mardi 18 février 2014

Zemmour : Économiquement "l'Allemagne n'a jamais craint sa rivale française"

Il est d'accord avec Bertez. Les allemands se marrent à nous regarder tomber dans le piège qu'ils nous ont tendu de la voie sans issue de la compétitivité, à essayer de les singer, sans aucune chance de jamais les concurrencer réellement...

Il y a même dans les gesticulations grotesques de Hollande de ces derniers jours quelque chose qui fait penser à ces "démocraties" africaines, qui imitent la forme des "démocraties" occidentales, tout en passant complètement à côté du fond.

Économiquement "l'Allemagne n'a jamais craint sa rivale française"
RTL, Eric Zemmour, 18/02/2014 (en Français texte en anglais )

8 commentaires:

  1. Ce n'est pas simplement d'un point de vu économique que les allemands ne craignent pas les français, c'est avant tout une histoire de mentalités, d'organisations, de persévérances, d'efforts, de volontés, de respects, de valeurs, d'intégrités… Un monde nous sépare, mais la France est déracinée, ne respire plus et s'enfonce dans la bêtise.

    L'arme atomique n'est plus l'enjeu du siècle dernier et les manœuvres africaines ne sont qu'une échappatoire pour justifier l'injustifiable.

    Les Chinois rachètent nos vignobles, nos terroirs, nos savoirs faire et même Peugeot… La France Bradée a déjà perdu son identité. Elle ne se réveillera plus, et son tourisme ne suffira pas.

    La France est devenue un mouroir pour vieux sénile. Chut, ne faites pas de bruits, vous allez l'achever.

    RépondreSupprimer
  2. Indéniablement, il y a du "crépuscule" dans l'air. Ca sent le sapin. L'hospice. La mort lente. La décomposition organique.
    En un mot : la merde.

    Depuis 30 ans,le déclin est lent.

    Mais là, ça s'accélère. Franchement.

    Il sera de plus en plus difficile de se cacher la tête dans le sable.

    Hollande et ses complices sont de plus en plus grotesques. Mais ils ne sont pas les seuls.

    Le jour même ou Peugeot est bradé à un Chinois (qui veut mettre la main sur les technologies, absolument pas les ouvriers)... le clown Ayrault en appelle au "patriotisme" !

    http://tinyurl.com/pcyuhe9

    Les mots perdent leur sens. C'est orwélien.

    Bref... tout ce qu'on peut espérer maintenant, c'est accélerer le processus. En finir.

    Un animal qui souffre, il faut l'abattre.

    RépondreSupprimer
  3. En dehors d'Ariane, du nucléaire et de notre histoire "prestigieuse" ... je ne vois plus très bien ce qui nous différencie d'un pays du tiers-monde.
    Oui bien sûr, le niveau de vie, mais sur le reste ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le niveau de vie à crédit via les deficit budgetaire et commerciale....

      Sinon l' article comique du jour : la Suisse menacé de perdre son triple AAA suite à sa loi sur l immigration qui rique de lui perdre de la croâssssssance :

      http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/02/18/20002-20140218ARTFIG00384-limitation-de-l-immigration-le-aaa-suisse-menace.php

      Supprimer
  4. @ Philippe,
    c'est simplement LA preuve de la coalition babelienne.
    la France avec son immigation massive de sert-à-rien a un "AAA" garanti.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah de toutes façons, je suis de moins en moins sûr que ces notes aient une réelle influence. Tellement de mensonge derrière.

      Supprimer
  5. L’énorme dette cachée de l’Allemagne : 7000 milliards d'euros.

    "La vérité", titre le Handelsblatt qui coupe court à la présumée parcimonie de l'Etat allemand, des chiffres faramineux à l'appui. Officiellement, la dette allemande en 2011 est de 2 000 milliards d’euros. Mais ce n'est qu'une demi-vérité, car la majeure partie des dépenses prévues pour les retraités, les malades et les personnes dépendantes ne sont pas inclues dans le calcul. D'après des nouveaux chiffres, la véritable dette se chiffre en 5 000 milliards d'euros supplémentaires.

    L'Allemagne serait donc endettée à hauteur de 185 % de son produit intérieur brut et non pas 83 % comme officiellement annoncé. Par comparaison, la dette grecque devrait être de 186% du PIB en 2012, et la dette italienne est actuellement de 120%. Le seuil critique au-delà duquel la dette écrase la croissance est de 90% du PIB.

    Depuis son arrivée au pouvoir en 2005, Angela Merkel, "a créé autant de nouvelles dettes que tous les chanceliers des quatre dernières décennies réunis", remarque l'économiste en chef du quotidien économique.

    "Ces 7 000 milliards d'euros sont un chèque sans provision que nous avons signé et que nos enfants et petits-enfant devront payer."

    http://www.presseurop.eu/fr/content/news-brief/981331-l-enorme-dette-cachee-de-l-allemagne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de rappeler ça BA, j'ajouterai que nos si magnifiques et vertueux voisins sont un peuple qui vieillit et ne fait plus d'enfants (la France en fait plus, même corrigé des enfants de l'immigration, question de mentalité). Ils ont fait un radeau avec les débris des autres pays européens. On re-ferra les comptes dans quelques années sans l'euro et avec leur natalité merdique. Et pour tous les commentateurs défaitistes, vous feriez mieux de vous battre au lieu de pleurer, rien n'est encore perdu.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.