vendredi 14 février 2014

Une porte de sortie

Article intéressant de la Lime, qui essaye de remettre un sens aux différents mots, utilisés aujourd'hui à tort et à travers, volontairement d'ailleurs, de la part de gens avec des visées propagandistes, et cherchant à délégitimer une idéologie qu'ils n'aiment pas.

Capitalisme, consumérisme, libéralisme, libertarisme, mondialisme...

Hélas, la conclusion en est comme Bertez, de rapprocher le projet babelien actuel du fascisme. Ça ne colle pas.

Le projet babelien est totalitaire, comme l'est le fascisme.

Mais Babel est un totalitarisme des droits de l'homme et de la religion en faillite de la modernité et du progrès. Le fascisme est un totalitarisme du racialisme et de la nation. Il y a proximité dans les méthodes et les moyens mis en place, mais pas dans les fins.

La question est importante parce que si on intègre que le projet est totalitaire, il convient de chercher une porte de sortie décente.

Et c'est là qu'il faut souligner que la dissidence soralienne et dieudonniste est une impasse. Elle ne mène nulle part. Dénoncer le "sionisme", même si je ne nie pas certaines réalités qui crèvent les yeux de tous, n'est pas un projet. Et surtout, on voit que derrière, on a des gens qui se disent nationalistes et socialistes. Comme si on crevait pas déjà de socialisme avec un État qui ponctionne 70% des revenus pour les distribuer à des glandus, des tamponne papiers et des ponzi épargnants qui me crachent à la gueule.

Pour moi, le projet devrait être simple. L'âge d'or, aussi niais que cela puisse paraître à certains, c'est la société décrite dans la petite maison dans la prairie ou Tom Sawyer. L'esclavage en moins, grâce aux progrès techniques réels.

Une société rurale, aux valeurs robustes, incitatives à se sortir les doigts. Une société frugale en consommation loisir mais dure à la tâche pour produire du solide, du beau pour le futur, le long terme. Une société libérale, mais non pas pour les méga klepto financiers et multi nationales, mais pour les petites gens.

Aujourd'hui, on voit se mettre en place de plus en plus les conditions techniques permettant cette alternative.

Surtout que le peak everything va spontanément pousser les gens vers cette voie, rendant chaque jour de moins en moins économiquement intéressante, et de plus en plus aliénante, la vie en ville.

C'est de l'infrastructure que découle la superstructure. Et le peak everything va fortement changer l'infrastructure.

Internet, imprimantes 3D, vélos électriques, production électrique décentralisée, nouvelles technique d'agriculture, chauffages au bois performants, eau courante partout...

Tout ceci ne peut se faire selon moi que par un exode urbain.

Les conditions de vie rurales, la débrouille, l'enracinement, assureront la dépibification, le rétrécissement de l'État.

En ce sens, la plus intéressante de toute cette frange se disant de la dissidence, est surement Marion Sigaut. De ce moyen-âge qu'elle laisse entrevoir, avec ses 90% de paysans, on comprend que les gens, sur bien des domaines, et parce que l'échange marchand était minimal, les gens étaient plus libres et l'État plus faible.

Il doit y avoir moyen d'imaginer un nouveau moyen-âge, en n'en prenant que le meilleur.

22 commentaires:

  1. "C'est de l'infrastructure que découle la superstructure"
    C'est la fonction qui crée l'organe. C'est la demande qui crée l'offre. C'est le peuple qui peut réellement influer sur l'élite comme le soma peut influer sur le germen, c'est la possibilité (pour moi la nécessité car je suis convaincu que c'est comme ça que ça se passe en biologie) de réelle démocratie. Lamarckisme.

    En face c'est le dogme néo-darwinien de la barrière de Weismann (pas d'action possible du soma sur le germen), pseudo-démocratie du chèque en blanc. C'est la loi de Say et la course au gaspillage qu'elle engendre. C'est l'impérialisme d'une élite auto-proclamée. C'est le "tout génétique". Etc.

    Je rappelle à toutes fins utiles que le néodarwinisme était dogme d'état sous le troisième Reich (la barrière de Weismann étant censée justifier le dogme de la pureté de la race aryenne) et que le lamarckisme était dogme d'état en URSS (pour moi conséquence tout à fait logique de l'acceptation de "la superstructure découle de l'infrastructure).
    Je sens depuis quelque temps un flottement dans les analyses de Bertez (et aussi chez Disco), façon âne de Buridan. Philosophiquement on se retrouve en face du problème liberté/déterminisme: éternel débat...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lamarck
      Dans votre sens : http://www.lefigaro.fr/sciences/2014/01/02/01008-20140102ARTFIG00416-une-nouvelle-forme-d-heredite-identifiee-en-laboratoire.php
      f.

