mercredi 19 février 2014

Astrid Lulling, députée européenne : "Avec des citoyens aussi bêtes, heureusement que nous n’avons pas de référendum"

Au moins, ça a le mérite de la clarté...

Astrid Lulling, députée européenne : "Avec des citoyens aussi bêtes, heureusement que nous n’avons pas de référendum"
RTS, 10/02/2014 (en Français texte en français )

31 commentaires:

  1. Aujourd'hui, l'Allemagne a voulu emprunter 5 milliards d'euros sur les marchés. Durée de l'emprunt : 10 ans.

    Résultat : échec.

    Vous avez bien lu : l'Allemagne a échoué.

    Les investisseurs internationaux n'ont pas voulu prêter les 5 milliards d'euros que l'Allemagne voulait emprunter.

    Lisez cet article :

    L'Allemagne lève 3,80 milliards d'euros, en souhaitait 5.

    L'Allemagne n'a pas réussi à attirer autant de demande que ce qu'elle offrait pour une émission obligataire à 10 ans (Bund), a annoncé mercredi la Banque centrale allemande chargée de l'opération, soit une première depuis septembre 2012.

    L'Allemagne proposait un volume de 5 mrd EUR de titres à échéance février 2024 et n'a reçu des offres qu'à hauteur de 4,33 mrd EUR, rendant cette opération "techniquement sous-souscrite".

    Le taux de rendement moyen est ressorti à 1,64%, contre 1,77% lors de la dernière émission de même échéance fin janvier.

    Finalement, le pays a choisi de ne lever que 3,80 mrd EUR, ce qui lui permet d'indiquer que l'opération a été sur-souscrite selon un ratio de 1,1.

    Comme à son habitude, l'Allemagne a retenu le reste de la mise, 1,20 mrd EUR, pour la placer progressivement sur le marché secondaire.

    Il s'agit de la première fois depuis septembre 2012 qu'une émission obligataire allemande à 10 ans attire moins que voulu, a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'Agence financière, l'organisme gérant la dette publique du pays.

    http://www.romandie.com/news/n/BONDSL_Allemagne_leve_380_mrd_EUR_en_souhaitait_571190220141426.asp

    RépondreSupprimer
  2. C'est sûr qu'avec des députés aussi abruties, heureusement qu'on est en démocratie ... ah ben non, merde alors.

    Il n'y a aucun rapport entre le libre échange et la libre circulation, il y a partout dans le monde des accords de libre échange sans accord de libre circulation.

    Le plus célèbre étant l'ALENA où il n'y a absolument pas de libre circulation, bien au contraire, l'accord date de 1994 et en 2002 les états-unis se sont mis à construire ... un mur !!!

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Accord_de_libre-%C3%A9change_nord-am%C3%A9ricain

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Barri%C3%A8re_%C3%89tats-Unis-Mexique

    RépondreSupprimer
  3. En même temps elle a raison: prétendre qu'un pays sera bien dirigé parce qu'il suit l'humeur de 50% d'une masse peu informée, impulsive, émotive et court-termiste à qui l'on demande de se prononcer sur des questions à la formulation simpliste qui touchent des sujets complexes est assez illusoire.

    Le problème n'est pas là. Le problème est que les élites ont perdu le sens de la nation et ne pensent qu'à leur pogne. C'est un problème d'éducation et de valeurs, c'est une crise de civilisation. La solution ne passera ni par un référendum ni par une refonte de la constitution ni par le vote de lois plus strictes.
    La solution comme une renaissance viendra soit d'une révolution violente soit des suites d'une longue décadence, qui peut durer indéfiniment: la Grèce ne s'est jamais récupéré de sa gloire antique.
    Dit plus simplement: pour revenir à la paix après avoir trop bu, il faut soit vomir, soit une longue gueule de bois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les sondages d'opinion montrent souvent que les français sont plein de bon sens à l'exact opposé des clowns opportunistes qui nous gouvernent.

      C'est sûr qu'avec un esprit de larbin comme le tiens, on est pas sortie de l'auberge.

      Ah pardon, l'élite, bien sûr, c'est toi, avec tes idées géniales d'imposer ton intelligence supérieur aux autres. Tu nous excuseras mais on est une immense majorité dans ce pays à vouloir prendre les décisions en commun : 1 citoyen = 1 voie.

      Et ce n'est pas toi ou les vieilles rombière comme Astrid Lulling qui n'a jamais bossé qui vont nous expliquer comment penser.

