prétendu ordre naturel du "struggle for life".

      Supprimer
  2. Tout à fait d'accord avec vous. La société s'est féminisée et est donc devenue futile et coquette. L'apparence y est si importante, surtout à Paris et en Ile de France.
    Mon mari et moi avons quitté la région parisienne il y a 3 mois, et nous consommons moins en étant plus heureux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La société n'est pas coquette !

      Le niveau d'élégance s'est effondré chez les hommes, c'est une évidence. Vous en croisez souvent des hommes (du peuple) en costume trois pièces bien taillés ?

      On pourrait dire la même chose des femmes. Elles ont volé le pantalon aux hommes, s'habillent en sportswear, souvent tout en noir... Elles de plus en plus vulgaires et dénudés, c'est pathétique. Leggings, chaussures de sport, vêtements mal accordés, etc... C'est une catastrophe...

      Supprimer
    2. T'as vu les prix aussi ?
      Un costume, c'est 250 euros facile. Je les réserve pour les entretiens.
      Sinon, c'est jean/pull/chemise, passe partout.

      Supprimer
    3. 250 euros c'est du bas de gamme en costard. Oui c'est cher, inconfortable, entretien pressing...

      Moi aussi je me fringue basique mais correct.

      J'intervenais surtout pour dire que l'on se fringue plus mal qu'avant. On voit de ces horreurs dans la rue franchement ! ^^

      Supprimer
  3. à mon sens (et je suis ok à 80% avec toi) la "famille" est aussi un piège pour te cloisonner si demain tu ouvres ta porte à tes voisins .....là est le vrai danger pour eux!!imagine l'aide ..........

    dans mon village il y avait quelques brouettes faux ect...tout ce prétait!et l'on tuait le cochon ensemble (élévé avec l'aide de beaucoup)..........il y a le danger d'un replis heuuu trop replié!
    mais oui tout est fait surtout pour favoriser l'égoisme!

    RépondreSupprimer
  4. Et vu que Babel a les lois pour lui ... la famille sera détruite. Ne serait-ce que par l'école.
    Qu'on me dise pas "école privée" ... qui aura les moyens vu le matraquage fiscal ? Parce que passer du temps dans son jardin et son atelier, c'est de la paupérisation rampante aussi. Et tous les réseau communautaires seront démantelés pour une raison ou une autre.

    RépondreSupprimer
  5. Bon raisonnement. Tu as compris pourquoi, de tout temps, étatisme et libéralisme avancent au même pas. Ce que personne ne veut voir, ni les libéraux authentiques, ni les gauchos, ni les droiteux. Depuis le moyen-âge, l'état crée, organise, normalise, le marché. En détruisant l'économie informelle, les solidarités organiques, l'état monétise et maximise les flux d'échanges marchands.

    Honnêtement, lis Sombart, Latouche, Erik Reinhert, Alain de Benoist, voire Castoriadis, Girard ou Lasch. Tous ont formalisé un aspect ou un autre, voire la totalité, de ce que tu intuites peu à peu depuis des années.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu te trompes de notion dans ta phrase pourtant totalement luicide:
      Tu as compris pourquoi, de tout temps, étatisme et capitalisme avancent au même pas.
      L'appareil d'état (superstructure) et le capital (infrastructure) vivant sur le dos des travailleurs: esclave, serf, prolo.
      Tonio je te conseil aussi Bakounine et krotpokine (l'entraide)...

      Supprimer
  6. Pas vraiment d'accord avec ton dernier paragraphe.

    Les hommes "archaïques" d'avant les années 60 se sapaient bien et même très bien (dans toutes les classes sociales).
    Le niveau d'élégance des hommes s'est effondré quand le féminisme radical a fait son apparition. Regardez des photos ou des films anciens, c'est frappant.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui l'élégance a beaucoup diminué, mais les soins, les crèmes, les parfums, le maquillage sont toujours très présents, et encore plus pour les hommes (les homos et les célibataires)

      Supprimer
  7. Super-billet ! Hé oui le système est très bien exposé.

