mardi 28 janvier 2014

yoananda : Le pic qui pique : jusque la tout va bien, sauf pour l’Italie, et le pentagone

Le pic qui pique : jusque la tout va bien, sauf pour l’Italie, et le pentagone
Blog de Yoananda, 28/01/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Merci les gaz et pétrole de schiste : grâce à eux le débat sur le pic pétrolier est tout simplement discrédité alors que sujet commençait à intéresser un peu et à sortir du cadre des techniciens. Du coup, les gens comme moi et d’autres passons pour des cons.

Et pourtant … il n’y a pas de quoi pavoiser (les prévisions de l’agence internationale de l’énergie) :



Déjà il faut dire que ces chiffres sont étrange, par exemple ils ne collent pas avec les capacités de raffinage officielles. La fracturation pose de nombreux problèmes : sécheresse, pollution, rentabilité, etc… et le regain de pétrole conventionnel (crude oil production sur le graphique), on ne sait pas d’où ils le sortent, et le déclin "tout doux" post 2016 n’a aucune raison objective de se produire non plus sachant que la fracturation c’est entre 70 et 90% de déclin sur la première année (il faut multiplier les puits à l’infini pour maintenir la production), et que les gros et meilleurs champs sont déjà exploités.

Mais bon, ce sont des chiffres avant tout politiques (à destination des investisseurs) et systématiquement faux (trop optimistes).

Le pentagone commence à s’inquiéter un peu quand même :
  • le pétrole conventionnel (70% du total) décline au rythme de 6.3% au lieu des 3% prévus par IEA
  • les exportations ont atteint leur pic en 2005 et déclinent depuis 2009
  • les pays de l’OPEC consomment de plus en plus pour eux même
  • la production de pétrole de schiste va atteindre son pic en 2016-2017
  • depuis 2000 les investissements pétroliers ont augmentés de 300% pour 12% de gain de production


Mais l’Italie est un bon exemple de la manière dont le pic pourrait se produire :



il y a toujours des bouchons aux heures de pointe, ce qui donne l’illusion qu’en fait il n’y a pas de pic pétrolier. Mais ce que ça cache c’est : pendant quelques années on a compensé par
  • moins de km parcourus (priorité au trajets pour le travail)
  • voitures moins gourmandes (tant mieux à la rigueur)
  • on compense par le gaz, ensuite c’est "la falaise de Sénèque" (déclin rapide dans le jargon)
  • chômage, crise de la dette, diminution de l’état providence et des salaires (comme en Espagne, Portugal, Grèce, Irlande)


La consommation de pétrole est revenue au niveau de 1967. Il y a plusieurs leçons à en tirer :
  • l’effondrement se fait pas bloc et par paliers, ce n’est pas un phénomène homogène mais chaotique impossible à prédire dans le détail
  • Il y a des effets de seuils, mais il y a aussi une certaine élasticité
  • officiellement l’explication c’est la crise de la dette
  • quand il n’y en a plus, il y en a encore
  • quand une zone s’effondre, par appel d’air, une autre zone peut en profiter (d’où une amélioration temporaire de certaines économies qui donnent l’illusion d’une reprise)




J’avais dit qu’on retournerait à un niveau de vie équivalent à celui des années 50 (à vue de nez) … et avec une population moindre (sans pétrole la viande redeviendra un luxe, et il faudra retourner au champs). Ce qui signifie que les "avancées sociales" ne pourront plus être soutenables. Il va falloir se faire sa propre retraite, son propre capital chômage, et si les choses tournent mal, il faudra prendre en charge sa propre sécurité et devenir son propre médecin (je ne suis pas sûr qu’un médecin actuel vaille grand chose sans ses pilules bleues). C’est la tendance générale, chaque cas particulier peut être différent.

Il faut bien comprendre ceci : pour l’instant les volumes globaux de pétrole et gaz continuent d’augmenter, mais ça nous coûte de plus en plus cher. Les volumes d’énergie utilisable réellement par l’économie eux (on n’a pas de chiffres officiels sur le sujet) doivent au mieux stagner voire déjà diminuer. Ce qui compte ce ne sont pas les réserves mais combien on en extrait chaque année. Mais pour l’instant, la réalité peut encore être masquée.

