lundi 24 février 2014

Le cercle vicieux

J'écoutais le début des experts ce matin, et je suis effaré de les écouter enculer les mouches et vaticiner autour de variables ultra secondaires...

La réalité est pourtant simple.

Voila 30 ans que la France plonge. Or quand on voit un phénomène qui se maintient, et qui s'accélère, on peut être quasi sûr de trouver un cercle vicieux explicatif.

Or là, le cercle vicieux est limpide.

Depuis 30 ans :

   L'État clientéliste et soviétoïde ne cesse de distribuer des rentes à ses clientèles et fait de la dette, et se faisant crée de la quasi monnaie.

   Le paiement de ces rentes, les intérêts de la dette (le stock de quasi monnaie qui ne cesse de grimper), ainsi que la circulation de cette fausse monnaie en dette publique, pèsent sur les productifs, détruit les incitatifs. Et la croissance s'effondre. Le vrai travail ne paye plus.


   La croissance tombant, les taux d'intérêts s'effondrent. Les taux s'effondrant, les durées de prêts s'allongent, et les prix des actifs tangibles achetés à crédit explosent. Transférant ainsi toujours plus de revenus des productifs vers les rentiers, ici, les vieux à grosse retraite et patrimoine, volés politiquement. Cette explosion inflationniste se voit dans le M3 des pays occidentaux, où explosion de la dette privée et de la dette publique, créent une méga bulle de fausse monnaie. Et les banques centrales se félicitent de ce que seuls le prix des actifs explosent et non le prix du paquet de spaghettis, car le mode de distribution de la fausse monnaie assure justement que cette dernière n'atteigne pas les vrais productifs dont les salaires réels chutent.

   La croissance s'effondrant, le chômage augmente, l'État achète la paix sociale et ses clientèles en distribuant plus de rentes, et on revient au début...

Je vous renvoie à ce graphique de Charles Gave qui montre la corrélation quasi parfaite entre la croissance et la part de l'économie soviétique dans l'économie Potemkine française...


Ce cycle est limpide, auto renforcé. Et nous conduit à coup sûr vers une faillite à la sauce URSS...

16 commentaires:

  1. Bien entendu.

    Tu oublies un facteur :
    -non seulement cette boucle est auto entretenue (cercle vicieux comme tu dit)
    -mais en plus... elle est exponentielle !

    ... Le processus s'accélère donc. Rien ne peut l'arrêter. Nous avons passé la ligne rouge depuis longtemps.

    Mais c'est un intense motif de joie : ce Système de merde, et avec lui tous ses kapos, ses parasites, ses cliques... vont disparaître. Imploser. Crever.

    Et ça c'est du bonheur en barre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Et ça c'est du bonheur en barre."

      Attention, ceux qui morfleront le plus sont ceux qui n'y sont pour rien… Grandes souffrances en perspectives.

      Les fraudeurs eux sont et seront aux abris en attendant gentiment que le désordre fasse son œuvre. Ils sont mieux préparés et armés que le commun des mortels.

      Les chômeurs, ça meurt en silence !!

      Supprimer
  2. Lundi 24 février 2014 :

    L'Ukraine a besoin de 35 milliards de dollars dans les deux années à venir et réclame l'organisation d'une conférence internationale de donateurs, a annoncé lundi le ministre des Finances par intérim, Iouri Kolobov.

    Le montant de l'aide macroéconomique dont a besoin l'Ukraine peut atteindre 35 milliards de dollars en 2014-2015, a-t-il écrit dans un communiqué.

    Nous avons demandé à nos partenaires occidentaux (Pologne, Etats-Unis) l'octroi d'un crédit d'ici à une semaine ou deux, a souligné le ministre sans préciser le montant du crédit demandé.

    L'Ukraine a également proposé d'organiser une grande conférence internationale de donateurs avec l'Union européenne, les Etats-Unis, le FMI et d'autres organisation financières internationales afin d'obtenir des fonds pour la modernisation et les réformes en Ukraine, a-t-il souligné.

    http://www.romandie.com/news/n/_L_Ukraine_a_besoin_de_35_mds_de_dollars_en_appelle_aux_donateurs_14240220141006.asp

    Le mot important dans cet article, c'est le mot "donateurs"

    Si nous additionnons la dette publique des 28 Etats membres de l'Union Européenne, nous trouvons la somme colossale de :

    11 310,458 milliards d'euros.

    Vous avez bien lu : les Etats membres de l'Union Européenne traînent derrière eux une dette publique de 11 310 milliards d'euros, et ils veulent maintenant aider l'Ukraine en faillite !

    Les Etats membres de l'Union Européenne vont donc emprunter des milliards d'euros sur les marchés internationaux, et ensuite ils vont prêter cet argent à l'Ukraine en faillite ... en espérant que l'Ukraine puisse un jour leur rembourser ces milliards d'euros !

    Ils vivent dans le monde des rêves merveilleux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "11 310,458 milliards d'euros."

      Ne ta fatigue pas trop BA, plus personne ne sait compter, ils ont tous perdu la raison.

