dimanche 16 mars 2014

79% de participation, 93% de oui

Dans un scrutin où ils n'ont même pas eu besoin de bourrer les urnes, vu que de toutes façons, ils étaient sûrs du résultat...

Dans le même temps, l'occident est piégé... Cet empire kleptocrate qui se prétend démocratique ne peut pas trop la ramener sur ce vote du peuple qui ne laisse aucune place au doute, malgré les déclarations d'illégalité du referendum...

Le grand échiquier... Quand on joue aux échecs avec des russes, faut pas s'étonner de perdre...

Maintenant, il est possible que ce soit le début de la fin pour Poutine. Tout lui sourit trop ces derniers temps... Et il y a toujours une apogée à un règne... Peut-être est-ce maintenant... L'occident qui tient la Banque peut faire du mal. Surtout aux fortunes des oligarques placées en occident. Oligarques sans le silence desquels Poutine ne peut pas tenir le pouvoir...

Maintenant, dans les tensions qui montent, ce genre d'événements n'est pas sans faire penser à quelque chose comme les sudètes ou l'Anschluss de l'Autriche.

Mais les comparaisons s'arrêtent là. Poutine n'est pas Hitler. Et si l'occident a gagné la 2ème guerre mondiale, ce n'est pas grâce à ses valeurs morales supérieures, mais surtout parce que les USA étaient alors en terme de ressources comme de pétrole, l'Arabie Saoudite et la Russie du monde... Aujourd'hui, l'occident est le ver solitaire de la planète en termes de ressources...

With 79% Turnout, Exit Polls Confirm 93% Of Voters Back Crimea Joining Russia; US,UK, EU Rejects Results
ZeroHedge, 16/03/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien



Crimée: Des milliers d'Ukrainiens fêtent leur rattachement à la Russie
BFM, 16/03/2014 (en Français texte en français )
→ lien



Crimea To Abandon Hyrvnia, Switch To Russian Ruble On April 1st
ZeroHedge, 16/03/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
CRIMEA TO SWITCH TO RUSSIAN RUBLE APRIL 1: RIA NOVOSTI



L'Est de l'Ukraine s'agite, porté par le séparatisme en Crimée
AFP via La voix du nord, 16/03/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Encouragés par le référendum séparatiste en Crimée, les partisans de Moscou ont procédé dimanche à une démonstration de force dans les grandes villes industrielles de l'est de l'Ukraine, en passe de devenir de nouveaux "points chauds".

A Donetsk, ancien fief du président Viktor Ianoukovitch destitué fin février, des manifestants pro-russes ont pénétré dimanche dans les sièges du parquet et des services spéciaux (SBU), à l'issue d'une manifestation de 2.000 personnes en faveur du rattachement à la Russie.



Ukraine: deux morts dans des affrontements à Kharkov (Intérieur)
Ria Novosti, 15/03/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Selon les médias russes, les affrontements ont commencé après que des combattants du groupe ultranationaliste Pravy Sektor (Secteur droit) venus d'Ukraine occidentale ont attaqué les manifestants pro-russes rassemblés au centre de Kharkov. Des manifestants ont poursuivi le véhicule des nationalistes qui se sont retranchés dans un édifice, ont pris trois otages et ont ouvert le feu, tuant deux manifestants et blessant un policier. Plus tard, les extrémistes ont été arrêtés.



Crimée : les Tatars demandent l'aide de l'Otan "avant un massacre"
Nouvel Obs, 14/03/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Le leader de la minorité tatare de Crimée, Moustafa Djemilev, appelle au boycott du référendum pour le rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie.
Déportés sous Staline, les Tatars de Crimée sont opposés à la sécession de la péninsule. Ils avaient soutenu la contestation visant l'ancien président pro-russe ukrainien Viktor Ianoukovitch.



Les Tatars de Crimée se ralient à la Russie
voltaire net, 13/03/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Alors que les Tatars de Crimée avaient dénoncé la tenue d’un référendum d’autodétermination comme inconstitutionnel et avaient appelé à la constitution de milices d’autodéfense, leur principal leader, Mustafa Dzhamilev, revenant sur ses précédentes déclarations, se félicite désormais de l’évolution des choses.

Entre temps, Mustafa Bey [1] a eu une longue conversation téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine et le Parlement de Crimée a adopté diverses mesures pour garantir les droits des Tatars. Les quotas attribués à leurs représentants dans diverses instances seront supérieurs à leur proportion dans la population de Crimée.



