samedi 15 février 2014

Toujours l'exode urbain

Je suis tombé sur ce document très intéressant sur la démographie lorraine, et celle de ses villes...

Globalement, la population lorraine est stable :


Par contre, regardez les évolutions démographique des villes. C'est une vraie boucherie :


Y a que Nancy qui surnage...

A croire que les gens fuient cet environnement urbain merveilleux fait de béton plastique et d'enrichissement par la diversité la chance, où l'élite maçonnique zumaniste cultive le peuple comme des tomates hors sol pour en extraire le jus primordial de la rente.

Décidément, je comprends pas...   

30 commentaires:

  1. Hum ... pas sûr que ce soit de l'exode urbain.
    Ils vont a la cambrousse ou ils vont dans des villes d'autres régions ?
    A mon avis ... c'est plutôt la 2ème solution.

    http://www.actu-environnement.com/ae/news/urbanisation-france-etalement-urbain-13327.php4
    En 2010, 77,5 % de la population française vit en zone urbaine, soit 47,9 millions d'habitants, selon une étude de l'Insee publiée le 25 août. Les villes occupent désormais 21,8 % du territoire, soit une progression de 19 % en dix ans


    L'ile de France contient environ 20% de la population française. C'est une espèce de giga méga ville qui contient donc 1/5 des gens en France.
    Sans le ballet quotidien de dizaines de millers de camion / trains de marchandise, tout ce petit monde n'aurait pas de quoi vivre.

    A mon avis, le pouvoir essayera de préserver son coeur, plutôt que les cambrousse-sert-a-rien.
    Et les gens vont faire quoi à la campagne ? y a pas de boulot, y en a de moins en moins.
    Le télétravail en prends pas.
    Même si tout le monde rêve d'y repartir (combien j'en voie qui se plaignent sans franchir le pas)... en général, dans les couples, il n'y en a qu'un seul sur 2 qui le peut, ce qui bloque le process.
    Et puis après ?
    la campagne, c'est dur, c'est pour élite qui sait faire beaucoup de choses. Ça restera une minorité pour un bon moment a mon avis.
    Les vieux ils veulent des hôpitaux, les nanfans il leur faut des (bonnes) écoles, et les parents ils leur faut du boulot et les femmes ils leur faut des boutiques (lol) !
    Je ne sais pas combien vont en ville par choix, mais je pense qu'il y a une grande part d'obligation (plus ou moins consciente / consentie).
    Et ce n'est pas près de changer étant donné que la ville est plus efficace d'un point de vue énergétique.

    En gros : la campagne est un luxe et le restera.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh non, encore raté. A la niche

      Supprimer
    2. @ 22.44

      Le ni-ni convainc pas : Faut argumenter !

      P

      Supprimer
  2. Je suis lorrain, et je connais bien ma région.
    Les conclusions que vous tirez par rapport à ces tableaux n'ont rien à voir avec la réalité.
    Ce qui se passe, c'est que la population se concentre de plus en plus sur les pôles urbains et autour des axes routiers principaux. Ou phénomène de conurbation : ce sont les les banlieues éloignées qui explosent.
    Des villes comme Nancy ou Metz sont bloquées : tout le territoire est construit jusqu'aux limites, seules les villes voisines ont la capacité physique d'augmenter. Et il faut savoir que ce sont les deux pôles principaux qui se développent encore, avec tout le long de l'autoroute A31 entre Luxembourg et Nancy, puis la voie rapide jusqu'à Epinal.
    Pour tout le reste du territoire lorrain, c'est plutôt la désertification : la Meuse et les Vosges se vident de leur jeunesse au profit de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle.

    Voilà, il faut toujours se méfier des chiffres sortis de leur contexte pour en tirer des conclusions hâtives...

    RépondreSupprimer
  3. "Aujourd’hui, [...] Quelques gros centres publics sont devenus les plus gros employeurs. Les entreprises industrielles [...] ont disparu ou ont été, certaines le sont en partie, délocalisées dans les pays de l’Est. Le tissu artisanal s’est adapté à une pression fiscale moins favorable que dans les communes périphériques[réf. nécessaire]. La plupart des commerces privés du centre-ville ont périclité, supplantés par les grosses entreprises de services marchands et de distribution. Le hard-discount est un des rares secteurs en croissance continue sur les dix dernières années.[...]
    Ces dernières années, la chute démographique déodatienne s’est accentuée. En deux années, mille habitants sont partis.
    [...] Les jeunes couples à bons revenus s’installent dans les communes environnantes en croissance afin de fuir les taux d’imposition élevés. À Saint-Dié-des-Vosges, plus de 55 % des foyers fiscaux ne paient pas l’impôt sur le revenu.
    La ville équilibre son budget en partie grâce aux subventions de l’État. Pour conserver celles qui sont issues d’un contrat de plan réservé aux villes moyennes, elle doit garder une population minimale de 20 000 habitants."
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Di%C3%A9-des-Vosges

