mardi 11 mars 2014

Fabrice Epelboin et la société de surveillance

Fabrice Epelboin et la société de surveillance
agence info libre, 07/03/2014 (en Français texte en français )

6 commentaires:

  1. Comme Lucien Cerise, on a quand même des pointures en France ... petite lumière d'espoir !

    RépondreSupprimer
  2. A 24:43.

    Adolfo Ramirez et comparses jettent les électeurs de gauche dans les bras du FN.

    C'est raide parce qu'il faut avouer que le FN recèle d’authentiques débiles racistes et antisémites à la différence de Dieudonné ou Soral (qui ont des défauts mais pas ceux-là).

    Il faut voir comme cet e...lé de BHL se régale avec ces dégénérés du FN :

    http://laregledujeu.org/categorie/dossiers/un-candidat-fn-par-jour/

    Pas grave, la coupe est pleine, pour moi ça sera le FN ou une belle randonnée.

    RépondreSupprimer
  3. Pour qui travaille ce monsieur Fabrice Epelbaum ?

    RépondreSupprimer
  4. Ecoutes de Sarko : ci-joint les dernières réactions du Bâtonnier de Paris, diffusé aux avocats.
    Je traduis pour les non-initiés : les magistrats savaient, le Bâtonnier savait que Sarko était sur écoute.
    Le résultat : comme les journaleux sont cons, gros gros cafouillage de la presse, judicieusement manipulée par l'avocat de Sarko qui joue habilement le complot d'Etat. Et au passage, notez que c'était une TRES GROSSE affaire. Mais bon, Sarko est soutenu par les vieilles de Nice (France 2 - journal de 20h d'hier).

    Le texte : " Le bâtonnier et le vice bâtonnier de Paris souhaitent une mise au point juridique à la suite de la position exprimée par la Ministre de la justice Garde des sceaux, et par le journal Libération dans sa version électronique ce matin.

    La Ministre de la justice, en indiquant que toutes les voies de droit sont ouvertes pour contester les mesures coercitives d’écoutes téléphoniques, de perquisitions et de saisies, commet une erreur de droit. En effet, en l’état de la procédure, ni la chambre de l’instruction, ni la Cour de cassation, ni la Cour de Strasbourg, ne peuvent être saisies, tandis que la décision du JLD est prise en premier et dernier ressort.

    Telle est la raison pour laquelle, nous avons fait appel au Président de la République – garant des institutions - qui incarne les grandes valeurs de notre démocratie au rang desquelles figurent naturellement le secret professionnel dans l’intérêt des justiciables et de l’accès au droit.

    Dans cette perspective, nous faisons confiance à Madame la Ministre Christiane Taubira qui, elle aussi, tient une place toute particulière au soutien de la défense et de la garantie des grandes valeurs de notre République.

    Concernant l’Ordre des avocats, s’il est vrai que le bâtonnier reçoit notification des mises sur écoutes téléphoniques de ses confrères, il n’en informe pas son conseil de l’Ordre dès lors, nul ne peut titrer, comme l’a fait Libération, que « La justice soupçonne le conseil de l’Ordre des avocats ».

    En tout état de cause, les accusations qui pèsent ès qualité sur le bâtonnier sont hypothétiques et dubitatives. Hypothétiques, car les écoutes de Monsieur Nicolas Sarkozy pendant presque une année ont nécessité une centaine d’enquêteurs, fonctionnaires de police, magistrats et autres, pour leur mise en œuvre, de telle sorte que le bâtonnier n’était ni plus ni moins au courant que ces 100 personnes et qu’il est choquant de le voir ainsi spécialement stigmatisé. Dubitatives, car rien de matériel et de concret n’existe à ce jour dans la procédure. Sinon chacun le saurait déjà ! "

    RépondreSupprimer
  5. Démocratie, technique, et monnaie : les 3 sources des problèmes de notre temps dont on ne peut pas se passer, mais qui les 3 sous leur forme présente nous perdent.
    Je signale un bon petit livre qui vient sortir qui synthétise bien la problématique démocratique actuelle : Contre les élections, de David Van Reybrouck

    RépondreSupprimer
  6. Après "Non, la théorie du genre n'existe pas " de Najat,
    voici "Non, je n'ai pas menti" de Christiane.

    On vit dans un monde virtuel, tout n'est que mensonge.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.