samedi 1 février 2014

Citation du jour

Posté en commentaire par yoananda :
Le bulletin du Collège Stanislas publiait en 1976 la copie d’un de ses élèves de 3ème, classé lauréat national dans un concours écrit sur le thème de la « Patrie » : le sujet exact était : « Que signifie pour vous le mot Patrie ? » Voici sa copie.

Etranger, mon ami, tu me demandes ce que signifie le mot « Patrie ». Si tu as une mère et si tu l’honores, c’est avec ton cœur de fils que tu comprendras mes propres sentiments. Ma patrie, c’est la terre de France où mes ancêtres ont vécu. Ma patrie, c’est cet héritage intellectuel qu’ils m’ont laissé pour le transmettre à mon tour.

Viens voir, étranger, la beauté des paysages de France, la splendeur des monuments édifiés par mes aïeux. Va te reposer dans le vert marais poitevin, admire les roches rouges d’Agay qui se baignent dans le bleu de la mer de Provence. Chemine simplement de Paris vers Lyon. Sur la route, près d’Avallon, l’élégance raffinée de la basilique de Vézelay fera surgir pour toi l’épopée de nos croisades. Tu arriveras plus loin au château de la Rochepot qui donne à la région un air médiéval. N’oublie pas de visiter en Bourgogne le ravissant hospice de Beaune. Ne néglige pas le barrage de Gémissiat. Continue, regarde, réjouis-toi de tant de beauté.

Mais si la France , ma patrie, n’était que belle et aimable, mon amour pour elle ne serait pas si grand. Elle est mieux encore : intelligente et cultivée. La clarté de sa pensée, la finesse de son esprit, l’excellence de son goût te sont déjà connus. Des idées venues de France ont influencé l’humanité toute entière. Sais-tu par exemple, que la bibliothèque personnelle de Frédéric II de Prusse, conservée à Berlin, ne contient que des livres écrits en français ? Ainsi, bien au-delà de nos frontières, des hommes de France sont célèbres : philosophes, écrivains, poètes, artistes, savants. Pascal, Molière, Vigny, Delacroix, Berlioz, Pasteur : tous ont contribué à la gloire de la France.

Et vous, héros humbles et méritants, qui avez fait la France brave et fidèle, vous guerriers morts pour la patrie, comme je vous suis reconnaissant de m’avoir conservé ce précieux bien de mes ancêtres ! De Bayard à Guynemer, des premiers chevaliers aux soldats des dernières guerres, que de dévouements, que de sacrifices !

Et toi mon ami, qui es aussi comme moi une créature de Dieu, ne vois-tu pas qu’ici en France, tu es en terre chrétienne ? Les oratoires pittoresques, les calvaires aux croisées des chemins, les flèches de nos cathédrales sont les témoins de pierre d’une foi vivante. Ma patrie, bonne et pieuse, a vue naître de grands saints. Le sens missionnaire de Saint Bernard, la vertu de Saint-Louis, la charité de Saint Vincent de Paul, le zèle du Curé d’Ars sont le vrai trésor laissé par nos ancêtres. De la grande Sainte Jeanne d’Arc à la petite Thérèse, de l’épopée de l’une à la vie si simple de l’autre, je retrouve le courage et la bonté des femmes de France. Aux plus humbles d’entre elles, s’est montrée la Vierge Marie. A travers Catherine Labouré, Bernadette de Lourdes, quel honneur pour la France !

Tu comprends maintenant pourquoi, ami étranger, j’aime et je vénère ma patrie comme ma mère ; pourquoi, si riche de tout ce qu’elle me donne, je désire transmettre cet héritage. Ne crois pas que cet amour que j’ai au cœur soir aveugle. Mais devant toi, je ne dirai pas les défauts de ma mère Patrie. Car tu sais bien qu’un fils ne gagne rien à critiquer sa mère…C’est en grandissant lui-même qu’il la fait grandir. Si je veux ma patrie meilleure et plus saine, que je devienne moi-même meilleur et plus sain.

La France, ma patrie a tant de qualités que je ne saurais, ami étranger, te priver de sa douceur ; si tu sais découvrir ses charmes et ses vertus, tu l’aimeras, toi aussi. Je partagerai avec toi ses bontés et, loin de m’appauvrir de ce don, je m’enrichirai de cette tendresse nouvelle que tu lui porteras. Mais ne l’abîme pas, ami étranger, la France , ma douce patrie, ma chère mère ; ne la blâme pas, ne la pervertis pas, ne la démolis pas car je suis là, moi son fils, prêt à la défendre…

Fais ton choix camarade...

