vendredi 14 mars 2014

Bruno Bertez : L’espoir, le sale espoir !

Humeur de Loup du Vendredi 14 Mars 2014: L’espoir, le sale espoir! Par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 14/03/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Je lis un tweet : "L’espoir c’est la richesse des pauvres". Il me fait bondir.

L’espoir c’est ce qui fait que les pauvres restent pauvres et dominés.





L’espoir est une dissuasion.

Ce n’est pas leur richesse, c’est leur opium. Grâce à l’espoir, grâce à Euromillion, grâce au PMU, grâce au foot etc , ils ferment leur g…e. Il faut avoir le sentiment que l’on a tout perdu, même l’espoir pour réagir. Pourquoi croyez-vous que partout, les dominants favorisent l’accession à la propriété et en entretiennent l’espoir ? Alors que leur activité essentielle consiste à vous empêcher d’y accéder !

C’est quand on a enfin perdu l’espoir que l’on se relève et que l’on agit, que l’on repart au combat. La rage au ventre. Pour l’avenir, pour le futur, pour ses enfants. Afin qu’eux aussi ne vivent pas d’espoir. L’espoir c’est quand "il n’y a plus rien", comme le chante Ferré qui un jour a décidé de baisser les bras et de se consacrer à l’esthétique et d’aller vivre ailleurs.



Cela me fait penser à une conversation avec un ami: Nous regardions un "jeune des banlieues" comme on dit, qui arborait fièrement des Nike, replaçait sans cesse ses cheveux laqués et collés et je murmurais "pauvre malheureux". Mon ami me répondit "ne critique pas, c’est tout ce qu’il a ". Je rétorquais, "si il pensait un peu moins à ce que l’on dit qu’il doit avoir alors, il penserait un peu plus à être". L’homme est un roseau pensant, oui, mais ce n’est un homme que si il n’abandonne pas ce qui lui constitutif, la capacité à penser.

Hollande a réussi à faire tenir le peuple tranquille en 2012 alors que ce peuple aurait dû se révolter contre la voie suivie par Sarkozy de l’abaissement face à l’Allemand et de l’abandon de nos propres déterminations. Depuis Sarkozy, le peuple français ne s’autorise plus de lui-même, il s’autorise de Merkel et des fonctionnaires européens et des tireurs de ficelles des élites anglo-saxonnes.





Hollande a donné "espoir". Il a payé son élection avec des chèques sans provision, de la fausse monnaie. Voilà ce qui est à la racine de l’espoir, la fausse monnaie. Et ce n’est pas un hasard si nous nous vivons dans un monde de fausse monnaie, de dettes de promesses qui entretiennent l’espoir.



Car la vérité est que non, cela n’ira pas mieux, cela ira plus mal. Voilà ce que l’on vous cache derrière l’espoir. Objectivement, mathématiquement, tout ce qui est mis en place et surtout ce que l’on prépare après les élections européennes va dans le sens de la confiscation, du grand retour en arrière. Et surtout du "grand contrôle", des pertes de libertés.



Le vote européen, c’est le blanc-seing donné aux Maîtres européens de vous laminer encore plus. Voter pour eux, c’est voter pour être "dominé", plus encore que laminé par l’austérité: Voter pour eux, c’est voter pour sa propre dépossession. Ce n’est pas économique ou politique, non cela est ontologique, cela a à voir avec ce que vous êtes. Voter contre eux, c’est un vote positif pour vous, votre personne, pour la démocratie.





Ne tombez pas dans le piège, voter contre eux, ce n’est pas voter contre l’Europe, c’est voter contre l’idée qu’ils se font de l’Europe, et ce n’est vraiment pas la même chose. Il n’y a rien de mal à voter contre l’Europe des politiciens, des banques, des hauts fonctionnaires, des médiocrates, des marginaux etc

Il y a beaucoup de dignité à voter pour l’avenir, les générations futures, .le progrès des techniques. Il y a de la dignité à n’être pas malthusien, à vouloir l’éducation, la formation, l’ascenseur social et à refuser la régression.

Leur objectif c’est le retour en arrière, retour en arrière auquel on a mis une sourdine en raison des élections européennes: Il ne faut surtout pas que les classes sociales euro-sceptiques réalisent un trop bon score.

La réalité est que rien n’est résolu, tout est mis au frigidaire, le temps d’usurper, le temps de truquer le vote.

Entretenir l’espoir est un moyen de truquer la démocratie. Voilà pourquoi ils mentent et chantent "le bonheur c’est toujours pour demain". Même en Espagne alors que tout s’écroule!

Dans Antigone, Anouilh fait dire à sa révoltée laquelle, elle, accomplit son devoir, "je hais l’espoir, votre sale espoir".

6 commentaires:

  1. Nietzsche a écrit: "L'espoir est le pire des maux, car il prolonge la souffrance de l'homme."

    L'espoir ne fait pas vivre : Il tue car il empêche de vivre, de prendre des initiatives , de passer à l'action.
    Il rend passif et oblige à accepter son sort.
    L'espoir est le fond de commerce de toutes les dictatures et aussi des religions.
    Rien de nouveau donc.