Les Occidentaux vont riposter après le référendum en Crimée
Nouvel Obs, 16/03/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Les Occidentaux ont condamné dimanche le référendum "illégal" en Crimée et l'Union européenne devrait décider de sanctionner des responsables russes, sans toutefois frapper à la tête de l'État afin de laisser la porte ouverte au dialogue avec Moscou.
"Les États-Unis ne reconnaîtront pas le résultat" du scrutin
Jusqu'à présent plutôt réticente, Londres a également estimé qu'il était temps pour l'UE d'"adopter des mesures de restriction plus sévères"
A Bruxelles, une nouvelle réunion au niveau des ambassadeurs devait finaliser dimanche soir des sanctions "ciblées" visant des responsables russes ou ukrainiens pro-russes, sous la forme de restrictions de visas et de gels d'avoirs.
Bref, on pique le pognon des russes... Voila qui ne devrait pas manquer d'inciter le reste du monde à placer son fric dans la Banque occidentale... On comprend d'ailleurs la réticence de Cameron, qui depuis sa city, comprend trop bien qu'ils se tirent en fait une balle dans le pied.


Sauf que voila...
The Russians Have Already Quietly Pulled Their Money From The West
FT via ZeroHedge, 14/03/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
In fact, as the FT reports, in silent and not so silent preparations for what will be near-certain financial sanctions (which would include account freezes and asset confiscations following this Sunday's Crimean referendum) the snealy Russians, read oligarchs, have already pulled billions from banks in the west thereby essentially making the biggest western gambit - that of going after the wealth of Russia's 0.0001% - moot.



Gazprom Chairman Sold All His Shares Just Before Russia Invaded Crimea
ZeroHedge, 14/03/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
Viktor Zubkov, the Chairman of Russia's massive energy monopoly Gazprom, dumped his entire stake in the company just a few weeks before Vladimir Putin crossed the red line.



Petit aperçu des putschistes qui ont pris le pouvoir en Ukraine... Savant mélange de néo nazis, d'oligarques, et de vendus à la Banque...
Voici qui compose le nouveau gouvernement ukrainien
Mediapart via Les moutons enragés, 16/03/2014 (en Français texte en français )
→ lien



Vladimir Poutine sur l’effondrement moral en Occident
via Egalité & réconciliation, 19/09/2013 (en Français texte en français )
→ lien



Et enfin, à lire, pour voir à quel point le Poutine ne joue clairement pas dans la même cour que les acteurs du camp autoproclamé de le bien...
Conférence de presse de Vladimir Poutine sur la situation en Ukraine (texte complet)
Le grand soir, 04/03/2014 (en Français texte en français )
→ lien

12 commentaires:

  1. Petite précision historique :

    70/80% des moyen de l'armée allemande était destinés au front russe sur la fin de la guerre.
    Les russes furent les premiers et de loin à atteindre Berlin. Le prix de la victoire fut très largement supporté par le peuple russe. On peut penser que sans l'effort russe l'histoire aurait été très différente.

    Si l'histoire occidental retient les USA comme vainqueur de le 2ième guerre mondial c'est grâce à la propagande (l'histoire est écrite par les vainqueurs), grâce à des événements ponctuels (Hiroshima / Nagasaki), & grâce à l'aide économique d'après guerre (Marschall).

    Je ne souhaite pas minimiser l'engagement US & Je ne souhaite pas déformer la réalité. Mais encore une fois le point de vue varie d'une zone géopolitique à une autre.

    Les russes on toutes les raisons du monde d'être aussi fier que les USA. A noter que les deux sont loin d'être des anges...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mieux. L'aide (enfin pardon la vente) matériel us vers l'urss fut également appréciable.
      Point de vu russe sur la question: http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/pour-l-europe-la-seconde-guerre-130118


      Supprimer
  2. http://www.express.co.uk/news/world/465108/How-a-vote-in-Venice-could-change-the-face-of-Italy
    Le Veneto via voter pour quitter NATO, EU, euro!

    RépondreSupprimer
  3. Ce soir, dimanche, 22h35, direct sur BFM depuis la Crimée : Derrière la présentatrice, un homme prononcé les paroles suivantes : "Hourra....Fuck USA".

    C'est clair et c'est concis !

    RépondreSupprimer
  4. les USA ont gagné la seconde guerre mondial.
    Mais sachant qu'il n'ont jamais gagner de guerre, on peut vraiment dire qui'ils n'ont jamais que gagné la seconde guerre mondial.

