mercredi 19 février 2014

Qu'est-ce que l'Etat ?

Vous avez 3 heures !

Non plus sérieusement.

L'État, c'est celui qui détient le monopole de la violence. La Mafia qui a vaincu toutes les autres diront certains. D'ailleurs là où on parle de recul de l'État, d'état de non droit, dans les cités, c'est que l'État se voit contester son monopole de la violence.

Monopole de la violence qui lui sert à imposer ses lois, c'est à dire à plier les gens à sa volonté.

Dans les États démocratiques, l'idée principale est que ce monopole de la violence sert à imposer une loi qui correspond à la volonté majoritaire du peuple.

Au vu de ce qu'il se passe ces dernières années, je vous laisse juge du fait qu'on soit en démocratie.

22 commentaires:

  1. L'Etat a le monopole de la violence légitime, ce qui lui permet d' "être debout" (stare en latin) c'est sa caractéristique universelle effectivement.
    Il y a eu des sociétés sans états, appelés même "sociétés contre l'Etat", dites archaïques qui s'attachaient à éviter toute forme de prise de pouvoir. Chez les indiens Zuni pour faire de quelqu’un un chef de la tribu, il fallait le battre jusqu’à ce qu’il accepte.
    L'Etat est peut-être avant tout un échec d'unanimité, qui engendre une perte de liberté comme dit Rousseau.
    Pour Hobbes qui a vécu la guerre civile (et qui en a conclu que l'homme est un loup pour l'homme), il doit assurer la paix intérieure et on doit lui obéir aveuglement.
    Pour Marx il ne peut être que le reflet des classes dominantes, et donc leur serviteur.
    Montesquieu pour qu'un Etat soit le plus démocratique possible a énoncé la séparation des pouvoirs... Et le tirage au sort comme indispensable, qualifiant l'élection comme oligarchique.

    Tous ont raison. Moi je penserai comme Montesquieu, on n'a malheureusement plus le luxe pour l'instant de pouvoir se passer d'Etat pour des raisons sécuritaires (si les amérindiens avaient eu un Etat à opposer aux colons peut-être seraient-ils encore possesseur de l'Amérique qui sait), mais cet Etat n'a alors qu'une légitimité possible c'est celui de la majorité directe, donc de la démocratie "directe".

    LE pouvoir le plus important dans un régime (qui détermine et soumet les autres pouvoirs exécutif et judiciaire) est le pouvoir législatif (cf John Locke). Or le peuple n'y a pas accès, on lui a même refusé le dernier référendum, et on n'en a plus vu un seul depuis... étrange ?

    On peut ramifier à l'infini les sortes de pouvoir, mais pour synthétiser on peut les ramener à 3 :
    1-"Mono"-archie : pouvoir d'un seul (monarchie, empire, dictature, etc.)
    2-"olig"-archie : pouvoir d'un petit nombre (monarchie parlementaire, république représentative, etc.)
    3-"popul"-archie (le terme est de moi) : pouvoir du peuple, peuple au sens "tous ceux qui vivent ensemble" (démocraties, anarchies (je mets des "s" car ces régimes peuvent prendre de multiples formes))

    La France, de par le pouvoir présidentiel, plus grand que n'importe quel pouvoir de monarque européen, se situe entre le 1 et le 2, et se farde d'une légitimité d'apparence en faisant intervenir le 3 pour les élections. Elections d'autre représentants du 1 et du 2... Le 3 n'intervient jamais dans aucun pouvoir.

    Dans un monde idéal, où le mal, la cupidité, l'ambition n'existeraient pas, à la limite les 3 types de régimes se vaudraient. Mais dans le vrai monde, il n'y a rien de plus facile que de corrompre ou de se corrompre, ce qui rend les régimes 1 et 2 intrinsèquement sujets à cette corruption. Seul une popularchie avec tirages au sort, rotation des charges, se met à l'abri de cette corruption. Ca ne garantie pas le meilleur des mondes, ça garantie que les lois seront vraiment les lois voulus par la majorité. Et qu'elle pourront être changées. Il y aura toujours de insatisfaits, des dérives possibles (c'est la contrepartie même de la liberté), mais on peut espérer que la répétition de l'exercice politique par le peuple (chose qu'il ne connait pas encore), puisse aller dans le bon sens et au final montrer plus de cohérence que le jeu des chaises tournantes pour parvenus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Etat n'a pas le monopole de la violence légitime.