Maintenant il reste combien de temps devant nous … 5 ans de répits ? Peut-être un peu plus, peut-être un peu moins. La panique sur les marchés émergents va-t-elle faire des dégâts ? On verra. Nous sommes dans un système tellement complexe qu’il est difficile de prévoir quoi que ce soit, d’autant plus que tous les indicateurs sont maintenant truqués. Une chose est sûre, le jour ou vous perdez votre travail, le pic pétrolier devient une réalité pour vous, mais dites vous que vous servez le bien public : tout ce que vous ne consommez plus pourra servir à d’autres.

Viendra le moment ou le volume global de liquide atteindra son maximum et ou il ne sera plus possible d’inventer des prétextes ou des fausses solutions. En attendant on aura fait quoi contre tous les ponzis qui se sont mis en place grâce à l’énergie abondante ? Rien.

18 commentaires:

  1. il reste encore le pôle nord à saccager.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et surtout le pôle SUD !!
      Youpiiiiiiiii.......vive les SUV V8 Essence !

      Supprimer
  2. Très brillante analyse.
    5 ans pour mettre en place des systèmes autonomistes ou pseudo-autonomistes. Enfin on espère, parce que ca chauffe vraiment depuis quelques semaines.

    A chaque personne qui gaspille l'énergie, on a envie de lui dire : "Ca c'est encore un litre de pétrole que ton fils n'aura pas plus tard."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "un litre de pétrole que ton fils n'aura pas plus tard"

      Le pétrole, il y en aura toujours, il sera juste trop chiant à aller chercher et donc on le laissera où il est et on ferra sans.

      Supprimer
  3. Au fur et à mesure que le prix augmentera, les pauvres à travers le monde vont se restreindre et pour la plupart ils ne seront pas français.

    Ou du moins, les français le feront simplement par soucis d'économie sans que ça n'impacte véritablement leur niveau de vie. A moins de considérer que les voyages tous azimutes en bagnole ou avion pour courir dans les centres commerciaux ou dans tous les pays du monde, c'est vital pour le niveau de vie.

    La vraie inconnue, c'est : est-ce que nos maîtres vont nous laisser un peu de boulot c'est à dire de monnaie, parce qu'aujourd'hui, la pression n'est pas dû aux pauvre du monde entier mais plutôt aux riches qui s'accaparent les moyens de paiement.

    La consommation fléchie sans qu'il n'y ait besoin d'augmentation des prix et donc sans qu'il n'y ait de pénurie.

    RépondreSupprimer
  4. L'industrie Auto Européenne a déjà parfaitement intégré le pic pétrolier :
    - Essence :
    2013/2014 = arrivée massive des moteurs 3 cylindres (downsizing agressif)
    2017/2020 = quasi arrêt de la production des 4 cylindres et généralisation des "powerboost" (micro-hybrides)
    - Diesel :
    2013/2014 : Réduction des cylindrées moyennes ie: Passage de 2L à 1.6L/1.5L
    2020/2022 : Passage aux 3 cylindres (à confirmer). pour le moment, seul BMW y passe dés cette année (1.5L 3 cylindres). Le pb des 3cyl diesel sont le vibrations importantes qui nécessitent des artifices coûteux comme une suspension moteur active electro-hydraulique comme chez BMW et des arbres d'équilibrages.

    Et en général début de la réduction de poids des véhicules, le plus simple étant de passer par la réduction de leur taille.
    Le véhicule qui consommera 2L/100 en 2020/2022 pèsera moins de 800kg...

    Mais bon, en ville, le mieux reste le vélo ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien beau tout ça,

      Actuellement les chiffres de consommation données par les constructeurs sont faux.
      Voir revues spécialisées : Cette "erreur" pouvant aller jusqu'à 40%, en utilisation réelle, de plus!

      Ma golf GTI de 1980 consommait REELLEMENT 5,6 litres au cent, à allure modérée (campagnarde, 90km/h).
      Performance que je peine à reproduire avec ma voiture actuelle, pourtant de performance similaire.

