jeudi 27 mars 2014

70% des français sont au GUD

L'autre jour, j'étais à Paris, et je faisais une repas de famille. L'ambiance générale était à louer la merveille de la vie parisienne...

Moi, après un passage la veille gare du nord et des allers retours en RER D, j'étais plus que dubitatif, voyant surtout une transformation extrêmement rapide de Paris en Tiers-Monde sur Seine... Et que ce soi disant paradis socialiste où en bas des apparts de 60m² à 600 000€ se traîne une jungle de chômeurs miséreux importés à têtes de tueurs et dont on se demande ce qu'ils foutent ici, me laissait quelque peu perplexe...

Il y avait là un beau beau parent, à la grosse retraite bien qu'en parfaite capacité de travailler, avec grosse maison, maison de campagne, et grosse bagnole, qui va faire du bénévolat aux restaus du cœur pour distribuer du manger gratuit à ce miséreux sur 5000 du tiers-monde qui a gagné au tirage de l'importation en occident, et selon toute évidence, nous enrichit formidablement par sa seule altérité. Perso, j'ai dit franco que j'en avais marre de payer pour le n'importe quoi migratoire et que je voulais qu'on réduise drastiquement la gabegie publique, pour arrêter de me faire voler mon droit à la prospérité (que lui visiblement, il a oublié de refuser), que j'en avais marre de cette escroquerie où l'élite associée au lumpen prolétariat importé pillait les classes moyennes. Il a visiblement été surpris d'abord qu'on ose s'opposer au discours babelien ronronnant et grotesque, et a fini par ne rien trouver mieux à me dire que je devais certainement être au GUD...

Retranchement dans la caricature de celui qui a déjà perdu...

Pour rappel, 70% des français trouvent qu'il y a trop d'étrangers en France (Cevipof), et environ autant voudraient qu'on fasse le ménage dans les écuries d'Augias de l'argent gratuit...

C'est donc avec stupeur que je suis bien obligé de vous confirmer que 70% des français sont au GUD...

Tiens sinon, à Bordeaux, dans mon bureau, on a encore un socialiste qui vient de fraichement débarquer de sa diversité festive du XVIIIème... C'est fou cet exil généralisé de ces gens qui vivent pourtant dans le concentré de bonheur babélien sur terre...

37 commentaires:

  1. Parisien de "souche" (44 ans...), et sans bagnole, et donc grand voyageur en collectif (métro, bus, RER...)... j'aime beaucoup ta phrase "on se demande ce qu'ils foutent là".

    J'ai donc assisté à la transformation à vitesse grand V du populo dans les transports en commun.

    J'ai vu les "vagues" ou les "modes" (les roms, puis les géorgiens, albanais, et depuis 2 ans les serbes "blancs" etc.).

    Et les valeurs sûres : maghrébins, africains.

    Et combien de fois je me suis posé cette question : "mais qu'est ce qu'ils foutent là ?" ou encore "mais comment ont ils pu venir ?"

    Des femmes en boubous à gare du nord, avec les scarifications tribales sur le visage, l'air totalement ahuri (on le serait à moins quand on débarque d'un village en Somalie), des ribambelles de gamins, des hindous (beaucoup plus rares), des mecs avec des gueules parcheminées, c'est à dire sur lesquelles on peut lire : j'ai débarqué HIER de mon village au fin fond de l'Albanie, du Kosovo, de l'Afghanistan, du Malin, du Niger.

    Bref, une dissonance cognitive permanente.

    Mon amie de coeur est vietnamienne... Et quand je vois le délire administratif pour la faire venir... en vacances 2 semaines... Je m'interroge.

    Rupture donc entre ce que l'on voit, constate, et ce que l'on sait.

    Chaque année, il y a plus. C'est une arrivée permanente, massive.

    Et cela craque de partout. Cela ne peut tout simplement pas fonctionner. On mélange de force, et dans des proportitions et à une vitesse folle, des peuples trop différents.

    Ca ne fonctionne pas hier, aujourd'hui, et cela fonctionnera encore moins demain.

    C'est du simple bon sens.

    Mais rien n'y fait : on appuie sur la pédale d'accélération.

    Cela relève du délire collectif. De la pulsion de mort. C'est un suicide organisé, planifié, "évident" et que plus personne ne peut arrêter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tous cas, moi je compte là. Aujourd'hui, dans le bureau, on est 7. Sur ces 7, il y a 4 gars qui ont fui Paris (dont moi).