      La violence n'est légitime que lorsque qu'elle s'exerce dans le cadre de l'autodéfense. Et le droit d'autodéfense est détenu par chacun.

      Dès lors, l'Etat n'exerce une violence légitime lorsque, et seulement lorsqu'il s'exerce le droit d'autodéfense délégué par les citoyens qui instituent l'Etat à cet effet.

      Dans tous les autres cas, la violence de l'Etat pour être parfois légale n'est légitime.

      En effet, on comprend que chaque citoyen ne dispose que d'un seul droit sur chaque autre citoyen, c'est le droit d'autodéfense. Comme on ne peut céder plus de droits qu'on en détient l'Etat ne peut se voir légitimement déléguer que l'exercice du droit d'autodéfense.

      SJA

      Supprimer
    2. Effectivement, moi aussi je trouve l’expression un peu tiré par les cheveux mais il faut comprendre le mot violence dans un sens large : prison, amende et usage de la force pour appréhender ou mettre en échec un délinquant.

      Le problème, c'est qu'a force d’interprétations larges, on en arrive à dire que les spectacles de Dieudonné ne sont plus de l'humour pour mieux pouvoir régler ses comptes personnels.

      Supprimer
  2. L'Etat a le monopole de la violence légale. Mais cela a toujours été ainsi, la démocratie idéale fonctionne rarement, mais comme le mot est magique, il faut bien le maintenir devant le rideau qui masque la realité, les moucherons sont fascinés para la lumière.

    Il y a un tas d'endroit ou le peuple considérant illégitime l'Etat le combat avec sa propre violence, voire sa propre loi. C'est dur, sanglant, au quotidien.

    Mais pas en France, Dieu nous en garde, ici on aime bien le principe de précaution, ne pas fumer, ne pas conduire vite, ne pas avoir de pensées originales, ne pas dire de gros mots à son prochain, etc. Un beau peuple de veaux oui, mais qui aime écrire, alors il écrit qu'il est dans une fausse démocratie.

    Mais il n'oubliera pas de payer son premier tiers provisionnel.
    Il n'a que ce qu'il mérite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout a fait de votre avis.

      Supprimer
    2. Anonyme président! Il a vu la lumière! Il a le Shining! Il va sauver la France avec ses idées encore non exprimées, mais sûrement révolutionnaires, pasque c'est pas un veau, lui!

      Supprimer
    3. @Alphonso Pistachi
      Joli nom. C'est quoi cette manie de vouloir sauver, d'attendre le Messie avec ses super idées pour sauver quoi que ce soit. Les choses sont telles qu'elles sont. Pour des historiques raisons bien connues (embourgoisement général de la population, perte de virilité, vieillissement, peur de perdre une vie calme), le peuple de France est passif, craintif (mais pas que lui, même les Grecs ou les Espagnols, bien maltraités, n'ont pas beaucoup réagi, et n'ont rien obtenu), donc que cela plaise ou non (ce n'est pas le sujet), le bon sens indique qu'il est très vraisemblable que la résistance contre le système (ou la salvation comme tu le dis), se limite à des plaintes sur des blogs ou quelques manifs. Soit rien qui ne provoque aucun changement.
      Ca ne peut plait ni déplait, c'est comme ca. Si tu peux me démontrer le contraire, je suis preneur.

      Supprimer
    4. L'ironie n'a pas dû percer dans mon post précédent... C'est sûr, y a qu'une chose à faire: se mettre en boule et attendre la mort

      Supprimer
    5. se mettre en boule et attendre la mort
      Que nenni! Quelle pleutrerie!
      Résistons! Pamphlétons! Répétons les slogans du gars au haut-parleur sous la pluie!

      Supprimer
    6. Derrière chaque haut-parleur se trouve un ami qui te veut du bien . De gré ou de force.

      Supprimer
  3. Oui et non Tonio, la violence se doit d'être justifier, défendre une cause, un objectif…

    La violence n'est jamais gratuite, sauf chez les fous.

    Pour être maître de la violence, il faut posséder les FORCES adaptées à chaque situation de contraintes.

    Dans la violence tu as aussi l'énergie, la mort, la lumière et même l'amour…

    L'État à la base c'est une union qui fait force devant une agression. Si l'état devient l'agresseur, il se fera tôt ou tard renversé.