      Supprimer
    2. Tu n'arrives même pas à comprendre ce que j'écris, et tu prétends être légitime pour t'exprimer sur la gestion de l'Etat alors que tu n'y connais rien y n'y comprends rien.

      Le citoyen répond à des questions simples, et vote pour des programmes (liste au père Noël écrite pour des enfants) qu'il ne lira même pas d'ailleurs. Il veut juste croire qu'avec son petit bulletin, il compte, comme le pauvre fan de football qui après quelques bières se prend pour l'entraineur. Tu m'étonnes qu'ils se marrent ceux qui jouent vraiment, après avoir défini les règles du jeu.

      Comme tu le dis: 1 citoyen = 1 voiE. de garage sans doute.

      Supprimer
    3. De toute évidence, j'ai parfaitement compris ton discours, la récidive est assez flagrante.

      Faut vraiment être la dernière des cloches pour considérer que le système dans lequel on vit permet une gestion optimum de notre pays.

      Et attention, accrochez vous cher lecteur, cet optimum est obtenu par la grâce d'une élite qui sait mieux que vous ce qui est bien pour vous.

      Continu de corriger les fautes dans les commentairE c'est beaucoup plus passionnant.

      Supprimer
    4. @ 5.18

      Quelle condescendance... Il n'y a que toi qui sait lire, il n'y a que toi qui comprend, connais, analyse...qui lutte, en somme...

      En réalité, je crois comprendre, puisque "on" défini les règles du jeu, que tu préconises le repli sur soi...et le serrage de fesses actif. On devine autour de quelle problématique s'articule ta pensée : Se cacher (la tête dans un trou) en espérant ne pas se faire prendre le derrière....

      Supprimer
    5. poussons ton raisonnement a l'absurde et tu comprendra que la suffisance et le mépris que tu affiche dans tes propos qui n'ont d'égals que ceux de madame astrid lullig sont consternants. un exemple éclatant et irréfutable : qui a imposé a grand renfort de propagande une monnaie unique a des peuples très différents avec des compétivités différentes, des langues différentes, des cultures différentes.... ? et ce alors même que l'histoire nous apprends que ca n'a jamais marché nulle part et toujours fini par un désastre.
      est ce le peuple inculte dont tu te plains ou des "érudits" chargés de savoirs et touchés par une grâce divine comme madame lullig ?

      Supprimer
    6. Je rejoins ton analyse : il faut élever le peuple (dans les 2 sens du terme : eh, je suis pas peu fier de ma petite trouvaille !).
      Mais ça, c'est un ouvrage à remettre sans cesse sur le métier.
      La raison ?
      Travailler, c'est toujours plus chiant que profiter.

      Supprimer
    7. http://www.20minutes.fr/monde/1101639-lue-finance-patrouille-trolls-contrer-eurosceptiques-reseaux-sociaux

      Supprimer
    8. Les élites ne sont absolument pas élues SUR des questions de compétences. Soutenir cela, c'est signifier que le peuple est apte à juger leurs compétences, donc possède lui-même la compétence pour gouverner, ce qui élimine donc l'accusation d'ignorance du peuple.
      Pour une analyse comparée des rouages de la "démocratie" représentative et de la démocratie je recommande "Principes du gouvernement représentatif" de Bernard Manin.

      Supprimer
    9. Décidément... reprenons par le début, à la personne qui insiste:
      > pour considérer que le système dans lequel on vit permet une gestion optimum de notre pays.
      Le propos original disait:
      > Le problème n'est pas là. Le problème est que les élites ont perdu le sens de la nation et ne pensent qu'à leur pogne.
      Ca veut dire qu'il y a un problème, pas du tout qu'on a une gestion optimale. Ca va, ca va pas trop vite?


      Après sur le fond, croire qu'un pays fonctionnera correctement quand ses gouvernants seront les personnes les plus aptes, et élus de manière transparente et démocratique par une population avisée, sage et consciente du concept de bien commun, c'est mignon tout plein, mais c'est juste ignorer la nature humaine.

      Reprendre le Prince de Machiavel, le Léviathan de Hobbes. Ceux qui ont le pouvoir sont les psychopathes qui sont prêts à tuer pour l'avoir, pas ceux qui sont les plus aptes à l'exercer. Voir aussi le post plus récent de Tonio sur l'illusion de démocratie, c'est juste une évidence.


