mardi 25 février 2014

Sur l'Ukraine...

Au passage, sur l'Ukraine, c'est très intéressant de voir que Babel est près à s'allier à absolument n'importe qui, même des néo nazis, du moment que ça fait reculer le camp des productifs enracinés et fait avancer celui des prédateurs nomades, pour reprendre cette très juste dialectique soralienne, quand il sort un peut de son obsession sus-citée dans mon post précédent...

"Bientôt la guerre civile ?" - Entretien avec Roman Halauniov sur les émeutes en Ukraine
ERTV, 25/02/2014 (en Français texte en français )
Pour ERTV, Roman Halauniov revient sur les émeutes du mardi 18 et jeudi 20 février à Kiev en Ukraine. Il analyse les évènements qui ont précédé ces émeutes puis le déroulement de celles-ci. Ensuite il dresse un panorama des enjeux géopolitiques autour de l'Ukraine.



En Crimée, bastion prorusse : « Kiev a été prise par des fascistes »
Le Monde, Louis Imbert, 25/02/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Sur la place de la mairie de Sébastopol, le grand port de Crimée dans l'est russophone de l'Ukraine, lundi 24 février, un colosse blond au visage rougi, essoufflé, pantelant, fend la foule. « Où est-ce qu'on s'inscrit pour la milice ? » demande-t-il. On indique à Alexeï Nitchik un stand où on s'enregistre prestement dans les brigades d'autodéfense créées ici samedi 22 février pour « défendre la ville », en miroir inversé de celles de Kiev et de l'ouest révolutionnaire.

A Sébastopol, peuplée en majorité de Russes et atterrée par le « coup d'État » de Kiev, une foule a pris l'hôtel de ville lundi, quelques heures après que M. Nitchik a rejoint la milice. Elle y a forcé l'installation d'un nouveau maire lundi soir. La police de la ville, à peine visible autour de la foule, a laissé faire.

« Kiev a été prise par des groupes fascistes, des gens en armes qui sont déjà arrivés à Kharkiv et à Donetsk », les grandes villes de l'Est, « et qui viendront chez nous si nous ne faisons rien », prévient-il.

« Si on considère que des gens qui se baladent dans Kiev avec des masques et des kalachnikovs sont le gouvernement, alors il nous sera difficile de travailler avec un tel gouvernement », a-t- il dit.

« Les nationalistes ukrainiens vont tout faire pour effacer notre culture, notre histoire », estime Galena Pirojenko, libraire en centre-ville et venue attendre, sous les fenêtres du conseil municipal, que les élus se prononcent sur la candidature de M. Tchaly. Mme Pirojenko, 57 ans, ne vend que des livres russes – elle estime que personne n'aurait l'idée ici de lui acheter un ouvrage en ukrainien. Elle n'a pas supporté de voir le Parlement abolir, samedi, la loi sur les langues régionales, qui accordait au russe un statut de langue officielle dans l'Est et le Sud. « Nous étions un grand peuple. Aujourd'hui nos enfants sont déjà à moitié illettrés, ils parlent mal le russe », se désole-t-elle.



Éric Zemmour : Quand l'Europe souffle sur les braises ukrainiennes
RTL, 25/02/2014 (en Français texte en français )



Russia Awakes: Accuses Ukraine's New Government Of "Armed Mutiny", Says It Poses "Real Threat To Our Interests, Citizens"
ZeroHedge, 24/02/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien



Russia Fires First Retaliatory Salvo, May Limit Ukraine Food Imports
ZeroHedge, 25/02/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien



République Bananière d’Ukraine, épisode 2
realpolitik.tv, Xavier Moreau, 24/02/2014 (en Français texte en français )
→ lien
La ville de Kiev vit désormais sous le règne de la « Pax Bandera ». « Pravy Sektor » a annoncé qu’il ne comptait pas quitter Maïdan, ce qui en dit long sur la légitimité des élections du 25 mai.

La mise sous-tutelle du parlement par les radicaux et l’attaque du bureau du gouverneur de Kharkov par les « banderistes » justifient pleinement le doute que vient d’émettre le Premier Ministre Medvedev sur la légitimité du pouvoir de la Rada actuelle.

C’est en Crimée que la situation a le plus évolué avec une volonté séparatiste affichée. Cela s’est traduit par l’élection d’un nouveau maire et la levée massive de volontaires par le « Russki Blok ». Rappelons que si à l’est de l’Ukraine se trouvent les Ukrainiens russophones, la Crimée est peuplée de Russes ethniques, qui ne se considèrent pas ukrainiens. La presqu’ile n’a historiquement aucun lien réel avec l’Ukraine. Les drapeaux russes ont été hissés à Kerch ou à Sévastopol, les groupes d’auto-défense se forment et il ne fait pas bon être « banderiste » dans la région. Le drapeau ukrainien y a été brûlé. Dans le sud de l’Ukraine également, à Odessa, une grande manifestation a eu lieu contre les « fascistes » de Kiev.

L’est de l’Ukraine aussi est secoué par des affrontements. Outre Kharkov, des coups de feu ont été échangés à Lugansk entre « banderistes » et un groupe local d’auto-défense.

La communauté juive de Kiev, après avoir été discrète pendant ces derniers jours, sans doute sous la pression américano-européenne, ne cache plus sa peur, comme le relate le quotidien Haaretz. Il y a peu de chance que les juifs d’Ukraine s’attirent la sympathie des histrions papillonnant autour de Bernard-Henri Levy. L’instauration du nouvel ordre mondial en Ukraine est à ce prix.

8 commentaires:

  1. http://www.femmesdechambre.be/ukraine-mais-que-sest-il-passe/
    a rajouter au dossier

    RépondreSupprimer
  2. C'est pas nouveau!
    La communauté juive à toujours et de tout temps été sacrifié par son élite.
    ...Seul différence, maintenant cette élite a un nom: sioniste.

    RépondreSupprimer
  3. "Paris et BFM sous les CHEMTRAILS 24 Février 2014"
    http://www.youtube.com/watch?v=tKNVfcjfKuI&feature=youtu.be

    RépondreSupprimer
  4. sur la france

    http://www.francetvinfo.fr/politique/video-l-ump-quitte-l-hemicycle-apres-une-pique-de-manuel-valls_538849.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi ou il a un problème Adolfo Ramirez ?

      Il pense qu'il peut Dieudoniser tous ses adversaires ?

      A force de tirer dessus les ficelles vont commencer à se voir.

      Supprimer
  5. C'est étrange que l'"on" dise que c'est une obsession chez Soral.

    En tout cas cette rhétorique permet deux choses : D'une part de nier l'existence dudit lobby et d'autre part de nier l'existence de problèmes lié à l'existence même de lobbies, et par conséquent de taire le tout ou de faire en sorte que ce fut tût.

    RépondreSupprimer
  6. Et pendant ce temps, les pieds nickelés, les crapules votent... la poursuite de l'opération en Centrafrique...

    "Les députés se sont prononcés par 428 voix pour, 14 contre et 21 abstentions, l'ensemble des groupes ayant décidé de voter la prolongation, à l'issue d'un débat parfois tendu."

    !!!

    Elle est belle l'unanimité UMPS... un vrai clan mafieux.

    RépondreSupprimer
  7. Encore un gouvernement non-élue à la tête d'un pays. Le prochain? Le Venezuela.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.