    Je suggère, en plus des vidéos jardinage, des vidéos cuisine (surtout les conserves et cuisine saine à partir de restes et de ce qui part trop souvent à la poubelle, os et pain sec par exemple) , couture, bricolage.

    Il se trouve que j'ai tout réparé chez moi, et si je n'avais pas su ou voulu me mettre au bricolage je n'aurai jamais pu m'en sortir.
    Le bricolage permet d'économiser des fortunes, car s'il faut faire appel à un artisan qui déclare son travail, autant abandonner tout de suite les travaux si vous n'êtes pas prêt à y consacrer toutes vos économies.

    RépondreSupprimer
  8. L'Etat fait main basse sur votre argent, Simone Wapler
    http://www.youtube.com/watch?v=KKmv9z-SODY

    RépondreSupprimer
  9. http://mobile.lepoint.fr/societe/integration-les-propositions-du-rapport-choc-13-12-2013-1768899_23.php
    Lisez ça, ça promet!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La guerre civile, c'est maintenant.

      Supprimer
  10. @ Yrr,
    mais "bricoler" (je n'aime pas ce terme qui réduit à l'anecdote un travail qui le plus souvent ne l'est pas) demande du courage et de la persévérence.
    et j'apporterais un bémol, on a plein de bricoleurs qui bossent comme des sagouins.
    mais dans tous les cas on oublie le fisc et on arrête d'enrichir les professionnels.

    RépondreSupprimer
  11. "Ce que le système veut, c'est maximiser la croissance. A savoir le flux de travail salarié/consommation marchande. Il se fout du bien-être de chacun. Il veut juste pouvoir étendre au maximum la masse ponctionnable."

    C'est la course au PIB (polluons la planète, ça crée le marché de la dépollution, c'est bon pour le PIB, etc.).
    Le seul objectif sensé me semble être la marche (pourquoi courir) au BIN (Bonheur Intérieur Net). Une fois d'accord avec ce objectif lointain mais néanmoins raisonnable on s'organise le plus simplement possible pour le réaliser. C'est le rôle originel de la politique (organisation de la "polis", de la cité), typiquement lamarckien.

    RépondreSupprimer
  12. Ce dont tu fais l'apologie Tonio, les Roms et "Gens du voyage" fonctionnent comme ça encore et sont extrêmement réfractaires à l'individualisme.

    Il y'a un paradoxe dans ton site et ceux analogues au tien (en terme de dynamique vers une dissidence plus ou moins affirmé mais bien souvent plus théorique que concrète) c'est :

    1) Le profond dénigrement de ces populations qui vivent concrètement et non théoriquement ce dont tu fais l'apologie
    2) Une profonde ignorance de ces mêmes populations notamment de leur histoire et de leur profond enracinement en France depuis plusieurs siècles

    Je demeure stupéfait de constater cette contradiction de volonté d'apprendre à comment devenir résilient tout en crachant sur le dos de ceux qui n'en parlent sur des forums internet tout simplement parce qu'ils le vivent déjà quotidiennement concrètement.

    Pour apprécier ce que je dis, osez reconnaître vos préjugés et essayer d'appréhendez ce que vous ne connaissez pas d'un regard neuf, essayez de voir avec le coeur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "essayez de voir avec le coeur"

      C'est le meilleur moyen de se tromper ça !

      Supprimer
    2. Je trouve Disco très ouvert. Je le vois cherchant dans toutes les directions pour échapper à l'asservissement du système actuel. C'est en tous cas comme ça que je vois ses billets sur Michéa, l'autarcie, etc. Dernier en date, ce jour: "Des fois j'ai envie d'être communiste".
      Pour moi l'€URSS est en couleur ce que l'URSS était en noir et blanc, deux systèmes impérialistes.
      Le communautarisme est ce que les gens ont inventé depuis la nuit des temps pour résister à l'impérialisme. La preuve par les Roms?
      Disco vient de faire un billet (que je ne retrouve plus) dans ce sens où il décrit une petite communauté d'entraide dans laquelle il aimerait bien vivre (Papy Robert qui fait le potager...).
      Les merdias babéliens sont bien entendu vent debout contre le communautarisme, à mon avis principalement parce que ces communautés (celle des Roms comme celle souhaitée par Disco) ne font pas marcher le système, ne font pas de PIB. Je crains que les partis non babéliens (FN, FdG, etc.) soient, pour d'autres raisons, anti-communautaristes donc, nécessairement d'une certaine façon, impérialistes*.

