dimanche 5 janvier 2014

Emporté par la foule

Emporté par la foule
Cultural Gang Bang, 04/01/2014 (en Français texte en français )
→ lien


Il y a quelques années, le Washington post a organisé une expérience dans les couloirs du métro. Un violoniste d’exception, Joshua Bell, beaucoup plus subtil que son nom pourrait le faire croire, s’y est pointé, habillé comme un musicien de rue, sans trop en faire néanmoins. Il a sorti son crin-crin (un Stradivarius coûtant 4 millions de dollars, oui QUATRE) et en a joué pendant ¾ d’heure, au milieu du flux des péquins. L’expérience se déroula dans une station fréquentée très majoritairement par des employés et des cadres travaillant dans les buildings alentours (administrations, centres de recherche, cabinets d’avocats, agences fédérales). Joshua Bell joua des airs choisis pour leur très haute qualité musicale, des sommets dans leur genre, Bach, Schubert, Massenet et consorts, des choses à la fois belles à entendre et particulièrement difficiles à interpréter. Une caméra cachée filma la scène.

Que croyez-vous qu’il arriva ? C’est une question que les gonzes du Washington post avaient préalablement posée à Leonard Slatkin, directeur de l’Orchestre symphonique national, qui paria que 35 à 40% des gens reconnaîtraient la qualité de la musique entendue, et que 75% prendraient un peu de temps pour s’arrêter et écouter.
Il n’en fut rien.



Sur 1097 personnes qui passèrent devant Joshua Bell durant ce laps de temps, sept seulement s’arrêtèrent. 0,63%. Notons toutefois qu’une catégorie de personnes n’a pas été vraiment comptabilisée dans ces chiffres : les enfants. Tous les enfants (accompagnés par un adulte) vus dans l’expérience ont tenté d’écouter, ont regardé le violoniste, mais ils en furent promptement empêchés par le parent, pris par des choses autrement sérieuses.

Poursuivant l’expérience, les organisateurs ont ensuite interrogé certains des passants indifférents. On ne peut pas en retenir une loi générale, mais en général, retenons qu'ils n’ont pas que ça à foutre, ils ont un rendez-vous, ils n’ont même pas remarqué qu’il y avait un musicien, ils téléphonaient ou écoutaient déjà un truc dans leur Ipod. Évidemment, il était prévisible que personne n’avoue « je ne me suis pas arrêté parce que je suis aliéné », mais la chose se déduit d’elle-même.
Pour les gens qui se sont arrêtés, nous avons un type qui a pratiqué le violon lui-même, qui a immédiatement reconnu qu’il n’avait pas affaire à un gratteur ordinaire (même s’il n’a pas reconnu Bell) et qui a passé dix minutes à s’en prendre une bonne tranche, hésitant presque à venir lui filer sa pièce, pour ne pas le déranger… Nous avons un type qui s’est arrêté parce qu’il trouvait ça simplement joli et apaisant, et qui ne connaît rien de la musique « classique »; et nous avons une dame qui a reconnu Joshua Bell pour l’avoir vu en concert quelque temps auparavant (pour entendre Bell en concert, il faut généralement débourser quelque chose comme 100 dollars…). Mais, de toute façon, pourquoi interroger ce micro groupe et, d'une façon générale, que nous importe l’opinion de gens si scandaleusement minoritaires ?



