samedi 22 mars 2014

Arrêtez de croire que la classe politique veut lutter contre le chômage de masse

Je l'ai expliqué dans mon coup de gueule précédent. Le chômage de masse en occident est une situation sociale voulue par le pouvoir, décidée politiquement.

On nous dit tout le temps que le chômage est apparu avec le premier choc pétrolier. Moi je dirai surtout que le chômage est apparu certes avec le choc pétrolier, mais surtout 3 ans après que la France aie instauré le SMIC, en 1970.

Dans le même temps, elle n'a cessé de distribuer des garanties de revenu minimum à ceux ne travaillant pas, instaurant de fait un seuil en dessous duquel il est plus intéressant de ne pas travailler que de travailler.

Naturellement, cette trahison intégrale du petit peuple décent a été présentée comme un formidable progrès de gôche par les traitres intégraux experts en social engeneering qui nous dirigent...

J'ai déjà largement expliqué en quoi le salaire minimum à seuils était un piège et une fausse bonne idée, et qu'il constituait surtout en réalité une productivité horaire en dessous de laquelle il est interdit de travailler.

Supprimer le salaire minimum à seuils ne signifie pas d'ailleurs supprimer toute idée de redistribution et de lissage de la pente de la courbe de Lorentz des revenus. Là encore, je n'y reviens pas, j'ai beaucoup écrit dessus.

Mais il est fondamental de comprendre que le pouvoir ne veut surtout pas que le chômage disparaisse. Surtout que ce chômage concerne les gens les moins productifs, et que les allocs qu'on leur verse sont versées par la part de la population qui reste salariée (et on appellera même cette ponction "assurance" chômage, en bon novlangue social traitre).

Le chômage de masse est une arme absolue pour le système pour faire tenir tranquille la masse de bétail, telle que la conçoivent nos élites "éclairées" kleptocrates et traitres. Plus de contestation du statut aliénant du salariat. Tout le monde ferme sa gueule. Ceux ayant un boulot devant presque même être reconnaissants de pouvoir travailler.

Et personne, dans l'échiquier politique ne fait cette analyse évidente.

Preuve selon moi irréfutable qu'aucun parti ne souhaite redonner sa liberté et sa dignité au petit peuple.

Imaginez donc tout ce que ça impliquerait de retourner totalement la situation, avec une société sans chômage, sans pour autant être inégalitaire à l'absurde, et sans assistanat parasitaire.

Toutes les répercussions au quotidien d'un simple changement de paradigme transformant le salaire minimum à seuils en redistribution autour d'un pivot de salaire horaire moyen ajusté chaque année.

Encore une fois... Qu'ils aillent tous se faire foutre...

17 commentaires:

  1. "Encore une fois... Qu'ils aillent tous se faire foutre... "

    Le Chômage est aussi un équilibrage imposé pour les balances commerciales ! Mais c'est un peu long à expliquer.

    Réédition :

    Enfin, une majorité commence à se définir… l'ABSTENTION !!

    Explication: voter c'est abdiquer !

    https://www.youtube.com/watch?v=I1aNwwha2Ks

    Bruno Bertez défonce le cadre :

    http://leblogalupus.com/2014/03/21/ledito-special-du-vendredi-21-mars-2014-lerreur-de-la-tyrannie-molle-un-concept-au-service-des-maitres-par-bruno-bertez/

    La duperie ne fonctionne qu'avec votre vote. Alors, stop ou encore ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui et oui…

      Les choses avancent. Ouvrez vos oreilles.

      https://www.youtube.com/watch?v=syAkdb_TDyo

      1) Création monétaire au service du peuple.

      2) Système monétaire non pyramidal.

      3) démocratie réelle, incorruptible.

      Et si c'est trop compliqué à comprendre, tirez-vous une balle, vous n'êtes pas à la hauteur des enjeux actuels.

      Supprimer
    2. Je respecte ceux qui s'abstienne mais pour autant, je suis convaincu que le système se délecte de l'abstention qui est aussi une forme d'aveu d'impuissance et de soumission face à lui. Donc j'irai voter, même si c'est pour un tocard (voir un faux-opposant) qui fera 0.00001 %, peu importe.
      Les deux points de vue peuvent se discuter.
      Et puis, quand le marché transatlantique nous réduira en américano-SDF, je veux pouvoir regarder les jeunes francais du futur dans les yeux, en disant qu'au moins j'ai essayé de m'y opposer par mon misérable bulletin de vote.

