samedi 8 mars 2014

La maçonnerie française expliquée en un graphique

Si je devais résumer la maçonnerie française dans ce qu'elle représente de plus profond, je mettrai sans hésiter ce graphique là, qui sans s'attacher aux causes, à la doctrine, présente parfaitement les conséquences réelles :

9 commentaires:

  1. du haut de ma tour je m'offre une bouée de traîtrise :

    La Cour de Babel

    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=221636.html



    RépondreSupprimer
  2. Sur le terrain ca ne se calme pas du tout, au contraire l'Ukraine mobilise :
    http://www.zerohedge.com/news/2014-03-08/ukraines-military-mobilizes-prepares-combat-trucks-apcs-tanks-rolling-out

    Et les ukrainiens ne sont pas demunis, avec nombre d'efficaces Soukhoï Su-27, Mig 29 et autres.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Force_a%C3%A9rienne_ukrainienne

    A noter, qu'ils ont aussi des batteries de missiles anti aerien Buk-M1-2 d'une portee d'une quarantaine de km, et ca, ça a son importance.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/9K38_Buk-M1-2

    Sans parler de la possibilite d'une guerre civile et aussi des probables nombreuses defections a venir dans l'armee ukrainienne, les ukrainiens peuvent jouer le pire. Les russes ont le talon d'achille d'un systeme financier et monetaire dans lequel les russes eux memes n'ont traditionnellement pas confiance.

    RépondreSupprimer
  3. Désolé,

    Je ne comprends rien !

    RépondreSupprimer
  4. Sarkozy sur écoute : la magistrature en tablier.

    Gilbert Azibert, soupçonné d'avoir renseigné Nicolas Sarkozy, appartient à la franc-maçonnerie. Ce qui pose la question de sa double allégeance...

    Ils troquent quelques heures par mois leur longue robe noire pour une autre panoplie : tablier et gants blancs. À tous les étages de la magistrature, et surtout aux plus élevés - c'est à cela que ça sert -, les francs-maçons sont là.

    L'affaire des écoutes judiciaires pratiquées sur Nicolas Sarkozy et révélées par Le Monde vendredi 7 mars braque les projecteurs sur Gilbert Azibert, premier avocat général à la Cour de cassation. Il est soupçonné d'avoir renseigné l'ancien chef de l'État sur les décisions de la haute juridiction le concernant. En contrepartie, l'ex-président aurait poussé le dossier du magistrat pour un poste doré de conseiller auprès des autorités monégasques.

    Les commentateurs les plus hardis évoquent aussi, au conditionnel, l'appartenance de Gilbert Azibert à la franc-maçonnerie. Se mouvoir ainsi dans le secret des loges n'est pas neutre en effet quand on a occupé des postes aussi éminents que procureur général (à Bordeaux) et surtout secrétaire général du ministère de la Justice. À l'époque, Rachida Dati était garde des Sceaux, et c'est "Annulator" qui tenait la maison. "Annulator", c'est le doux surnom qui lui avait été donné quand, président de la chambre de l'instruction à Paris, il réduisait à néant un nombre appréciable de dossiers, parfois sensibles.

    Un serment contre l'autre

    À ce stade, il est possible d'employer le présent de l'indicatif : Gilbert Azibert est l'un des dignitaires de la Grande Loge nationale française (GLNF), la plus conservatrice des grandes obédiences hexagonales. Comme tous ses collègues initiés, il a donc prononcé deux serments : l'un dans les prétoires, l'autre en loge. Au-delà de l'affaire des écoutes, son exemple met en lumière toutes les difficultés qui résultent de cette double allégeance : est-ce que l'une, professionnelle, prend toujours le pas sur l'autre, discrète ?

    Une question d'autant plus douloureuse qu'aucun magistrat, en France, n'a jamais eu le courage d'effectuer son "coming out". C'est obligatoire en Grande-Bretagne. En Italie, où le souvenir de la loge P2 demeure vivace, il est interdit de cumuler les deux statuts, l'un public, l'autre caché. Aux États-Unis, les francs-maçons assument et même affichent équerre et compas jusque sur leurs plaques d'immatriculation. En France, c'est l'omerta. Résultat : dès qu'une affaire éclate, le soupçon jaillit.