      Supprimer
    2. @ 14/02 13:35
      Merci!
      "Le deuxième dogme, qui découle du premier, est qu'il ne peut y avoir de transmission à la descendance de caractère acquis par un individu, contrairement à ce qu'avait envisagé près d'un siècle plus tôt Jean-Baptiste de Lamarck pour expliquer l'adaptation des espèces à leur milieu."
      Vers une confirmation de ce que j'attends depuis longtemps? Si ça se confirme et s'il y a analogie biologie/sociologie (ce dont je suis convaincu) alors l'adaptation des sociétés à leur milieu doit se faire d'autant mieux que le peuple y participe. "Démagogie" (enseignement des adultes) et "populisme" (antonyme d'élitisme) sont pour moi les clés du grand tournant, de la révolution: on comprend pourquoi les zélites s'évertuent à les dénigrer!

      Supprimer
    3. Pour ceux que ça intéresse...
      Wiki: "Les gemmules, appelées aussi plastitudes ou pangènes, étaient supposées être des particules abritées dans les divers organes et transportées par la circulation sanguine jusqu'aux organes de la reproduction. Elles étaient supposées s'accumuler dans les cellules reproductrices, ou gamètes. Ce mécanisme fournissait une explication plausible de la transmission des caractères acquis, postulée par Jean-Baptiste Lamarck, que Darwin supposait être à l'origine de la variation des organismes vivants."
      Darwin était donc lamarckien! Qu'en est-il dans l'enseignement actuel, dans les manuels scolaires? Si ce fait n'est pas mentionné (ce que j'imagine, je ne suis pas de la partie, je ne suis qu'ex-matheux), pourquoi ne l'est-il pas?

      Supprimer
  2. Bonjour Tonio,

    Je t'avais conseillé un excellent livre, décrivant offrant un modèle historique susceptible de nous offrir une sortie "par le haut"

    "La chrétienté médiévale, un modèle de développement" de Raymond DELATOUCHE.

    Tout y est, rien à ajouter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Notre univers technologique en expansion emmène notre existence quotidienne toujours plus loin de son noyau humain, pendant que l'extension de la cité disperse des constructions fragmentaires détachées du centre, laissant les individus plus dissociés sans doute et plus désespérément solitaires qu'ils ne le furent à aucune autre époque de l'histoire. La mobilité obligatoire laisse encore moins de chance à la coopération sociale que la stabilité obligatoire dans l'enceinte de la ville fortifiée" Lewis Mumford, la cité à travers l'histoire
      http://agone.org/lyber_pdf/lyber_432.pdf

      Supprimer
  3. Attention, le fascisme n'est pas racialiste.
    Au sens strict, le terme désigne le mouvement politique fondé par Benito Mussolini, ainsi que le régime qui était en vigueur sous la monarchie italienne quand Mussolini était au pouvoir, de 1922 à 1945. Adversaire de la démocratie, du parlementarisme, de l'individualisme, de la société libérale héritée du xixe siècle, du capitalisme et de la liberté économique, du socialisme et du marxisme, le fascisme mussolinien est autoritaire, nationaliste, militariste, a recours à la violence et ne croit pas à l'égalité des êtres humains. Ce sens strict est notamment utilisé par les historiens de l'Italie.
    ...
    Même s'il le devient à partir de la fin des années 30, le fascisme, à la différence du nazisme, n'était pas raciste à l'origine.
    Cf wikipedia.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "ne croit pas à l'égalité des êtres humains"

      Ce n'est pas la définition du racisme mais le racisme s'appuie bien également sur cette idée.

      C'est pas la même chose mais c'est des cousins.

      D'ailleurs l'antisémitisme des nazi n'est pas du racisme puisque les juifs sont une ethnie et que le fait d'appartenir ou non à une ethnie est assez subjectif.

      D'ailleurs les nazi avaient un notion de la judéité plus étendu que les rabbins eux même.

      Supprimer
    2. "ne croit pas à l'égalité des êtres humains" : ce n'est pas du racisme, à te lire, on comprend mieux pourquoi les gens balancent du "untel est raciste" à tour de bras, le gd n'importe quoi.

      Supprimer
    3. "ne croit pas à l'égalité des êtres humains" : oui, ce n'est pas du racisme quand il s'agit de constater que tous les êtres humains sont différents, mais dans le cadre du fascisme :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Lois_raciales_fascistes

      Ben, c'est bien aussi du racisme.