   Affreuse réaction conservatrice du ventre toujours fécond des heures les plus sombres antisémites toussa toussa, tu connais la merdasse du système par coeur :


   Progrès et modernité :


La production architecturale parle d'elle même. D'un côté une architecture naturelle, pérenne, belle, humaine, et osons le, libérale. Et de l'autre, la production de la dictature gôchô progresso maçonnique, des merdes soviétiques hideuses, où l'élite bourgeoise de gôche qui cultive les gueux sans cohérence comme des tomates hors sol, les entasse dans des horreurs "modernes" en béton plastique...

Et ce, sans parler des moyens technologiques dont on dispose aujourd'hui...

Je pourrai envisager de recroire dans leur système, dans leur "république", le jour où il sera capable de produire de nouveau du beau, du vivable. Or, il ne produit que de l'aliénant, de l'invivable, du laid, de l'industriel, du sans âme sans finesse, du cubique, du hideux. Systématiquement. De manière obligatoire et normalisée. C'est le marqueur essentiel. Qui ne trompe pas.

7 commentaires:

  1. On admirera sans révserve aucune le style des écrits d'un élève de 3eme. Et quelle culture ....
    Inutile de comparer avec le présent, pardon le néant ....
    Notre présent, notre néant.

    RépondreSupprimer
  2. Devoir rédigé en classe scolaire ou..........à la maison ?
    Ca sent la maturité d'un papa ou d'une maman ------- euh, excusez-moi maintenant on est tenu de dire du parent 1 ou du parent 2---------- très patriote, non ?

    RépondreSupprimer
  3. C'est beau ce texte, ça m'a ému, et on se rend vraiment compte de tout ce qu'on perd autant extérieurement qu'intérieurement. En même temps relativisons car sa génération est quand même aussi une de celle qui s'est gavée sur l'autel du fric à tout crin.
    J'ose à peine imaginer la transcription moderne de cette rédaction, un voyage en RER de la porte du Chapelet jusqu'à la nouvelle Tour-Panorama à Marseille, en passant par la visite des Z.I. qui apportent la prospérité au sein même du territoire, avec les sommités gastronomiques qui nous invitent à un voyage gustatif international à l'air d'un arrêt MacDo. Bah, je suis surement réac...

    RépondreSupprimer
  4. Je vais même plus loin, en prenant comme référence la premiere photo, on peut considérer que la deuxième, qui donne obligation à chacun de vivre dans le meme espace de formatage que ses voisins, est une architecture à la philosophie totalitaire.

    Quand en 1922, Le Corbusier, construit son projet de raser le centre de Paris, il construit la volonté de détruire le passé de la société et de la population, dans la volonté de la reconditionner mentalement dans un objectif, peut être inconsient, forcement de coercition sociale.
    http://www.mheu.org/expos/ressources/imageBank/4/830,L2-14-46.jpg

    Dans cette propagande massive du système, iI est politiquement incorrect de le dire mais cet architecte, et ces pairs, qui la plupart, pendant la premiere guerre mondiale esperaient le bombardement et la destruction de Paris... sont des architectes d'inspiration faciste (c'est le mot à l'époque) et totalitaire, qui feront d'ailleurs école en URSS.

    Je vous invite à vous intéresser à Le Corbuser et à ses collègues pour comprendre l'abomination de ses personnes et de leurs projets. Et comprendre d'ou vient cette architecture "béton plastique".

    Il faut toujours se méfier de ses gens qui ne vous connaissent pas, mais veulent faire votre bonheur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et hormis la "nuance" entre les style architecturaux, c'est l'image de 1er plan sur la 2ème photo, avec cette terrasse recouverte de gazon synthétique sur lequel est posé la petite piscine hors sol en PVC que je trouve triste à pleurer. Alors que sur la 1ère photo, la rivière est là, juste à portée.
      On dirait un centre pénitentiaire de haute sécurité, il ne lui manque que les miradors.

      Et pour ce qui est de le Corbusier (chantre du béton vibré) :

      Vous savez comment les Marseillais appellent la cité Radieuse...
      "la maison du fada"
      Et ne parlons pas de la chapelle de Ronchamp (Franche-Comté) qui s'apparente plus à un blockhaus qu'à un lieu de culte (au moins celle là on ne risque pas de la profaner).


      Supprimer
  5. Autarcie dans ton jura de souche :

    http://bonne-eau-bonne-terre.over-blog.com/2014/01/aux-etats-unis-une-ferme-quasi-autonome-gr%C3%A2ce-%C3%A0-la-permaculture.html

    Bon, ok, c'est pas la jura mais il y a de la neige !

    RépondreSupprimer
  6. Et le gamin s'appelait comment ? Jules Mohamed Lévy-Chang ?

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.