      -C'est bien de diminuer les surfaces de frottement.
      Mais les pertes par frottement d'un moteur restent très peu significatives dans le bilan totale des pertes d'une automobile .
      La diminution du nombre de cylindre est un phénomène de mode, un argument publicitaire. Le secteur de la motos en est le parfait exemple.

      -Heureusement, les constructeurs vont alléger les voitures, pour les ramener vers les 800 Kg dans les années 2020 et plus.

      Formidable, c'était le poids de ma golf GTI de 1980 !!!

      http://www.golf-gti.fr/golf-gti-1976-1983/golf-gti-1600/golf-gti-1600-1980-1981-fiche-technique.html

      C'est beau le progrès technique en plus de 50 ans!

      Par contre pour le confort et la sécurité, là, y pas photo.
      Mais c'était pas le sujet...

      Haro sur la base.

      Supprimer
  5. Je suis d'accord avec le scénario de fond de Yoananda.

    Mais, il est toutefois possible de "prévoir" ce qui va se passer; je parle du déroulé de la crise.

    Ce sont les "émergents" qui vont douiller...

    N'oubliez pas : chez nous, le litron d'essence est taxé à.... 80 %.

    En asie... le même litron est SUBVENTIONNE.

    Exemple : thailande. Le prix du diesel est "fixé" à 29,99 THB (soit 0,66 euro)... depuis DES ANNEES.

    Toute l'économie thaie repose sur le cheap diesel. Les économies asiatiques sont bcp plus gourmandes en énergie pour une unité de PIB que nos vieilles économies européennes.

    Voilà pourquoi on peut pas simplement dire : "ils vont se restreindre".

    Faites le calcul. Aux niveaux actuels, le litre de diesel est déjà "plus cher" pour un thai moyen, que pour un français moyen.

    Alors vous imaginez... une forte hausse ?

    Bref, ce sont eux qui vont douiller les premiers. Et salement.

    Ils seront d'autant plus haineux qu'ils ont encore le souvenir de leur condition précédente (la misère). Ils vivront très mal ce "retour" à la pauvreté.

    Ensuite, ce sera notre tour... Plus tard.

    RépondreSupprimer
  6. ........................" quand une zone s’effondre, par appel d’air, une autre zone peut en profiter (d’où une amélioration temporaire de certaines économies qui donnent l’illusion d’une reprise)".........................
    Cette règle s'est vérifiée jusqu'à récemment, mais à l'instar de la relance Keynésienne, qui s'est vérifiée tant que les économies n'étaient pas trop externalisées (en 68 après les accords de Grenelle ce type de relance par la demande avait encore profité aux entreprises locales, ce qui ne fut plus le cas déjà en 81-84), la très grande complexité inter-connective des moyens financiers dépourvus de contraintes régulatrices depuis, notamment, 2002 avec l'abrogation de la Loi de Steagall-Glass Act associée aux amplifications liées au numérique est en train d'en annuler les effets.
    Ensuite quand il est écrit : "sans pétrole la viande redeviendra un luxe, et il faudra retourner au champs"..... Il faut préciser que c'est exclusivement vrai pour les VIANDES BLANCHES comprenant les élevages hors-sol des volailles et porcs, voire de taurillons en batteries, qui sont tributaires d'intrants à gros coefficients énergétiques d'origines fossiles et de transports également énergivores. Les VIANDES ROUGES, quant à elles sont autonomes ou très faiblement énergivores (notamment avec la pâture et le séchage en grange des foins et luzernes). Certains écolos--des villes-- ont cru intelligent ou à propos de pointer du doigt les quantités d'eaux nécessaires pour la production d'un Kg de viande de boeuf , en ignorant royalement que près de 98% de cette eau n'est autre que celle, qui selon la formule de Berthold Brecht "tombe toujours d'en haut", donc de la pluie.

    .................."En attendant on aura fait quoi contre tous les ponzis qui se sont mis en place grâce à l’énergie abondante ? Rien."........... L'énergie peut être à profusion sans rester ad-vitam eternam non renouvelable AUSSI. Toute la nuance est là !!

