jeudi 30 janvier 2014

Visualiser l'effondrement des investissements étrangers en France

C'est sûr que c'est pas la pravda qui va vous mettre un tel graphique à la une...

Foreign Investment In France Crashes 77% In 2013 (Most On Record) To 26 Year Lows
ZeroHedge, 30/01/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien

12 commentaires:

  1. c'est un graphique pour défendre la loi de 1973 ou quoi ? lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais pas si vous avez fait gaffe, mais la pointe de la balance des changes culmine en 2004, année mémorable durant laquelle l'expert en "crochets de boucher " avait bradé 480 tonnes de nos réserves d'or au bénéfice de petits acquéreurs copains......Gag, pub, bébette show Cocoboy et Collaro .....!! Il était alors un des prédécesseurs à Cahuzac au poste de ministre du budget, non ?

      Supprimer
  2. Magnifique ETE... on devrait prochainement passer en négatif...

    RépondreSupprimer
  3. ZeroHedge se demande si la France est maintenant un pays émergent.

    Il semblerait que ce soit plutôt un pays en immersion.

    RépondreSupprimer
  4. Sur ZH, en bas du graphique, il est inscrit "Data: Bloomberg and Figaro".
    Hors je n'ai pas trouvé trace du graphique ou d'un article sur le Figaro, en tout cas pas en frontpage.
    Assez typique de ce torchon de gauchos, qui se déclare de droite, et qui n'est en fait qu'à la droite de la presse Système, bobo, idéologique, européiste, babelienne, et qui désinforme à longueurs de journée.
    Possible qu'il y ait eu un article, mais il été très vite enfoui sous les méandres de la manufacture du consentement si chère à Chomsky, et de la stratégie de saturation de l'information pour mieux tromper le peuple.
    Petit florilège du Fijaro à l'heure où je vous parle :
    Djihadiste toulousain : "Mon fils n'est pas parti au combat" (INUTILE)
    Satya Nadella pourrait être le prochain DG de Microsoft (INUTILE)
    Incendie/Mulhouse: 30 et 10 ans de prison (INUTILE)
    Prise d'otages à Pôle emploi: réquisitoire (INUTILE)
    Un enfant attaqué par deux rottweilers (INUTILE)
    Un nouveau patron à la tête de la NSA <<<
    Bieber avait fumé du cannabis et pris du Xanax (INUTILE)
    Le maire de La Nouvelle-Orléans jugé (INUTILE)
    Ce graphique de 1ère importance aurait du être mis en Une, le reste n'est que hubris, de qui se moque-t-on !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du pt de vue idéologique, Le Fijaro est à la presse ce que NKM est la droite ...

      Supprimer
  5. Dassault "Gocho" ?
    A gauche de Mussolini, peut-être !

    RépondreSupprimer
  6. rien à battre de l'investissement étranger. Pour cause ? C'est uniquement ou à 90 %, financier. Ils jouent aux sous en France.
    Pourquoi croyez vous que les pays émergents désemergent en ce moment ?

    RépondreSupprimer
  7. Pays émergents : cyclone financier à l'horizon.

    Vendredi 31 janvier 2014 :

    Emergents : l'incertitude politique vient aggraver la crise économique.

    Les marchés émergents les plus touchés sont aussi ceux où la situation politique est fragile.

    Les pressions sur les devises contraignent leurs banques centrales à remonter leurs taux et prendre ainsi le risque de freiner la croissance. Cela en retour menace la popularité de leurs dirigeants et pèse sur leur avenir politique, comme dans le cas du turc Recep Tayyip Erdogan et de l'Ukrainien Viktor Ianoukovitch.

    TURQUIE: Touché par un scandale politico-financier, le gouvernement du Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, et son parti AKP ont vu leur popularité chuter. Il affronte notamment la confrérie du prédicateur musulman, Fethullah Gülen, et va devoir passer l'écueil des élections municipales à la fin mars où plusieurs villes importantes ou symboliques pourraient basculer dans le camp de l'opposition, notamment Ankara et Istanbul. La Banque centrale vient de remonter fortement ses taux pour défendre la Livre turque malgré l'opposition du gouvernement qui craint que cela ne freine la croissance économique et ne creuse les déficits. Les résultats des municipales vont conditionner la décision de M. Erdogan, à la tête du gouvernement depuis 2003, de se présenter ou pas pour la présidentielle d'août 2014. Atteint par la limite des trois mandats, il devra quitter son poste de Premier ministre à l'issue des législatives de 2015.

