jeudi 27 mars 2014

Jovanovic sur les centres commerciaux

MR CARRASCO DANS UN CENTRE COMMERCIAL DE PERPIGNAN
25/03/2014 (en Français texte en français )
→ lien
"Arrivée à la gare de Perpignan ce samedi 15 mars, je découvre un centre commercial flambant neuf, le Centre Del Mon. Sur la trentaine d'emplacements disponibles, j'ai pu compter 25 fermés ou "A Louer"! Seuls un supermarché G20 et 1 Body Minute ouvert au niveau -1,au rez-de-chaussez nous avons le choix entre 1 Subway, 1 Promod et 1 opticien Lissac, et le niveau +1 est fermé (aucune emplacement loué).

De là, la rue principale menant vers le centre ville (l'avenue du Général de Gaulle) est remplie de locaux fermés, à louer (seuls les kebabs restent ouverts). J'ai même vu des touristes déplorant deux enseignes de location de voiture fermées, à chercher un urgence un plan B.

Au bout de cette avenue, la FNAC fait son apparition après une intersection, mais pourtant à cet endroit toujours des boutiques à louer, fermées, et une agence Adecco surréaliste : l'agence, assez grande en surface, ne propose en vitrine que... 5 offres d'intérim... et une affichette indique que parfois l'agence est laissée à l'abandon, puisqu'il faut appeler pour avoir des informations !

J'ai ensuite fait un tour à la FNAC, j'ai compté une vingtaine de clients différents sur les 3 niveaux, presque autant de vendeurs (certains lisaient à chacun de mes passages). Au RDC du bâtiment, 1 opticien sans client, une boutique Nature et Découverte avec 4 badauds, et le meilleur emplacement (vitrine frontale) vide. Le niveau -1 n'est occupé que par un fast food, les 6 autres emplacements sont vides".

De mon côté je confirme avoir vu une dizaine de boutiques à louer dans le centre commercial d'Arcueil, sans parler de ce que j'avais pu observer dans le centre commercial de la Porte Maillot.

Un autre lecteur, Mr Pascal, nous dit à propos de Toulon: "Je confirme qu'il y a plus de 700 commerces abandonnés : impossible de les vendre. Malgré cela, on lit dans le programme du maire et probable futur gagnant 1) la création d'un hôtel 4 étoiles avec son centre commercial, en face des galeries lafayette sur la Place de la liberté, 2) la création d'un centre commercial à l'ancienne bourse du travail situé entre les deux grandes avenues piétonnes, et 3) l'aménagement des halles ( à 200 mètres de là) en centre commercial à un étage!". A part cela, la reprise continue à être là, n'est-ce pas?

A Bordeaux, c'est pareil. Dans les rues, le nombre de boutiques fermées est impressionnant, même si ce n'est plus la boucherie de 2008. Par contre, je vois défiler les boutiques qui ouvrent et ferment 6 mois après (avec en ce moment des boutiques de cigarettes électroniques partout, sans aucun client). En revanche, dans les centres commerciaux, ça marasme sec.

Le dernier étage des 3 étages du grand centre commercial Meriadeck est vide en grande partie. Le pire je crois, c'est Saint Christoly avec quelque chose comme un emplacement sur 3 qui doit être vide.

Et il y a en effet une politique du déni alors que nombre de ces espaces commerciaux ne rouvriront jamais et pourraient dores et déjà être transformés en espaces à logement. Mais j'imagine que la mairie s'accroche à ses rentrées de ponction, alors que dans le monde de la culture des tomates hors-sol, un commerce produit bien plus d'argent gratuit qu'un logement...

7 commentaires:

  1. Il serait interessant de connaitre le montant des cessions de fonds et des loyers demandés.Un ami a vu son loyer exploser au renouvellement de bail.Une decision de justice a tranché la poire en deux et modéré l'augmentation mais le loyer restait trop elevé. il a donc fermé et licencié ses employés.Nous avons donné le pays aux rentiers et aux banques.