      Supprimer
    2. Mais ces gus sont resté des bobos de la pire engeance. Des fans du NIMBY, en somme.
      Perso, j'ai fui Paris, mais je suis passé au quasi levage de bras.

      Supprimer
  2. Voila pourquoi certains sont pour l'immigration.L'affaire n'avait choqué personne a l'époque meme pas mr Filoche et la conclusion du journaliste est étonnante.Paris ville de gauche?Regardez la salle d'un restaurant parisien puis regardez les cuisines.Ils les aime bien les immigrés mais a la place qu'ils leur ont désigné.Heureusement, l'esclavage est aboli sinon.....
    http://www.ladepeche.fr/article/2007/11/10/223413-jerome-cahuzac-reconnu-coupable-mais-sans-peine.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "40 heures mensuelles à raison de 250 € par mois"

      C'est ce qui me dégoûte le plus.

      A l'époque, j'avais honte de payer ma FDM 10 euros de l'heure, lui est à 6.25 et je suis dans une petite ville de province.

      Aujourd’hui, je suis à 210€ pour 16h et ce n'est pas une clandestine, française de souche, espagnole donc :-) (Je précise tout de même qu'à ce prix là, le travail est de qualité).

      Supprimer
  3. ToNio ce ne sont pas les étrangers le problème... le problème... ce sont les français. Ce sont les français qui demandent de l'argent gratuit... Bien souvent les étrangers (ceux qui arrivent pas les autres => deuxième, troisième génération...)... Ils arrivent pour bosser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'apporterai pour ma part une nuance à ton dernier propos. Je dirais "les clandestins viennent pour bosser". Les "regroupés", c'est une autre histoire et c'est quand même le gros de la troupe...

      Supprimer
    2. c'est le chien qui se mord la queue,

      ps : faire des enfants ce n'est pas un métier sortie de son contexte (monde normal).

      Supprimer
    3. C'est bien ce que dit Marine, les coupables ne sont pas les immigrés mais ceux qui les ont fait venir. Politiques UMPS, patrons babéliens, gauchos idiots qui les soutiennent et en profitent, etc. (Avez-vous fait l'effort de regarder ses meetings avant de critiquer ? Ou n'écoutez-vous que ce que disent les médias aux ordres ?)

      Il n'en reste pas moins que les immigrés sont là et qu'ils ne se privent pas de nous "enrichir" chaque jour un peu plus.

      Il faut donc déjà virer ceux qui les font venir et ensuite on réfléchira à leurs protégés : ceux qui peuvent rester et ceux qui devront partir, car ils devront partir, il en va de notre survie en tant que peuple et là, les doigts de l'homme, ils vont se les prendre dans les dents.

      Je ne me lasse pas de poster le lien de cet article car effectivement, à force, on tourne en rond :
      http://www.scriptoblog.com/index.php?option=com_content&view=article&id=215:le-travail-rend-libre-&catid=45:politique&Itemid=54

      Supprimer
    4. @anonyme 10:31hrs

      "ToNio ce ne sont pas les étrangers le problème... le problème... ce sont les français."

      Le problème c'est les français qui votent blanc. Tonio depuis que tu nous a avoué voter blanc, je ne suis plus capable de te prendre au sérieux. Tes articles sonnent creux. J'ai l'impression de lire un politicien. "Faites ce que je dis, pas ce que je fais."

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    6. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    7. On se calme les gnaffrons...

      Supprimer
    8. Moi qui me faisait la remarque que tu était un des rares à ne pas pratiquer la censure...

      J'allais t'en remercier.

      Les femmes diront qu'elles n'ont pas le pouvoir...

      PhiliP

      Supprimer
    9. En Suisse une bonne part de la croissance tient à l'injection de travailleurs étrangers. Des bacs + 5 en grande majorité.En effet, les activités économiques du pays helvète bénéficient de capitaux sociaux produits par d'autres.Et en plus, ils sont bien éduqués et peu porteurs de maladies contagieuses comme cela pourrait être le cas sous peu avec le virus Hébola depuis la Guinée.Et pourtant, les oins-oins se sentent menacés par des flots insuffisamment régulés. Ils ont le sentiment (à mon sens justifié) que leur capacité d'accueil et d'intégration nécessite des quotas afin de préserver leurs usages de démocratie directe et leur identité.
      Bref, ce putain de système instrumentalise des formes détournées de vols organisés
      au bénéfice des plus forts économiquement et au détriment des plus faibles tout en piétinant sur les droits fondamentaux de préservation des us et coutumes des populations dites d'accueil. Un gros merdier, en clair !