    Le cocktail qui s'auto-entretient :
    - expansion incontrôlée du secteur public
    - distribution d'argent gratuit
    - taux d'imposition élevés sur les "riches" (= à partir des classes moyennes inférieures)
    - fuite de ceux qui peuvent, démographie en panne, vieillissement
    - immigration "pour compenser"

    Pour être allé pas mal de fois au Leclerc de Saint-Dié, je peux dire que je n'ai pas encore vu d'endroit où on a autant l'impression qu'une part importante des clients sont des retardés mentaux légers (je veux dire que, là où ailleurs, on aurait une proportion de 1%, là ça serait plutôt 10%). Comme si une bonne partie de ceux qui avaient quelque chose dans le crâne et un tout petit minimum de capacités s'étaient taillés à toutes jambes, lassés d'être rincés à fond par le système.

    RépondreSupprimer
  4. Samedi 15 février 2014 :

    Un sondage explosif :

    Question de l'institut de sondage Ifop :

    "Vous personnellement, êtes-vous favorable ou opposé à ce que la France remette en cause les accords de Schengen et restreigne les conditions de circulation et d’installation des citoyens européens sur son territoire ?"

    Personnes âgées de 18 à 24 ans : 60 % de favorables.
    25 à 34 ans : 54 % de favorables.
    35 à 49 ans : 62 % de favorables.
    50 à 64 ans : 59 % de favorables.
    65 ans et plus : 57 % de favorables.
    Total : 59 % de favorables.

    L'Europe sous le choc : 59% des Français favorables à une restriction des conditions de circulation et d’installation des Européens dans le cadre des accords de Schengen.

    Les Français se disent majoritairement favorables à une limitation de la circulation des immigrés européens en France, et donc à une remise en cause du traité de Schengen. C'est un des piliers de la construction européenne qui est ainsi contesté par l'opinion publique.

    http://www.atlantico.fr/decryptage/59-francais-favorables-restriction-conditions-circulation-et-installation-europeens-dans-cadre-accords-schengen-jerome-fourquet-982672.html?page=0,0

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sauf que la question devrait être:

      "êtes vous favorable à la restriction de votre propre circulation dans l'espace Européen "

      J'ai comme l'idée que le résultat serait fort différent.

      Conclusion: Ce n'est pas parce qu'un philosophe barbu baise bien qu'il faut prendre son sperme pour de la conscience...

      Supprimer
    2. Votre conclusion "Décidément, je comprends pas..." est très raisonnable, je dirais même qu'elle est béton !... mais, pour l'instant, selon les commentaires, j'ai l'impression que l'exode vers la campagne n'est pas très évident.

      Quelqu'un qui y vit a même dit qu'on s'y emmerde le jour et l'on y a peur. la nuit...

      Supprimer
    3. @ 21.34

      Bizarre que vous occultiez "restriction de votre propre circulation ET D'INSTALLATION" dans la construction de votre réponse...

      En fait non, ce n'est pas bizarre ; C'est simplement de la mauvaise foi !

      Supprimer
  5. L'explication pour les villes lorraines est le départ des militaires qui n'ont pas été compensés par l'arrivée massive de fonctionnaires comme promis par Sarkosy!!! Pour Nancy les frères la truelle ont décidé de regrouper les universités dans cette ville. Vous fermez une base aérienne ou un régiment de 2000 personnes (sans les familles) à fort pouvoir d'achat dans une zone économique déterminée, bonjour les dégâts. Dans le système clientéliste français, le problème pour la Lorraine c'est le manque de politiciens de premier plan qui aurait empêché cette décision de déshabiller François pour habiller Nicolas...Heureusement pour la Lorraine du Nord qu'il existe l'émirat du Luxembourg! Sinon...

    RépondreSupprimer
  6. La fermeture de casernes devrait en être aussi une cause importante.

    RépondreSupprimer
  7. Vous oubliez un gros détail : il y a un mouvement de population intra france : du nord et de l'est vers l'ouest et le sud.

