vendredi 28 février 2014

Ukraine

Une première carte sur la proportion de russophones en Ukraine :


   Une seconde sur le vote Ianoukovitch :


   salaire moyen :


   Extension de l'Empire russe :


A noter que cette partie est de l'Ukraine a été cédée en 1954, alors que c'était un bout de la Russie depuis 1750 et des brouettes.

Bref, penser que les russes vont lâcher l'est de l'Ukraine, c'est du n'importe quoi. C'est leur pays. De ce que j'ai compris, la plupart des familles russes ont des proches dans l'est de l'Ukraine. Sébastopol en Crimée a été fondée en 1783 par les russes. Faut bien comprendre que s'il le faut les russes se battront et mourront pour la Crimée... Surtout que contrairement à chez nous, chez eux, la nation ça signifie encore quelque chose.

Surtout quand on voit les gusses qui ont volé le pouvoir et ne pensent immédiatement qu'à brimer les russophones et à éradiquer toute influence russe dans l'est du pays (interdiction des chaines en russe, suppression du russe comme langue officielle...).

Naturellement, l'option la plus évidente qui transpire est de reconnaître que ce pays n'en est pas un, d'en organiser la scission et de rendre à la Russie ce bout de territoire qu'elle a perdu en 1954. Chose que forcément, l'occident s'est empressée d'exclure.

D'ailleurs... Mouvements de transports de troupes blindés et d'hélicoptères russes :
More APCs And Helicopters As The Airspace Closes: The Latest Developments From The Ukraine
ZeroHedge, 28/02/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien



Sans surprise, le gusse nommé à l'économie est un pion de Soros :
Alors que Soros appelle à un "plan Marshall" pour l'Ukraine, c'est un de ses protégés qui devient ministre de l'économie.
Le Monde Russe via E&R, 27/02/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Car il y à quelques heures, le parlement ukrainien a investit le nouveau gouvernement du pays. Le ministre du développement économique et du commerce n'est autre que Pavlo SHEREMET.

Pavlo SHEREMET est diplômé d'un MBA de l'université Emory (USA), il a aussi fini la business school de Harvard et le centre de développement du leadership du John F. Welsh technology centre. Il est actuellement président de l'école d'économie de kiev (université privée financée par l'economics education and reserarch consortium qui regroupe des fondations américaines, des fondations d'oligarques libéraux ukrainiens, des fonds gouvernementaux d'Europe du nord et du Canada). Il a commencé sa carrière universitaire dans les années 1990 comme directeur de programme à l'open society institute de Budapest, plus communément appelé en Europe de l'est "la pouponnière de Soros".

Bref, après avoir réussit son coup d'État, SOROS va prendre ses dividendes. Le programme de privatisations et d'ouverture des frontières promet d'être juteux. Si, en plus, le contribuable européen peut passer à la caisse derrière pour moderniser à ses frais ces entreprises...



Ukraine Imposes Capital Controls, Limits Foreign Currency Withdrawals
ZeroHedge, 28/02/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien


Ukraine's Currency Is Getting Obliterated
Business Insider, Sam Ro, 27/02/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
According to Bloomberg, the currency has now dropped 19% in the past four days.



Non pas que le Ianoukovitch m'inspire de la sympathie, loin de là, mais faut voir la tronche de l'alternance... Le gars d'avant était un corrompu total, il coutait cher, mais au moins, comme tous les mafieux, il semblait respecter son peuple dans son être. Les nouveaux sont de la pire espèce : des idéologues. Immédiatement, ils annoncent vouloir changer le peuple. Ça c'est rédhibitoire. Assez de ces démiurges traitres à leur peuple ! Et il seront de plus certainement tout aussi corrompus, sinon plus. Surtout quand on voit qui il y a derrière.