      Vous êtes sympas les gars, un peu nerveux mais sympas, j'insiste simplement sur l'idée de commencer tout raisonnement en partant de la réalité humaine, pas par des concepts idéaux qui n'existent pas. Et s'énerver tout seul face à cette réalité pas très humaniste, c'est du niveau d'un gamin qui pleure dans la cour parce qu'un grand lui a volé sa sucette. Bienvenu sur terre.

      Supprimer
    10. @8:07
      > On devine autour de quelle problématique s'articule ta pensée : Se cacher (la tête dans un trou) en espérant ne pas se faire prendre le derrière....
      On touche un problème avec tous nos "Anonyme" qui laisse penser qu'on est dans le même bateau. Tu as l'air de souffrir, de te sentir lésé par ce système. De mon coté je n'ai aucun problème avec lui, ca va très très bien, merci ;-)

      Supprimer
    11. @16:45

      T'es con ou quoi ?

      Moi non plus je ne suis pas lésé loin de là, je profite même du système mais ça ne m'empêche pas d'être écœuré, pas pour moi, mais pour tous ces types qui bossent 39h par semaine, qui ont 5 semaines de congé par an, qui se chie de perdre leur job et qui participe à payer toute cette bande de cloporte.

      Autant je peux comprendre qu'un gars qui galère s'en prenne à tous le monde et à n'importe qui, autant un gars qui s'en sort, faut vraiment que soit une truffe pour ne pas voir que l'état est géré avec les pieds.

      Bien sûr, si tu fais parti de la bande des cloportes, tout s'explique et effectivement pour toi, il ne faut rien changer.

      Supprimer
    12. @16:35

      T'es tout seul dans ta tête ?

      Ces deux phrases sont-elles de toi :

      "Le problème est que les élites ont perdu le sens de la nation"

      "Ceux qui ont le pouvoir sont les psychopathes"

      Lit sur mes lèvres : "On ne veut pas d'hommes politiques qui mènent leur politique, on veut des hommes politiques qui mènent notre politique"

      S'ils ont un doute qu'ils fasse un référendum.

      "On" se réfère à la plupart des commentateurs sur ce site.

      Supprimer
    13. @ 16h45

      "ils se marrent ceux qui jouent vraiment" disait-tu et maintenant tu dis que tout vas très bien...

      Doit-on comprendre que tu rigole quand tu te brules ?

      Donc je résume : T'as la tête dans une casserole d'eau bouillante, le cul en l'air et tu trouve la situation enviable : C'est un point de vue :D !

      PhiliP

      Supprimer
    14. C'est un peu sans fin mais bref, poursuivons:
      @19:53
      faut vraiment que soit une truffe pour ne pas voir que l'état est géré avec les pieds.
      J'ai jamais dit le contraire, ce que je dis c'est que la direction d'un pays est historiquement toujours entre les mains d'une élite qui fait un peu ce qu'elle veut. Aujourd'hui c'est un échec car cette élite ne joue pas pour le pays. L'origine de ce mal est lié à une crise de valeurs, chose qui se résout soit par une révolution (peu probable en France), soit après une longue déliquescence (image de la gueule de bois). Je ne propose rien, j'anticipe par rapport aux rapports de force en place et aux mouvements historiques dans ce genre de situations.

      @16:35
      "On" se réfère à la plupart des commentateurs sur ce site
      C'est la même chose, peu importe ce que souhaitent les "commentateurs de ce site", ce qui importe c'est le résultat qui résulte d'un rapport de force. Le reste c'est du romantisme, joli mais déconnecté de la réalité.

      Après si vous êtes convaincus que le peuple lésé aura le jus et la manière pour bouleverser cet ordre en place, je suis curieux de savoir comment vous voyez se dérouler le scénario.

      Supprimer
    15. @PhiliP
      Donc tu penses que quand un système de gouvernance dysfonctionne, nécessairement tout le monde en dépend, ou bien nécessairement tout le monde en pâtit.
      Tu n'es pas capable de comprendre que dans un déséquilibre il y a des gagnants et des perdants.

      Tu couronnes ta prestation par une référence fessière du meilleur goût.

      Et à la vue de tous, tu achèves de donner raison à cette vieille harpie, mais vraisemblablement tu ne t'en rendras jamais compte. Ce qui n'est pas grâve.