      Effectivement le mot racisme est employé à tour de bras et, parait-il, il n'y a pas de race dans l'espèce humaine, donc ce mot n'a aucun sens.

      N'empêche qu'on se comprend quand un parisien n'aime pas les marseillais, c'est une forme de racisme, c'est à dire affecter à TOUT un groupe hétérogène les tares (ou qualités) d'une PARTIE du groupe.

      Supprimer
  4. Ça fait penser à l'excellente chanson de Brassens le Moyenâgeux :

    http://touch.dailymotion.com/video/xolpxn_le-moyenageux-georges-brassens_music

    RépondreSupprimer
  5. Je rêverais d'une petite maison dans la prairie mode XXIè siècle. C'est d'ailleurs le projet de vie que je mets en place. Mais force est de constater que ce n'est pas gagné... Le "système" bloque bien tout comme il faut et c'est une vraie débauche d'énergie pour y arriver !

    J'ai la chance d'avoir encore de très vieilles personnes dans mon entourage dont mon grand-père qui a combattu pendant la seconde guerre mondiale (d'ailleurs son point de vue est intéressant et remet souvent les choses à leurs places dans un sens comme dans l'autre).

    Quand ils racontent leur mode de vie autour de cette période cela fait un peu rêver. Il n'y a même pas à aller chercher au niveau du moyen-âge même si cette période me fait rêver aussi, bien loin des mensonge propagés par le "système". A cette époque, à la campagne, les gens vivaient, quand je dis vivre, c'est vivre. Je les envie d'avoir vécu cela. A savoir une vie saine, remplie, fière avec ce qu'il faut de technologie !

    En même temps, les hommes étaient des hommes. Mon grand-père a bigorné des boches à la mitrailleuse pendant la bataille de France. Il lui arrive encore de pleurer en le racontant car il sait bien que ce n'était que des gamins comme lui en face... Cela forge un caractère bien loin des cochonneries télévisuelles rappeuses à gros boules et grosses mercos.

    Vivons les années 50 avec l'internet, la permaculture et l'imprimante 3D ! Soyons le changement, le vrai, apportons une part de l'alternative par l'exemple !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'exemple en butant du boche pour forger les caractères !... Et mon cul c'est du poulet ?... C'est toujours avec les meilleures intentions qu'on fini en enfer...

      Supprimer
    2. Il fallait comprendre que mon grand-père sait ce que c'est de se retrouver emporté dans un torrent guerrier. Oui, ça forge un caractère, à la fois celui d'un homme qui ne se noie pas dans un verre d'eau et à la fois celui d'un homme qui sait ce que la guerre veut dire : des tripes partout et des vies détruites. Des hommes comme on en fait plus en France. Au mieux on fabrique des mercenaires maintenant...

      Supprimer
  6. "La petite maison dans la prairie" je suis sur que les irakiens, libyens et syriens signeraient des 2 mains mais ils se sont quand même fait pulvériser.
    Et je ne pense pas que nos amis de Babel qui dépensent 1000 Milliards de $ par an en armement vont nous laisser retourner aux champs tranquille sans utiliser leurs jouets.
    En attendant s'ils pouvaient me laisser encore 6 mois pour que je finisse mon système d'eau perso résilient, ca serait bien urbain.

    RépondreSupprimer
  7. Tu noteras que la politique d'aménagement du territoire France est désormais complètement orientée vers la ville : plus précisément maintenant vers la constitution des métropoles.
    On ajoute un étage de plus à la fusée soit dit en passant, etc...
    Hors les métropoles, point de salut...

    Le système "lutte" contre la campagne, contre "l'ancien régime" de semi-auto-subsistance, contre l'entre-aide classique, contre les semences auto-produites et réutilisables, contre les engrais gratuits, etc...

    Le but étant de faire rentrer tout le monde de gré ou de force dans un régime de dépendance vis à vis du système, afin d'alimenter la ponction et donc la Croissance.
    Par contre, je crois que même l'Etat est le sujet de cette manipulation. L'Etat et la plus grande partie de ses fonctionnaires anonymes (tamponne-papier ou pas) ne sont pas complices mais victimes de la traite des zélites mondialisés...
    BNP aurait 242 filiales dans les paradis fiscaux...Le CA un bon nombre aussi mais officieusement bientôt à sauver...

    Et puis encore 5 milliards d'euros viennent d'être voté pour une rénovation urbaine de plus dans les quartiers dit "sensibles"...alors que l'on sait que cela ne changera strictement rien aux pauvres habitants qui auraient plutôt besoin d'emplois, d'entreprises, de police, d'école obligatoire, de cours de français renforcé, etc...

