mercredi 22 janvier 2014

Bruno Bertez : Brainstorming !



Les Clefs pour Comprendre du Lundi 20 Janvier 2014: Brainstorming! Par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 21/01/2014 (en Français texte en français )
→ lien




Nous n’avançons pas nos interprétations à la légère, Notre analyse de la dérive fascisante, normale, inéluctable des socialistes est fondée sur un examen très serré de l’histoire. Le fascisme ne s’articule pas obligatoirement autour du racisme ou de l’antisémitisme. On fait exprès de confondre le système fasciste avec sa composante raciste.

Pour comprendre la situation présente, il faut s’attacher à ce qui constitue l’essence du fascisme, l’organisation du système, ses buts et objectifs, ses ressorts. En particulier sa revendication d’inventer "une troisième voie" entre le communisme /socialisme et le libéralisme. Tout ce qui nie les différences sociales, les antagonismes, les identités constitue une marche sur l’escalier qui fait avancer vers le fascisme. Le dévouement des hommes, des firmes, des institutions à une idéologie de troisième voie accompagne régulièrement la dérive.

Nous vous conseillons, si vous êtes ce que nous appelons un homme de bonne volonté, c’est à dire quelqu’un qui veut savoir le vrai, de lire l’histoire non tronquée de la montée du fascisme et de l’ascension d’Hitler.



Au plan strictement économique, l’analyse des liaisons dangereuses entre le politique, l’Etat, et le business est magnifiquement exposée par Adam Tooze, dans son ouvrage de référence "The wages of destruction".



Il faut lire tous les chapitres dans lesquels Tooze expose la lutte de Hitler contre le chômage, l’emprise de plus en plus grande de L’Etat et des nazis sur l’économie, la constitution de liens de plus en plus serrés entre les nazis et le milieux d’affaires. Et l’enchainement qui mène à l’imbrication qui débouche sur le tout idéologique.

Le chapitre particulièrement intéressant est : Partners, The Régime and German business.

Mais pour bien assimiler, il faut lire les pages qui ont précédé.

Nous vous suggérons de remplacer dans le système de pensée d’alors le concept Hitlérien de Lebensraum par le concept Europe; l’idéologie de la Nation , par l’idéologie de la Construction Européenne. Les sacrifices demandés aux Nationaux à cette époque par les sacrifices demandés aux citoyens européens; le monde hiérarchisé dominé par les Allemands voulu par Hitler , par le monde européen actuel dominé par les pays du Nord, etc etc

L’usage scandaleux de la Shoah et du thème de l’antisémitisme ont pour fonction systémique de paralyser l’intelligence et d’occulter la réalité que nous vivons.

Les milieux dirigeants se réfugient derrière la Shoah et la brandissent pour empêcher toute analyse.

Si on les critique, si on ose décortiquer ce qu’ils font et tentent de faire, alors on est fasciste, raciste, archaïque, ringard, populiste etc

C’est une mystification qu’il faut sans cesse dénoncer, exposer. Les gens tentés par le fascisme, ce sont eux et on peut lutter contre eux sans être antisémite. On peut lutter contre l’idéologie européenne sans être extrémiste, on peut être contre la finance et l’usure et refuser l’amalgame: finance égale juifs, etc etc

Luttons contre l’instrumentalisation de la Shoah, c’est un procédé méprisable.

Luttons contre l’usure et la régression qu’elle impose, c’est un devoir pour les générations futures.

Il faut passer le scalpel entre les amalgames, dénoncer les collusions en particulier celles de médias maintenant quasi entièrement contrôlés, se préparer à se battre pour la liberté d’internet seul espace de vérité.

Sur internet il y a du vrai, du faux, du bidon, de l’authentique, mais au moins il y a encore du vrai. Et c’est la dignité de l’individu d’être capable d’effectuer ce tri, ce n’est pas à l’Etat policier fascisant de le faire.



Ce qu’il faut comprendre, c’est que le fascisme démarre doucement, que c’est un glissement imperceptible. Il y a toute une préparation culturelle qui s’effectue au fil du temps. On implante, on met en avant le dévouement, l’esprit de sacrifice pour une grande cause, la nation, la République, le progrès, l’Europe, la race, le chômage, la sécurité puis peu a peu on enfonce dans le crane des gens que pour cette cause toutes les libertés doivent être abandonnées; toutes les régressions sont autorisées, que c’est pour un bien, pour votre bien.

C’est ainsi que l’on arrive aux pleins pouvoirs, en particulier donnés par les socialistes et ex socialistes à Pétain, Laval, et leur clique.



Les médias jouent un rôle déterminant dans cette manipulation politique et culturelle, sans eux il ne serait pas possible de dominer les esprits et ou de faire tomber l’esprit critique. Le fascisme prend appui sur la suspension de l’esprit critique, sur l’imposition de fausse évidence, sur les mystifications, sur les vessies prises pour des lanternes; Sans jeu de mots sur Trierweiler.





Faites lire les histoires non tronquées du fascisme, en particulier celui de Mussolini, cela vous permettre de prendre conscience de l’évolution actuelle; sacrifices, dévouement à de grandes causes, dirigisme, disparition des différences sociales et politiques et même de genre, au profit d’un parti unique, que dis-je d’une masse unique ou d’une voie tierce, ou gouvernement de salut public etc etc Le fascisme c’est la négation des identités fondues dans la Masse.



