mardi 18 mars 2014

Babel contre le reste du monde

De tout pour cette revue de presse...

   Crise systémique globale – Escalade dans la réaction de survie des États-Unis : déclencher une guerre froide pour mieux annexer l’Europe (LEAP 2020)

   Crimée: Paris pourrait annuler la vente des Mistral à la Russie (Ria Novosti)
   Obama Issues Executive Order Freezing Assets Of Seven Putin Aides (ZH)
   Référendum en Crimée: l'UE sanctionne 21 responsables russes et criméens (Ria Novosti)
   Russia Hints It May Force Ukraine Into Default, "May Ask Ukraine For Its $20 Billion Share For Ex-Soviet Debt" (ZH)
   Putin Strikes Back: Russia's Sanctions List Said To Include US Senators, High Ranking Administration Officials (ZH)

Géopolitique Friction du Lundi 17 Mars 2014: Les conséquences du referendum ukrainien : Une bulle est crevée! Par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 17/03/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Le référendum a donc eu lieu. Il a eu lieu malgré les pressions et les menaces des occidentaux et c’est cela qui est important. Une coalition colossale de puissances économiques n’a pas réussi à faire fléchir ou influencer les Russes. Cela signifie que le petit "hard" de Poutine a bravé victorieusement le grand, l’énorme "soft" des puissants de la planète.

On pourra à partir de maintenant considérer que lorsque nous opposons "hard’ et "soft", nous opposons de façon isomorphique, le "réel" et les "signes".

En fait, nous cherchons à faire comprendre que lorsque deux mondes s’opposent, celui du sang et des larmes, du risque accepté, celui de la vie mise en jeu et celui du simulacre, du faire semblant, de la gesticulation, celui de la représentation, alors un rapport de forces inattendu peut survenir.

Nous disons souvent que nos sociétés marchent à coté de leurs pompes, elles ont séparé l’ombre du corps et elles sont tellement névrosées qu’elles croient que c’est vrai, que l’ombre existe et qu’elle représente le corps. Nos sociétés croient que le fait de délocaliser le travail et l’effort a fait disparaitre la souffrance, l’exploitation; du moment que l’on ne les voit plus, on croit que cela n’existe plus. De même on a en quelque sorte délocalisé la guerre, ce sont les drones qui la font et on finit par croire que l’autre guerre, la vraie, cela n’existe plus. On finit par croire à la réalité des écrans qui guident les drones.

il y a isomorphisme entre toutes ces oppositions que sont:

-le « hard » et le "soft".
-le "hard" et le "cool".
- la délocalisation du travail et de l’effort et la jouissance, les désirs sans limite.
-l’économie réelle et les représentations économiques.
-la sphère réelle et la sphère financière.
-les américains, les occidentaux et les autres, les russes, les chinois, les irakiens, les syriens, les terroristes suicidaires.

Ce que la Russie a fait, est sous l’angle développé plus haut, une brèche, une irruption, une réintroduction. Pour prendre un langage qui nous rapproche de celui que nous utilisons régulièrement, la Russie a introduit une réconciliation, elle a crevé une bulle.

La Fed a fait croire aux financiers qu’elle était tout puissante, qu’elle pouvait tout assurer, tout promettre. Depuis 5 ans, cela marche et les esprits finissent par s’habituer à l’idée que cela marchera toujours.

Comment ne pas voir, pressentir, la similitude avec ce dont nous parlons à propos à propos de l’Ukraine et de la Crimée?

Est-ce que cela préfigure d’autres crises et éclatements ou crevaisons de bulles, la question mérite d’être posée et surtout gardée présente à l’esprit.



   Italie: pour Renzi le pacte de stabilité est un "pacte de stupidité" (L'Express)
   Argent gratuit ? Hollande accourt immédiatement : Hollande et Renzi en complète convergence de vue sur l'économie (Reuters)

Nouvelle chute en 2013 de la production de brut des « majors », désormais contraintes à désinvestir
via Le Monde, Oil Man, 18/03/2014 (en Français texte en français )
→ lien


Et ce, malgré des investissements (CAPital EXpenditures) record :



