vendredi 28 février 2014

Sarkozy prône une Union européenne réduite à un marché unique

Si je comprends bien, il veut approfondir la folie de l'expérience de l'euro dans le même temps qu'il supprime l'union européenne politique, pour en faire un simple marché unique, capable de digérer les pays de l'est.

Une fuite en avant d'un côté, et une retraite de l'autre, pour acter la définition du cœur de l'Empire et de sa périphérie, et extraire cette périphérie de l'orbite russe.

En tous cas, la liberté retrouvée de certains grands pays restés hors zone euro (comme la Suède), plus la continuation du n'importe quoi au sein de la zone euro risque de donner des idées aux pays prisonniers...

Sarkozy prône une Union européenne réduite à un marché unique
Reuters via boursier.com, 28/02/2014 (en Français texte en français )
→ lien
L'ancien président français a effectué son grand retour sur la scène européenne dans la capitale allemande, où il a longuement rencontré en tête-à-tête Angela Merkel avant de prononcer un discours sur les relations franco-allemandes et l'avenir de l'Europe devant la fondation Konrad Adenauer, le cercle de réflexion du parti de la chancelière, la CDU.

Cela passe selon lui par l'intégration de la zone euro, et notamment la mise en place de son gouvernement économique, qui doit être piloté par les deux pays parce que "le leadership n'est pas un gros mot, le leadership c'est un devoir".

Pour y parvenir l'UE doit, a-t-il ajouté, se concentrer sur sa priorité, être un grand marché unique

Nicolas Sarkozy prône parallèlement de réduire les compétences de l'Union européenne pour qu'elle puisse rapidement accueillir et ainsi stabiliser les pays des Balkans, toujours fragiles selon lui, dans une Europe à 32 voire 35 pays.

"L'Union européenne doit renoncer à la prétention de tout réglementer et de tout régenter, ce n'est pas cela qui était le message des pères fondateurs", a-t-il dit. "L'Union européenne doit cesser de perdre du temps, de perdre de l'énergie et par-dessus tout de perdre de la crédibilité sur des sujets qui ne relèvent pas à l'évidence de sa compétence."

Le discours :

4 commentaires:

  1. Sarkozy est le toutou de Merkel. C'est affligeant. Un traître.

    http://euobserver.com/political/123288

    Simon Epstein sur la Résistance

    "Selon Simon Epstein, ce n’est pas parmi les cohortes de l’ultradroite que l’on trouve les partisans de la collaboration dans les années 1940 mais parmi les partisans du rapprochement franco-allemand dans les années 1920 et 1930."

    "De nombreux collaborationnistes sont devenus hitlériens par germanophilie et adhésion à l'idée de l’unité européenne, sans être passé par la case fasciste. Les structures pro-nazies de la collaboration de gauche ne sont pas fascistes mais pro-hitlériennes : elle ne prônent pas un fascisme français mais la réconciliation franco-allemande et un nouvel ordre socialiste européen."

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Simon_Epstein

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis fait la même réflexion en écoutant son discours. Ca me faisait penser à Laval avant guerre.

      A la différence majeure que l'Allemagne d'aujourd'hui n'est pas le 3ème Reich.

      En tous cas, ce rapprochement franco allemand, c'est unilatéral. Ca va toujours dans le même sens. Et j'ai pas souvenir de discours récents d'allemands importants expliquant qu'il faut se rapprocher de la France.

      Supprimer
  2. C'est la position "GEAB" : l'Eurozone est l'avenir une fois débarrassé du bouzin UE.
    L'Euro est bien sur autant un problème, mais virer l'UE et ses technocrates pourrait leur faire gagner 10 ans peut-être.

    RépondreSupprimer
  3. Samedi 1er mars 2014 :

    Ukraine : plus de 2000 soldats russes dans la capitale de la Crimée.

    Plus de 2000 soldats russes ont été aérotransportés vendredi à Simferopol, capitale de la Crimée, a affirmé le représentant du président ukrainien dans la république autonome. Il a dénoncé une "invasion armée russe", tandis que Washington a lancé une mise en garde à Moscou.

    Lors d'une déclaration à la Maison blanche, le président des Etats-Unis Barack Obama a prévenu que toute opération aurait un "coût".

    Affirmant que Washington soutenait la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine, M. Obama a aussi indiqué que son pays était "profondément inquiet" au sujet d'informations sur des mouvements de troupes russes en Crimée.

    http://www.romandie.com/news/n/Ukraine_plus_de_2000_soldats_russes_dans_la_capitale_de_la_Crim_RP_010320140121-21-451799.asp

    Durant son discours, le nouveau Premier ministre ukrainien a évoqué la situation en Crimée, péninsule du sud de l'Ukraine, où un commando pro-russe a pris d'assaut le Parlement.

    "L'intégrité territoriale est menacée, on assiste à des manifestations de séparatisme en Crimée. Je dis aux Russes : "ne nous affrontez pas, nous sommes des amis et des partenaires", a-t-il déclaré, avant de marteler que l'Ukraine voyait "son futur en tant que membre de l'Union européenne".

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20140227trib000817545/ukraine-arseni-iatseniouk-dirigera-un-gouvernement-de-kamikazes.html

    L'Ukraine est au bord de l'effondrement.

    L'Ukraine est un pays en faillite totale.

    ET DONC l'Ukraine remplit les conditions pour devenir membre de l'Union Européenne !

    Crions tous ensemble : "Bienvenue à l'Ukraine !"

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.