J’écoutais la pseudo confession du Waffen SS présent à Oradour- sur- Glane, c’est toujours la même chose: Nous étions obligés, nous devions obéir, la même chose que Barbie, Eichman et les accusés du procès de Nuremberg; Le moteur et le responsable c’est l’obéissance. Le pouvoir d’Etat repose sur l’obéissance et ses deux composantes à savoir la menace de la force d’une part et la docilité d’autre part. Lisez Hannah Arendt, c’est le moment.

Celui qui obéit est aussi coupable que cela qui commande, voilà notre conception de la dignité humaine et, contre les évolutions scélérates, la révolte est un devoir !



Eric Zemmour/RTL: Notre vie privée appartient désormais à l’empire du bien!
RTL, 22/01/2014 (en Français texte en français )

11 commentaires:

  1. Pour info :

    Aldous Huxley n'a jamais écrit ce texte.

    Que quelqu'un aille prévenir Bruno Bertez.

    RépondreSupprimer
  2. A propos du soi-disant "extrait" de Aldous Huxley datant de, toujours soi-disant, 1939 :

    En réalité, le philosophe Serge Carfantan avait écrit ceci sur son blog en 2007 : je cite :

    Si nous devions formuler dans un discours une prosopopée du cynisme politique incarné par le personnage cynique d'Huxley, cela donnerait quoi ?

    "Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s'y prendre de manière violente. Etc, etc."

    http://sergecar.perso.neuf.fr/cours/sagesse_revolte.htm

    Comparez les deux textes, et vous verrez que le texte original de Serge Carfantan a été tripatouillé, et même expurgé.

    Par exemple, le mot "télévision" a été supprimé : il ne fallait pas que le mot "télévision" apparaisse dans un texte qui datait, soi-disant, de 1939 ! ! !

    Aldous Huxley n'a jamais écrit ce texte, ce soi-disant "extrait" de Aldous Huxley est un hoax.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bruno.A,

      Ce qui fait surtout peur c'est le nombre d'individus qui utilise et manipule l'État. Rien que de penser ce genre de texte témoigne déjà l'esprit dérangé du genre humain.

      La Démocratie a bon dos et la République une belle religion. Avec cela, nos politiques ne sont que des attrapes nigauds et les vrais pouvoirs restent dans l'ombre.

      Et pourtant, vous l'avez tous remarqué, même les soi-disant peuples élus ont un petit problème d'efficacité…avec ou sans Shoah, la marmelade ne prend plus.

      Nous avons changé d'ère, nous ne reviendrons jamais plus en arrière. L'Euro est mort et rien ne justifie sa résurrection. Le sacrifice des peuples est inutile. La violence prend sa puissance parce que nos dirigeants se raccrochent à des idées d'arrière garde.

      Les banquiers, souvent juifs, sont ruinés et vous demandent de passer à la caisse. Il y a des errances qui deviennent suicidaires. L'histoire n'est pas qu'un simple rapport de force et de nombre, les peuples le savent.

      Agiter le chiffon rouge du Nazisme est dérisoire dans notre situation.

      Au plaisir de vous suivre.

      Supprimer
  3. je suis rassuré hitler est mort et il ne reviendra pas ou il n'a fait que du tourisme.

    RépondreSupprimer
  4. la télé en 1939 ???
    ceci etant, c'est bien le programme qui est appliqué par les socialos.

    RépondreSupprimer
  5. TECHNOCRATURE...
    De cette technostructure indigne nous participons tous, hélas, plus ou moins...
    Et pourtant individuellement nous voulons bien faire. Atteindre l'objectif avec humanité, si possible. (mais parfois, les réalités du projet...)

    Babel n'est pas un plan concerté entre initiés. Babel est une erreur industrielle. Une perte de contrôle sur les techniques. Les gouvernements sont remplacés par des technocrates c'est à dire par des servants de la technostructure. Il n'y a plus de direction. Nous ne sommes plus fédérés que par nos faiblesses individuelles communes : cupidité, lâcheté...
    Ca peut durer très longtemps. Nous nous imposons à nous même la technocrature...
    f.

    RépondreSupprimer
  6. Encore une énorme vidéo d'Eric Zemmour, une de plus, qui démonte le système minutieusement, astucieusement et qui exploite au maximum les 3 minuscules minutes qu'on lui accorde encore. Théorie du genre, meilleur des mondes, références historiques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais visiblement pas de référence sociologiques... (comme d'habitude avec Zemmour)

      Supprimer
  7. Les Politiques, les autorités "vranzaises" ne se gênent pas pour collecter tout un tas d'information, ils ne gènent pas pour nous dire quoi penser, comment s'habiller, comment élever ses enfant etc, alors j'estime avoir le droit de savoir commet va la prostate de mon président fromage et si il préfère baiser en levrette ou missionnaire. En tout cas merci a Closer( groupe de presse italien) pour avoir montrer la nullité , la servilité, de la presse française...

    RépondreSupprimer
  8. Le racisme n'est qu'une forme dérivé de collectivisme qui consiste à ne pas considérer l'individu en tant que tel mais unique comme membre d'un groupe humain.

    Racisme et socialisme ne peuvent faire que bon ménage.

    SJA

    RépondreSupprimer
  9. concernant la théorie du genre, j'aimerai bien savoir ce qui relève de l’acquis et de l’inné avant de me faire une opinion.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.