    Les frères, toutefois, ne peuvent pas tout : Gilbert Azibert n'a pas été nommé à Monaco.

    http://www.lepoint.fr/societe/sarkozy-sur-ecoute-la-magistrature-en-tablier-10-03-2014-1799154_23.php

    RépondreSupprimer
  5. Un peu avant la fin du 19 ième siècle, les élus plutôt pro-monarchistes avaient compris qu'une République déguisée était préférable à un régime absolutiste. Un "citoyen" embobiné croyant détenir la démocratie au bout de son bulletin de vote était donc à leurs yeux potentiellement moins dangereux qu'un "sujet" prompt à briser les chaines d'un système qui ne lui laisse presque aucun droit d'expression (1789 + 1848 + la Commune). Afin que la duperie puisse se maquiller de toutes les apparences d'une véritable croisade pour la sainte laïcité, les mécanismes opaques des rapports d'influences ayant fonctionné au sein de l'église catholique furent perfectionnés dans le cadre de l'obédience des francs maçons dont l'origine remonte aux persécutions contre les templiers. C'est ainsi que les radicaux auxquels le "Tigre" appartenait, entreprirent une guerre totale contre l'église officielle tout en en édifiant une autre plus souterraine, moins visible. Ce qui les rend respectables ou fréquentables de nos jours c'est certainement la persécution que l'obédience a subie sous le régime de Vichy. Faudrait-il les comparer aux Mormons nord-américains ?
    Le principe de cooptation qui y règne semble en étayer le tableau.
    Malheur au "frère" qui ne rend pas compte à 100% de ce qu'il est censé détenir comme informations. Une sorte de ghetto doré où l'esprit de rébellion ou de trop d'indépendance est peu compatible avec des positions stratégiques.
    Tout compte fait, c'est quand même plus vertueux collectivement que des obédiences exclusivement mafieuses !

    RépondreSupprimer
  6. Sarkozy sur écoute : la magistrature en tablier.

    Le plus rigolo dans ces histoires, c'est que nous sommes tous pour x raisons sur écoute. Et Sarkozy, comme Holland, ne sont pas les derniers pour avoir instauré cet état de fait.

    La guerre des puces est ouverte et n'est pas prête de s'arrêter. De votre poubelle à votre frigo, de ce qui rentre et sort de votre bouche, de votre train de vie à votre santé, de vos amants à vos amours, de vos amis à vos idées…/… vous ne ne ferait plus un seul geste sans intéressé certain intérêt bien compris.

    Pour l'instant, dans le cas Sarkozy, où sont les révélations fracassantes. Donc, cela reste encore du grand théâtre avec une comédie déjà joué et rejoué. N'est-ce pas cela la politique depuis plus des lustres ?

    À chacun ses réseaux, ce ne sont pas les francs-maçons qui dénonceront leurs méthodes… prisent et reprisent par tous ceux et celles qui cherchent à s'imposer pour défendre leurs intérêts.

    RépondreSupprimer
  7. Et en plus, le graphique fait un cornuto, alors ca si c'est pas une preuve :)

    Sinon, excellent dossier chez Olivier Berruyer sur l'Ukraine avec une phto qui résume tout :
    http://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2014/03/ashton-svoboda.jpg


    RépondreSupprimer
  8. Rôlôôooo... mais c'est quoi la démo ?
    Il n'y a pas de maçonnerie dans les autres pays d'Europe ?
    Laisse béton.
    C'est un facteur parmi bien d'autres. Extrêmement difficile à jauger car souvent discret, voir sous-terrain, mais le lier à ce type de facteurs économiques, désolé, au mieux tu seras dans le registre de la coïncidence. Mais pour la corrélation, regarde (aussi) vers les facteurs culturels au sens large.

    RépondreSupprimer
  9. Lundi 10 mars 2014 :

    Patrick Buisson : le dictaphone s'est allumé tout seul.

    Gilles-William Goldnadel, l'avocat de Patrick Buisson qui la semaine dernière démentait l'existence même d'espionnage, a changé de version ce lundi.

    C'est un changement de version qui - bizarrement - est passé presque inaperçu ce lundi. Au tribunal de grande instance, Gilles-William Goldnadel, l'avocat de Patrick Buisson chargé de défendre ce dernier dans l'affaire des écoutes au palais de l'Élysée, a assuré que le dictaphone de la discorde était utilisé à l'Élysée par Patrick Buisson dans l'unique but de "prendre des notes, comme vous le feriez" ; pour "faire des contre-propositions" lors des réunions de travail. Des bandes qui n'ont, par l'inadvertance du conseiller Buisson, pas toutes été détruites, plaide l'avocat. Des propos qui n'ont pas échappé au site d'information Le Lab.

    "Si j'ai bien compris, le dictaphone de mon client s'allume automatiquement à la voix. Si le dictaphone s'est ouvert malencontreusement, tout le raisonnement de maître Malka (l'avocat de Carla Bruni, ndlr) s'effondre", déclare-t-il notamment.

    Problème, la semaine dernière encore, la stratégie de défense était toute autre puisque Gilles-William Goldnadel niait l'existence même de ces enregistrements ou de toute écoute de Nicolas Sarkozy.

    Dans un second temps, alors que les bandes commençaient à fuiter dans la presse, Goldnadel avait toutefois changé son fusil d'épaule, affirmant que si son client avait pu enregistrer Nicolas Sarkozy, "jamais il ne l'avait fait à l'insu du président".

    http://www.lepoint.fr/politique/video-buisson-le-dictaphone-s-est-allume-tout-seul-10-03-2014-1799428_20.php

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.