mercredi 5 février 2014

Bruno Bertez : Le marteau, la faucille, le gode et la vaseline

Politique Friction du Mercredi 5 Février 2014: Le marteau, la faucille, le gode et la vaseline Par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 05/02/2014 (en Français texte en français )
→ lien




Au lendemain de la Manifestation qui a réuni les opposants aux réformes sociétales et à la dictature du dés(ordre) moral, le gouvernement a fait savoir qu’il n’était nullement question de PGA ou autre forme de procréation assistée. Immédiatement, ceux qui se proclament les « progressistes » ont protesté et signifié qu’ils réintroduiraient ces dispositions sous forme d’amendements au projet de loi sur la famille. Le gouvernement a riposté et annoncé qu’il voulait interdire ces amendements. Ayrault et Valls ont fait savoir qu’ils renonçaient purement et simplement au projet de loi sur la famille pour le court et moyen terme. La grogne règne au sein du PS et des écologistes. L’ultragauche stigmatise la victoire des fascistes.

La conscience et la culture politique de ces gens ne va pas très loin. Ainsi, la porte-parole du LGBT a osé déclarer mardi matin, avec bien sûr publicité sur les ondes pour une telle parole de haute portée : « le gouvernement a commis une erreur en capitulant devant des gens qui ne sont même pas progressistes et qui ne sont même pas électeurs de la gauche, c’est une très grave erreur de sa part » ! Singulière conception de la démocratie, singulière interprétation de l’esprit de la Cinquième République, qui donne le droit aux électeurs de la gauche et aux progressistes d’imposer ce dont la société civile ne veut pas. Quand Juppé, Villepin ont voulu faire des réformes et qu’ils ont dû les abandonner sous la pression de la rue, alors là, l’interprétation de la démocratie et de l’esprit de la Cinquième était différente ! A chacun sa vérité.



Il faut savoir qu’une manifestation de 500.000 personnes conservatrices, dites de droite, mais en réalité de la majorité silencieuse, a beaucoup plus de sens et de poids qu’une manifestation d’un million de personnes de gauche progressistes. Pourquoi ? Parce chez les conservateurs, on est individualiste, difficilement mobilisable, on cherche l’adaptation individuelle. Chez les gauches en revanche, c’est l’inverse, on se mobilise pour un rien, sur un mot d’ordre ou des mots d’ordres, sans souvent chercher à comprendre. Les syndicats, les associations, le socialisme municipal, ont tous les leviers, tous les outils, pour forcer à la mobilisation. Il ne faut pas oublier les moyens mis à la disposition des manifestants de gauche par tout le tissu décrit ci-dessus. On néglige souvent le rôle des associations. Nous avons fait des campagnes électorales dont l’axe était la distribution de subsides, ou la promesse de distribution de subsides, en échange de consignes de vote. Ce n’est pas un hasard si la Mairie de Paris est championne du monde en la matière.



La droite, majorité silencieuse, se mobilise rarement, et surtout elle manque cruellement de structures et d’encadrement. Quand elle s’est mobilisée en masse, par exemple en 68 pour soutenir De Gaulle, c’est l’infrastructure des 15.000 adhérents gros-bras du SAC qui a fait le travail que font habituellement les organisations de gauche; idem lorsqu’il s’est agi de lutter contre les projets de Mitterrand, les réformes de l’Ecole libre, etc. Le SAC a disparu, les patrons et la fausse droite, les faux durs et vrais mous ayant largement contribué à son asphyxie. Ils ont réorienté les ressources et soutiens vers leurs ennemis, ceux qui luttaient contre eux, comme la CFDT par exemple. Tout ceci pour dire qu’en matière de mobilisation, il y a mobilisation et mobilisation et un manifestant n’en vaut pas un autre.

Que les obsédés du sexe et les ennemis de la famille profèrent des énormités comme celles rapportées ci-dessus n’a finalement rien d’étonnant, c’est dans l’ordre des choses, ils ne pensent qu’à cela et toute leur vie, croient-ils, en est marquée. Nous aurions tendance à les excuser, malgré le renversement qu’ils pratiquent à leur insu : de victimes imaginaires d’agression, ils deviennent agresseurs réels de la société dans son ensemble.

