lundi 10 février 2014

De la limite des comparaisons historiques

Non, on n'est pas en 34.

N'en déplaise à la gôche.

Je viens de voir sur la 3 un documentaire sur la collaboration, et assimiler le FN d'aujourd'hui à ce furoncle historique, c'est juste pathétique.

Quand je vois la violence de l'époque, le jusqu'au boutisme de ces tarés, l'ambiance de mort qui régnait partout, rapporté à l'époque, les idées du FN d'aujourd'hui, ç’aurait été du De Gaulle...

Aujourd'hui, personne ne veut exterminer personne. Personne n'exalte le nationalisme pour vaincre le bolchevisme. Et à bien y regarder, ceux qui se soumettent aux allemands et à l'étranger aujourd'hui, ce sont ceux au pouvoir...

Non, aujourd'hui, les gens veulent juste reprendre le contrôle de leur souveraineté, en finir avec la gabegie au profit des clientèles de gôche ou de droâte de l'UMPS, et contrôler qui rentre dans le pays.

Quant au racisme, ce n'est pas ça qui pousse les gens vers le FN. Quand on me parle de français raciste, je me bidonne. Faut voyager un peu... Ce qui révolte le peuple, c'est le sentiment d'injustice, et cette perception que l'immigré n'est plus là pour se sortir les doigts, se faire sa place au mérite, améliorer le pays et apprendre à l'aimer, comme ça fut le cas avant. Mais qu'il est là désormais majoritairement pour jouer contre leur camp, faire office de 5ème colonne qui affaiblit, prélève plus qu'il ne donne, et détruit le pays, moralement, financièrement, culturellement, tout en s'en foutant royalement, vu que ce pays, ce n'est pas le sien, et qu'il s'en branle bien de son avenir... Il n'est que de passage... C'est juste un "bénéficiaire" comme-y disent chez les fonctionnaires, même pas un client, il paye pas pour ce qu'il consomme.

Manuel Valls analyse sa chute dans les sondages
Le Figaro, 10/02/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Dans une enquête OpinionWay pour LCI publiée dimanche, le ministre de l'Intérieur dégringole de 12 points, à 45 % d'opinions favorables.

Sur la place de l'hôtel de ville, une poignée de sympathisants frontistes observaient d'ailleurs le ministre déambuler dans les rues. «Je vais voter FN aux municipales. On en a marre. Vous voyez cet hôtel? C'est l'hôtel Central. Les derniers étages ont été réquisitionnés pour loger des sans-papiers. On leur donne 800 euros par mois. Nous, on n'a rien», s'énervait Fabien. «J'ai toujours voté à gauche et pour la première fois, je vais voter FN», renchérissait Patrice.
Il est où le racisme là ? Les français voient juste qu'ils sont dirigés par des traitres intégraux qui ont instauré une sorte de politique de préférence étrangère qui ne dit pas son nom...

Quant à sa baisse de popularité, Valls va très bien faire avec. Suite à ses gesticulations anti quenelle, sa côte de popularité a du beaucoup beaucoup monter chez la communauté qui compte dans les médias. Sa popularité chez les gueux, on la lui refrabiquera.

Et là vous me direz, que ça ressemble aux années 30 ? Certes il y a des similitudes. Mais aujourd'hui, les curseurs sont placés tellement à l'opposé, que les comparaisons confinent au burlesque. Entre l'extrémisme babelien et l'extrêmisme nationaliste et/ou racialiste, qui triomphe aujourd'hui ? Qui est la menace ? Ceux que le système qualifie de fascistes aujourd'hui veulent juste un retour du balancier vers plus de bon sens et d'équilibre.

10 commentaires:

  1. En Australie, avec la mondialisation et la disparition des frontières, c'est tout benef, leur industrie automobile aura disparu à une vitesse éclair.

    En moins de douze mois, les trois constructeurs produisant sur place depuis très longtemps, Ford, GM Holden et maintenant Toyota, auront annoncés fermer toutes leurs usines.

    http://www.leblogauto.com/2014/02/toyota-abandonne-a-son-tour-la-production-en-australie.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprends pas bien le rapport avec les frontières...L’Australie bénéficie d'une frontière naturelle : La mer.

      Serais-ce qu'elle ne fait, comme l'Europe, pas de protectionnisme ?