      * Pour moi le communautarisme est la base du véritable fédéralisme (il va sans dire -mais mieux en le disant- que je vois le fédéralisme promis par Bruxelles comme un impérialisme).

      Supprimer
  13. "Disco vient de faire un billet (que je ne retrouve plus)."
    Je l'ai retrouvé: c'est celui-ci!

    RépondreSupprimer
  14. Quand je dis voir avec le coeur c'est être capable de voir aussi et surtout dans le coeur des gens au delà des apparences, quand on y arrive on réalise au delà des illusions des faux semblants qui sont nos semblables et on peut être très surpris de voir qui sont les vraies personnes courageuses, honnêtes, fiables et les distinguer de celles qui ne vivent que dans l'hypocrisie et se limitent à "l'habit qui de nos jours fait encore trop largement le moine"...

    Je ne dis pas que Tonio n'est pas ouvert, si tel était le cas mon avis serait censuré.

    Je sollicite simplement votre attention sur le fait que les rares informations qui apparaissent dans les médias dominants, pseudo dissidents ou dans une démarche honnête de dynamique dissidente véhiculent à des degrés variables des préjugés, des stéréotypes issues d'une profonde ignorance des populations Roms et "Gens du voyage".

    Je prends pour exemple que les seules infos qui transpirent sur ces populations dans ce site ne sortent pas du lot.

    Sans pour autant m'étendre je peux vous donner ou redonner quelques infos factuelles que chacun peut vérifier. Ces infos permettent de comprendre la profonde stigmatisation de l'état français (et donc des "citoyens" moutons qui par facilité et ou paresse intellectuelle vont plutôt dénigrer leurs semblables au lieu de se concentrer à remettre en question l'illégitimité du pouvoir exercé par ceux qui dirigent).