    Aujourd'hui, l'Empire nous refait le coup de la reprise économique, des lendemains qui chantent.
    Demain, "on rase gratis". La voiture et l'iphone pour tous ! Pour les Chinois, les Indiens, pour tous !

    Ici, on a droit à la "creative destruction" de l'industrie, des emplois productifs qui seront remplacés "demain" par des travaux "artistiques" et "créatifs", par de "services", nombreux, propres, bien payés. Fini le bleu de travail, nos enfants seront tous en costards/chaussures pointues ou alors seront des "artistes".

    Ahahahahahahaha
    La belle fable.
    Le problème pour l'Empire est que plus grand monde n'est dupe. Les demeurés ne sont pas si nombreux !

    Alors il reste la Guerre.
    Guerre nécessaire pour occuper les esprits, pour broyer le peuple, la populace devenue réfractaire au zélites corrompues et dégénérées.
    Guerre nécessaire à la grande attrition Malthusienne : Si le PIB/Personne n'augmente plus, réduisons donc le Dénominateur !

    Et si la guerre n'a pas lieu malgré tous les efforts déployés ce temps-ci, alors il restera les grandes épidémies pour arriver aux mêmes fins.

    RépondreSupprimer
  2. Excellent papier.

    Et les montages photos font plaisir aussi. Grande baffe dans la gueule de Noah, le Noé d'opérette.

    Dans la série des parfaits idiots utiles : l'UDI.

    Le machine de l'engeance Borloo.

    Comme d'habitude, ces gens devancent l'appel. Ainsi au sujet du "front républicain"... ça faisait longtemps.

    ""Nous allons respecter à la virgule près le front républicain: partout où il y a un risque de maire FN, l'UDI s'engagera vis-à-vis de la liste d'en face, y compris une liste PS", a-t-il dit."
    (Yves Jégo).

    Yves est content. Il a fait sa petite crotte du matin. Il est fier.

    RépondreSupprimer
  3. Je pense surtout que c'est la démocratie qui est l'opium du peuple.
    C'est que la carotte est tellement enfouie dans son cul qu'elle lui fait préférer son supermarché, sa télé, son porno, son "emploi" et sa famille à sa liberté.

    "La démocratie est une idéologie; l'aristocratie une physiologie.
    Chaque meute de loup a son chef; chaque vol d'oies sauvages a son guide; la ruche sert sa reine; le plus vieux sanglier mène sa harde; le cerf le plus hapte conduit son harpail. De deux chiens, l'un dominera l'autre. Il en va de même des hommes: détruisez une aristocratie, vous en reconstruisez du même coup une autre, quelquefois moins élégante et moins efficace..."
    (Volkoff)

    "Obéissez à vos porcs qui existent. Je me soumets à mes dieux qui n'existent pas."
    (René Char)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était Nietzsche qui, un jour, au détour d'une page, avait écrit : "Dieu est mort, signé Nietzsche !"
      Un peu plus tard, quand ce grand philosophe allemand vint à décéder, il se trouva quelqu'un pour griffonner sur sa pierre tombale : " Nietzsche est mort, signé Dieu !".
      C'était feu Charles de Gaulle qui appréciait la subtile philosophie de cet inconnu-tagueur , dixit son fils Philippe.

      Supprimer
  4. je pense de plus en plus que pour sauver le système - temporairement - ils vont voler massivement les patrimoines.

    la guerre va avoir lieu sur ce terrain là à mon avis ! en interne et sur le plan "des signes" (cf. Bertz).

    et en premier lieu, vu les montants, guerre sur les contrats d'assurance vie.

    yongtai

    RépondreSupprimer
  5. A propos de l'Espagne :

    2007 : dette publique de 382,307 milliards d’euros, soit 36,3 % du PIB
    2008 : dette publique de 40,2 % du PIB
    2009 : 54 % du PIB
    2010 : 61,7 % du PIB
    2011 : 70,5 % du PIB
    2012 : 86 % du PIB
    2013 : dette publique de 960,640 milliards d’euros, soit 93,9% du PIB

    Espagne : record de la dette publique fin 2013.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/03/14/97002-20140314FILWWW00103-espagne-record-de-la-dette-publique-fin-2013.php

    A propos de l’Italie :

    2007 : dette publique de 1605,1 milliards d’euros, soit 103,3 % du PIB.
    2008 : dette publique de 1671 milliards d’euros, soit 106,1 % du PIB.
    2009 : 116,4 % du PIB.
    2010 : 119,3 % du PIB.
    2011 : 120,8 % du PIB.
    2012 : 127 % du PIB.
    2013 : 132,6 % du PIB.

    Italie : record de la dette publique fin 2013.

    Recul du PIB italien et envolée de la dette.

    La dette publique italienne, la deuxième de la zone euro rapportée au PIB après celle de la Grèce, a inscrit un nouveau record, à 132,6 % du PIB en 2013, précise l'institut national de la statistique Istat, après 127 % en 2012.

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/03/03/recul-du-pib-italien-et-envolee-de-la-dette_4376655_3234.html

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.