Ce qui est étonnant, c’est la position de l’ultra gauche. A croire que là-bas, en ces milieux, plus personne ne pense et n’analyse. Le Parti Communiste fait là une œuvre étonnante. Triste aventure que celle qui consiste à abandonner le drapeau rouge, le marteau et la faucille, pour le godemichet, la vaseline et la télécommande. On fait les révolutions qu’on peut, d’accord ; mais soutenir tout ce qui est minorité, est-ce bien une stratégie pour le fer de lance de la classe des travailleurs ? Est-ce que cela débouche sur un affaiblissement du Capital ? Bien sûr que non, l’opium du sexe, de la libéralisation des mœurs, des drogues douces, du football, etc. tout cela fait se tenir les peuples tranquilles, les fourvoient, et le PC y contribue! Pour le PC, la Révolution, c’est le droit de s’e …..r et de le faire savoir. Il est vrai que le PC fait œuvre Révolutionnaire par la bande quand il cautionne les politiques de mise au chômage, au moins il fait disparaître peu à peu le salariat.



Ce qui étonnant, c’est la soi-disant revendication de « progressisme » de nos LGBT. Il y a tellement longtemps que l’on s’e….e et se g ….e qu’il ne viendrait à l’idée de personne de considérer que cela est nouveau sous le soleil. Les gens du LGBT sont fondamentalement bourgeois, voilà la vérité, ils souffrent de conserver un tant soit peu d’originalité, ils veulent, ils aspirent au statut de bourgeois, ce statut qu’ils font semblant de critiquer, voire de vomir. Ils veulent les allocs et les pensions de réversion et… les héritages. C’est la fascination de la bourgeoise qui les égare, pas la fascination des vies hors du commun, des Verlaine, Rimbaud, Jean Genet ou Gide. Ils sont tellement bourgeois qu’ils veulent passer devant le Maire, pousser les caddies et acheter les couche culottes des Maîtres, aller dans les instituts de beauté tenus par les libéralisateurs, les kleptos. Le soi-disant progressisme consiste à banaliser, déculpabiliser à tout va. Les déviants n’ont qu’une idée en tête, perdre leur originalité, perdre leur identité de déviants, qui fait souvent leur seul charme, et devenir des bourges.

La vérité qui leur échappe, c’est qu’ils sont en train de se faire coloniser par les bourges, par les marchands qui les subventionnent, leur vendent des parfums, des fringues, des marques, des soins de beauté. Les Maîtres n’ont qu’un projet, qu’une idée: que cela dure. Pour cela, il faut paralyser l’intelligence, l’ascension sociale, la réflexion. La libération sexuelle n’a qu’une fonction systémique: reproduire l’ordre actuel à l’identique. Il faut que les jeunes cessent d’être frustrés sexuellement, qu’ils cessent de sublimer, de chercher à s’élever par les études, l’effort, l’ambition. Il faut qu’ils jouissent ici et maintenant afin que cela leur évite d’en vouloir plus, plus tard. Il faut cesser de différer, voilà le grand mot, éviter le détour de l’étude, du travail et la compréhension. La frustration est le moteur du progrès de l’individu, c’est donc l’ennemi des maîtres. Eh oui, l’abstinence est révolutionnaire. C’est parce que l’on n’est pas satisfait du présent que l’on va de l’avant. Non, ce qu’ils veulent, c’est tuer la possibilité d’élaboration des désirs, élaboration fondée sur le manque, afin de cantonner les gens dans la satisfaction des besoins… marchands. La libéralisation sexuelle a la même fonction systémique que le grand Remplacisme des populations par l’immigration. Il s’agit de faire en sorte que la conscience politique populaire ne progresse jamais, il faut toujours faire pression sur le niveau scolaire, sur la capacité à verbaliser, à interpréter. Il faut toujours en remettre une couche, par le bas!

Il est évident que tout ce beau monde n’a aucune conscience politique, aucune maturation. Nous sommes, non pas dans le monde des progressistes, mais dans le monde des régressistes dont le modèle est l’enfant, cet enfant-roi, consommateur, tout puissant parce que consommant. Ce sont des enfants qui veulent continuer à jouir comme quand ils étaient enfants, à jouer au touche pipi masturbatoire, non pas avec un objet d’amour, mais avec un copain ou copine partenaire.

9 commentaires:

  1. Grâce au "Parti de la JUSTICE et du DEVELOPPEMENT (AKP), la censure d'internet est désormais légale en Turquie : "Ce nouveau texte permet notamment à l'autorité gouvernementale des télécommunications (TIB) de bloquer sans décision de justice les sites internet portant atteinte à la "vie privée" ou publiant des contenus jugés "discriminatoires ou insultants".

    Elle est là l'Europe, elle arrive !

    RépondreSupprimer
  2. Ce type, Bruno Bertez, est extraordinaire !
    Il synthétise tout ce qu'il faut savoir sur notre société déliquescente dans un texte à la fois subtil et synthétique. Il met des mots sur mes ressentis.

    Il faut le mettre dans le prochain gouvernement !

