mercredi 26 février 2014

De la dictature (babelienne) à la démocratie

Je remets en exergue ce documentaire précédemment posté :


Il m'interpelle réellement. Surtout cette référence à ce manuel pratique révolutionnaire "De la dictature à la démocratie" qui a servi de base commune à toutes ces révolutions colorées...

Et je vous invite à regarder le documentaire en gardant à l'esprit ce que font Soral et Dieudonné en France...

D'après le documentaire, le manuel insiste sur plusieurs points :

   constitution d'une marque permettant de servir de point de ralliement et d'identification. Cf quenelle. Cf logo E&R.

   déstabilisation morale des forces de l'ordre qui servent de ligne de défense en dernier recours du colosse au pieds d'argile au pouvoir. Je vous renvoie aux quenelles de militaires, de policiers, aux polos arborés par Soral dans ses conversations...

En fait, Dieudonné et Soral appliquent tout simplement à la dictature babelienne occidentale ses propres méthodes de renversement de régimes totalitaires.

Tout ceci transpire d'ailleurs plusieurs fois dans les conversations de Soral quand il parle de Gramsci, ou explique comment Rosa Luxembourg trop idéaliste et puriste, a fini fusillée quand le margoulin Lénine avec sa bande de loufiats, lui, a fait tomber le régime du tsar.

Dans ce cadre là, la journée de "Jour de colère" a été un coup d'essai de la révolution qu'ils tentent de faire venir. Sauf que franchement, pour l'instant, ça ressemble plus à Dieppe 1942 qu'à Normandie 1944...

Cette stratégie et cette volonté ont été parfaitement comprises par le pouvoir de la dictature babélienne en place. Sauf qu'ils ne peuvent pas l'énoncer clairement, car le seul fait qu'un dissident à la forme de régime en place puisse fédérer des gens derrière lui, constituerait un aveu du pouvoir comme quoi il est totalement illégitime, et absolument pas démocratique. Le fait même qu'on puisse appliquer aux démocratures occidentales les méthode de renversement de régimes totalitaires est un aveu même sur la nature du régime en place. La démocratie représentative et d'opinion (ie la dictature de la Banque) ne peut être forcément que le régime pur et parfait.

Cette délégitimation, aujourd'hui, de la dictature babelienne transpire d'ailleurs dans le documentaire, alors qu'on y voit Bush y sortir les conneries, encore habituelles il y a 10 ans, sur la démocratie, et qui aujourd'hui, ne passeraient absolument plus, tellement elles ont perdu tout sens et ancrage dans le réel, et alors qu'on voit que le pouvoir a de plus en plus peur du peuple, des referendums, et qu'il décide quasi systématiquement désormais contre la volonté du peuple.

Dans le cas français, dans un premier temps, le pouvoir a tenté la stratégie de l'édredon. Ignorer, faire croire que toute dissidence ne peut juste pas exister. Sauf qu'à l'âge de l'Internet, avec en plus la faillite de 2008 et la marche forcée vers l'Empire qui se dévoile désormais ouvertement, ça n'a pas marché.

Maintenant, le pouvoir essaie de discréditer frontalement, par l'excommunication ad hitlerum, mais sans jamais répondre sur le fond, parce qu'il ne le peut pas. Cette stratégie sera à coups sûr un échec total, alors qu'elle poussera forcément les gens, curieux par nature, à aller écouter ces dissidents mettre des mots sur ce que tous ressentent dans leurs tripes sans arriver à le verbaliser. Surtout quand en plus, cette tentative d'excommunication vient d'un pouvoir et de médias parfaitement honnis et impopulaires. Pire que ça, avec Internet, la dissidence devient une marche plus sûre vers le succès et l'ascension sociale que les voies bouchées, encombrées, médiocratiques, occupées dynastiquement, exigeant soumission intégrale, des médias et des partis du pouvoir qui ne tiennent plus que par la distribution de rentes toujours plus massives.

La véritable différence, profonde, d'avec les révolutions colorées, c'est que, eux, n'ont pas accès à la fausse monnaie de la Banque. Vu que justement, par définition, ils essaient de la renverser. Et même, on voit bien que le pouvoir essaie par tous les moyens, même illégaux, de les attaquer au porte-feuille. Sauf qu'aujourd'hui, il y a 1) Internet, qui permet de diffuser à coût quasi nul, et 2) le bénévolat, alors que le projet de traitre intégral que constitue l'agenda babelien suffit à servir de repoussoir absolu.

Maintenant, je suis pas sûr de vouloir le même monde qu'eux...

On a le même enfer, mais je doute qu'on aie le même paradis...

