mardi 18 février 2014

De la compétence du travailleur français

Un autre mensonge de la dictature maçonnique qui s'effondre...

Et dire que je croyais que le travailleurs français était le meilleur de le monde...

Faillite de la politique d'immigration-la-chance, ponzi éducatif, pédagogogisme sociétal, papy boom rentier mais incompétent, médiocratie généralisée...

Compétences des employés : pourquoi la France est avant-dernière
Rue89, 18/02/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Et puis, ajoute-t-il, cela va à l’encontre des idées reçues : la main-d’œuvre française n’est pas compétente. Patrick Artus explique :
Contrairement à ce que l’on pense, la France ne dispose pas d’une main-d’œuvre particulièrement compétente. Peu connu, le classement Piacc de l’OCDE [Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes, ndlr], qui évalue la compétence des personnes en activité âgées de 30 à 50 ans, place la France avant-dernière sur 34 pays.

Piacc est une étude dans la même lignée que la plus connue, Pisa (Programme international pour le suivi des acquis des élèves). Celle-ci évalue les compétences des adultes dans plusieurs domaines : comprendre et utiliser l’écrit (la littératie), raisonner avec des chiffres (la numératie), résoudre des problèmes dans un environnement numérique (la maîtrise des technologies de l’information et de la communication, les TIC).

L’étude n’a pas été suffisamment commentée, mais pour beaucoup de monde, cela a été un choc. On vivait avec une autre donnée de l’OCDE, qui a la décomposition de la population active par nombre d’années d’étude. Or sur les diplômes, on est plutôt haut dans le classement, tout le monde a accès à l’université.

Cet indicateur, qui me semble très fiable, montre que les gens sortent du système éducatif sans avoir les bases fondamentales. On empile les années d’université sur des jeunes sans bases. J’enseigne en master d’économie à la Sorbonne : la grande majorité des copies sont sans structure. Les étudiants écrivent des discours gluants sans conclusion ni idée forte. Deux pages de texte et je suis incapable de savoir ce que mon étudiant a voulu dire.

Pourtant, la France a la réputation d’avoir une bonne productivité par tête. N’est-ce pas paradoxal ?
Ce chiffre est biaisé. Comme l’explique Gilbert Cette, économiste à la Banque centrale, si la productivité est élevée, c’est parce que nous excluons du marché du travail les moins productifs. Contrairement à l’Allemagne, nous avons un chômage très élevé des profils non qualifiés.

il y a en France deux énormes fractures. Une générationnelle (les jeunes ont des résultats bien meilleurs que les plus vieux) et une autre socio-économique (les inégalités sont bien plus importantes qu’ailleurs). Les plus vieux et les plus défavorisés font lourdement chuter la France dans le classement.

26 commentaires:

  1. C'est très simple à comprendre, Tonio-Disco, comme il est impossible de dévaluer la monnaie, le seul ajustement possible, ne peut se faire que par les salaires qui doivent baisser de 30 à 40%.

    Et si tu veux baisser les salaires, tu ne vas pas dire à tes esclaves qu'ils sont les meilleurs…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ouf on est rassuré : c'est donc un énième complot du Grand Capital contre les gentils travailleurs français !

      Stupéfiant de chercher à se défausser de cette manière, en permanence, et sur tous les sujets.

      Quand un prof dit que ses étudiants sont des tarés, incapables d'articuler 3 idées sur 2 pages... c'est un complot ?

      Quand on t'explique que la productivité du travailleur français est élevée par rapport aux allemands c'est parce qu'on élimine les plus faibles (chômeurs, vieux)... et donc forcément ça fait monter la moyenne, c'est un complot ?

      Bref.

      Donc oui, tout le monde descend !

      On va baisser les salaires, couper les rentes, saquer les fonctionnaires, supprimer les parasites... car ils sont mauvais. Point barre.

      Supprimer
    2. @10:40,

      Glup, qu'est-ce que vous avez avalé de travers ? C'est le résultat qui compte. Il faut baisser les salaires. point.

      Puis que l'on vous dit que vous êtes nuls, et que lamondialisation c'est fun.

      Supprimer
    3. "On", pronom personnel, indéfini, imbécile disait t'on autrefois, qui qualifie celui qui l'emploie.