    A.

    PS: impossible de mettre des commentaires sous Firefox depuis des mois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Commentaires sous Firefox : ça doit être des cookies qui traînent dans ton profil ou quelque chose comme ça (j'ai le même souci...).

      Supprimer
  8. http://www.lecontrarien.com/le-taux-de-chomage-en-grece-atteint-28-un-nouveau-record-et-62-chez-les-jeunes-14-02-2014-grece?utm_source=Le+Contrarien+Matin&utm_campaign=62035b44b0-daily_newsletter_2014_02_14&utm_medium=email&utm_term=0_b6dd3f3e5f-62035b44b0-45280613

    RépondreSupprimer
  9. Ah Tonio, voilà un post pour lequel je continue à venir vous lire!
    Même chose pour moi, mon projet de vie c'est la petite maison de la prairie avec un peu de technologie moderne en plus (pour ma part: éolienne domestique assez costaud pour pouvoir faire tourner une machine à laver, eau courante, chaîne hifi, livres, vélo (si possible électrique)... Avec ça on rajoute des vêtements et des godasses pour toute une vie, et zou!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage que l'on ne se soient pas tous rencontrés dans un "Walnut grove" français ! xD

      Supprimer
  10. Pour le moyen-âge... je ne sais pas trop mais l'exode me parait effectivement plausible.

    Exemple : un ami, 39 ans, enfant à charge, ingénieur haut niveau (systèmes critiques temps réel) vient de plaquer son emploi avec assez peu de perspectives de retrouver avant longtemps.
    Pourquoi prendre cette décision avec autant de légèreté? Parce qu'il se trouve qu'il a presque fini de payer sa maison.
    Comment a-t-il fait à 39 ans? Simple : il vivait à Toulon dans un appartement qu'il a revendu à un couple de personnes agées financièrement bien armées, puis il est parti s'installer dans une ville de 50 000 habitants où son épouse à un emploi.
    Un peu d'épargne (certes à partir d'un bon salaire), de mutualisation et le différentiel des prix entre les 2 villes a fait le travail.

    Il faut voir que

    1- Le logement dans les grandes agglomérations devient de plus en plus hors de prix pour les actifs avec famille,
    2- La destructuration des liens familiaux et sociaux va de plus en plus obliger les personnes agées à déménager vers ces mêmes grandes agglomérations pour bénéficier de services (marchands) de proximité, notamment de santé.

    Or, ce sont les personnes agées qui disposent de capital et qui peuvent donc payer les appartements hors de prix des grandes agglomérations.
    A l'inverse, vivre sur seul salaire dans une ville de sous-préfecture peut s'avérer un bon calcul de long terme pour les jeunes (et plus si jeunes) actifs.

    Alors moyen-âge, bof bof, mais démarchandisation et définanciarisation certainement.

    En faisant un peu de prospective, on peut imaginer une Europe de pays vivant à 2 vitesses :

    1- Les grandes agglomérations où seront concentrés les riches qui bénéficieront encore de la mondialisation, les personnes âgées dotés de capital et le lumpen-prolétariat d'origine immigrée servant de larbin aux 2 premiers (la promotion des services à la personne, ça ne vous dit rien?),

    2- Les villes petites et moyennes (mais probablement pas la campagne) où seront concentrés les actifs en âge d'élever des enfants, vivant de salaires modestes, payant de lourdes charges et compensant le tout par l'économie dite informelle.

    Au final, je retiens surtout qu'à terme, les révolutions mènent à la concentration (des pouvoirs, des richesses... et des personnes) mais les fins de régime mènent à la déconcentration.

    Le monde dans 50 ans sera probablement bien plus différent d'aujourd'hui que tout ce qu'on peut imaginer.
    Pour ceux qui ont des enfants, une idée de comment les préparer à ça?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. salut

      tu diras a ton ami que d'autres font comme lui. 43 ans, Ingénieur, la vie a fait que je me trouvais déjà dans une ville moyenne, que je viens aussi de payer ma maison et que comme lui les perspectives sont très très moyennes dans l'informatique (IBM vient de virer 13000p, Intel 5000p) mais il reste le télé-travail et du temps pour bricoler un système de production d'eau et d'électricité autonome.
      Mais je garde espoir, la meilleure chose serait un effondrement monetaire qui détruirait l'économie mondialisée actuelle mais en laissant les infrastructures intactes et le pétrole sous terre (faute de financement et de débouchés immédiats) et qui avec un peu de chance balaierait babel ou l'empire. Mais ils vont se défendre, ca c'est sur.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.