    RépondreSupprimer
  5. Si c'est le début de la fin pour Poutine ... c'est encore plus le début de la fin pour l'Occident.
    Car le référendum en Crimée c'est le manuel d'indépendance pour toute entité ou état voulant sortir d'une Union ou faire sécession au sein du bloc (BAO). Et la liste est longue :
    - Ecosse
    - Catalogne
    - Texas
    - Montana
    - Arizona
    - Flandre
    - Bretagne
    - Corse
    - pays Basque
    - etc etc
    Si le risque bancaire est énorme pour la Russie, le risque politique (et donc financier) l'est tout autant pour le BAO (bloc Americano Occidental).
    Il suffit de voir les réactions hystériques (toutes ?) des US et de leurs supplétifs. Il suffit aussi de lire les sondages :
    - Poutine (le "dictateur") à > 70% d'opinion favorable
    - Obama le roi fainéant golfeur ploutocrate à < 40%
    - notre président poire à < 20%
    Les cons !
    On a ouvert une porte et on ne sait pas ce qu'il y a derrière.
    L'hiver arrive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Propane Nightmare

      Pays-Basque ?
      .................................... des clous !
      En plus dans le cas de la Crimée, l'objectif n'est pas celui d'une indépendance, voyons, non, c'est celui de son rattachement à la fédération de la Russie.
      Un peu comme si Bilbao demandait d'être rattachée à Paris. Au passage, Bilbao est en train de devenir le premier port européen en capacité d'accueil du GNL (Gaz Naturel Liquéfié) si cher à l'indépendance d'acheminement du gaz naturel russe. D'ailleurs, c'est une ville où les russes investissent abondamment, notamment dans l'immobilier. Dernièrement Christine LAGARDE (FMI) y a été invitée pour diagnostiquer sur le thème élogieux : "Euskadi (Pays-Basque institutionnel), le moteur économique de l'Espagne". Donc l'heure serait plus aux interdépendances et aux négociations d'ordre gagnant-gagnant , qu'aux sécessions isolationnistes-autarciques.
      Dans ce cadre-là, aussi contestables soient-ils sur des critères démocratiques qui les caractérisent, il semblerait que POUTINE et son entourage soient certainement plus opportunistes que nos dirigeants occidentaux. L'avenir devrait nous le confirmer, pour peu que nous œuvrions pour UN avenir commun sur cette douce planète.

      Supprimer
  6. Le problème n'est pas de savoir laquelle, des deux puissances ou ex-puissances, aurait le plus de droit devant l'histoire, non, là en l'occurrence il s'agit de savoir si le précédent kosovar --même référendum de sécession assortie de sa validation par les forces occidentales-- va générer dans le cas de la Crimée l'occasion d'une surenchère mortifère au sein du bloc occidental comprenant la fédération de la Russie. Les asiatiques pourraient alors avoir l'occasion définitive de dominer la planète toute entière tant sur le plan des échanges commerciaux que sur le plan militaire. Nous sommes tous des abrutis assumés !

    RépondreSupprimer
  7. une question (plus une piste de réflexion en fait) :
    de qui composées les légions (à l'image de Svoboda et Pravy Sektor en Ukraine) qui mettront Paris à feu et à sang pour renverser un - très hypothétique - nouveau gouvernement qui déciderait de s'émanciper des Etats-Unis (en sortant de l'OTAN ou de l'UE par exemple) ?
    question corollaire : est-ce que ça c'est déjà passé ?

    RépondreSupprimer
  8. Nul doute que la stratégie d'encerclement mis en œuvre, depuis la fin de la guerre froide par les U.S.A., contre la Russie, la Chine et l'Iran, se finira mal. Quelque soit le jugement de valeur que l’on peut avoir à l’encontre de ses régimes politiques et de leurs dirigeants.

    Que la France serve une fois de plus (de trop) de supplétif aux visées hégémoniques de Washington est du pur délire. Une petite piqure de rappel à tous les docteurs Folamour de la planète semble être impérieusement nécessaire. On a tué des présidents pour moInS que ça autrefois.

    RépondreSupprimer
  9. @Serge Rousseau;

    ............."Que la France serve une fois de plus (de trop) de supplétif aux visées hégémoniques de Washington est du pur délire"..............

    C'est le fait d'en concevoir l'hypothèse (désormais éclatante) qui serait du pur délire, ou plutôt le fait avéré d'une telle réalité qui le serait, du délire ?

    RépondreSupprimer
  10. Non mais c'est n'importe nawak ce discours.
    Evoquer A L'OCCASION l'effacement des valeurs morales léguées par la religion, pourquoi pas (encore que bon, ça se discute).
    Mais se servir de ça pour discréditer l'Occident, alors que le communisme dont Poutine est issu était un bel exemple de réussite d'intégration laïque, c'est VRAIMENT du foutage de gueule !

    Ce mec n'en a vraiment rien à carrer de rien. Il se sert de tout ce qui lui sert.
    C'est dommage, pour une fois que quelqu'un se dresse face à l'Empire.

    Vous me direz : l'Empire se crée des adversaires à son image.
    N'empêche, faudrait peut-être se sortir les doigts et reprendre les choses en main.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.