    RépondreSupprimer
  7. A la question "Y a t-il un avant et un après 2008", que répondez-vous ?

    Pour moi l'inflation pétrolière de 2005 à 2008 bien qu'effacée des esprits a été phénoménale et n'est pas étrangère à la crise financière ... Et je suis près à parier qu'à l'avenir ce sera cela qui sera repris dans wiki comme cause première de la crise ... donc quelque part la première phase du pic puisque c'est la première réponse négative du géologique sur l'économique ... introduisant une zone de turbulence ... et la suite ..

    Il est quand même frappant de voir maintenant admis comme si de rien était que c'est le pic US qui est derrière le premier choc pétrolier.

    Eg.O.bsolète

    RépondreSupprimer
  8. Ca me fait rire vos projections et plans la comète. La semaine dernière je regardais les informations américaines de septembre 1943... Ils prévoyaient la fin du pétrole conventionnel pour 1960 et montraient les essais de processus de transformation du charbon en huile..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. EXCELLENTE raison pour ne pas lire Jancovici : http://www.manicore.com/documentation/petrole/40_ans.html
      On vit sur un monstrueux capital d'énergie dont on ne laissera rien à nos descendants.

      Allez donc en Mongolie et apprenez à vivre en phase avec votre planète.
      Ca vous évitera de faire crever vos enfants (si les autres s'en rendent compte aussi, et c'est bien là tout le problème, non ?).

      Supprimer
  9. Pour rappel un article de Jancovici d'aout 2005 (donc quand "tout allait bien")
    http://www.manicore.com/documentation/petrole/petrole_economie.html
    Et un extrait (entre le 4 eme et le 5 eme graphe)
    "Vu l'évolution du cours du baril en 2005, cela signifie que la hausse du taux de chômage quelque part entre 2007 et 2009 est déjà "incrite dans l'histoire" (résultat dans 2 ou 3 ans !)"

    @ Eric, J'aurais tendance à penser que la viande la moins chère et la plus facile à obtenir c'est la volaille (y compris le lapin)
    - forte reproduction
    - taux de conversion élevé
    - se nourrit de déchets (essentiellement le poulet)
    - dans l'histoire et dans le monde on voit surtout des poules gambader dans les villages.
    et puis les oeufs sont la source de protéines animales la moins chère.
    J'ajouterai que le cochon est pas mal placé aussi.
    Mais bien entendu en élevage "naturel" pas en batteries.

    Et à anonyme de 10h49, les prévisions sont toujours faites en fonction de l'état de l'art de la technique. Et il faut toujours ajouter "avec les technos du moment".
    Maintenant, depuis 1943 on a pompé dans un réservoir non renouvelable, de plus en plus et de mieux en mieux. Autrement dit des champs comme celui de Gawar (orthographe incertaine) en A Séoudite il n'y en a plus à découvrir. Pour rappel là bas ils exploitent avec des procédés dits "ultimes". Bientôt il faudra y racler la pierre.
    Donc le pétrole sera (est déjà) de plus en plus difficile et couteux en énergie à extraire. Il a toutes les chances d'être de moins en moins disponible.
    On peut cependant imaginer le cas où ils serait disponible à profusion mais difficile à extraire.
    Par exemple une kyrielle de petits champs un peu partout dans le monde. Mais ça se saurait s'il existait cette kyrielle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ 11:59;

      Dans l'absolu, un poulet qui gambade sur de grandes étendues peut être autonome de toute céréale fortement énergivore. J'ai connu ça étant enfant. Sauf que les genettes , les fouines et autres prédateurs ne sont quasiment plus piégés, notamment "grâce" à une Loi au parlement européen qui en protégeant les espèces menacées interdit, par exemple, le commerce des peux de fouines, Bilan : Exit les piégeurs passionnés de ces saloperies ==>Loi édictée sous la pression des verts...des villes).
      Amuse-toi donc à réussir un élevage ouvert de volailles dans ces conditions !
      Sur le seul paramètre de l'énergie fossile, il est vérifié que tout ce qui est dépendant des céréales est moins vertueux que l'élevage qui se contente de pâturages. Il n'y a rien à y rajouter. Une barre de coupe à l'avant et un épandeur à fumier derrière, sans énergie exogène ! Qui dit mieux ?

