mercredi 29 janvier 2014

L'investissement étranger en France en chute de 77%

Hollande Plays "Mother May I"; Mish's 5 Giant Scissor Steps Proposal; Foreign Investment in France Falls 77%
The Wall Street Journal via Mish's Global Economic Trend Analysis, 29/01/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
With bloated labor costs, pension requirements, labor rules, strikes, CEOs held hostage (literally), and overall union inefficiencies, it's no wonder Foreign Investment in France Fell 77% in 2013.

Releasing its first estimates for 2013 Tuesday, the United Nations Conference on Trade and Development said that while foreign investment in the European Union increased from 2012, inflows to France fell by 77% to $5.7 billion, extending a decline that began with the 2008 financial crisis and was briefly interrupted in 2011. Foreign investment was last lower in 1987, and as recently as 2007, it peaked at $96 billion.

By contrast, foreign investment in Germany almost quadrupled to $32.3 billion, while in Spain it rose by 37% to $37.1 billion. Foreign investment in Italy, Belgium, the Netherlands and Ireland also rose.

12 commentaires:

  1. Turquie, Inde, Indonésie, Afrique du Sud, Brésil : les commentateurs anglophones sont très inquiets de l'effondrement de ces "fragile five"

    Ces "fragile five" sont en train d'entraîner toute la planète dans leur chute.

    Mardi 28 janvier 2014 :

    Inde : hausse du taux directeur de la Banque centrale de 0,25 point, à 8%.

    La Banque centrale indienne (RBI) a augmenté mardi de 0,25 point son taux directeur, pour le porter à 8%, une décision surprise destinée à maîtriser l'inflation qui reste supérieure à l'objectif visé par l'institution.

    A l'issue d'une réunion à Bombay, la capitale financière indienne, la RBI a annoncé que son taux repo, auquel elle prête aux banques, était relevé à 8%, contre 7,75% auparavant.

    Mercredi 29 janvier 2014 :

    Turquie : la banque centrale augmente ses taux pour sauver la livre.

    La banque centrale turque a décidé mardi soir de procéder à la hausse significative de ses taux d'intérêt attendue par les marchés pour endiguer la chute continue de la livre, contre l'avis du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan hostile à cette mesure.

    Lors d'une réunion d'urgence de son comité de politique monétaire, l'institution financière a procédé à un changement complet de stratégie et annoncé une augmentation de son taux au jour le jour, qui passe de 7,75 à 12%, et de son taux hebdomadaire repo, poussé de 4,4 à 10%.

    RépondreSupprimer
  2. Ben tant mieux, j'ai jamais compris en quoi c'était bon les investissements étrangers, les gars ne nous font pas cadeau du pognon, à terme, il retireront plus que ce qu'ils ont amené, c'est bien le but non ?

    Même dans les pays sous développés, les IDE permettent de booster l'activité, de moderniser un peu le pays mais on voit bien que massivement, ils travaillent pour les étrangers riches.

    Les IDE c'est un peu comme si tu vendais ta maison pour en devenir locataire, au début tu t'enrichie puis rapidement tu l'as dans l'os.

    RépondreSupprimer
  3. Je te prête 50.000 euros. Tu crées ton entreprise, tu as de l'activité, tu gagnes de l'argent et tu me rembourses petit à petit. Je gagne de l'argent sans rien faire mais quand même, je suis un bon investisseur car j'ai analysé ta situation, ta motivation et la faisabilité du projet. Ca c'est le coté positif du capitalisme ou le moins pire si on est communiste.

    Maintenant dans un monde de planche à billets ou l'argent ne représente plus rien, dans un monde ou l'investissement n'a plus de sens car il se fait virtuellement, par informatique ou je peux être investisseur de ton entreprise (sans l'avoir visité) pendant 1 dixième de seconde (high frenquency trading), dans un monde ou on commence à toucher les limites physiques en ressources, ecologiques et avec un problème majeur mais tabou qui est la surpopulation et le mythe de la croissance infinie, je suis plutot d'accord avec toi. Le coté négatif l'emporte de plus en plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Je te prête 50.000 euros"

      Oui mais non, là il s'agit d'un prêt. Un prêt ça ne vaut rien, c'est un pari, faire de l'argent avec de l'argent, ça devrait simplement être interdit.

      Le VRAI investissement, c'est, je te donne 50.000 euros, tu crée ou développe une activité et je prend les bénéfices s'il y en a au prorata de mon investissement.

      Il y aussi le non investissement qui est aussi un pari : j'achète une action déjà existante à un gus qui n'en veut plus, ce n'est absolument pas un investissement, juste un transfert de risque. Interdire, non, on doit pouvoir vendre ce qu'on possède, mais limité la spéculation par un fixing par jour : OUI.