    Le pouvoir c'est la maîtrise des forces d'un pays, qu'elles soient économiques, militaires, énergétiques, … /…

    Bref, si tu n'as que le monopole de la violence, tu ne vas pas très loin surtout aujourd'hui avec de multiples enjeux qui réclament de multiples réponses.

    Non?

    RépondreSupprimer
  4. Enfin une réflexion sensée ! alors maintenant qu'allons nous faire ? restez les bras croisés ? Agir ? Continuer à nous masturber le cerveau de réflexions pseudo démocratiques ?

    RépondreSupprimer
  5. A quelques semaines des élections européennes, on voit à quel point l'Etat est mort. L'UE va nous empoisonner à coup de MON 810, vive la démocratie.
    Pire, AUCUN des partis politiques censés défendre le peuple (FN, DLR, FDG et autres) ne se manifeste contre le Marché Transatlantique qui va nous dévorer. Ecoeurant, déprimant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si : l'UPR de François ASSELINEAU. Lui seul, et son parti, dénoncent l'arnaque de l'Union Européenne, de l'€uro, du traité transatlantique, de l'adhésion à l'Otan et au glacis Atlantiste qui en découle.

      Supprimer
  6. La démocratie est secondaire. Dans son sens premier, ce n'est que la dictature de la masse.

    Ce qui est important, c'est l'Etat de Droit.

    Et un Etat est de Droit lorsqu'il respecte cet article de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen :

    Article II

    Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.



    Au vu de ce qui se passe ces dernière années, je vous laisse juge du fait que la république française soit un Etat de Droit.


    SJA


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la démocratie ne peut se concevoir sans une constitution qui prévient les dérives, mais ça n'a rien de secondaire.

      Et cette constitution n'a rien de naturel, elle est tout à fait subjective.

      Ta fameuse "Déclaration des droits de l'homme et du citoyen", par exemple, ne s'appliquait pas aux femmes et il est assez troublant qu'au sortir de la monarchie, on sanctuarise la propriété alors que celle-ci était de toute évidence particulièrement mal répartie.

      Supprimer
    2. Ta déclaration, c'est de la pisse d’âne, désolé de te le dire.

      Ce qui compte, c'est de pouvoir donner des coups et d’être tellement au dessus des autres que ceux ci ne peuvent se venger.

      La plupart des états de l'histoire n'était pas de droit, mais dirigés par des seigneurs de guerre, des clercs, de chefs de clans ou de tribus.

      Supprimer
  7. La vraie question n'est pas "qu'est-ce que l'état" (car trop théorique, et bien documentée)... mais plutôt "qui se cache derrière l'état".

    Eh oui... L'état est devenu un cache-sexe... L'état est devenu un slogan, une marque.

    Un alibi. Une justification.

    Mais derrière l'état il y a des cliques, formant une véritable mafia.

    Ils ont détourné l'idée d'état à leur seul profit.

    RépondreSupprimer
  8. Ce que rue89 n'a jamais du lire à propos des "précurseurs" de la théorie du genre et de leur petites expériences :

    http://dondevamos.canalblog.com/archives/2013/06/16/27446894.html

    Ames sensibles s'abstenir.

    RépondreSupprimer
  9. "Il faut bien voir ceci:
    - dans un régime autoritaire, on doit obéir à l'autorité, et penser ce qu'on veut;
    - dans un régime totalitaire, on peut, à la rigueur, désobéir, mais il est indispensable de penser ce qu'elle pense;
    - dans un régime de démocratie absolue, on ne peut plus penser que ce que pense l'autorité et, par conséquent, la notion d'obéissance est dépassée. C'est quelque chose de ce genre que George Orwell avait vue lorsqu'il montrait son héros en venir à aimer son tortionnaire."
    "Pas de liberté pour les ennemis de l'égalité!"

    Vladimir Volkoff, Pourquoi je suis moyennement démocrate

    RépondreSupprimer
  10. La dernière vidéo de Dieudonné,

    Alors là, la meilleure depuis un moment, ça balance... ça tape fort, c'est drôle.

    Quelle rigolade. Ca fait du bien.

    https://www.youtube.com/watch?v=QRexLIeR8FE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Note, il a deux compte YouTube : https://www.youtube.com/user/iamdieudobis

      Sauf erreur ma préféré où il est en kimono ZEN a disparu ?!?

      Donc elle est ailleurs : http://youtu.be/2F0Gkd2TZrI

      Ou chercher année de la quenelle :-)

      Antisémite ? non, pourtant j'ai le temps mais non, chaque individu se juge indépendamment.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.