mardi 18 février 2014

De la réaction

Je fais suite à mon post précédent, parce qu'il me semble important de distinguer deux sortes de réaction dans le mécontentement que l'on voit monter.

Il y en a une première, sur la forme, qui me semble parfaitement représentée par Valeurs Actuelles. Cette première réaction là, est la réaction d'une France de notables blancs, et de leur enfants, qui se désole de ce que la France ne ressemble plus à celle qu'ils connaissaient. Bien plus que sur les valeurs, cette réaction s'attache à constater la laideur du décor. Mais fondamentalement rentière, assis sur des patrimoines financiers en dette publique, sur un foncier qu'elle se félicite qu'on rationne, elle est fondamentalement illégitime.

Et surtout, elle ne clive pas sur les bonnes lignes.

Il y a de l'autre, une réaction sur le fond, sur les valeurs. Je mettrai dedans tant des gens comme Bertez que Michéa, Sigaut ou San Giorgio. Assemblage qui peut sembler hétéroclite et incohérent, mais fondamentalement, tous remettent en avant des valeurs qui sont celles de la petite France paysanne qui a construit ce pays. Valeurs faites de travail, de mérite, de sacrifice de la jouissance immédiate pour le bonheur futur, de résilience, de durabilité, de long terme, d'enracinement, de solidarités de don/contre-don plutôt que celle du racket de la "solidarité" d'État déshumanisée, de la décence commune.

C'est cette France là qui a bâti cette France magnifique.

Et l'immigration peut aussi en être, dès lors qu'elle s'inscrit dans ces valeurs et cesse d'être le lumpen prolétariat servant de janissaires pour le camp des babéliens et de 5ème colonne contre le petit peuple décent.

Cette réaction là est porteuse d'avenir car elle s'attaque au fond et n'exclue personne par principe. La première n'est qu'un vernis qui ne cherche qu'à cacher la même merde, mais sous une couleur différente.

Restaurez le fond, et la forme reviendra d'elle même.

Certes différente, mais une chose est sûre. C'en sera fini du triomphe de la laideur.

5 commentaires:

  1. Tout ça me fait penser aux cellules psychologiques.... Ne pas souffrir, ne pas se battre... l'état est là...
    Dormez bien, reposez vous, le MERITE, la Résilience et touétou... ça attendra!

    RépondreSupprimer
  2. http://youtu.be/JWgYdB0p0GE

    RépondreSupprimer
  3. http://a405.idata.over-blog.com/4/42/18/39/France-sous-l-occupation/la_terre_elle_ne_ment_pas.jpg

    Disco,
    Voici à quoi me fait penser tes réflexions sur la France. Je ne juge pas. Mais je fais des rapprochement historique sous forme d'interrogation : "La terre ne ment pas, elle." Les paysans sont le coeur de la nation ... Mais où sont les paysans ? Qui a envie de courber son dos jusqu'au couché du soleil ? Nous ne reviendrons pas comme avant. Les Chinois commence seulement à lever le nez de leur terre et leur mémoire est fraîche à eux.Ils ont vu leur parent et leur grand parent. Et la France devrait courber le dos à nouveau ? Le sacrifice dont tu parles, il n'était pas destiné à la nation. Ce n'était pas un sacrifice d'ailleurs ! Ils n'avaient pas le choix ! C'était le labeur pour la survie.

    Bref, je m'emporte. je fais un commentaire sur le net.

    Julien P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne parle pas d'un retour en arrière intégral. Juste de savoir prendre ce qu'il y a de bon dans le progrès technique et de se réenraciner...

      En grande partie pour bosser moins d'ailleurs... En tous cas de manière salariée, abrutissante, aliénante.

      C'est pas à Pétain que je pense (même si Travail, Famille, Patrie, comme je l'avais expliqué, ce n'est pas une insulte. Sinon c'est quoi ? Parasitisme, nombrilisme, cosmopolitisme ?), mais plus aux premiers socialistes.

      Supprimer
    2. Tonio, je te comprends mais je trouve la distinction un peu manichéenne : d'un côté les gentils humbles avec leur potager, et de l'autre les riches qui pensent bien mais maintiendraient leur avoirs par égoïsme. Je pense que c'est un peu plus subtil que ça, de plus dans la défense de valeurs saines nous avons besoin les uns des autres, et il y a des cons et des gens biens dans toutes les strates de la société.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.