      Supprimer
  4. Arrêtez de vous plaindre, on a besoin d'éboueurs et de balayeurs de rue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et il faut qu'ils soient noirs ou arabes ? On voit où se loge le vrai racisme en fait...

      Supprimer
    2. Ça tombe bien justement en France plusieurs millions de personnes recherchent du travail.

      Vs

      Supprimer
    3. C'est justement pour cela que l'immigration est poussé à sont paroxysme : Non pas parce que personne ne veux faire les métiers ingrats mais parce que personne ne veux faire les métiers ingrats au tarif proposé. C'est là toute la différence. Retire tous les immigrés et le patronat sera obligé de remonter les salaires des métiers ingrats, comme l'impose le principe de base de l'offre et de la demande. Principe bien compris par le patronat qui pousse donc à toujours plus d'immigration. Cf. sorties récurrentes du MEDEF sur ce sujet.
      http://www.liberation.fr/economie/2011/04/16/le-medef-pour-l-immigration-et-contre-la-prime-de-1000-euros_729656

      Supprimer
    4. arretez avec ca. peut être a paris et grosses villes les éboueurs sont noirs tous mais c'est loin d'être le cas ailleurs. par chez moi, petite ville tous les éboueurs et balayeurs sont bien blancs et partout dans les villes alentours. Paris n'est pas la france. la france ne se résume pas a paris , au contraire

      Supprimer
    5. Je ne parlais pas forcement de Paris. D'ailleurs je n'ai pas mis les pieds en région Parisienne depuis au moins 5 ans...

      Supprimer
    6. Qui voudrait mettre les pieds dans ce trou à rats ?

      Supprimer
    7. @coco;

      Très juste, sauf que le PC de Georges Marchais relayé par la CGT pratiquaient un clientélisme électoral auprès de ces populations. Ce faisant, ils ne faisaient que donner raison au "toujours plus d'immigration" du patronat que tu dénonces avec justesse. On comprend mieux pourquoi de vieux "coco" ---dont mon feu grand-père ex-résistant sous les ordres directs de Malraux (réseau Soleil) et communiste-CGT de la première heure--- ont fini par voter FN avant même la dose de proportionnelle du Mimi en 86.

      Supprimer
  5. Ah ah, pas mal le commentaire sur l'immigré qui vient pour travailler... ça sent bon la propagande des années 80. Eh, vieux, faut fortir du formol! les temps ont changé!

    RépondreSupprimer
  6. bizarrement,le débat des élections régionales n'a jamais tourné autour des problèmes d'immigration.si le peuple était consulté on pourrait lui demander s'il souhaite une immigration de travail uniquement.il n'existe qu'une solution pour ce problème:réduire et plafonner le montant des aides sociales.il n'est pas normal que l'accumulation des diverses aides puisse excéder un bon salaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "il n'est pas normal que l'accumulation des diverses aides puisse excéder un bon salaire."

      +1

      On aide, mais on entretient pas.

      Vs

      Supprimer
  7. Hahaha c'est sur que si tu va que Gare du Nord, dans le RER et parle de gens quittant Paris et venant du XVIII ieme quartier Barbes et autour, on comprends mieux... Heu, peut etre essayer aussi dans le 93, pour avoir toute la gamme ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh... prends le bus 22 (Porte de St-Cloud ----Opéra); je l'ai pris tous les jours pendant plus de 3 ans. Il traverse le 16eme du Sud au Nord, puis le 8eme, St Lazare, St Augustin et finit sa course à Opéra. Prends le 22, donc, et observe: qui est dans le bus, qui sont les pousseuses de poussettes et à quoi ressemble les bébés dans le bus (l'avenir, donc). Le mal est profond, et se constate bien au-delà du 93 ou de la gare du Nord. Caro, française de "souche", ex-Parisienne au SMIC, Franco- Israelienne depuis l'été 2013.

      Supprimer
    2. Belle revanche, il y en a trop ici, donc tu vas d'installer chez eux.

      C'est logique, mais attention ils sont peut-être moins humaniste que les "français de souche", je parle de ceux qui sont issus de siècles de christianisme pas ceux qui se sentent chez eux partout.

      Supprimer
  8. Si le problème en France était l'immigration, ce problème serait réglé depuis longtemps.