      Le vrai investissement, c'est souscrire à une augmentation de capital (ou investir dans une société nouvelle). Si il n'y avait que ça comme investissement, l'activité serait à fond.

      Supprimer
    2. je suis heureux de vous trouver. je voudrais ouvrir un kébab. et je suis soulagé de trouver quelqu'un comme toi qui est prêt a me prêter 30000 euros sans intérêts. la plupart des kébabs ferment au bout de 2 ans mais on sait jamais si j'ai de la chance peut être je pourrais te rembourser mais bon c'est pas sûr hein, on verra. merci en tout cas c'est généreux. merci de me contacter pour lancer l'opération. a très bientôt

      Supprimer
    3. Salut bob,

      Je te propose plutôt de t'inscrire dans une boite d’intérim, ça semble beaucoup plus abordable pour toi, vu la façon que tu as de présenter ton projet.

      538 185 nouvelles entreprises ont vu le jour en France en 2013 et il est probable qu'un grand nombre ait obtenu un financement au moins partiel d'une banque.

      Par exemple, j'ai loué mon ancien local PRO à un gars qui travaillait dans le bris de glace, il a obtenu un crédit de la BNP pour l’aménagement et les investissements dans l'outillage.

      J'ai moi même obtenu 300 000€ pour financer mon nouveau local commercial et SANS garantie perso.

      "Ainsi, depuis le début de l'année, BNP Paribas a dédié plus de 3,5 milliards d'euros à la réalisation de nouveaux crédits de moyen ou long terme accordés aux Micro-Entreprises et PME indépendantes en France. De même, 54 000 dossiers de crédit TPE et PME ont été réalisés, représentant 2 000 dossiers de plus que l'an passé."

      Désolé bob, ça fait un paquet de gars qui sont un poil plus dynamique et crédible que toi.

      Bon app.

      Supprimer
    4. J'espère que ça ne t'as pas échappé que le bob, il nous racontait un joli "bobard"....parler de kébab sur ce blog, oh !!
      Tu aurais dû lui conseiller d'aller s'installer à Lourdes pour y vendre des souvenirs, çà, ça marche d'enfer !

      Supprimer
  4. Chômage, croissance, déficits, insécurité, violence, liberté d'expression, … bref des échecs retentissants a tout les étages de ce gouvernement et une seule démissionnée : La cocue de la république, la Valoche diplomatique de service…

    Et il y a encore 23% d'étrangers qui cherchent des investissements en France ? Ils sont dans les pompes funèbres, ou dans les scooters présidentiels… c'est pas possible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. plusieurs raisons d'investir en france:pour piquer la technologie d'une boite mal gérée qui t'intéresse.ou alors toucher une grasse subvention des collectivités locales contre promesse bidon d'emploi.on commence a etre dépassés niveau technologie et les collectivités reserrent leurs dépenses donc moins d'investisseurs étrangers

      Supprimer
  5. De Gaulle avait refusé l'implantation de GM en France car il craignait que, ce faisant, cela n'impacte négativement les constructeurs automobiles français d'alors. La société GM dû donc investir dans l'ex RFA, cela donna OPEL.
    Ce que De Gaulle, à son époque, ne pouvait pas encore pré sentir, c'était l'intégration du marché national dans celui de l'UE. Ses craintes n'étaient donc, à moyen terme, pas vérifiées. Quant au long terme, le principe d'économies d'échelles des plates-formes communes et les tentatives de rapprochement d'avec Peugeot nous indiquent bien que c'eut été peut-être un atout que de partager une culture commune dans la perspective de périodes comme l'actuelle où, face à l'appétit technologique de rapace des chinois, il est plus prudent de se regrouper que d'être isolé avec, en plus, un Etat qui n'a plus les moyens d'interventions d'antan, si ce ne sont ceux pour différer l'échéance du plongeon final.
    On peut tout dire et des conneries aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous ensemble entre occidentaux contre ces salauds de chinois? Il n'y a pas d e partenariat possible avec une boite américain, une relation de vassal tout au plus.

      Supprimer
  6. Tout de suite des considérations à caractère, comment dirais-je, bref, que ce soient des chinois ou d'autres, le fait est que nous nous faisons sucer toute notre avance technologique y compris avec Airbus. Et avec GM, les risques de transferts auraient été nettement nettement moindres, les économies d'échelle amplifiées par la proximité géographique et les emplois nettement moins délocalisés. Un fait est un fait et les considérations d'ordre culturelles ou de couleurs, pour rester poli, interfèrent dans l'analyse requise et sont réductrices.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.