      PhiliP

      Supprimer
    4. Il est est certain que les non-complotistes du beau mouvement libéral augmenteront bien au contraire les salaires de ces imbéciles.
      Le professeur qui se plaint? Ne sont-ils pas là pour améliorer l'instruction de nos enfants? Depuis des décennies, on leur fait ingurgiter un tas de matières très inutiles, mais aucune place pour leur donner le mode d'emploi de la réflexion ou de la critique. Trop dangereux pour ce système de super consomation dont vos héros sont les non complotistes. Qu'il était beau le temps, où après avoir acquis la maîtriise de SA langue parlée, lue et écrite, des chiffres, les notions d'arithmétique simple, on passait dans le système académique classique. Latin, grec et les philosophes. Le système de vos héros ont voulu un bas avec un pourcentage de réussite élevé. Alors quoi!
      Quant aux vieux: apprendre à maîtriser l'informatique? Vous rigolez? Il y a vingt ans on ne pouvait communiquer avec l'Afrique que par télex, l'utilisation d'un télécopieur s'est généralisé dans les années 90, le microsoft office n' a connu son succès qu'à partir des années 2000, parce que notamment les entreprises ne s'y sont mises qu'à ce moment. IBM vendait ses tricoteuses avec leur propres programmes. Voir au mieux du Tandy...Ce sont donc les dirigeants de ces entreprises qui s'y sont mis un peu tard, ceux que reçoivent vos louanges Alors quoi!
      En vingt ans on est passé de rien à tout, en une génération, en passant par l'écolage isolé.
      Par contre, demandez à vos jeunes génies, certaines connaissances ou pratiques encore utilisées dans certains métiers.
      Impossible, ils ne connaissent pas, tout s'est perdu. En ce compris la connaissance qu'en avaient les vieux cons tous mis à la retraite ou au cimetière pour profiter à qui?
      Alors quoi!

      Supprimer
  2. Voila une raison de plus d'aimer notre pays ! lol
    Je me demande comment on tient encore debout ... on ressemble plus à un pays du tiers-monde qu'autre chose.
    Les pays modernes, dirait-on (je ne suis pas allez voir), c'est l'Europe du nord, et c'est chez eux que la civilisation sera conservée une fois que le pic oil aura fait son oeuvre.
    A mon avis, ici, ça va être un binz sans nom.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Regarde ce papier au sujet des enfants qui font... des enfants.

      Et qui en sont fiers.

      http://tinyurl.com/nhspdbn

      Tropicalisation, tiers mondisation... c'est stupéfiant.

      C'est idiocracy. La multiplication des cas sociaux.

      Supprimer
  3. Elle est pas belle l'école de la République ?
    De toute façon, l'école n'enseigne pas compétences, elle prépare un consommateur d'institutions, opiniâtrement, enfermé 8 heures par jour loin de la famille et de la possibilité d'apprendre par d'autre voie.
    Comme au moyen-âge, l'église modelait le peuple pour la monarchie, l'école modèle pour la société de consommation.
    Une bonne raison de plus de préférer l'instruction en famille.

    RépondreSupprimer
  4. "il y a en France deux énormes fractures. Une générationnelle (les jeunes ont des résultats bien meilleurs que les plus vieux)"
    Si on parle de capacité à réfléchir, de savoir fondamentaux c'est franchement le contraire.
    D'ailleurs le niveau scolaire "de base" s'est effondré depuis plus de 30 ans.
    Il faudra m'expliquer comment avec les allègements de programme, la méthode globale et les orientations "festives" on arrive à avoir des générations montantes plus compétentes.
    Peut être dans la maniement des e-bidul mais c'est tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour citer C.Saint-Etienne, les français surperforment dès qu'il ne sont plus en France.
      Néanmoins, la France n'est pas la patrie du libéralisme.

      Supprimer
    2. Normal, ce sont les français qui ont les capacités de se barrer et ceux qui ont envie d'entreprendre qui foncent vers l'étranger. Et forcément, étant parmi les meilleurs ou les plus dynamiques dans ce pays, ils se retrouvent naturellement dans la meilleure moitié en terme de réussite sociale dans le pays d'accueil.

      Ce sera ça de moins d'individus productifs "à fort potentiel" (comme on dit dans les formulaires de demande de visa) et d'entreprises "assujettisables" dans le pays. Continuez à blâmer la réussite et à voter pour les pillards qui promettent d'améliorer votre quotidien en faisant payer les riches. Cela n'empêchera pas les méritants d'avoir la vie dont ils rêvent. Ailleurs.

      Supprimer
  5. je ne sais pas trop comment on peut juger de la productivité des travailleurs français,il y a bien trop d'extrèmes.une bonne part de la population ne fout trop rien,aussi bien dans les administrations que dans le privé.quelle productivité pour Arno Klarsfeld payé 7000 euros pour ne rien foutre au conseil d'état?idem pour un journaliste libéral style Nicolas Doze,le gars est déja en vacances,tous ces employés tv ont ils 4 mois de vacances comme les momes?bref ,ces statistiques ne veulent rien dire,elles ne font que nourrir grassement les instituts auprès desquels on passe commande

    RépondreSupprimer
  6. "Ce chiffre est biaisé. Comme l’explique Gilbert Cette, économiste à la Banque centrale, si la productivité est élevée, c’est parce que nous excluons du marché du travail les moins productifs. Contrairement à l’Allemagne, nous avons un chômage très élevé des profils non qualifiés."

    C'est ce raisonnement qui est biaisée. La réalité c'est que la productivité est élevée en France parce que les charges salariales sont très élevées. Pour rendre rentable un salarié, il faut en demander plus, pousser sa productivité. Certains profils non qualifiés sont alors mis de coté, non pas parce qu'ils ne produisent pas assez, mais parce qu'on a pas besoin de produire plus.

    Il suffit de regarder les cadences infernales d'une caissière de supermarché à l'heure de pointe. Tu ne vois ça qu'en France. Elles sont très productives et pourtant sans compétence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. t'inquiètes elles sont en passe d'être remplacées par des caisses libres electroniques.