Chacun tirera la leçon qu’il veut de cette expérience. On pourra y voir l’illustration des ravages produits par un mode de vie haletant ; on pourra y voir une conséquence de l’envahissement délirant de la vie quotidienne par la musique, galvaudant cet art y compris quand un de ses plus brillants interprètes s’y adonne ; on pourra y voir une leçon d’humilité donnée au directeur de l’Orchestre symphonique national et à un musicien exceptionnel ; on pourra y voir la décadence du sens artistique dans une métropole occidentale privilégiée ; on pourra y voir un exemple du mépris dans lequel il est bon de tenir les manifestations intempestives d’élitisme (même si le violoniste jouait gratis) ; on pourra y voir toute la considération qu’on porte aux choses admirables quand elles ne sont pas mises en scène de façon prestigieuse ; on pourra y voir les effets banals du libre-arbitre appliqué à la vie quotidienne ; on pourra y voir un sujet de méditation pour les partisans du Marché et du laisser-faire, ou bien d’autres choses encore.
On pourra aussi s’interroger, comme le fit l’écrivain John Lane : « Si on ne peut pas prendre un peu de temps de notre vie pour s’arrêter et écouter l’un des meilleurs musiciens du monde jouer une musique parmi les plus belles jamais écrites ; si la vie moderne nous rend sourds et aveugles à quelque chose comme cela, alors demandons-nous : à côté de quoi d’autre passons-nous ? »

(Pour une relation plus complète de l'expérience, mais en anglais, voir ici )

Je vous invite à écouter. Je veux pas me jeter des fleurs, mais personnellement, me connaissant, étant suffisamment mélomane et musicalement instruit, et de ceux encore réceptifs aux grandes merveilles classiques, et curieux et ouvert quand je suis dans la rue, je suis persuadé que j'aurais été de cette infime minorité qui se serait arrêtée, interpellé notamment dans le cas présent par un son de plusieurs cordes frottées simultanément (extrêmement dur à maîtriser).

15 commentaires:

  1. perso jai eu la mal chance de faire du violon etc etc tout en respectant l'art de l'apprentissage du solfège le baba franchement le classic c'est de la merde.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, ça s'appelle un biais cognitif.

    Je ne me serais pas arrêté. Je trouve ça moche. Je ne dois pas avoir l'oreille formée et je SUIS aliéné.
    Cependant pour moi la leçon a en tirer, c'est la justification du pourquoi les élites méprisent le peuple : il est vulgaire, en voici une preuve de plus (même si le musicien vient probablement du peuple ! lol).
    Eux sont éduqués aux raffinements. Le peuple lui, il se serait arrêté si c'était une hystérique en string comme Britney ou Miley.

    Pauvre Miley si un jour elle réalise ce qu'elle est devenue ... mais bon, passer chez Disney ça abime.

    RépondreSupprimer
  3. C'est une honte, 4 milliards pour un stradivarius avec des pecnots qui sont incapables de toucher le grand public !!!

    La Musique c'est le langage des âmes pures pas des sacemifiés qui empêchent le monde de tourner.

    Pas besoins de niquer le système, il se nique tous seul.

    4 miards, changez de métier avant d'en crever.

    RépondreSupprimer
  4. oui, biais cognitif bien connu.

    Dans le même style : dégustation à l'aveugle vs en voyant les étiquettes (prix, renommée) vs en permutant les contenus ;

    d'où un même produit sous plusieurs marques ne différant qu'à la marge (marque de distributeurs ou jeu d'arguments publicitaires) avec des prix, et donc des marges, très variables.

    --neuneu.

    RépondreSupprimer
  5. Je trouve cette article particulièrement méprisant.

    Si les gens ne s'arrête pas c'est en grande partie :
    - Parcequ"il ne connaissent pas la musique classique. Et alors ?
    - Parcequ"il s'en tape de la musique classique. Et alors ?

    Je ne vois pas au nom de quoi une hiérarchie s'appliquerais dans le domaine des arts, divisant la musique par exemple, entre musique classique, "grande musique" (et surtout élitiste) et par exemple la variété, dite "populaire".

    Personnellement :
    - Je mets ce musicien et Britney Spear au même niveau : des artistes. Libre à chacun d'apprécier l'un où l'autre ou les deux.
    - Je considère les personnes qui me dicte ce qui est bon d'aimer ou pas comme des fascistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci de lui donner raison par ton commentaire.