      Supprimer
    3. " je veux pouvoir regarder les jeunes francais du futur dans les yeux"

      Regardez-vous d'abord et cessez l'hypocrisie. Les jeunes sont enfermés dans un non-sens que nous ne maîtrisons plus. Canaliser leur violence avec de faux emplois ce n'est pas leur rendre service. Et si nous n'explosons pas le cadre, alors ce n'est pas simplement les jeunes qui en pâtirons… Il y a urgence.

      Voter c'est abdiquer.

      Supprimer
  2. Le NAIRU, ou taux de chômage n'accélérant pas l'inflation, ou Non-Accelerating Inflation Rate of Unemployment est une arme de l'oligarchie pour défendre ses intérêts. http://lenairu.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  3. euh cela s’appelle le commnisme non ? ça existe à l’est de l’Europe

    RépondreSupprimer
  4. L'histoire le prouve. Plein emploi en 1968, la "France s'ennuie" comme on disait. Bilan : émeutes, grèves.

    Alors qu'avec des millions de pauvres hères, survivant grâce à des aumônes, accro aux "aides"... tout le monde se tient tranquille.

    Les fonctionnaires sont les seuls à faire grève. Normal.

    Mais tous les autres, les esclaves du privé qui peuvent perdre leur job à tout moment.. ils ferment tous leur gueule. Ils subissent.

    Ils sont tellement préoccupés à survivre qu'ils n'osent pas ou ne peuvent pas réagir face au "social engineering" (remplacement de la population) et tous les autres délires des gauchistes, mondialistes.

    Donc oui le chômage de masse est une arme évidente, efficace de CONTROLE SOCIAL.

    Demain, dites leur merde.

    Votez FN.

    Le "programme" du FN n'a aucune importance, c'est un piège. Oubliez les 30 ans de conditionnement idéologique.

    Votez FN.

    RépondreSupprimer
  5. Le texte est ésotériquement scribouillé pour évitationner l'orwellien international.
    On pourrit rajouter: Pourquoi il ne faut pas votiter dimanche:
    les arnaques de dimanche ne donnent aucun pouvoir au major de faire quoi que nib
    dans son bourg; en effet toutes les communes font parti de communautes. Et les instances
    de ces macros-communes (la forme est grosso-merdo tjrs la idem) sont elues par ceux
    que dimanche il ne faut pas votationnaliser. La maj aux inter-comms décide pour tout le monde
    et f***k ceux qui sont pas dans la maj. Bref votationnatisation idem sénat. Donc pas direct
    pas universel, pas le populo au power. Le possum passe dans des mains non elutationnées
    par le populo. F**** le populo, ça doit rappeller d'autres dragées fucas de l'historia pas si vieille.

    RépondreSupprimer
  6. Salut,

    je trouve que ta rancoeur t fait deborder un peu plus chaque jour, pourtant si tu avais lu l'etude de la NASA que tu nous a promue il y a quelques post tu verrais qu'un des seuls modèles evitant l'effondrement est justement une faible proportion de travailleurs... mais pas d'elite kleptocratique, il y en a un autre oscillatoire . bon je te file le vrai lien
    http://www.atmos.umd.edu/~ekalnay/pubs/2014-03-18-handy1-paper-draft-safa-motesharrei-rivas-kalnay.pdf

    RépondreSupprimer
  7. "Toutes les répercussions au quotidien d'un simple changement de paradigme transformant le salaire minimum à seuils en redistribution autour d'un pivot de salaire horaire moyen ajusté chaque année."
    C'est une proposition qui me semble dans le droit fil de ce que proposait l'oeconomia d'Aristote (que celui-ci distinguait soigneusement de la chrématistique, l'art de s'enrichir).

    RépondreSupprimer
  8. Quelques réflexions :

    N'existe-t-il pas un salaire en dessous duquel il est impossible de vivre correctement ? Je le pense et le SMIC me semble assez proche de ce montant.

