mercredi 19 février 2014

Le parti unique babelien US dans la même situation qu'en France / l'Europe contestée

71% Of Obama Voters "Regret" His Re-Election
ZeroHedge, 18/02/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
Over 7 in 10 Obama voters, and 55% of Democrats, regret voting for President Obama's reelection in 2012, according to a new Economist/YouGov.com poll.



Americans Are Angrier & More Frustrated Than Ever: 19 Furious Facts
The American Dream via ZeroHedge, 18/02/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
#1 65 percent of Americans are dissatisfied “with the U.S. system of government and its effectiveness”. That is the highest level of dissatisfaction that Gallup has ever recorded.

#2 66 percent of Americans are dissatisfied “with the size and power of federal government”.

#3 70 percent of Americans do not have confidence that the government will “make progress on the important problems and issues facing the country in 2014.”

#4 Only 8 percent of Americans believe that Congress is doing a “good” or “excellent” job.

#5 Only 4 percent of Americans believe that it would “change Congress for the worse” if every member was voted out during the next election.

#6 60 percent of Americans report feeling “angry or irritable”. Two years ago that number was at 50 percent.

#7 53 percent of Americans believe that the Obama administration is “not competent in running the government”.

#8 An all-time low 31 percent of Americans identify themselves as Democrats.

#9 An all-time low 25 percent of Americans identify themselves as Republicans.

#10 An all-time high 42 percent of Americans identify themselves as Independents.

#11 Barack Obama’s daily job approval numbers have dipped down into the high thirties several times lately.

#12 Only 38 percent of Americans approve of the way that Obama is handling the economy.

#13 60 percent of Americans believe that the “economic system in this country unfairly favors the wealthy”.

#14 70 percent of Americans do not “feel engaged or inspired at their jobs”.

#15 Two-thirds of U.S. teens “admit to having anger attacks involving the destruction of property, threats of violence, or engaging in violence”.

#16 36 percent of Americans admit that they have yelled at customer service agents during the past year.

#17 73 percent of Americans believe that Obama’s efforts to “reform” the NSA “won’t make much difference in protecting people’s privacy”.

#18 77 percent of Americans believe that the state of the economy is either “not so good” or “poor”.

#19 65 percent of Americans are either “somewhat dissatisfied” or “very dissatisfied” with the direction of the country.



A noter également ce graphique de ZH, comme quoi les US ont de plus en plus de mal à fourguer leur papelard financier au reste du monde :
Scary Chart Of The Day: Average Foreign Purchases Of US Securities Take Out Lehman Low
ZeroHedge, 18/02/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
foreigners were net sellers of Agency securities ($15.4 billion), Corporate Bonds ($7.5 billion) and Corporate Equities ($13.7 billion) something which hardly fits with the narrative of the record stock market high generating confidence in even more buying down the line



Et en Europe, idem :
De plus en plus d’Européens semblent avoir l’intention de détruire l’UE de l’intérieur
Les moutons enragés, 18/02/2014 (en Français texte en français )
→ lien





L’Europe agonise, combien de temps lui reste-t-il ?
Blog de Yoananda, 18/02/2014 (en Français texte en français )
→ lien
L’Europe va très très mal.

Les débats qui se multiplient sur l’Europe en sont un symptôme. Mais au delà de la visibilité croissante des contestataires, c’est la teneur même de débats, et surtout chez les "pro-europe-même-si-elle-va-mal" : les tabous et angle morts sont très révélateurs.

Elle croule sous le poids de sa complexité. Joseph Tainter explique justement que c’est de trop de complexité que les civilisations s’écroulent.

Asselineau nous l’a expliqué, ça fait 30 ans qu’on nous ressort systématiquement le coup du "il faut réformer l’Europe".

Désolé, je ne mords plus à l’hameçon de l’emplâtre sur une jambe de bois (et la, on est plutôt au stade du sparadrap sur l’emplâtre).

Je remarque que Pierre de Boissieu n’aborde pas LE tabou : réduire la voilure de l’EU et de l’Euro (revenir à 6 par exemple) qui serait la seule possibilité de retrouver des marges de manœuvre.

Je remarque que personne ne sait plus donner de sens à cette construction. Le compte pour enfant "L’europe c’est la paix" a fait long feu, et il reste quoi ? Un vide technocratique, un rêve de puissance magique.

Je remarque que les intervenants sont dans la posture du lapin figé devant les phares : ils prennent lentement conscience du "merdier" et de l’absence totale de solution : chaque idée lancée est rapidement démentie par un autre intervenant.