Enfin l'explosion de la bulle de crédit chinoise ?
   Hors de contrôle ? La Chine est confrontée à un tsunami de défauts (Express.be via blog d'Olivier Demeulenaere)
"Li Keqiang, le Premier ministre chinois, a averti qu’à l’avenir, les défauts sur les obligations et les autres produits financiers allaient devenir « inévitables », suggérant qu’une vague de défaillances sur prêts pourrait entamer la croissance de la seconde puissance mondiale.
   On en avait parlé ici (via Mish notamment) de ce cuivre qui servait d'instrument de spéculation et de collatéral au système bancaire chinois... On dirait que c'est terminé... Pékin ne veut plus du cuivre comme garantie auprès de ses banques (Le blog à Lupus)
Les cours du cuivre sont en chute libre : moins de 6 500 dollars la tonne, jeudi 13 mars. Des niveaux que l’on n’avait pas vus depuis près de 5 ans. Et c’est la Chine qui est à l’origine de cette grande dégringolade. Pékin fait le ménage et ne veut plus trop voir les banques accepter du cuivre pour garantir les prêts qu’elles accordent.


   UBS Investigated For Gold Manipulation Suggesting Gold Inquiry Goes Beyond London Fix (ZH)

   Nasa-funded study: industrial civilisation headed for 'irreversible collapse'? (The Guardian)

   De quoi les Google bus sont-ils le symptôme ? (Internet actu)
Jusqu'à présent, ces protestations se sont surtout attaquées aux bus Google, des bus privés de luxe qui transportent matins et soirs les travailleurs riches, jeunes et éduqués de San Francisco jusqu'à la Silicon Valley, rapporte le LA Times.



Et je termine par le plus anodin, qui ne l'est en fait certainement pas...

Aram et Ruquier recalés : ras-le-bol de l'«entre- soi» !
Le Figaro, Christian Combaz, 17/03/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Dans le cas des émissions de Sofia Aram et Laurent Ruquier, ce qu'on y raconte est devenu impopulaire, c'est tout.
La métamorphose que connaît l'opinion française à l'égard de ceux qui prospèrent depuis vingt ans dans la pensée recommandée est-elle responsable de ce rejet? C'est probable.

Evidemment, les intéressés crieront à la Réaction mais il est permis de nommer plutôt le phénomène satiété, saturation, écoeurement.

A propos des médias qu'on appelle «prescripteurs» l'opinion est entrée dans une phase de dégoût comparable à celle que suscite en ce moment le pouvoir politique. Elle se traduit par une réflexion qu'on entend partout: «je ne peux plus les voir».

Il fut un temps où le fait de réunir dix personnes pour ricaner d'un type tout seul parvenait à faire rire la France entière. Aujourd'hui, le verrouillage de l'opinion par ce genre de procédés est devenu tellement fréquent que chaque Français en a été victime au moins une fois dans sa famille ou son travail.

Les gens ne veulent plus être obligés de se justifier quand ils profèrent un «truc de droite» . Ils en ont assez de végéter dans leur carrière parce qu'ils se raidissent au bureau en écoutant les m'as-tu-vu pérorer sur la diversité. Ils n'aiment pas être convoqués à l'étage de Direction parce qu'ils ont levé les yeux quand un béni-oui-oui leur a parlé d' «attitude citoyenne».

Et surtout ils font le rapport, tardivement, entre cette vertu démonstrative, ce socialisme de parvenus, ce mondialisme de chaîne câblée, et le personnel de la télévision qui a introduit tout cela en France sous François Mitterrand. Alors quand ils peuvent rejeter cette famille d'esprits qui les dégoûte, ils changent de chaîne à défaut de changer de régime.

6 commentaires:

  1. "Aram et Ruquier recalés : ras-le-bol de l'«entre- soi» !"

    Ah bon, ils regardent quoi d'autre de si subversif ? Quenelle TV ?

    La bonne nouvelle serait que le nombre de spectateurs baissent, j'en doute.

    RépondreSupprimer
  2. concernant la production de pétrole des Majors.
    En formation il y a 7 ans, un gars de Total nous disait que les Majors ont quelque chose comme 15% des réserves mondiales, et que Total a quelque chose comme moins de 5 ans de réserve à exploiter à mettre sur le marché, le reste appartenant à des compagnies publiques (d'Arabie Saoudite, d'Irak, d'Iran, de Russie...). Je n'ai pas vérifié ces chiffres.
    Donc, ce qui se passe au niveau des Majors est très alarmant, peut être est ce d'ailleurs un indicateur clef. Mais cela est insuffisant pour savoir ce qui se passe d'un point de vue global. En d'autres termes, avons nous les mêmes effets (baisse de la production et baisse des investissements) avec les compagnies publiques ?

    yongtai

    RépondreSupprimer
  3. "Crise systémique globale – Escalade dans la réaction de survie des États-Unis : déclencher une guerre froide pour mieux annexer l’Europe (LEAP 2020)"

    Oui, c’est un point de vue instructif que nous livre le LEAP2020 :

    la construction européenne ne sert que l’intérêt national des Etats-Unis.

