jeudi 13 février 2014

Laval, un ami qui vous veut du bien

Je continue sur ce documentaire passé l'autre soir, et que, vous l'aurez compris, je vous conseille vivement de regarder, mais pas pour les similitudes que l'on pourrait à prime abord imaginer.

En août 1945, quand la France est libérée, le gouvernement de la collaboration s'enfuit à l'étranger pour continuer à y jouer la comédie du pouvoir. Laval refuse d'y participer et consacre ses journées à élaborer sa défense. La défaite consommée, Pétain, dans un sursaut d'honneur, se rendra de lui même. Laval, fidèle à lui même, et entièrement consacré à son seul petit être, tentera de fuir en Espagne. Rattrapé, il sera conduit au procès Pétain.

Image pathétique que celle de ce petit homme ouvrant sa sacoche pour en sortir ses dossiers contenant les feuillets de sa défense. Dérisoire bouclier de papier entre un homme ayant trahi son peuple et son peuple furieux. Image révélatrice de la nature profonde de ces hommes de pouvoir, colosses aux pieds d'argile, simples charlatans dont les seules compétences se résument à l'art de la manigance, à se servir soi même, et à produire des mots (le plus souvent des mensonges).

Sa ligne de défense tenait en une phrase : j'ai conduit pour la France la seule politique possible. Jugé en 5 jours, il sera fusillé.

Sarkozy, il y a quelques années a fait supprimer le crime de haute trahison de la constitution française. Là encore défense de papier dérisoire de la part d'hommes qui croient que le légalisme s'applique, tout le temps, même aux circonstances exceptionnelles.

Déjà l'autre jour, le débat Le Pen / Moscovici avait des allures de pré procès.

Et l'effondrement a à peine commencé.

Le système va faire bloc désormais. Quoi qu'il arrive. Pouvoir politique, médiatique, culturel, économique.

On l'a vu encore sur le vote suisse. Unanimité hallucinante de la pravda française pour condamner la démocratie suisse et le vote de bon sens, et même de survie, d'un peuple remplacé à hauteur de 10% tous les 10 ans. Le pouvoir doit bien s'en rendre compte que cette unanimité insupportable contre le peuple est contre-productive. Mais ils font tous bloc, bêtement, stupidement, chaque maillon étant littéralement terrorisé par l'exélitation, et d'être lâché et livré à la meute en colère, voire humiliation ultime, d'être ramené à la simple condition de gueux devant vivre modestement d'un vrai travail, comme les autres.

Ce qui se joue, ce n'est pas l'idéologie, ni même la France. C'est la survie réelle, ou symbolique, de toute cette classe de traitres.

Au mieux, si leur pouvoir devait tomber, ils subiront la même purge que celle qu'ils ont fait subir aux réfractaires à Babel.

Au pire, on sera bons pour une version recolorisée du procès Laval, avec les mêmes hommes, ayant la même ligne de défense, qui nous expliqueront que la soumission intégrale à Babel, était la seule politique possible pour la France.

6 commentaires:

  1. Les Suisses, n'ont pas voté UDC ou Blocher... Ils ont voté contre l'étouffement et la peur du lendemain.
    Mauvaise pioche par manque de solutions.
    Parce que les helvètes ont toujours plus l'impression d'habiter une grande ville éparpillée dans la campagne, dans un pays où les politiques prévoient 12 millions d'habitants en 2050. Comme d'hab, ils n'ont d'autre vision que la croissance démographique et la fuite en avant.
    Mais ce qui est intéressant : nous sommes, à petite échelle, comme la planète.
    Avec ces vastes interrogations : comment imaginer une population stabilisée sans devoir tuer les gens à 72 ans ?... Comment conserver une agriculture qui puisse suffire à nos besoins basiques ? (la base législative existe mais elle n'est plus que pauvre vœu dans le vide depuis lurette). Comment assumer ce niveau de vie délirant - à l'échelle Terre - puisque la cotisation mensuelle à l'assurance maladie d'un adulte permettrait à deux familles de la campagne javanaise de survivre pendant un an ?
    La Suisse est un exemple frappant du cul-de-sac vers lequel les libres marchés non régulés nous poussent dans la joie et l'allégresse.
    Et toutes les droites dures d'Europe nous félicitent "Ils ont la solution"
    Meuh non, pauv pommes, ce n'est que manière de fermer les yeux, sans faire face aux vraies questions. Celles que le stress de "la survie par la vitesse" nous occultent : refus de voir que le travail tel qu'on se le représentait disparaît... Ou comment - nous qui sommes dans le cerveau du monstre - aller vers une maîtrise du déséquilibre financier global, etc, etc...
    On a hélas pas l'impression que les normes toujours plus complexes et abrutissantes... le carcan consensuel multi parti CH... ni les vies d'apothicaires sur occupés de nos dirigeants nepermettront de le faire de sitôt.
    C'est ça qui m'inquiète, les capacités de nos dirigeants à anticiper le monde de demain. Ici... en Europe, sur terre...
    "Ne pas prévoir c'est déjà gémir." Da Vinci

    RépondreSupprimer
  2. Je ne vais pas répondre à l'anonyme de 10:33, il a mal digéré son Week-end et la semaine est trop courte pour sans remettre…avec l'avale il va dégeuler.

    La seule chose qui faut retenir, Tonio, de l'affaire Kerviel en cour…

    http://chevallier.biz/2014/02/les-mecanos-de-la-generale-4%C2%B0-trimestre-2013-sanctionnes-par-l%E2%80%99amf/#comments

    Eh oui, La SG encore et toujours, et elle n'est pas la seule…!!

    Alors ou en somme nous en EU :

    http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/selon-la-commissaire-viviane-147887#commentaires

    Bande d'ignorants que nous sommes, franchement, vous n'avez pas honte ?

    Et comment va l'€ ce matin ? très fort, bientôt 1,37, montebourg vas faire une crise…pas gloup le monnaie le mark-€ !!

    http://h16free.com/2014/02/11/29092-montebourg-veut-redresser-productivement-leuro-a-coup-de-pelle-dans-la-nuque

    Tout baigne.

    RépondreSupprimer
  3. Effectivement la France d'aujourd'hui ressemble à celle de 1940. Certains le disent explicitement dans les médias mais la traîtrise est généralisée, et il faut l'avouer, dans le peuple lui-même.

    Marc Bloch avait décrit cette France dans l'Etrange défaite, écrit à chaud après la débacle. La description des élites, la langueur du pays est confondante avec notre époque. Il sera fusillé par Allemands peu après.

    Certains sentent le vent tourner : http://www.dailymotion.com/video/x1bm5gj_que-nous-apprend-l-epopee-de-la-resistance-se-minaire-rdj_news

    D'autres s'inquiètent face à la nouvelle question allemande :http://harpers.org/archive/2014/02/how-germany-reconquered-europe/

    RépondreSupprimer
  4. Laval fut d'abord inhumé dans une fosse commune. Allez hops avec les chiens !!!
    (Le 15 novembre suivant, la famille ayant obtenu l'autorisation, il fut exhumé puis enterré au cimetière du Montparnasse)

    RépondreSupprimer
  5. Laval tenta de s'empoisonner pour que sa mort devienne un suicide et ne pas rester dans l'histoire comme ayant été fusillé pour trahison. On le força illico à subir un lavage d'estomac et on le fusilla dans la foulée. Pour une fois, justice avait été faite et bien. Cette ordure en avait même fait plus que ce que les Allemands demandaient !

    RépondreSupprimer
  6. Pour mémoire : Annie Lacroix-Riz : http://www.youtube.com/watch?v=xJYisZ7M3Us
    f.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.