vendredi 24 janvier 2014

[autarcie] Un verger bien pensé

Les Fermes Miracle, un verger commercial de 5 acres inspiré de la permaculture dans le sud du Québec
24/01/2014 (en Français texte en français )

3 commentaires:

  1. Ok, ok, nickel, mais si ce mode de culture est vérifié, c'est qu'auparavant la parcelle a quand même été conduite assez longtemps en bio. Les équilibres y ont, alors,certainement été recouvrés. Ce qui serait malhonnête de faire, ça serait de prétendre pouvoir transposer ce principe à toute l'agriculture. Contre la tavelure sur pommiers ou poiriers, par exemple, la parade qui semble y être efficace est celle de variétés anciennes à tolérances fortes. Seul bémol, c'est que commercialement sont rares parmi ces variétés celles qui satisfont le consommateur final (trop petites, acides et de conservations médiocres). La science doit se diriger prioritairement vers une meilleur connaissance des règles agronomiques d'une part et des rapports entre les parasites et les plantes (phéromones de stress émis par les plantes qui attirent vers elles les parasites et comment faire pour qu'elles n'en émettent plus.... par le recours à des préparations homéopathiques quantiques très particulières). Imaginez le casse-tête pour gérer sur un peu plus de 2.5 has plus de 100 variétés de pommiers et au total plus de 30 espèces sans oublier les légumes et les plantes fixatrices de l'azote atmosphérique..... Pour une démonstration pédagogique comme celle-là, pourquoi pas, mais pour satisfaire à des objectifs commerciaux même en réseaux bio, c'est une autre paire de manches.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je vois là c'est une nouvelle culture au sens propre comme au sens figuré, qui pourrait être le fondement de la nouvelle société que nombre demandent, où au moins une partie de ce fondement. Car la permaculture EST une culture. Une culture qui respecte la vie (donc viable !) qui respecte les cycles, le temps, une culture qui va dans le sens de l'autonomie (alimentaire d'abord). Une culture complexe, avec un savoir à acquérir et à transmettre. Toi tu vois ça dans l'optique commerciale immédiate, déformation professionnelle sans doute. Moi j'envisage plutôt dans l'idéal de pouvoir faire sortir le maximum de personnes de leur dépendance totale face à l'absolutisme marchand. C'est pour ça que tu notes à juste titre que ça demande du temps et du travail pour le sol de retrouver un équilibre permettant cela. Je suis conscient de ça, et je ne prétend pas que même si j'étais président en 2017 (pire chose qui pourrait m'arriver), je transformerai la société d'un claquement de doigts. C'est une voie, un projet à long terme, chose que nos politiques n'envisagent plus (pas ce genre et pas ouvertement en tout cas). C'est pour les enfants de nos enfants, c'est à eux qu'on doit penser.
      De plus gérer sa propre terre c'est être conscient du nombre de bouche qu'elle peut nourrir. C'est concret. Il faudra aller dans le mouvement inverse des derniers siècles qui a rompu le lien à la terre.
      N'écoutons pas l'infâme Voltaire, spéculateur esclavagiste au passage, qui disait "le genre humain tel qu'il est ne peut subsister, à moins qu'il n'y ait une infinité d'hommes utiles qui ne possèdent rien du tout".
      PS : Hollande sort de la promotion "Voltaire"...

      Supprimer
  2. http://www.bastamag.net/Victoire-paysanne-la-semence-de

    "le ministère confirme : « Le sujet semences va en effet être retiré de la proposition de loi contrefaçons par amendement gouvernemental, de façon à pouvoir être discuté en Loi d’avenir agricole. Notre position est claire : nous souhaitons exclure les semences de ferme du champ de la contrefaçon »"
    Rdv le 4 février pour voir si ce sera bien le cas.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.