    Bref, de la Lorraine vers le pays basque, de lille vers Marseille.

    RépondreSupprimer
  8. hachis parmentier15 février 2014 à 18:43

    Peut etre qu a cause du chomage, les gens bougent sur paris ou lyon qui sont plus dynamiques. Habitant a lyon, ca renove et construit partout.

    RépondreSupprimer
  9. Tonio, je comprends ton raisonnement, mais je pense que Metz n'est pas le bon choix.

    Metz n'est pas une ville béton plastique.

    Et je pense que la dépopulation c'est :

    Les jeunes qui partent trouver du travail dans les villes bétons plastiques ou en Allemagne/Lux.
    Les vieux qui arrivés à la retraite vont dans le sud, car les hivers à -10°C dans ce coin c'est très souvent...

    RépondreSupprimer
  10. Bon, j'ai bien lu vos commentaires, mais je rappelle ce que ces chiffres disent.

    La population de Lorraine est stable. La population des villes hormis Nancy s'effondre. Donc la population rurale augmente.

    Point barre.

    Qu'il n'y aie plus de place pour construire, ok. Mais alors pourquoi la population baisse ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.lequotidien.lu/region/43059.html La région perd ses militaires. Particulièrement Metz. 5000 militaire en moins sous Sarkozy, plus femmes et enfants. En revanche comme partout, la population devient vulgaire, laide, crétine.

      Supprimer
    2. L'anonyme qui dit être de Metz ment. Metz n'est absolument pas saturée. Nancy oui.

      Supprimer
    3. Nancy tient bon grâce à tonton Rossinot ! xD

      Non, en fait Nancy est vraiment une ville super. J'ai habité tout un tas d'endroit en France ou dans les DOM et Nancy est une chouette ville. Vraiment. :)

      Qu'en est-il de Metz ?

      Supprimer
    4. Effectivement Nancy tient bon contre la bête z'immonde et nauzé ah bon ?

      http://lorraine.france3.fr/2014/01/03/dieudonne-nancy-des-tigres-reprennent-sa-quenelle-rossinot-veut-l-interdiction-du-spectacle-387647.html

      Supprimer
    5. Je me rappelle il y a vingt ans, Nancy refaisait sa rue saint-Nicolas. Elle transformait le "gourbi" nancéien en quelque chose de potable !

      Ceci expliquant cela...

      Loués soient le haut-dul et Vandoeuvre ! Comme quoi même un maire frère la truelle sait passer le balai... ;)

      Supprimer
  11. effectivement la pop globale est constante et la pop des principales ville décroit .
    la question est la pop globalest elle la même ?
    si oui alors exode des villes vers un des depts cités
    si non alors exode vers "ailleurs" et import de population pour compenser.
    qui aurait des infos complémentaires ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous pensez aux 200 familles (voire plus) de roms de l'avenue de Blida relogés dans les casernes inoccupées?

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  12. Eux ils ont poussés l'exode encore plus loin et semblent aimer ça :
    http://www.youtube.com/watch?v=NgMS73kGEcs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme les débranchés aux USA

      Sauf que USA et canada sont des pays déserts. Pas l’Europe, et pas la france en tout cas. Même le Vercors est plus dense en terme de habi/km2 que le wisconsin.

      Supprimer
    2. Bien sûr. En même temps l'expérience qu'ils tentent c'est carrément le retour au paléolithique, sans même l'agriculture. C'est juste pour montrer qu'un autre extrême étant possible on peut peut-être trouver "la voie du milieu".
      J'ai trouvé la dernière scène saisissante où la femme erre en peau de bête au milieu du supermarché. La misère de l'abondance...

      Supprimer
  13. Le protectionnisme est une branche du libéralisme

    https://www.youtube.com/watch?v=1AGfz9Jhg0Y

    RépondreSupprimer
  14. Aller jeter un oeil sur zerohedge et la nouvelle loi en italie des 20%..
    Ils accélerent ....
    De l' "exode" va y en avoir et partout...

    RépondreSupprimer
  15. Tonio, tape dans google "insee étalement urbain lorraine". Il y a une étude en pdf:
    Ce n'est pas un exode rurale (dans le sens retour à la terre) en Lorraine. Les gens quittent la grosse ville, pour rejoindre les petites communes voisines (qui sont trop petites pour être listées comme des centres urbains) tout en restant dépendant de la grosse ville pour le travail et les services.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.