Je remarque qu’ils manquent des compétences de base de gestion du pouvoir (je reviendrais sur cette question plus tard). Toute cette construction européenne est tombée dans les mains des forces organisées, puissantes et déterminée : les multinationales. Elles s’engouffrent dans la brèche, car elles, elles n’ont pas tous ces dilemmes et toutes ces interrogations.

La construction Européenne n’est plus qu’un fantôme, un fantôme nuisible.

Ce qui la maintient en vie, c’est la peur du saut dans l’inconnu. On risque donc un éclatement incontrôlé qui fera effectivement beaucoup de dégâts. Les américains n’en veulent pas, semble-t-il, car ils veulent éviter que le continent ne sombre à nouveau dans la barbarie.

Pour survivre l’Europe doit continuer sa fuite en avant, accumuler les dysfonctionnement et surtout, forcé un rapprochement artificiel des peuples, qui eux, divergent.

Je ne vois pas d’issue heureuse, ni de solution concertée.

A quoi s’attendre ? Pour l’instant a une montée de la contestation "viscérale" des peuples, à la crispation des élites. Le vote des Européenne sera un bon indicateur, la votation suisse est déjà un révélateur. La situation n’est pas mûre, et il très difficile d’anticiper une suite. A priori, tant que la situation ne forcera pas le changement, les gens continueront à se contenter de débattre. D’où pourrait provenir le changement ? Je ne sais pas (prochain choc pétrolier ? une insurrection ?). Je sais juste qu’il viendra. Je continue de penser que la France est le (vrai) maillon faible de l’Europe et que c’est ici que ça se jouera, mais sans certitude.

4 commentaires:

  1. Asselineau à été auditionné par le cese (Conseil économique, social et environnemental), entretiens de 2 heures non filmé sur l’avenir de la construction européenne. Impressioné par la monté des partis eurolucide.

    RépondreSupprimer
  2. "Toute cette construction européenne est tombée dans les mains des forces organisées, puissantes et déterminée : les multinationales."

    Oui ! Voilà bien le responsable : les multinationales.
    C'est bien expliqué dans cet excellent docu : The Corporation
    http://www.youtube.com/watch?v=0ZmQ-YL63fM
    f.

    RépondreSupprimer
  3. L'Europe de la convergence des peuples aux forceps, l'ensemble étant habillé de promesses bisounesques de meilleur des mondes avec comme crédo que l'Union (vaille que vaille) serait la garantie du "plus jamais ça" (2eme guerre mondiale), n'est que le voile intégral/théatral qui nous est présenté afin de mieux nous faire avaler la pilule de "l'Europe fédérale", et bientot, de sa version extensive avec les USA comme "père fondateur" de la grande fraternité occidentale parachevée.
    Les Pinochios ne passent plus les portes mais les peuples non plus, cocufiés qu'ils sont d'une démocratie à obsolescence programmée.
    Les eurodolatres affichent un mépris des peuples, ne percoivent chez eux qu'un "mobilier" auquel on consent quelques droits et usages, un peu comme l'animal qu'on mène à l'abattoir mais pour lequel on se permettra quelques précautions "humainement responsables".

    Le barometre de l'horreur politico_économique indique la dépression. Le thermometre des mesures économétriques, bien que tronqué, n'empeche plus l'efficience du mensonge d'état... Une petite brise de panique échauffe les oreilles du clergé politisé, eurobéatifié par les banques et les multinationales, sentant là qu'un référendum sur l'Europe ou Schengen serait une bombe ouvrant la boite de Pandore de la contestation sociale, tuant du meme coup la virtualite de leur utopie: "d'un pays (l'Europe),d'un peuple (con-sommateur indifférencié),d'un guide (politburo)".
    Hollande, dans sa derniere conférence aupres de journalistes "aux ordres", a mis une hardeur certaine à écraser tous ceux qui s'opposeraient à l'euro ou l'U.E qu'ils soient à l'interieur de son gouvernement ou non... "Le Fascisme, c'est maintenant!" et la grande purge pour bientot?.

    1914 a sonné le glas de la globalisation, 2014 annonce t-il le véritable début de la fin de la nouvelle globalisation aux forceps? L'avorton de 1914 fut la 1ere guerre mondiale suivie rapidement par la 2eme avec en entrefilets la Grande Dépression des années 1930. Nous abordons les rivages de la grande Depression 2.0, entrefilets de la Grande Inconnue.

    MASTER T

    RépondreSupprimer
  4. Dimanche 9 février 2014 :

    A Kiev, en Ukraine, Bernard-Henri Lévy, dit le poète de la guerre, a pris la pose sur une barricade.

    http://www.wikistrike.com/article-bhl-pose-sur-une-barricade-a-kiev-122482212.html

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.