Patrick Raymond résume parfaitement le programme :
Ukraine : Le révélateur...
La chute, Patrick Raymond, 28/02/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Il y a beaucoup de choses qui se savent. Elles sont évidentes. L'antifascisme de façade, notamment de notre gouvernement et des partis "de gouvernement", est d'autant plus facile comme posture est qu'il n'y a pas de parti fasciste en France.
Mais à l'étranger, on n'hésite pas à s'allier à la dite extrême droite, dite "verte", dans les pays musulmans, ou "canal historique", en Ukraine.
Les troupes de chocs de la contestation, en effet, dite nationaliste si modérée, n'a même pas besoin de l'étiquette de "néo" pour qualifier son nazisme.
Elle en est restée à la période 1941-1945, période s'étendant en réalité jusqu'en 1954 environ, date à laquelle les poches de résistances les plus significatives ont été éradiquées par l'armée rouge.

Les dits nationalistes n'aiment pas :

- les russes,

- les communistes,

- l'union européenne,

- les juifs,

- l'immigration,

- etc... Bref, comme on le voit, des gens tout à fait fréquentables selon la doxa et les canons bruxellois. (J'ai juste là ? )

En guise d'aide, les occidentaux veulent accorder des garanties de prêts, pour un milliard pour les USA, et 1,5 milliard pour l'UE, prêts, qui, sans aucun doute, serviront, comme d'hab, à rembourser des prêts existants chez eux, et à payer des intérêts. (C'est comme ça en occident, il reste toujours un peu d'argent à donner à ses propres banques, malgré le portefeuille en peau de hérisson).

Bien entendu, les prêts promis par la Russie sont ajournés sine die, et la Chine et la Russie ne vont pas manquer de demander leurs sous. Pour les chinois, c'est déjà fait.

Donc "laide", du FMI (ce n'est pas une erreur d'orthographe), consiste à imposer une austérité sauvage, et la vente de tout ce qui est vendable. (Comme si les oligarques avaient laissé quoi que ce soit d'intéressant : ils ont tout pris, un travail soigné, et peaufiné).

Intéressant, d'ailleurs est "le figaro" : prêt à aider ? Mais de combien ? No sé.

Il est sûr qu'avec "l'aide" du FMI, Ianoukovitch va passer dans très peu de temps pour quelqu'un de très sympathique.

"« Les comptes publics sont vides, tout a été volé. Il n'y pas d'autre alternative pour nous que de prendre des mesures extrêmement impopulaires » ". Tout est dit. Le nouveau pouvoir est grillé, avant d'avoir été installé.

D'ailleurs, la Crimée semble jouer son propre jeu, désormais. Le pouvoir de Kiev, très faible, devrait s'affaiblir encore.

La Russie pourra ramasser quelques morceaux, sans trop de peine, les occidentaux, eux, regarderons faire. Il faut dire qu'avec un corps de bataille disponible de 10 000 hommes chacun pour les 3 "grandes puissances" que sont France, USA, Grande Bretagne, ça fait plutôt peine. Pour faire une guerre, il faut être deux, et on imaginerait très mal un situation syrienne faite contre la Russie. Là, je laisse imaginer la réaction, d'abord les coupures de gaz et de pétrole, ensuite du beaucoup plus musclé...

Les dirigeants occidentaux, sont décidément, des jean-foutre.

Et effectivement, l'occident va faire quoi quand les russes vont vraiment s'énerver ? Envoyer 500 hommes comme en centrafrique ?

10 commentaires:

  1. En 1953 Staline était mort et il était géorgien, pas ukrainien.

    RépondreSupprimer
  2. ça pousse côté russe, mais avec une grande prudence. On se limite à la Crimée, port stratégique.
    Pour la grossEurop ; c'est sérieux, mais prévisible.
    Pour l'Allemagne, c'est un nouveau de réservoir de main d'oeuvre à bas coût qui se profile.
    Mais potentiellement, c'est aussi une façon de récupérer le charbon du Donbass ; coup double dans ce cas, produire avec une énergie que l'on contrôle, et qui remplacerait idéalement le nuke.
    Pas de bol, c'est pile du mauvais côté, au ras de la frontière avec les russes.
    A surveiller, je voyais bien le Dniepr comme nouvelle frontière entre le 'camp du bien' et les ex-cocos...