      Supprimer
  6. +1 à Coco.
    J'ai vu cette vidéo circuler il y a quelques années de cela, et les internautes ne le prenaient pas vraiment pour une preuve d'aliénation ou d'acculturation (bien qu'il y en ait un peu) mais surtout pour ce que c'était : une expérience rigolote.

    Pour ma part, j'apprécie la musique et je prends le métro, et je vois régulièrement des gens d'un excellent niveau jouer.

    Mais il y a le fait que quand je prends le métro je n'ai qu'une préoccupation : en sortir le plus vite possible ! je ne prends pas le métro pour flâner. Donc je ne m'arrête jamais devant un joueur, si qualitatif soit-il : je ne suis pas réceptif, tout simplement.

    S'il avait joué dans une rame entre 2 stations, les résultats auraient sans doute été différents.
    Reste aussi que le classique ça n'a rien d'absolu. Il y en a qui n'aiment pas ça.

    P.S. : depuis que les ingénieurs en interférométrie ont des ordinateurs, on sait faire des violons aussi bons que les Stradivarius avec du bois de plancher. On s'est aperçu que ces violons avaient un joli sont non pas grâce à leur forme mais grâce au vernis dont ils sont enduits, issu d'une roche volcanique italienne.
    Leur prix, c'est donc du pur snobisme (tout comme un Leica pourra toujours être vendu plus cher qu'un Sony ou qu'un Canon).

    RépondreSupprimer
  7. Il eut été intéressant de tenter la même expérience avec 4 ou 5 personnes payees pour rester devant. Attroupement => effet moutonnier et a mon humble avis bien plus de personnes se seraient arrêtées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas la peine, file lui un théâtre luxueux, vend les places entre 100 et 1000€, certaines personnes se battront pour y assister. La plupart étant d'ailleurs trop vieux pour entendre l'ensemble de la gamme des sons émis.

      Bon OK, il faut aussi un bon musicien, du bon matos et une bonne technique mais combien ferons la différence avec un musicien professionnel moyen ?

      Sur la musique, je ne sais pas, mais on a l'exemple de la peinture où, par exemple l'original de la Joconde vaut des centaines de million alors que pour quelques centaines d'euro tu peux avoir la même chose en copie de qualité.

      Et d'ailleurs, la Joconde est-elle objectivement une oeuvre qui ait un tel intérêt (rapporté à son prix) ? J'en doute.

      Supprimer
  8. Pour que cette expérience aie de la valeur, il aurait fallu la faire dans des circonstances différentes.
    Ici, les gens vont au boulot, ils sont stressés et pressés par le temps. Ils pensent surtout à arriver à l'heure et à ne pas louper leur correspondance. Ils ont autre chose en tête que d'écouter la chacone de Bach.
    Il y a un temps pour tout. On n'est pas toujours en condition pour écouter de la belle musique.
    S'ils avaient fait l'expérience un week-end, dans un lieu de promenade ou de shopping (parc, mall, ...), là ç'aurait été beaucoup plus significatif. Je suis prêt à parier qu'il y aurait eu un fort attroupement.

    RépondreSupprimer
  9. Je me disais donc que le monde est dévoré par l'ennui. Naturellement, il faut un peu réflechir pour se rendre compte, ça ne se saisit pas tout de suite. C'est une espéce de poussière. Vous allez et venez sans la voir, vous la respirez, vous la mangez, vous la buvez, et elle est si fine, si ténue qu'elle ne craque même pas sous la dent. Mais que vous vous arrêtiez une seconde, la voilà qui recouvre votre visage, vos mains. Vous devez vous agiter sans cesse pour secouer cette pluie de cendres. Alors, le monde s'agite beaucoup. (Bernanos)