      Hier au mac-do du coin (oui je sais, je suis un con!) plus de caisse ordinaire...et donc plus de caissière.

      monde de con et de mac do électro-nique!

      Haro sur la base.

      Supprimer
    2. L'être humain ? C'est largement obsolète pour la production de bien et service.

      Ça n'est utile que pour des activités de niche.

      Foutez moi tout ça à la casse.

      Supprimer
  7. Bonjour,

    Personnellement je travaille toute la journée sur des projets informatiques internationaux (Asie-Amerique-Europe). Je peu vous garantir que je préfère largement travailler avec des equipes en France car c'est là qu'on trouve la meilleur capacité d'analyse. De ce que je remarque des analystes etrangers : ils ne comprennent pas grand chose à ce qu'ils font et appliquent le plus souvent bêtement une spec sans se poser de quedtions alors qu'un Français analyse et remonte les problèmes qu'il rencontre. Ca n'est pas un hasard si IBM vient recruter en France lordqu'ils ont besoin d'ingénieurs européens ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils recherchent pas des ingés chimistes qui veulent aller vers l'informatique, par hasard ?

      Supprimer
    2. En ce moment je ne crois pas qu'ils cherchent grand monde :)

      En revanche pour moi "l'origine" de l'ingénieur en terme de cursus importe peu : on peut être un très bon analyste en sortant d'une école de chimie autant qu'on peut être tout juste bon à exécuter des ordres lorsqu'on sort d'une école informatique. D'ailleurs c'est en général ceux qui viennent de loin qui en connaissent le plus, les autres se laissant flotter.

      Il ne faut pas confondre "intelligence" et "connaissance" : n'importe qui peut obtenir des connaissances dans un domaine donné, mais démontrer, argumenter, constuire, c'est autre chose. Or l'ennui c'est qu'à l'étranger le système éducatif me semble essentiellement orienté sur l'acquisition de connaissances, alors qu'en France on apprend surtout des méthodes.

      Au baccalauréat en France on est quand même obligé de passer par l'exercice de la dissertation. Dans d'autres pays on remplis des QCM.

      On reste au pays de Descartes quand même.

      Supprimer
  8. Patrick Artus directeur de la recherche et des études de Natixis, je ne suis pas aller plus loin (on se demande même si ce mec a déjà foutu les pieds dans une entreprise).

    RépondreSupprimer
  9. Le but des grandes écoles/univ/ etc.. n'est pas seulement d'y acquérir des connaissances, des facultés de raisonnement et autres, mais également d'acheter un statut social.

    Le master d'éco à la sorbonne, ça sert à ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. là on voit que tu n'es pas passé par la filière "école scientifique".
      pour ta gouverne on y remplit le crane mais surtout on y forme l'esprit au raisonnement au à l'analyse.
      et quand tu passe entre le dents d'un "caïman" aussi bon sois tu, tu t'en souviens.

      Supprimer
  10. à lire vos commentaires aux uns et aux autres, je crois bien que très peu d'entre vous ont fait l'effort ... de lire l'étude en question ...
    http://www.oecd.org/site/piaac/Country%20note%20-%20France%20(FR).pdf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très intéressant, surtout la partie "description des niveaux de compétence en littératie et en numératie".

      Supprimer
  11. Le problème est que l'éducation "à la française" est un peu comme en chine; surcharge de travail avec peu d'interconnexion; cela favorise les "bêtes de concours" qui sont très efficaces en application de théorèmes, mais pas en compréhension (sauf bizarrement en maths fonda à normale sup!)
    Bref, moi je préfère largement le système u.s où l'on tolère l'échec et on prends le temps de comprendre, ici comme en chine, on favorise les demi-autistes précoces qui ont un rythme effrénée mais qui manquent cruellement d'autres formes d'intelligence

    RépondreSupprimer
  12. Je n'ai pas lu l'étude en question, mais quelques commentaires:
    - Ayant bossé à l'étranger, je préfère à choisir bosser avec des français (pour des employés admin et informatique) qu'avec des indiens ou chinois: plus impliqués, plus autonomes. Allez bosser avec une équipe d'indiens, vous m'en direz des nouvelles (oui il y en a des bons, mais globalement ça rend fou le manque d'implication, la tendance à tout planquer..on ne sait pas s'ils sont incompétents ou fainéants).
    - Les Allemands, j'ai pratiqué une fois: génial, on peut vraiment avoir confiance quand ils donnent des délais, c'est carré, rien à dire (mais une seule expérience...)
    - Fracture générationnelle: oui avec la génération 68 et la nouvelle génération. Pas très bosseurs, pas très impliqués. Pour la nouvelle génération: certains sont vraiment ras des pâquerettes, c'est l'horreur de bosser avec (comme avec les indiens, on se demande s'ils sont idiots ou fainéants).
    Du mal à croire que les Français sont les moins productifs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "comme avec les indiens, on se demande s'ils sont idiots ou fainéants"
      ils sont cons et acculturés nourris à la TV réalité.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.