      Supprimer
    2. " ils vont prêter cet argent à l'Ukraine en faillite"
      Rectification: ils vont DONNER cet argent à l'Ukraine en faillite

      Supprimer
  3. faut regarder plus haut:les problèmes de la France ne sont pas les pires.Le phénomène principal est la prise de pouvoir des grosses entreprises sur les gouvernements.Une boite comme Monsanto est bien plus dangereuse pour l'humanité que la CGT pourrie française.les emplois d'avenir bidon ne sont meme pas au niveau des institutions catastrophes style CES,conseil d'état,sociétés d'économie mixtes etc...en bref,la pourriture d'en haut est bien plus dangereuse que celle des fonctionnaires ou autres arosés par notre république

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, pour l'humanité peut être... Mais à l'échelle de la France, la CGT et les camarades branle nouilles sont une sacrée tique. Mais bon, il est de toutes façons trop tard, la seule chose encore possible c'est d'essayer de se préparer pour perdre le moins possible... Se battre pour lâcher le moins possible au zombies, tu parles d'un avenir !!!

      Supprimer
  4. Il faut ajouter la monnaie surévaluée qui donne l'impression d'être plus riche que l'on ne l'est vraiment, détruisant notre industrie car ne pouvant plus vendre des produits à des prix correspondant à la réalité de notre économie, ce qui donne une autre version de la « fausse monnaie »... Pas étonnant que les problèmes de la France commencent avec la politique du franc fort qui ne correspond pas à l'économie réelle, en voulant singer le voisin allemand, qui lui rigole bien du complexe d'infériorité monétaire français.

    La sortie de l'euro serait bien une révolution qui soufflerait ces élites pour les faire s'exiler comme Sièyes l'appelait de ces vœux dans son traité à l'approche de la Révolution française.

    La fin de l'euro est inévitable, ça tanguera mais y rester c'est la mort de la France.

    RépondreSupprimer
  5. Vous avez du courage pour encore écouter "les experts"... On a tout le temps droit aux mêmes invités qui nous balancent tout le temps le même discours... On a de temps en temps droit à Berruyer ou Gaël Giraud mais pour les voies dissidentes ça fait pas lourd.

    RépondreSupprimer
  6. Regardez ce qui se passe au Venezuela.

    http://caracasgringo.wordpress.com/

    RépondreSupprimer
  7. Les experts oui, qui vont à la gamelle tous les jours en espérant que la marmite nourricière ne leur saute pas trop vite à la g..... !
    Les experts en couillonnades comme disait Pagnol.

    RépondreSupprimer
  8. Tonio a dit " Cette explosion inflationniste se voit dans le M3 des pays occidentaux" : il y a un bug ! : l augmentation de M3 en Zone euro n' a rarement été aussi faible(1 % vs 5 % en objectif car pression déflationiste) et aux USA elle n'est plus publiée ( on parle maintenant de M4 ) . Il n ' y a pas d augmentation importante de la masse monétaire mais de la base monétaire ......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, ça a changé en 2008, mais avant, le M3 a cru à une moyenne de 7% à 8% l'an pendant 10 ans.

      M3 euro

      Et c'est depuis 2008 que les prix de l'immobilier chutent à certains endroits. Ou sont arrêtés de monter en France, mais sur un niveau inabordable.

      Supprimer
  9. +1
    Les Experts de BFM, ça devient vraiment "Café du commerce" en ce moment.
    Le Pacte semble les avoir tout déboussolés.

    Tu fais bien de le rappeler, il n'y a qu'à se rappeler les fondamentaux : pro-cyclique à la hausse = pro-cyclique à la baisse.
    L'Etat keynésien et laxiste en période de croissance devient forcément récessionniste en période de retournement.

    Et on y est !

    RépondreSupprimer
  10. Faillite, oui...un jour sûrement !...

    Mais le système (et ses métamorphoses) en est probablement encore très loin...

    A mon avis, lorsqu'on voit les possibilités de création de "monnaie de base" des principales banques centrales on peut considérer que la dette mondiale des états (environ 50000 milliards de dollars pour un PIB mondial autour de 75000 milliards) peut encore être considérablement augmentée pour certains pays (voir le Japon avec une dette supérieure à 250 % du PIB ou la récente décision des USA d'emprunter sans limite en fonction des besoins pendant un an). Pour l'Europe c'est un peu différent mais force est de constater que la France emprunte à des taux très bas (assez voisins des taux Allemands) et que, même les canards boiteux Européens trouvent de l'argent sur le marché mondial à des taux de plus en plus bas.

    Certes, ces dettes ne seront jamais intégralement remboursées mais est-il indispensable qu'elles le soient du moment que les échéances et les intérêts sont payés normalement... par de nouvelles dettes évidemment !...

    Les banques n'ont jamais totalement remboursé l'argent de leurs clients et elles ne le pourraient pas. Pourtant nous continuons à y placer nos avoirs. Un exemple à méditer...

    Quant aux contreparties cela peut être la hausse de certains actifs, la création de nouveaux, voire donner une valeur marchande à ce qui, pour l'instant, n'en a pas (pour caricaturer: le prix de l'air par exemple°)

    Bref, l'ingénierie financière n'a pas encore dit son dernier mot pour repousser très loin l'explosion finale qui sera sûrement sociale car il semble bien qu'il soit difficile d'éviter la concentration du capital dans ce barnum...

    Faisons confiance à nos financiers pour faire tourner le manège !... et cultivons notre jardin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. peut etre que tu as raison,
      par contre sur ceci : "même les canards boiteux Européens trouvent de l'argent sur le marché mondial à des taux de plus en plus bas." je ne pense pas.

      "la BCE file du pognon pour que les banques commerciales achètent des obligations souveraines de leur pays respectif", cela me semble plus juste.

      yongtai

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.