    Il existe plein de pays où il n'y a pas de salaire minimum et pourtant où il y a plein de chômage.

    Il existe plein de pays où le salaire minimum est ridiculement bas et pourtant où il y a plein de chômage.

    Supposons qu'un salarié accepte de travailler pour 500 euros/mois, étant donné qu'on ne peut pas vivre avec un tel salaire, il faudrait que les autres acteurs économiques verse une allocation et donc subventionne l'entreprise pour quelle puisse fournir des services en dessous de leurs prix réel ?

    Il N'Y A PAS de salaire minimum pour un auto entrepreneur, cela permet-il de réduire le chômage ? Non car aucun auto entrepreneur n'accepte durablement de travailler pour un salaire qui ne lui permet pas de vivre décemment.

    Accessoirement, en France, le premier salaire minimum, le SMIG, est créé en 1950 par une loi votée par le Parlement. D'ailleurs :

    http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?ref_id=NATTEF04114&page=graph

    RépondreSupprimer
  9. J'ai, comme vous, arrêté depuis longtemps de croire en la classe politique mais je n'ai toujours pas, comme vous, trouvé le moyen de la remplacer...

    RépondreSupprimer
  10. Certes mais pas besoin de réfléchir beaucoup en fait.
    Tout cela a été théorisé depuis longtemps :

    --> http://fr.wikipedia.org/wiki/NAIRU

    Après, on fait ce qu'on veut de la théorie mais il me parait évident que si la classe oisive qui vit des intérêts de la dette publique et privée - et pour laquelle travaillent les politiciens - veut maintenir son train de vie, le taux de chômage réel ne doit jamais descendre en dessous du NAIRU.

    Or, les estimations du NAIRU en question augmentent année après année.
    Voir dans la partie "Economic Projections\OECD Economic Outlook" des statistiques de l'OCDE : http://stats.oecd.org/

    Et pour la peine, un petit bonus de notre Patrick Artus national : http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=73629

    Bonne lecture!

    RépondreSupprimer
  11. Tout est dit ou presque.
    Et le salariat est aliénant du seul fait du "lien de subotdination".
    SJA

    RépondreSupprimer
  12. avant il y avait le pleine emploi puis le chômage mais avant il y avait quoi ?

    le smic est une arme pour faire baisser les bras du meilleur contre le pire presque rien à voir avec le chômage, faut bien survivre. Ce n'est pas le choc pétrolier qu'il faut surveiller mais...

    RépondreSupprimer
  13. qui profite vraiment du salaire minimum?saviez vous que l'état embauche des vacataires en dessous du smic?saviez vous que beaucoup d'artisans commerçants ne gagnent meme pas le smic?saviez vous que beaucoup du personnel des supermarchés gagnent moins que le smic?le smic n'est pas un problème.une suggestion:enlevons toutes charges et impots du travail,je pense qu'il n'y aura au chomage que ceux qu refusent de travailler.taillons a la hache dans les aides sociales:certes cela créera un peu de chomage(10% de la pop active travaille dans le social ou les assocs).en échange ,plus de problème d'immigration de masse,plus de travail au noir ,plus de profiteurs,et surtout la revalorisation de certaines valeurs:travail,effort.après,quand on sait ou on veut aller,on sait pour qui voter.le cas du Fn est particulier:Marine Lepen a un discours souvent Gaulliste et brillant,pareil pour Philippot.Mais le reste n'est pas beau a voir.chez moi ,ils ne proposent rien de différent que l'umps.par contre l'accession de Fn dans quelques mairies permettrait d'avoir un débat national permanent sur les sujets sensibles

    RépondreSupprimer
  14. Les élections oligarchiques (pléonasme) font la fierté de nos élites qui se gargarisent de promouvoir la démocratie (novlangue) avec des taux de participation honteux, mais se scandalisent quand des pays ont recours au referendum.

    Au fait justement, excellent numéro de "ce soir ou jamais" hier sur le thème "les peuples sont-ils maîtres de leur destin", avec Sapir et Todd qui ont dé-mon-té les pro-euros, et dénoncé cette oligarchie. A voir absolument. Mais étrangement, l'émission n'a pas encore été mise en ligne sur France 2 comme d'habitude...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.