    RépondreSupprimer
  2. Il y a aussi d'autres facteurs à prendre en compte.
    Internet à révolutionné la consommation. Les gens ont de plus en plus assimilé qu'il y avait des affaires à faire sur internet.

    D'autre part, combien de magasins sont aux mouches pendant la semaine, l'employé de service à recevoir le courrier et faire du FB ? Par contre le samedi c'est jour d'affluence. Mais souvent les gens essayent mais n'achètent pas car trop chère. Mais hors de questions de baisser les prix, on passerait pour du bas de gamme. (du coup peu de monde achète, car c'est ce faire cou....né) Du coup on fait des soldes, ou ça se bouscule encore plus et souvent on ne trouve plus sa taille. Alors il y a les ventes privées et pré soldes accessibles à tous, pour peu qu'on s'inscrive à la newsletter. (qu'on qualifiera de prix tout juste correcte).

    Ensuite il un autre facteur, celui de l’agglutination dans les plus grands et modernes centres commerciaux. Du à un comportement moutonnier, mais également à du bon sens, car lorsque vous travaillez dure la semaine, même si c'est la cohue ne pas avoir à faire 3 sites différents à différents coins de la ville est appréciable. Plus d'enseignes disponibles, etc.

    Vs

    RépondreSupprimer
  3. Pour ma part je suis étonné du nombre de constructions de centres commerciaux récentes ou à venir en région parisienne (SoOuest, Beaugrenelle, Aéroville, Quartz, etc.) alors qu'il en existe déjà tant (Vélizy, Parinord, Les 4 temps, Italie 2, Rosny 2, etc.)
    Du coup je ne comprends pas comment une telle profusion de centres, très coûteux à construire, peut s'accompagner d'une affluence de clients suffisante pour permettre leur rentabilité (ou à minima amortir l'investissement de la construction).
    Il y a quelques semaines, je me rendais d'ailleurs pour la première fois à Aéroville un samedi après-midi hors vacances scolaires : je m'attendais à ce que ce soit bondé, il n'en fut rien. Au contraire, il y avait assez peu d'affluence.
    Je comprends d'autant moins que, d'une part, cette profusion de centres commerciaux engendre de la concurrence forte et donc des prix tirés vers le bas et des difficultés de retour sur investissement, et d'autre part avec un chômage en constante progression le client a plutôt tendance à se raréfier.
    Bref, je m'attends moi aussi à voir fleurir des "Ghost malls" comme on en voit fleurir depuis quelques années de l'autre côté de l'Atlantique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une explication:la majorité de ces commerces sont sous franchises étrangères.or une franchise étrangère peut s'arranger pour rapatrier les bénéfices sans payer d'impots(il suffit de facturer des conseils etc...)donc ces commerces sont plus viables qu'on ne le croit

      Supprimer
  4. Ce n'est pas exclusif à la France : il y a quatre ans au Portugal j'avais constaté le même phénomène là où je me rends habituellement. En parallèle, les chantiers de constructions qui pullulaient au début des années 2000 sont aujourd'hui inexistants ou abandonnés.

    RépondreSupprimer
  5. dans mon gros village 3500 habitants près de toulouse un supermarché (d'artagnan et co)a ouvert il y a 1 an
    bien pratique pour faire les courses et le carburant
    en revanche 5 emplacements pour des petits commerces sont proposés et il n'y a que deux emplacements loués (un troisème a été loué pour un fleuriste mais vite fermé) les 2 emplacements sont une pizzéria et un centre d'estétique
    en discutant j'ai compris que les loyers (la rente immobilière) y sont très chers,tiens donc...
    groslandais31

    RépondreSupprimer
  6. vous oubliez la merveilleuse formulation de Tonio il y a quelques années à propos des centres commerciaux...

    non... pas de souvenir !!!???

    Nos centres commerciaux sont nos nouvelles usines... des usines à dette bien sûr...

    yongtai

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.