    RépondreSupprimer
  10. on prend le meilleur musicien, on le met dans un espace pas prévu pour, une gare, un couloir de métro, c'est bruyant, le son est perturbé bien sur. Et le "public" est choisi aussi, on prend des gens qui courent après le temps, soit qu'il vont au travail, soit qu'il en reviennent et vont chercher le gosse à la crêche, etc etc.
    et on arrive à des conclusions ?
    la seule conclusion c'est qu'il y a un moment pour tout et que le métro ou une gare aux heures d'affluence ne sont ni le lieu ni le moment pour espérer détourner le "public" de ses préoccupations de l'instant. Parler d'aliénation me fait bien rire.
    D'ailleurs qui est cité dans ceux qui s'arrêtent ?
    - un violoniste donc qui connait et arrive a identifier le caractère exceptionnel.
    - un spectateur physionomiste
    - un type qui a du temps, un flâneur certainement.
    Pour reprendre un commentaire plus haut, le dimanche après midi (tant que l'on n'est pas obligé de bosser le dimanche...) dans un square, par beau temps, ni trop chaud ni trop froid, bref dans les bonnes conditions de réceptivité il y aurait certainement eu plus de public.
    c'est une expérience à la c... pour démontrer que le peuple est vulgaire.

    RépondreSupprimer
  11. Un article au titre racoleur mais quand même :
    http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140106trib000807959/2014-la-grece-quitte-l-euro.html
    Donc peut-etre bientot le début de l'apocalypse, promise par Baroin :
    https://www.youtube.com/watch?v=EeGRV6rsFA0

    RépondreSupprimer
  12. La Grèce prend la présidence de l'Union Européenne pour six mois, jusqu'au 30 juin 2014.

    La Grèce est en faillite.

    Elle subit une régression sociale historique.

    2004 : dette publique de 183,157 milliards d'euros, soit 98,6 % du PIB.
    2005 : dette publique de 195,421 milliards d'euros.
    2006 : dette publique de 224,204 milliards d'euros.
    2007 : dette publique de 239,3 milliards d'euros.
    2008 : dette publique de 263,284 milliards d'euros.
    2009 : dette publique de 299,682 milliards d'euros.
    2010 : dette publique de 329,513 milliards d'euros.
    2011 : dette publique de 355,617 milliards d'euros.

    En début d'année 2012, la Grèce a fait défaut : 107 milliards d'euros de dettes ont été effacés.

    2012 : dette publique de 303,918 milliards d’euros, soit 156,9 % du PIB.

    Fin juin 2013 : dette publique de 316,969 milliards d’euros, soit 169,1 % du PIB.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-23102013-AP/FR/2-23102013-AP-FR.PDF

    Chômage : chiffres Eurostat d’octobre 2013 :
    Grèce : 27,3 % de chômage.
    Chez les jeunes de 15 à 24 ans : 54,8 % de chômage.

    La misère frappe de plus en plus de Grecs.

    Près d’un tiers des Grecs sans couverture sociale.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/12/09/pres-d-un-tiers-des-grecs-sans-couverture-sociale_3528051_3214.html

    RépondreSupprimer
  13. Evolution des sondages en Italie durant l'année 2013 :

    Question : "Voulez-vous revenir à la lire ?"

    Réponse en avril 2013 :
    Oui : 44 % des personnes interrogées.
    Non : 48 % des personnes interrogées.

    Octobre 2013 :
    Oui : 48 %.
    Non : 45 %.

    Décembre 2013 :
    Oui : 49 %.
    Non : 44 %.

    En Italie, les courbes se sont croisées.

    Aujourd'hui, la majorité des Italiens veulent revenir à la lire. Et les partisans du retour à la lire sont de plus en plus nombreux.

    Nous allons devoir regarder à la loupe les résultats des élections européennes du 25 mai 2014 en Italie.

    http://scenarieconomici.it/sondaggio-scenarieconomici-20-dicembre-2013-sarebbe-favorevole-alla-reintroduzione-di-una-valuta-nazionale-si-49-no-44-un-partito-anti-euro-potrebbe-valere-il-24/

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.