mercredi 19 février 2014

Lordon rejoint la dissidence anti babélienne

A partir de 37 minutes...

Il veut sortir de l'euro (impossible à changer, sur la ligne Asselineau), ne reconnaît que la nation, et revendique d'ailleurs cette idée de nation pour la gauche, en s'appuyant sur Robespierre. Il dénonce le cosmopolitisme.

Frédéric Lordon
France Culture, Hors Champs, 26/11/2013 (en Français texte en français )
→ lien

Heureusement que le babélien frère la truelle Mélenchon tient la gôche pour s'assurer que l'agenda des traitres progresse...

Attention ! Accrochez vous à votre siège. Méluche avec ces petits bras musclés et ses 10%, il va changer l'Europe !   

7 commentaires:

  1. Plus les élites dirigeantes européistes vont sentir le vent tourner et plus elles vont durcir le ton, pour l'instant nous sommes au stade de la propagande, viendra ensuite l'utilisation de la force contre leur propre peuple pour assouvir leur rêve de nouvel ordre mondial. Préparons nous au pire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Roger,tu vas nous filer des angoisses!Tout n'est pas noir,tiens ce soir c'est champion league,et il y a aussi les jeux olympiques,véritable fete pour nous tous!

      Supprimer
  2. Faut voir l'intervieweuse, il lui aurait dit que les chambres à gaz n'ont pas existé qu'elle n'aurait pas été plus surprise.

    Lordon négationniste de l'euro ! Faudrait peut-être faire une loi sur la négation de l'euro ?

    Après Sapir, Lordon passe à l’extrême droite nauséabonde, qu'est-ce qu'on se marre :-)

    RépondreSupprimer
  3. Il ne reste plus qu'à Lordon de faire son coming-out sur les sans-papiers (dont il soutient jusqu'aujourd'hui la profonde richesse de ces derniers en phase avec le medef...) et il sera bon pour le chômage !

    RépondreSupprimer
  4. Maintenant, est-ce que Lordon va revoir son jugement concernant Michéa (cf polémique de l'été 2013) ?

    RépondreSupprimer
  5. L'exellent Lordon a parfaitement saisis les ressorts qui affectent les décisions humaines. Comment consocier le déterminisme social, un grégarisme justifiant la condition humaine à l'aune des schemes/memes dans une société qui concoit les normes comportementales et représentatives, avec la notion de libre arbitre? ( d'ou une théorie du genre entrain de s'appliquer dès la maternelle).
    La pensée chez Lordon est par essence dissidente et sédicieuse, il analyse les structures, environnement ou se norment les affects et se conduisent les désirs, selon 2 angles de réalité:
    l'une est la structure en regard de la fonction qu'elle recouvre, l'autre fait intervenir le principe anthropique. 2 dimensions de réalite, qui prit dans leur ensemble, permettent une lecture tout autant horizontale que transversale. Quand Lordon récuse le mobile unique de la cupidite chez nos banquiers prédateurs, il vise juste car d'autres mobiles connexes agissent en sous main tels que le sentiment de puissance et la quete de sur puissance, ou encore la notion reptilienne de territorialité... l'animalité, insidieusement, modifie les comportements considérés à tord comme rationnels. Dit autrement, l'argent quand vous etes blindés, ne peut etre l'objet manifeste de vos seuls désirs, s'y joint aussi l'acte phallique, jouissif, de domination,cette pulsion mortifere de destruction de l'autre dans la conquete.
    La nature du désir importe plus que l'acte lui meme, mais c'est par l'acte que se laisse entrevoir cette nature.
    Quel pourrait etre le point de retournement de la servitude volontaire d'un peuple? Quelle masse critique doit elle atteindre pour que l'insondable et indicible insuportabilité fasse se mouvoir les masses?
    L'Humain est toujours prompt à se croire singulier quand il ne fait que mimer ses actes/pensées dans celles du plus grand nombre. N'est ce pas en reconnaissant chez l'autre ce qui a de bassement semblabe chez sois que l'on devient plus tolérant et regardant, et n'est ce pas aussi en cernant ce qui fait consensus à notre misere qui devrait impulser une lame de fond à contre courant de ce que nos maitres attendent de nous. L'indignation c'est la rétro action de ceux qui ont perdu leur dignité dans les limbes de l'Histoire... l'indignation dans l'action c'est la reconquete du présent pour que se dégage un horizon lumineux. Aujourd'hui l'indignation gagne les coeurs et contamine l'imaginaire comme la pensée; mais l'immobilisme est la situation germinative, propitiatoire à l'éclosion d'un grand mouvement... du moins est ce mon souhait.

    MASTER T

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.