jeudi 9 janvier 2014

Vifs débats à l'Assemblée autour de l'agroécologie

On est vraiment pile poil dans ce que Bourguignon explique... Et les agriculteurs qui militent pour rester enchainés à l'agro industrie, alors qu'ils pourraient massivement passer au semis direct sous couvert...

"Le labour n'est jamais trop profond !"   

Vifs débats à l'Assemblée autour de l'agroécologie
Le Monde, 09/01/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Le passage d'un modèle agricole productiviste vers une « agroécologie », volonté affichée du projet de loi d'avenir pour l'agriculture, a provoqué de vifs débats mercredi 8 janvier à l'Assemblée, la droite y voyant la fin du métier d'agriculteur comme producteur.

L'agroécologie, qui ne se limite pas au bio, a été définie dans ce projet de loi comme un « système de production privilégiant l'autonomie des exploitations agricoles et l'amélioration de leur compétitivité en diminuant la consommation d'énergie, d'eau, d'engrais, de produits phytopharmaceutiques et de médicaments vétérinaires ».

Le député UMP de l'Aube Nicolas Dhuicq n'a pas hésité à parler d'un « amendement profondément réactionnaire » qui veut « retourner à un système d'exploitation post-néolithique » et à « l'âge d'or idéal d'avant l'apparition de la chimie ».

7 commentaires:

  1. "Christian Jacob le chef de file des députés UMP a ainsi souhaité « qu'on puisse reprendre la recherche sur les OGM en plein champ car le blocage de la recherche a permis à Monsanto d'avoir une situation de monopole ». Il faut même « davantage d'intensification » de la production."
    Il y a des têtes qui seraient du meilleur effet au bout d'une pique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il est exploitant agricole céréalier dans la brie, c'est plie le type de gars qui a tout à y perdre!!

      Supprimer
  2. d'un « amendement profondément réactionnaire » qui veut « retourner à un système d'exploitation post-néolithique » et à « l'âge d'or idéal d'avant l'apparition de la chimie ».

    ba oui on est d'accord avec toi, arrête de palper mon gars.

    RépondreSupprimer
  3. Il faut bien preserver la rente des semanciers et des chimistes

    RépondreSupprimer
  4. Reconnaissons tout de même que le gouvernement semble vouloir faire bouger les lignes.
    Je me renseigne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bouger les lignes.....
      En sabrant dans les budgets dédiés à l'agriculture biologique ?
      En validant la simplification des procédures préalables aux agrandissements des porcheries en Bretagne où des élevages de 400 truies vont pouvoir passer à 600 ou 1000 truies sans plan d'épandage supplémentaire des lisiers.... ?
      En faisant perdre les aides PAC du premier pilier (liées aux surfaces) aux plus petites exploitations ?
      En nous interdisant de pouvoir disposer de nos semences auto-produites alors qu'au travers de cette production nous capitalisons génétiquement des conduites culturales sélectionnées au fil des décennies ??
      En ne soutenant que des choix technologiques toujours plus lourds en capitaux et étroits techniquement aboutissant à du standard que l'on peut retrouver de partout sur la planète sans lien avec des terroirs ??
      Je veux bien qu'on se paie de notre gueule, mais la technique du bla-bla et des effets d'annonces est aussi clinquante que celle que l'on croyait être la marque de fabrique de l'époque à Sarkozy.

      Supprimer
  5. Attention les coeurs sensibles, nourris aux pubs mensongères, fascinés par les belles couleurs des emballages des supermarchés, admiratifs devant les néons scintillants des usines, voilà ce qu'on vous fait manger et la condition dans laquelle on "élève" (pour peu qu'"élever" ait un sens commun avec "torturer") les poulets d'élevage.
    Diffusé sur Arte hier soir (mangez avant après vous ne pourrez plus) http://www.arte.tv/guide/fr/047519-000/germes-tueurs

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.