lundi 17 février 2014

De l'importance du bétail pour la nature des zones arides

Conférence impressionnante   

Toujours les mêmes principes de base, à savoir toujours garder le sol couvert, et ce d'autant plus qu'on parle de zones arides.

J'ose à peine imaginer la culpabilité que ce gars là porte sur lui, entre ses massacres d'éléphants pour-leur-bien et l'éviction des éleveurs pour les contraindre à un mode de culture occidental totalement inadapté à leur climat.

Ça se sent d'ailleurs. Il en a gros sur la patate d'avoir compris si tard...

Quand on voit d'un côté tous les clowns occidentaux high tech branchés à Babel, avec leur ultra science, leurs OGM, leurs animaux clonés mutants, leurs pesticides, leurs cancers, leurs moissonneuses qui rappellent les pires délires de l'URSS, les giga élevages, et autres merdes ultra dépendantes du pétrole bon marché, et de l'autre, ces gars avec juste du paillage...

La révolution d'un seul brin de paille titrait Fukuoka... Plus je me renseigne sur le sujet, et plus je me dis qu'on ne pouvait pas trouver titre plus juste...

Sauf que voila, leurs méthodes, ça ne permet à la sainte alliance des kleptos d'extraire du gros jus de rente et de maximiser la ponction sur un peuple que l'on cultive. Pire même, ça pourrait rendre le peuple indépendant du pouvoir...

La vraie question, c'est de savoir jusqu'où ils sacrifieront l'avenir de leur(s) peuple(s) et de la terre sur l'autel de la ponction...

Allan Savory : Comment transformer nos déserts en prairies et inverser le changement climatique
TED, 17/02/2014 (en Français texte en français )

6 commentaires:

  1. Ce gars mérite plus qu'un prix Nobel de la paix... si c'est vrai, alors il a fait plus à lui tout seul que tous les jésus, bouddha et consort ...
    Il a sauvé le monde la ou tous les autres ont échoués.

    Bon reste à résoudre le problème du pic pétrolier, mais déjà, beaucoup plus sereinement si on a de quoi nourrir la planète.

    RépondreSupprimer
  2. Tonio tu n'a pas pigé un truc
    Ce n'est pas pour la ponction qu'ils s'évertuent a tout flinguer.

    Car ceux qui dirigent le massacre sont riches a milliards !

    C'est juste qu'ils se sont mis en tête que nous devions passer a 2 milliards d'individus

    RépondreSupprimer
  3. Bon. Très bonne conférence, mais il n'a rien inventé ! Il s'agit du système d'agriculture sylvo-pastorale (bois, terre, animal) dont parle Bourguignon.
    Et ensuite, dire que c'est le seul, système possible, c'est faux. Les forêts marchent très bien toutes seule, sans troupeaux. Le couvert est indispensable, on commence à le comprendre et c'est bien. Le troupeau n'est pas indispensable mais peut-être que dans certains cas, dans certains biotopes, il optimise le système. C'est aussi sans doute une façon de mieux intégrer les animaux pour la consommation humaine de viande, puisqu'on ne va pas trous devenir végétariens, brutalement.

    RépondreSupprimer
  4. Intéressant, mais je ne comprends pas de quoi se nourrissent les troupeaux quand le sol est nu (il n' pas vraiment répondu à la question d'ailleurs)

    RépondreSupprimer
  5. Si les végétaux sont globalement si peu toxiques pour les animaux c'est qu'il y a bien une raison, le jeu "vegetaux-animaux" est un jeu à somme positive, sinon des animaux aussi gros et dépendant de la biomasse végétale auraient subi une pression de sélection impitoyable

    Vous allez me dire "mékomment i fezé lé végéto qd yavé pas de gros animo?" Bah les végétaux n'étaient pas les mêmes; il se "débrouillaient seuls" la grosse majorité des végétaux que l'on voit aujourd'hui les ont surpassé en complicité avec les animaux tout simplement

    RépondreSupprimer
  6. nu comme la saison aujourdhui jai planté de la salade comme toi en avance avec tes tomates pour avoir une récolte et non des graines verra bien un mois de mi-février ( le plus froid de l'année ) a 15○ c'est courant qui'avec laide des vents solaires tout les dix ans soit 2003-2014.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.