    La construction européenne est l’oeuvre des Etats-Unis, qui sont à la manoeuvre depuis les années 1950 : tu parles d’un scoop !

    Le LEAP2020 découvre la lune !

    Tout ce que raconte le LEAP2020 en mars 2014, c’est ce qu’expliquait Charles de Gaulle dans les années 1950.

    Par exemple, Charles de Gaulle s’était opposé à la signature du traité de Rome en 1957 car il avait compris que l’Europe en construction ne serait qu’un satellite des Etats-Unis.

    (à gauche, Pierre Mendès-France s’était lui-aussi opposé à la signature du traité de Rome en 1957)

    Sur ce sujet, le LEAP2020 a 57 ans de retard sur Charles de Gaulle.

    C’est ça, le problème du LEAP2020 : il ne voit les choses qui se sont produites que 57 ans après !

    Le LEAP2020 a 57 ans de retard.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai du mal à voir le rapport entre la géopolitique du temps de De Gaulle en 64 (guerre froide, et France qui tire son épingle du jeu grâce à son empire colonial, même si la fin de l'Algérie marque le début de la fin de la prospérité) et le monde mondialisé d'aujourd'hui.

    Au contraire, la note n°1 du GEAB sur M. O'Sullivan est très éclairante !:

    C'est peu de chose, au final, la politique de l'Europe. L'organigramme est restreint, l'achat peut se faire à un prix raisonnable (surtout auprès des Anglo-Saxons). Imaginez le prix s'il fallait convaincre les citoyens...

    Les USA c'est cuit, vive l'Occident Transatlantique !
    Vous le sentez venir, l'Occident Transatlantique Too Big To Fail ?

    On va tenir jusqu'à 2015, au moins !

    RépondreSupprimer
  5. Sur l'Ukraine, une interview passionnante de 3 spécialistes, relayée par le Blog à Lupus : http://leblogalupus.com/2014/03/17/lukraine-la-russie-et-le-monde-cinq-questions-a-trois-analystes/

    RépondreSupprimer
  6. Il faut bien comprendre le problème des européistes.

    Depuis mai 1974, les européistes du centre, les européistes de droite, les européistes de gauche dirigent la France, sans interruption.

    Depuis mai 1974, les européistes du centre, les européistes de droite, les européistes de gauche font l’Europe, font plus d’Europe, font encore plus d’Europe, font toujours plus d’Europe.

    Résultat :

    Ces 40 années de construction européenne aboutissent à un désastre économique, à un désastre financier, à un désastre social, à un désastre moral, à un désastre démocratique, à un désastre politique.

    Aujourd’hui, les européistes du centre, les européistes de droite, les européistes de gauche n’ont plus que deux possibilités :

    1- Première possibilité : la démocratie.

    Les européistes du centre, les européistes de droite, les européistes de gauche acceptent la démocratie, ils acceptent de consulter les peuples, ils acceptent d’organiser des référendums sur les traités européens, par exemple sur le traité de Lisbonne, par exemple sur le traité transatlantique, etc.

    MALHEUREUSEMENT POUR EUX, ces référendums donneront la victoire du “non”. Les peuples européens voteront “non”. Et l’Union Européenne explosera.

    2- Seconde possibilité : l’évolution progressive, petit à petit, vers la dictature.

    Les européistes du centre, les européistes de droite, les européistes de gauche continuent à construire leur Europe, mais sans consulter les peuples. Ils n’organisent plus du tout de référendum sur les traités européens. Ils n’organisent plus du tout de référendum sur la construction européenne. Ils continuent la construction européenne, mais sans les peuples.

    MALHEUREUSEMENT POUR NOUS, la construction européenne continuera. L’Union Européenne survivra, mais elle deviendra de plus en plus anti-démocratique. Elle se transformera petit à petit en dictature, mais elle survivra encore plusieurs décennies ou même peut-être plusieurs siècles.

    Alors ?

    Les européistes vont choisir laquelle de ces deux possibilités ?

    Le suspens est insoutenable.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.