    Le problème en France c'est que les français sont cons (ils votent socialo, UMP, FN,...).
    Ils votent pour un ramassis de connerie et de connards...

    Il s'en foutent de l'intérêt général ce qu'ils veulent c'est tout simplement pomper de l'argent public pour leur pomme (subvention, prime, allocations, clientélisme, népotisme, bribe, concussion, fraude, pillage...).

    Résultat on se retrouve avec :
    - des lois à la con,
    - des gens payés à rien foutre,
    - des Dexia en veux tu en voila,
    - la classe politique que l'on mérite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On t'attend pour commencer la révolution, passe en premier on te suivra !

      Ton commentaire me fait penser à ceux qui disent qu'une femme violée l'a bien cherché...

      Supprimer
    2. Je ne vois pas en quoi l'un empêche l'autre...

      Supprimer
  9. Il y a des travailleurs et des profiteurs partout.
    Pour un profiteur, combien de travailleurs de l'ombre qui se lèvent à 5 heures du matin (j'en vois quand je prends le RER très tôt ; moi c'est occasionnel, eux le font tous les jours !).
    On a besoin des Rom pour trier nos ordures (mon incinérateur local a d'ailleurs aménagé un terrain pour eux juste sur le site de l'usine ; malin).
    A l'autre bout du spectre on a les militaires (fonctionnaires en retraite tellement anticipée et grassement payée que d'une part ils ne savent plus quoi foutre, et d'autre part ils syphonnent tout le budget de la défense, qu'on va finir par avoir du mal à continuer de combler de gouffre du Rafale).
    Thèmes d'extrême gauche d'un côté, d'extrême droite de l'autre.

    Entre les deux, les moutons qui ne sont plus représentés par un parti crédible.
    Parce que leurs partis mous se sont vendus aux financiers qui les alimentent désormais.

    H16 peut dire que le pays est foutu, mais il est à l'image de ceux qui le composent : jouisseur et lâche. L'individualisme dans son accomplissement ultime.
    Ne blâmons ceux qui ont trop su se faire à notre image.

    Mais nous pouvons les blâmer pour ce que nous n'avons pas voulu (politique étrangère, notamment).

    RépondreSupprimer
  10. Prends ta tisane et calme toi.

    Les "lois à la con", les "Dexia" et les gens payés à rien foutre (AKA "fonctionnaires")... le FN n'y est pour rien.

    Je sais, ça fait te mal aux neurones, mais c'est irréfutable.

    Donc je te retourne l'argument : l'UMPS a fait que des conneries depuis 30 ans. Tout le monde est d'accord.

    Mais le FN, lui, n'a jamais rien fait et pour cause, donc... donnons sa chance au FN !

    Voilà. Maintenant tu peux voter FN.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le FN est plus socialo que les socialos... Essaye donc de me prouver le contraire par leur programme...

      Bon courage...


      Supprimer
  11. "Si le problème en France était l'immigration"

    plus loin:

    "Résultat on se retrouve avec : - des gens payés à rien foutre"

    Oui, donc ? Je t'en prie pousse un peu plus loin ton raisonnement j'en suis sûr tu tiens quelque chose la !

    "- des lois à la con" > Oui en grande majorité des subterfuges pour faire des rentrées d'argent : impôts, amendes, contraventions, subventions, aides, contributions, vignettes, malus, etc. Je te laisse choisir le mot qui te plaira le plus pour enrober la douloureuse. Mais quelque chose me dis qu'une parti de ce fric prélevé en plus, sert tu l'as si bien dis "- des gens payés à rien foutre".

    Vs

    RépondreSupprimer
  12. Paris est une ville d'esclaves du béton a qui on donne quelques sussucres gogocho-culturel pour leur faire oublier leur environnement lugubre.
    Y a que des touristes ou des parisiens de souche pour encore croire que Paris est attractif. D'ailleurs, tous ceux qui le peuvent se cassent ailleurs (cf stats de l'insee).

    Quand au gras beau parent qui a fait son niveau de vie à crédit, remboursé par la génération suivante grâce au roulement de la dette d'état ... pas de quoi se pavaner et surtout pas faire la morale.
    Ces gens ne comprennent pas qu'on vit dans un monde différent du leur a leur époque, pire, ils ne comprennent pas qu'ils ne comprennent pas. Ils pensent par réflexe, par habitude, et croient leur bonne conscience remplace l’intelligence !
    Question de rapport de force.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.