      PhiliP

      Supprimer
  2. A un moment donné, il faudra aussi se pencher sur "l'oeuvre" de la gauche durant la collaboration et l'on verra que les antisémites et fachistes n'étaient pas tjs ceux qu'on croit.
    Les serviteurs du régime de Vichy y ont aussi été recrutés.
    Jean-Pierre Abel, Gaston Bergery, Marcel Déat, René Belin ou Charles Spinasse avaient été initialement pacifistes, socialistes, radicaux ou syndicalistes.
    Quelques parlementaires ou intellectuels pacifistes, philosémites ou même les deux avant la guerre, le plus souvent de gauche, anciens membres ou sympathisants de la LICA (Ligue internationale contre l'antisémitisme ça vous fait penser à quoi ?) dans les années 1920-1930, se sont engagés dans la collaboration.
    Et puis il y avait bien entendu Pierre Laval(ls), de sinistre mémoire, socialiste, ex-SFIO, pacifiste.
    Qd dans le même temps, il y a eu des nationalistes, qui ont rejoint la résistance.
    Tout est dans wikipedia, un bastion pro-système, affilié à la gauche, inutile de vous dire que toute affirmation sortant des sentiers battus est automatiquement censurée. Et je ne parle pas de la vérité dérangeante.
    Doit-on parler du passé de Mitterrand ?
    Alors qd ils nous passent et repassent des docus de ce genre, et dieu sait si on en a bouffé et on va encore en bouffer, ce n'est que manipulation et lavage de cerveau.
    Pour avoir voyagé un peu partout dans le monde, je confirme que la France est l'un des pays les moins racistes au monde.
    Petit à petit on se dirige vers une dictature anti-fachiste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. +1, mais qui se souviendra de toutes ces nuances, soigneusement balayées sous le tapis après-guerre ?
      On en revient aux fondamentaux : qui veut exercer le pouvoir, avec quels moyens ?

      Supprimer
    2. le symbole par excellence : le 10 rue Solferino - Siège du PS - ce sont les anciens locaux du ministère de l'information de Vichy.

      Supprimer
  3. Exactement le Tonio-disco.

    Non, nous ne sommes pas en 1930, ni en 1939, et nous vivons le pire cauchemar que l'humanité n'ait jamais produit.

    Nous avons bien compris les manœuvres de diversions de la gauche UMPS pour brouiller les pistes. Mais il y a le net, et ils n'acceptent toujours pas leurs soumissions aux communications d'aujourd'hui.

    Regardez la propagande qui s'affole avec le vote Suisse de ce Week-end…! Blableblibloblu.

    La france s'écrase sans fracas. Des pans entiers de l'économie s'effondrent. La merdasse envahie les rues. Mais ce n'est surtout pas de leurs fautes. ben non, c'est toujours de la faute des autres… hein, comme dans la cour de récréation… Le roi est nu, il le sait et impose à toutes et à tous la même tenue…

    À poil les enfants…

    RépondreSupprimer
  4. Voir en tête du classement des chouchous politiques, une femme qui défend une théorie extreme-droitisante, rappelant l"eugénisme, c'est d'un très mauvais genre.

    RépondreSupprimer
  5. Valls est grillé.

    Il ne pourra pas remonter.

    Le Catalan est une engeance, une insulte. Ce type se prend pour... le premier ministre.

    Il est ahurissant de le voir déblatérer au sujet de la loi... sur la famille !

    Comme disait la chanson "je me voyais déjà". Ben c'est raté.

    Hollande prendra quelqu'un d'autre. Sans doute un "tekno" (on parle de Lamy, autre über crapule mondialiste, fédéraliste, gloubilgouiste). Les deux feraient une belle paire.

    Mais Valls, c'est niet.

    Il n'est rien, a juste été monté en épingle par les médias et les "sondages".

    Rappel : il a osé dire que les ministres de l'intérieur n'avait pas d'obligation de résultat... mais simplement une obligation de moyens !

    L'insécurité explose, l'immigration est incontrôlable... l'échec de Valls est total, irréfragable, total.

    Il retournera rapidement dans les poubelles de l'histoire, place qu'il n'aurait jamais dû quitter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Il n'est rien, a juste été monté en épingle par les médias et les "sondages"."

      Tout est là pourtant. Et les médias sont tenus par la communauté. Et il a fait acte d'allégeance intégral. Donc non, Valls, t'es parti pour le voir longtemps...

      Son bilan, celui qui compte vraiment pour sa carrière, n'est pas celui qu'il a vis à vis des gueux de France. Et à la rigueur, il soumet encore un peu plus le peuple à Babel, et participe de la politique d'immigration terreur. C'est un très bon élève. Il ira loin...

      Ton erreur principale, c'est de croire que c'est le peuple qui gouverne et que ce sont ceux qui le servent qui sont sélectionnés. Alors que c'est tout l'inverse.

      Supprimer
    2. opinionway,c'est les copains de sarko,ceux qui blanchissent en sondages et conseils son argent sale.donc normal qu'ils tapent sur vals qui empecherait sarko de ne "pas pouvoir ne pas revenir"

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.