      Supprimer
    16. @22:07

      La base de la discussion, c'est : "En même temps elle a raison: prétendre qu'un pays sera bien dirigé parce qu'il suit l'humeur de 50% d'une masse peu informée"

      Et là, je lui dis merde !

      Maintenant, si la discussion c'est : la démocratie, ça n'a jamais existé et ça n'existera jamais alors prions que nos hommes politiques soit à la hauteur.

      Oui, effectivement, c'est un point de vue, je ne suis pas de ton avis mais il est possible que tu ais raison.

      Pour le scénario, la suisse est un bon commencement, le M5S italien, Etienne CHOUARD ou même ces petits jeunes sympa, sont autant de possibilité :

      http://youtu.be/U6MfLBTdH54

      http://www.democratiereelle.org/

      Supprimer
    17. @ 14:47
      la démocratie, ça n'a jamais existé et ça n'existera jamais alors prions que nos hommes politiques soit à la hauteur.
      C'est bien sûr le point de départ de ce commentaire.

      "En même temps elle a raison: prétendre qu'un pays sera bien dirigé parce qu'il suit l'humeur de 50% d'une masse peu informée"
      C'est une des raisons du constat précédent, mais aussi (je récapitule):
      2. Le sens commun n'est pas le vecteur de décisions le plus adapté au bien commun;
      3. le pouvoir est pris par les assoiffés de pouvoir, pas par les altruistes;
      4. la complexité de la chose publique n'est pas appréhendable par un citoyen non préparé pour (et bien sûr rien n'est fait pour qu'il y soit préparé, cf point 3.);
      5. Un corrollaire du 4: pour que le peuple se croit invité à la fête, on lui donne par le vote une illusion de pouvoir, sachant que ce n'est qu'une mascarade car: les votants ne lisent pas les programmes, les programmes sont des outils de communication qui ne seront pas respectés, le pouvoir n'est pas où la plupart des gens croient qu'il est, celui pour lequel ils votent est une facade pour les occuper.

      Supprimer
  4. Brecht en écrivant en 1953 dans "la solution" : "Dans ce cas, ne serait-il pas plus simple pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d'en élire un autre ?" ne se doutait pas que son poème serait prit à la lettre.

    RépondreSupprimer
  5. Effectivement les citoyens sont bêtes de voter pour des gens aussi insignifiants, incompétants et inutiles dont ils payent en tant que (con)tribuables des salaires mirobolants de fonctionnaires avec les avantages et les retraites qui vont avec, pour en plus se faire ruiner et insulter en retour.
    Effectivement qu'est-ce que l'on est con !
    Non décidément tout citoyen intelligent qui se respecte se doit de remettre les choses en place :
    - la politique n'est pas un métier
    - les politiques sont des tocards incompétants et des traitres
    - il faut remettre au goût du jour le "crime" de haute trahison et le chatiment de la déchéance nationale, plus de retraite, plus d'activité ou de salaire subventionné de prêt ou de loin par le contribuable, autrement dit finie la fonction publique retour à la vie normale dans le privé, ponction des comptes bancaires en guise de réparation, interdiction de toute tribune dans les médias, interdiction de port d'arme, interdiction de sortie du territoire, etc etc etc
    - il faut qu'ils payent pour leur crime, et au centuple !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour en conclure avec mon "élever" dans les 2 sens du terme :
      Cette remarque est pertinente.
      Si le peuple ne trouve pas quelqu'un pour "l'élever", il doit trouver dans ses rangs quelqu'un qui en soit capable, ou mettre en place les procédures permettant de sélectionner ceux qui accompliront le mieux cette tâche.

      L'enjeu de la démocratie n'est pas le choix, mais le choix de ceux entre lesquels il faut choisir. Si c'est pour aller de Charibde en Scylla, ça n'en vaut pas la peine.

      Les civilisations qui ont su conserver cette sélection des leaders ont survécu, les autres ont disparu.

      Supprimer
  6. Elle a raison la grand-mère ; lire ce blog et nombre des réactions associées donne un aperçu assez probant de sa vision des choses

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu dis ...en te lisant!

      Supprimer
    2. Que tu le veuilles ou non, tu es le peuple, et donc le msg de la mère-gd s'adresse aussi bien à toi, le larbin docile et imbécile ! Car comme bien dit ci-haut, tu payes pour ces ratés, qui te ruinent et t'insultent en retour, la différence étant que tu approuves et encouages à faire plus ! Chapeau l'artiste.