    Bertez Président !

    Gilles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore si tu l'avais vu lorsqu'il gardait les cages à Marseille, il ne laissait rien passer ;)
      Ces articles sont toujours très bien illustrés, avec ici celui sur la GPA, la citation du Général et celle de Chris Hedge, extraordinaire.

      Supprimer
  3. "Les gens du LGBT sont fondamentalement bourgeois, voilà la vérité, ils souffrent de conserver un tant soit peu d’originalité, ils veulent, ils aspirent au statut de bourgeois, ce statut qu’ils font semblant de critiquer, voire de vomir. Ils veulent les allocs et les pensions de réversion et… les héritages. C’est la fascination de la bourgeoise qui les égare, pas la fascination des vies hors du commun, des Verlaine, Rimbaud, Jean Genet ou Gide."

    J'étais arrivé à la même conclusion lors de l'épisode du mariage pour tous.
    C'est pas très bisous-compatible avec le FdG ...

    RépondreSupprimer
  4. Charles de Gaulle avait très bien analysé les communistes, mais aussi les socialistes, mais aussi la droite.

    La phrase entière concernant ces trois familles politiques est la suivante :

    « Je n’aime pas les communistes parce qu’ils sont communistes, je n’aime pas les socialistes parce qu’ils ne sont pas socialistes, et je n’aime pas les miens parce qu’ils aiment trop l’argent. »

    RépondreSupprimer
  5. Le pouvoir exécutif du moment n'a rien à proposer de nouveau pour redresser l'économie française. Il n'arrive pas non plus à ralentir et encore moins à mettre à contribution l'évasion fiscale. Ce faisant il ne lui reste plus qu'à taxer encore et toujours les revenus du seul travail comme on le voit avec le projet sur la non déductibilité fiscale de la CSG. Mesure parfaitement inique car il s'agit de payer deux fois là où une seule fois suffit quitte à revoir la graduation des barèmes. Les questions d'ordre sociétales ne sont mises en avant qu'en compensations politiques destinées à la majorité parlementaire actuelle. Un susucre ici pour flatter son petit égo de gauche de façade, un autre là, histoire de justifier d'une différence complètement construite d'avec la droite d'en face. En clair, pour créer un écran de fumée afin de cacher derrière les mesures réclamées par l'UMP, des questions sociétales. Seulement voilà, la société qui est de plus en plus inquiète pour son avenir ne réagit pas comme à l'accoutumée devant ces tentatives de diversion dont l'effet premier est celui de la division. La famille est la clé du miracle espagnol avec des taux de chômage hallucinants, c'est le point de départ de toutes les formes de solidarité. Et des Vallaud-Belkacem et autres Peillon qui fustigent les protagonistes de" la manif pour tous" d'être des diviseurs face auxquels la seule réponse est celle de la "Fraternité". On est en plein délire. En plus, ces deux ministres n'ont eu de cesse d'affirmer peu avant cette manif que vouloir insinuer que dans le cadre du projet de la Loi pour la famille allaient y être portées les questions de la LMA et de la GPA relevaient de la FICTION. Or, à peine tombée la décision de surseoir à ce projet de Loi, voilà-t'il pas que des membres du groupe parlementaire d'EELV accompagnés de quelques députés socialistes avouent qu'ils avaient peaufiné des amendements sur les sujets de la LMA et de la GPA !!
    Pour être une belle menteuse, la porte-parole du gouvernement, là c'en est une belle !
    Comment peut-on imaginer un seul instant désormais après cet épisode que ce gouvernement puisse aller au delà des échéances des européennes ?
    J'en reviens à l'hypothèse d'une cohabitation Hollande-----UMP "sauve-qui-peut " sous couvert d'union nationale. D'où la grande discrétion de Copé....qui se sent déjà piégé au poste qu'il occupe (il va regretter de ne pas l'avoir laissé à Fillon ) . Mais bon, là c'est une autre histoire.

    RépondreSupprimer
  6. Voilà encore une citation du grand Charles de Gaulle qui explique pourquoi il avait tant d'ennemis en disant les choses simplement.

    Aujourd'hui, vous avez un autre coupable, L'UMP qui ne joue plus son rôle mais le même jeu socialiste. Ils n'ont qu'une manœuvre faire avancer un pion (Sarko), et surtout pas de projets, pas d'oppositions, pas d'idées. L'UMPS n'apportera jamais plus rien, que de la désolation.

    Tiens encore une banque qui brûle, c'est vachement pratique le feu pour faire le ménage…Cela ne vous rappelle rien ?


    RépondreSupprimer
  7. En somme, les bougres aspirent a devenir bourges ;-)

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.