mercredi 5 mars 2014

Bruno Bertez : France, la preuve que cela va mieux, c’est que cela se dégrade moins vite

Politique Friction du Mercredi 5 Mars 2014: France, la preuve que cela va mieux, c’est que cela se dégrade moins vite Par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 05/03/2014 (en Français texte en français )
→ lien
L’homme nouveau, universel est l’homme des dérivées, des synthétiques. Hélas le chômeur est l’homme réel, celui qui soufre, perd sa dignité, devient dépendant.

Cet homme concret, c’est celui que l’on retire des listes de chômage, c’est celui dont on veut rogner encore les prestations. Être pauvre, cela ne suffit pas, il faut devenir misérable.



Nous rappelons pour la cohérence que nous sommes contre tout recul de l’aide aux vrais chômeurs, tant que le SMIC ne sera pas abrogé.

En effet c’est l’existence d’un salaire obligatoire minimum qui ferme l’entrée sur le marché du travail et qui produit le chômage, en particulier celui des moins qualifiés.

En l’absence de SMIC qui protège les gens installés, les sans-emploi pourraient offrir leur force et motivation de travail au prix qu’ils veulent et ils trouveraient un emploi.

Ceci permettrait la baisse du chômage, diminuerait les déficits, réduirait les tricheries, bonifierait la compétitivité, ferait baisser beaucoup de prix, et donc améliorerait le pouvoir d’achat réel.

Bien sûr cela ne ferait l’affaire ni des banques ni des syndicats…lesquels péricliteraient en cas de déflation.

L’indice Markit définitif de Février pour la France ressort à 49,5.

En dessous de 50 il annonce la contraction.

Au-dessus de 50 il annonce la croissance.

Donc la contraction de l’activité économique se poursuit en France malgré:

- …….la reprise, modeste il est vrai chez les pestiférés..

-……..la mise en sommeil des politiques dites de restauration budgétaire, c’est à dire des politiques d’austérité, confère le glissement des objectifs de réduction des déficits.

-……..les taux d’intérêts zéro et la politique monétaire ultra-accomodante.

-……..les trafics sur le calendrier des dépenses budgétaires en liaison avec les prochaines élection.

-……..le soutien du très grand patronat qui a décidé de collaborer avec Hollande et surtout Merkel.

-……..la propagande sans pudeur qui vise à accréditer l’idée d’une reprise afin que les gens ponctionnent sur leur épargne.

La composante emploi fait ressortir une nouvelle baisse des effectifs.

Notre monde est un monde d’escamotage sous apparence mathématique.

Non seulement tout est structurellement faux, par construction, mais en plus on invente sans cesse de nouvelles abstractions pour enfumer les citoyens. Il faut faire perdre le contact avec le réel, faire disparaître la mémoire, faire en sorte que les jugements soient suspendus dans les airs … de la propagande.

2 commentaires:

  1. le smic n'est pas le probleme.les charges sociales si!s'il n'y avait que peu de charges sociales ,il n'y aurait que peu de travail au noir.la moitié au moins des charges sociales sont inutiles.diminuons la protection sociale en meme temps que les charges et voyons ce que cela donne.est on obligés d'avoir tout gratuit ou presque?médecins médicaments,médiathèques,rtt etc......

    RépondreSupprimer
  2. "En effet c’est l’existence d’un salaire obligatoire minimum qui ferme l’entrée sur le marché du travail et qui produit le chômage, en particulier celui des moins qualifiés."

    Mis en joli bleu, avec le lien qui va bien, bravo.

    Mais sur le fond ? L'économie, c'est pas se borner à étudier les effets de 1er tour. Je persiste à penser qu'en France nous avons du chômage avant tout car nous n'avons pas besoin de produire plus. Suspendre le SMIC n'aura comme effet que de faire tomber le salaire de la caissière de supermarché à moins de 300 euros, sans en embaucher plus (car aujourd'hui elles absorbent déjà tout le travail demandé). Donc au final de pourrir le pouvoir d'achat global et en conséquence faire baisser la demande. Par la baisse de la demande, on a une baisse des ventes, dont des licenciements.... et au final une hausse du chômage.

    J'aurai aimé qu'au moins une fois les abolitionnistes du salaire minimum donnent l'exemple d'un secteur d'industrie ou un corps de métier susceptible d'embaucher si le SMIC était suspendu.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.