      Supprimer
    3. Assez d'accord avec Anonyme 19 février 2014 22:55 !
      Je suis le premier à le déplorer mais Astrid Lulling a raison, au moins pour la France. Car qui les électeurs de France ont-ils mis au pouvoir en 2012 ?...

      Eh oui.

      Alors malgré tout, libéral dans l'âme, je reste pro-démocratie. Mais il m'en coûte de voir que cette voie conduit mon pays à sa mort.
      Enfin on peut toujours se consoler en disant que "c'est la faute des autres" (de Bruxelles, de l'euro, des Allemands...). C'est la ligne choisie par la plupart des commentateurs de ce blog, je crois.

      Durand en mode légèrement provoc'

      Supprimer
  7. Cela peut se décliner à l'infini:
    - Avec des parents aussi bêtes heureusement qu'on a l'éducation nationale.
    - avec des chefs d'entreprise aussi bêtes heureusement qu'on a le ministère de l'économie
    - avec des travailleurs aussi bêtes heureusement qu'on a le code du travail
    -avec des téléspectateur aussi bêtes heureusement qu'on a le service public à la française de la télévision
    -Avec des lecteurs aussi bêtes heureusement qu'on a les journaux subventionnés
    etc


    SJA

    RépondreSupprimer
  8. Jeudi 20 février 2014 : une déclaration fracassante.

    - Les Echos : Est-on sorti de la crise financière ?

    - François Pérol, président du directoire de BPCE : Je pense qu’il y aura d’autres chocs financiers. La création monétaire mondiale reste extrêmement importante et se traduit dans l’augmentation du prix de certains actifs. Cela peut créer des « bulles ».

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0203326219297-francois-perol-francois-perol-il-y-aura-d-autres-chocs-financiers-651595.php

    Depuis 2008, aux Etats-Unis, au Japon, au Royaume-Uni, en zone euro, les banques centrales sont devenues folles.

    Depuis 2008, les banques centrales sont devenues des machines à créer des bulles.

    Les banques centrales ont injecté des milliers de milliards de liquidités : involontairement, elles ont créé des gigantesques bulles sur les marchés actions, et elles ont créé des gigantesques bulles sur les marchés obligataires.

    Par exemple, la Banque Centrale Européenne a prêté 1019 milliards d'euros aux banques de la zone euro. Malheureusement, les banques de la zone euro n'ont pas utilisé cet argent pour le prêter au secteur privé : chaque banque a préféré prêter à son Etat.

    Les banques italiennes ont acheté des centaines de milliards d'euros d'obligations de l'Etat italien. Les banques espagnoles ont acheté des centaines de milliards d'euros d'obligations de l'Etat espagnol. Etc.

    La question est donc :

    "QUAND vont éclater toutes ces bulles des marchés obligataires ?"

    "QUAND vont éclater toutes ces bulles des marchés actions ?"

    RépondreSupprimer
  9. Italie, Espagne : les records sont battus.

    Les banques italiennes ont dans leurs livres 156 milliards d'euros d'actifs pourris. Record historique battu.

    Les banques espagnoles ont dans leurs livres 197,045 milliards d'euros d'actifs pourris, soit 13,6 % de l'ensemble des crédits. Record historique battu.

    Vendredi 21 février 2014 :

    Vers des besoins en capitaux accrus pour les banques italiennes.

    Les créances douteuses ont atteint un record de 156 milliards d'euros en décembre, le double de leur niveau de 2010.

    http://www.boursorama.com/actualites/vers-des-besoins-en-capitaux-accrus-pour-les-banques-italiennes-8cfca4cf3c0464650db65b65f4c020f7

    Espagne : record historique de créances douteuses fin 2013 à 13,6%.

    Le taux de créances douteuses des banques espagnoles a atteint fin 2013 son plus haut niveau en cinquante ans à 13,6%, alors que le pays vient de sortir du programme d'aide européen au secteur, a annoncé mardi la Banque d'Espagne.

    Ces créances, surtout présentes dans l'immobilier (crédits de promoteurs et de particuliers risquant de ne pas être remboursés), s'élevaient à 197,045 milliards d'euros en décembre, soit 4,6 milliards de plus qu'en novembre, lorsque leur taux avait atteint 13,07%.

    http://www.romandie.com/news/n/Espagne_record_historique_de_creances_douteuses_fin_2013_a_13617180220141116.asp

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.