6 commentaires:

  1. http://www.zerohedge.com/news/2014-02-24/conspiracy-theory-true-agents-infiltrate-websites-intending-manipulate-deceive-and-d

    RépondreSupprimer
  2. Deux articles sur les conséquences nucléaires d'une très forte éruption solaire (en anglais)

    http://modernsurvivalblog.com/emp-electro-magnetic-pulse/after-the-emp-comes-nuclear-meltdown/

    http://truth-out.org/news/item/7301-400-chernobyls-solar-flares-electromagnetic-pulses-and-nuclear-armageddon

    A faire voir à un de nos responsables de la sécurité nucléaire

    RépondreSupprimer
  3. Tonio, je me demande si tu ne surestimes pas un peu les gens, et si tu ne sous-estimes pas les capacités de défense du Pouvoir.
    La réplique a été trouvée en 3 mots à toutes les dénonciations de dérives : "Théorie du complot".
    Avec ça tu discrédites n'importe quelle dissidence.
    Avec une variante : l'antisémitisme.
    L'affaire de la quenelle en est une belle démonstration. Avec en bonus une récup par des groupuscules zarbi dont on se demande si leur financement ne proviendrait pas de la gauche elle-même, histoire de discréditer la dissidence par sa récupération par des idéologies peu recommandables. Quel but poursuivaient vraiment ceux qui faisaient une quenelle devant Auschwitz ?

    Bref, le jeu à 3 bandes devient habituel, et je pense que Babel y a encore de la ressource.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Quel but poursuivaient vraiment ceux qui faisaient une quenelle devant Auschwitz ?"

      A mon avis, le but c’était de faire enrager les chatouilleux de la Shoah, pas de ré-ouvrir le bâtiment sus nommé.

      Je doute qu'il y ait grand monde pour ne pas être ému de la déportation des juifs par les nazis. Et ça n'empêche pas de dire merde à ceux qui veulent nous faire passer cette horreur pour événement sacré.

      D'ailleurs ce crime ,nous apprend beaucoup de chose sur les nazis mais rien sur les juifs, les tziganes, les communistes ou les homosexuels.

      Supprimer
  4. Très intéressant ce docu.
    Chercher à avoir les forces de l'ordre dans son camps, c'est juste du bon sens, mais peut-être que Soral (qui est quand même un marxiste à la base, donc un révolutionnaire comploteur, et donc qui pourrait être un agent du "sionisme" puisque WallStreet finançait les bolcheviques et autres coco pour faire tomber les régimes trop indépendants) à lu le fameux manuel, qui pourrait tout aussi bien fonctionner pour exporter la vraie démocratie aux USA ! lol

    Ils sont fous ces amerlocs !

    C'est comme en Ukraine, il y a la bonne extrême droite (qui fait chuter le régime pro-russe) et la mauvaise extrême droite (le FN) ! mdr

    On est en plein dans la théorie argumentative la. http://homofabulus.com/la-theorie-argumentative-du-raisonnement/

    RépondreSupprimer
  5. "Même enfer mais pas même paradis", belle formule!

    D'ailleurs, c'est justement le piège : par exemple, le fait que les partis de gauche s'empêchent d'aborder certains sujets au motif qu'ils sont préemptés par le FN empêche par là-même de coaliser les oppositions et rend tout le monde impuissant.

    Ne jamais oublier qu'à la chute du IIIeme reich, les USA voulaient faire de la France une sorte de protectorat.
    Heureusement pour nous, De Gaulle avait d'autres idées en tête.
    Mais est-ce pour autant qu'il aurait fallu refuser leur aide lors du débarquement (ou celle des russes sur le front de l'est)?

    En réalité, celui qui gagne c'est à minima celui qui a un projet.
    Durant l'occupation, les résistants n'ont pas fait que resister, ils avaient aussi un programme.
    Aujourd'hui, il est malheureusement commun de dénoncer le CNR comme dépassé, mais c'est grâce à ça que nous avons échappé au destin que nous réservaient les USA.

    Celui qui résiste mais qui n'a pas de projet est certain de perdre tôt ou tard.
    L'autre configuration, c'est la concurrence des projets.
    Ce qui les différencie alors, c'est l'écho qu'ils rencontrent dans la population générale.
    Par exemple, un projet porté par des valeurs suffisamment fortes pour permettre l'union des Gaullistes et des communistes à la libération.
    Après, on peut toujours réécrire le détail d'un programme pour coller à la réalité du moment mais les valeurs qui le sous-tendent sont bien moins plastiques.

    Soral, Dieudonné, quel programme? La réconciliation en lynchant tous les membre de la "communauté organisée" avec le financement bienveillant des mollahs iraniens?
    En quoi est-ce que c'est mieux que de se coucher devant Washington et Berlin en vendant la France aux saoudiens et aux qataris?

    Cherche déséspéremment nouveau CNR...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.