    RépondreSupprimer
  15. 1) Les "Gens du voyage" (appellation dont il y aurait beaucoup beaucoup à dire car très révélatrice par son sens et ses non sens) sont TOUS de nationalité française. Pourquoi parce que pour être affublés de cette appellation il faut vivre en habitat mobile plus de 6 mois dans l'année et ce de manière permanente. Ce mode de vie implique de remettre sa carte nationale d'identité à la préfecture de son département d'origine pour se voir remettre en contre partie un carnet de circulation (il existe différents types de carnets et livrets de circulation) et une carte nationale d'identité avec au lieu d'une adresse fixe au verso une "commune de rattachement administrative". Ces carnets et livrets de circulations sont des pièces d'identités FRANCAISES, délivrables uniquement à des personnes de nationalités FRANCAISES.
    2) 90 à 95% des personnes affublées de l'appellation "Gens du voyage" et qui possèdent des carnets ou livrets de circulation ne voyagent pas, voir jamais. Cela peut paraitre invraisemblable, incompréhensible pourtant c'est la réalité. Pourquoi ? Parce ces personnes se déplacent quasiment uniquement en raison d'expulsions récurrentes depuis des générations. Ainsi on peut réfléchir de la légitimité et du bien fondé du terme "Gens du voyage".
    3) Les personnes âgées et les enfants en bas âges chez les "Gens du voyage" ne vont quasiment jamais en maison de retraite, tout comme ils ne vont quasiment jamais en crêches. Je préfère dire quasiment car il existe toujours de rares exceptions.
    4) Les "Gens du voyage" et Roms ne sont pas une communauté ni séparés ni commune, leurs réalités sont des logiques familiales, des familles qui vont de quelques dizaines d'individus à plusieurs milliers. Des logiques familiales très disparates et parfois totalement opposées les unes des autres.
    5) Quasiment la totalité d'entre eux travaillent mais pas sous un statut salarié, ils ont des logiques d'entrepreneurs, d'auto entrepreneurs. Une logique de profonde insoumission à l'autorité et aux ordres établis et ceux depuis des générations.
    6) Les Rom, "Gens du voyage" jadis appelés romanichels, bohémiens, etc. Sont présents en France officiellement depuis 1427 et officieusement bien avantvoir depuis toujours. Depuis cette date officielle, il y a eu différentes vagues d'immigration depuis l'est, ces vagues d'immigrations successives n'ont jamais été impulsées par les politiques, n'ont jamais été calculées à des fins politiques comme les autres populations d'immigrés. C'est ce qui fait que les "Gens du voyage ne se considèrent pas comme des immigrés. C'est ce qui fait que les politiques cherchent à les stigmatiser via leurs relais les citoyens qu'ils maintiennent dans l'ignorance à ce sujet. Car ces populations ne se laissent pas exploiter, ne se laissent que très difficilement manipuler et donc sont inutiles pour nos politiques car ils n'arrivent pas à dévoyer leurs forces de travail. Leurs forces de travail reviennent en priorité à leurs familles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Roms ont tout compris.
      En se déplaçant, on évite la contribution volontaire à une solidarité nationale dont on ne fait pas partie. Le système social français est calibré sur le sous-entendu de l'enracinement social.
      L'enraciné est taxé.
      L'ultra-riche, le Bohémien, passent au travers des mailles du Système.

      Pour résumer : le nomade vit sur le dos du sédentaire, mais en contrepartie il fait ce que le sédentaire ne veut pas faire (trier les déchets, p. ex.). On peut parler de symbiose.

      Tendance millénaire, tension classique. Le nomade a un avantage fondamental : si le système sédentaire est pourri, il change de sédentaire.

      A cet égard, le taux de nomades parmi les sédentaires sont une mesure du taux de santé du système sédentaire (endettement mis à part).

      A cet égard, le bateau France semble encore intéressant. Pour le moment...

      Supprimer
  16. HS : Une mise en bouche au transhumanisme qui arrive, à partir de la 15eme minute (attention des scenes un peu choquantes):
    https://www.youtube.com/watch?v=LUyavWeMg_s
    "Je suis un personne modifiée", "ou est la limite? ", implants sous-cutanés, langue coupée en deux comme un serpent. Pas de doute, l'enfer sur Terre est pour bientot.

    RépondreSupprimer
  17. Dans la même logique, si vous vous demandez à qui profite le divorce - devenu "trop hype", quand dans le même temps, le mariage est devenu franchement ringard -, demandez vous quelle est la consommation d'un couple ou celle de deux divorcés (nombre de lits, de chambre d'enfants, de cadeaux de Noël, de kilowatt/heure, de…).

    RépondreSupprimer
  18. c'est vrai ce que dit anonyme de 14:27, idem pour les vieux en maison de retraite. A mon avis si on il n'y a pas de possibilité de mourir quand on veut quand on est vieux (euthanasie accompagnée et volontaire) c'est parce que les maisons de retraites sont un filon très juteux, de nombreuses société pullules et en créént de nouvelles chaque année, cela fait de l'emploi, beaucoup d'emploi (aide soignants, infirmiers, etc.), et cela oblige les vieux qui y sont hébergés à claquer tous leur fric, leur pension pour payer leurs créances mensuelles astronomiques. Alors qu'avec une solidarité familiale transgénérationnelle, l'argent des vieux devrait servir à aider les jeunes générations.

    De la crêche à la maison de retraite on est conditionné pour de un apprendre à obéir bêtement et aveuglement de deux de donner notre force de travail et entretenir le train de vie rentier de ceux qui nous dirigent et ceux jusqu'à notre dernier souffle...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.