      Supprimer
  10. @ Stumpjumper,

    La physique étant ce qu'elle est pour déplacer 800 Kg de voiture il faut la même certaine quantité d'énergie que ce soit aujourd'hui ou demain.
    La solution on la connait depuis 30 ans, avec des technos "sur l'étagère" c'est le proto VESTA 2 de RENAULT.
    Un véhicule qui consomme peu c'est 500 KG maxi, 30 chevaux, une aérodynamique poussée, des accélérations faibles un vitesse d'usage réduite.
    J'incite tout le monde à voir la présentation sur ce lien
    http://www.hkw-aero.fr/pdf/voiture_2_litres.pdf
    et pour ceux qui souhaitent approfondir un peu :
    http://inter.action.free.fr/publications/auto-eco/auto-eco.pdf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La golf a 5.6 L de diesel en 1980 ok, mais c'était des voitures de 800kg. Aujourd'hui on arrive a faire moins de 4L sur autoroute avec des moteurs diesel récents et sur des bagnoles ~= 1200 KG

      La réduction de la consommation passe tant par la façon de conduire, les mentalités (non une familiale n'a pas besoin d'un moteurs de 180 ch pour partir en vacances, ni même gravir des routes de montagne pour aller au ski)...

      Et quelques éléments techniques : hybridation, réduction des frottements, allègement et aérodynamisme.


      La voiture à 1.9 L aux 100 Km existe presque déjà et ne pèse que 800 kg et c'est une peugeot 208.

      Un prototype certes, avec encore des défauts, des choses à améliorer. Mais qui pourrait avec de la volonté être sur le marché d'ici même 2016 par exemple je pense.

      Même à 20K euros (dans l'article), y aurait des gens pour les mettre les sous, si par derrière ça implique de faire le plein au compte gouttes :p (y a bien des gens pour mettre ce prix la dans des caisses de ce gabarit la mais en version survitaminée sport avec >180ch genre ...)

      Pour info dans l'article ils utilisent un moteur 3 cylindres de 1.2 L de cylindré modifié de 68 ch.
      Pour info Ford on un 1.0 de 125 Ch qui consomme quasi rien (sur focus)
      Et récemment nissan on sorti un downsizing de moteur essence, un 3 cylindres de 98 Ch équipant le nouveau note et la nouvelle micra. Je vous laisse imaginer ce que ça donnerait ce genre de moteur sur cette 208 déjà bien économe :p

      Lien : http://www.lefigaro.fr/automobile/2013/10/22/30002-20131022ARTFIG00212--bord-de-la-208-hybrid-fe-la-voiture-a-2-litres-au-cent.php

      Vs

      Supprimer
    2. "routes de montagne pour aller au ski"

      Déjà, il faudrait que faire du ski ait un sens.

      Ça fait 30 ans que je fais du ski, à part s'occuper et respirer le grand air ... bon, ok la glisse c'est sympa mais à chaque fois que j'y vais, il y a toujours un moment ou je me dis qu'il faut vraiment être barge : toute cette infrastructure, tous ces coûts, autant courir après un ballon sur un stade, c'est presque moins débile.

      Bref, on ira plus au ski et on fera des rando avec un gps dans la montagne la plus proche, c'est infiniment plus économe et aussi bon (mieux !) pour respirer le grand air.

      Supprimer
  11. Le monde se meurt, et nous votons FN...
    Mais trouvera-t-on un Incal après le Nécro-Panzer ? (les connaisseurs auront reconnu les aventures de Difool, et pas celui de Skyrock !)

    Bref, que reconstruire après le passage par la barbarie, qui prospère toujours sur les ruines des édifices sociaux ?

    Le problème est que, décroissance aidant, nous n'avons PAS de solution.
    Personne n'ose penser l'après pétrole.
    Personne...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.