    RépondreSupprimer
  3. Chevènement offre une perspective sur l'Ukraine. Au moins on apprend des choses.

    https://www.youtube.com/watch?v=_q9ITpIF2C4

    RépondreSupprimer
  4. L'Ukraine n'est pas un pays ?

    Il faut arrêter les bêtises. Deja sachez que l'URSS a procédé a des mouvement de population, après le génocide de l'Holodomor elle a installée massivement des populations Russes dans l'est du pays. Alors permettez moi tout de même, d’être un peu irrité par votre carte. Je ne vous en veux pas car je crois que vous n'avez pas toutes les connaissances historiques pour juger de la situation. Génocider une partie du peuple et le remplacer, ca n'enlève en rien la valdidité de l'histoire de l’Ukraine !
    Vous devez trop lire E&R qui par Poutinolatrie (ils pensent que les chars Russes vont venir délivrer l'ouest de l’Europe, la bonne blague) font des raccourcis historique pour satisfaire leurs délires géopolitiques.

    Enfin je reposte a la lecture de chacun deux textes intéressants sur l'histoire de l'Ukraine.
    Vous comprendrez alors que les choses sont bien plus compliquées.
    http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/rous__la_ruthenie_kievienne_histoire_et_civilisation.asp

    http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/l_empire_medieval_de_kiev_debats_historiques_d_hier_et_d_aujourd_hui.asp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je parle pas du passé, je parle d'aujourd'hui.

      T'as la moitié d'un pays qui est russophone, et une révolution minoritaire qui a volé le pouvoir, et qui veut les brimer dans leur chair.

      Tu pourras me vendre ce que tu veux, moi je te dis que c'est de la merde.

      Supprimer
    2. Tu parles d'histoire, tu dis que ce pays n'existes pas, puis comme tu as tord, tu finis par une boutade "c'est de la merde". Bel argumentaire.

      Tu connais des Ukrainiens ?
      Tu peux être russophone et ne pas vouloir être rattaché a la Russie. Bon nombre des plus grands patriotes Ukrainiens venaient des zones russophone. Vous faites des constructions geopo a l emporte pièce. On dirait que vous jouez aux échecs, et tant pis si vous sacrifiez un peuple au passage.

      Révolution minoritaire et qui a volé le pouvoir ?
      Attends t'es le premier a soutenir ici des mouvements qui dénoncent les oligarchies kleptocrates. Tu crois sincèrement que les gouvernements qui se suivent en Ukraine depuis la chute de l URSS sont représentatif du peuple ?
      Ce sont tous des oligarques dont certains grassement soutenus par Moscou qui place ses pions !

      C'est pas parce que les Ricans donnent dans une impérialisme puant que les Russes ne le font pas non plus.

      Supprimer
  5. Et tiens, ca aussi : http://www.bvoltaire.fr/nicolasvode/non-lukraine-nappartient-pas-lensemble-russe,42720

    RépondreSupprimer
  6. Qu'est ce que c'est que cette région "south". Votre carte, notamment la première est manipulée et provient de sites et blogs russe (souris droite, rechercher cette image sur Google).

    C'est sur que si on intègre la Crimée, ca fait remonter le moyenne alors que dans les autres régions de ce... "south", en dehors de la Crimée, les russophones sont partout minoritaires.

    http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ukraine_cencus_2001_Russian.svg

    Concernant les résultats d'élections, à part dans l'extreme est, les résultats des élections dans les régions du sud ouest ne correspondent pas aux proportions de populations. Il n'est pas compliqué de comprendre qu'il y a un problème au niveau de la "fiabilité" des résultats.

    Vous simplifiez tout, vous mettez de la geopolitique partout, alors qu'il s'agit principalement d'un ras le bol face à la corruption et la malhonnette des dirigeants. Qui va d'ailleurs probablement se retourner contre les nouveaux arrivants qui sont de la meme came.

    En geopolitique, vous dites souvent vraiment n'importe quoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que Tonio pour le coup a chopé les mauvaises infos. Beaucoup de blogs relaient de la propaganda Russe.
      Merci pour cette carte bien plus realiste.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.