    UKRAINE: Le pays est la proie d'une forte contestation après la décision du gouvernement du président Viktor Ianoukovitch de renoncer à un accord de libre-échange avec l'Union européenne et de se rapprocher économiquement de la Russie. Elu en 2010, il a maintenu sa majorité parlementaire aux législatives de 2012 mais l'opposition réclame maintenant des élections anticipées. Le Premier ministre, Mykola Azarov, et son cabinet viennent de démissionner. Du fait de ces incertitudes, la demande pour les devises est actuellement deux fois plus forte qu'en temps normal. Si la plupart des économistes estiment que la baisse actuelle de la monnaie locale, la hryvnia, pourrait contribuer à relancer l'économie, ils craignent aussi qu'une escalade des tensions dans le pays entraînent une ruée de la population, ce qui rendrait incontrôlable l'effondrement de la devise nationale.

    ARGENTINE: Victime d'une crise économique sans précédent en 2001 qui l'a obligé à faire défaut sur sa dette, le pays n'a toujours pas accès aux marchés financiers internationaux. La présidente, Cristina Kirchner, au pouvoir depuis 2007 et réélue en 2011, ne peut en principe se représenter en 2015. Elle a confié la politique économique au ministre, Axel Kiciloff, contesté par les milieux d'affaires et qui défend le principe d'une forte intervention de l'Etat dans la vie économique. Mais les réserves monétaires fondent à vue d'oeil et le pays est en proie à une forte inflation.

    AFRIQUE DU SUD: Elu en 2009 pour cinq ans, le président Jacob Zuma s'appuie sur le parti historique ANC au pouvoir depuis 1994 dont la figure historique était Nelson Mandela. Mais Jacob Zuma, qui se représentera lors de l'élection présidentielle qui doit avoir lieu avant l'été, a été hué en décembre lors de la cérémonie d'hommage à Nelson Mandela. Il est la cible d'accusations de corruption dans un pays où les inégalités sont encore très fortes malgré la fin de l'apartheid en 1991.

    La suite ici :

    http://www.romandie.com/news/n/FOCUSEmergents_L_incertitude_politique_vient_aggraver_la_crise_economique70310120141401.asp

    RépondreSupprimer
  8. Pays émergents : cyclone financier à l'horizon.

    Vendredi 31 janvier 2014 :

    Le FMI veut une action "urgente" dans les émergents.

    Les monnaies de plusieurs pays émergents ont plongé ces derniers jours sur fond de reflux des capitaux étrangers et de doutes croissants sur la solidité de ces économies.

    Le FMI s'est dit favorable vendredi 31 janvier à une action "urgente" dans certains pays émergents déstabilisés par des récentes turbulences monétaires, tout en appelant les banques centrales à la "vigilance" à travers le globe.

    "Les turbulences soulignent dans certains cas la nécessité d'une action urgente pour améliorer les fondamentaux économiques des pays et la crédibilité de leurs politiques", a indiqué dans un communiqué le Fonds monétaire international, sans toutefois désigner précisément de pays.

    Depuis plusieurs jours, plusieurs pays émergents (Brésil, Turquie, Inde, Russie, Afrique du Sud, ...) ont vu leur monnaie plonger sur fond de reflux des capitaux étrangers et de doutes croissants des investisseurs sur la solidité de ces économies.

    Cette tendance est par ailleurs aggravée par le retour à la normale amorcée par la Banque centrale américaine, la Fed, qui augure de la fin de l'ère de l'argent facile et nourrit un mouvement de relocalisation des capitaux dans le pays.

    "Même s'il est difficile de désigner un seul déclencheur, les turbulences mettent en évidence les situations difficiles auxquelles plusieurs pays sont confrontés du fait d'un resserrement des conditions financières extérieures, d'une croissance plus lente et de prix des matières premières moins élevés", explique le Fonds.

    Le FMI note toutefois que certaines banques centrales (Turquie et Afrique du Sud notamment) ont répondu "énergiquement" en relevant leurs principaux taux directeurs pour retenir les capitaux étrangers.

    Plus globalement, l'institution appelle l'ensemble des banques centrales à rester "vigilantes" sur les besoins de liquidités des pays dans le monde afin d'éviter qu'une économie se trouve à court de financement.

    Cette mise en garde intervient alors que la Fed vient, mercredi 29 janvier, d'annoncer une nouvelle réduction de ses injections mensuelles de liquidités sans faire la moindre référence aux turbulences sur les marchés émergents.

    http://www.challenges.fr/economie/20140131.CHA9938/le-fmi-veut-une-action-urgente-dans-les-emergents.html

    RépondreSupprimer
  9. Si je me souviens bien Schroeder a déclaré dans une conference il y a environ 2 ans ,, " la france est la prochaine grece de l europe " ,,,,,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grèce PIB $ 250Mds

      France PIB $ 2612Mds

      ça va être beaucoup plus sur à avaler.

      Ce n'est pas la France qui va échouer avec l'euro, c'est l'euro qui va échouer avec la France.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.