vendredi 21 mars 2014

L'actu ukrainienne

Les mistrals français :
   Mistral: la rupture du contrat serait nuisible pour la France (experts) (Ria Novosti)
Si Paris refusait de terminer la construction de deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) pour la Marine russe, ce serait un bienfait pour notre industrie navale, estime l'ex-amiral de la flotte de la mer Noire Vladimir Komoïedov, présidant la commission pour la défense au parlement russe.
"Il faudra remercier les Français s'ils renonçaient au contrat Mistral. Nous pouvons construire nous-mêmes de telles "boîtes de conserve".
La Russie a payé ces Mistrals presque le double de leur prix. L'achat de ces navires était uniquement une décision politique.
D'après lui, la Russie n'a pas besoin des Mistrals "parce qu'ils sont destinés à faire débarquer l'infanterie à la manière "otanienne", alors que la Russie utilise une technique complètement différente de débarquement.

   Mistral: Paris doit livrer les navires ou rendre l'argent (Rogozine)> (Ria Novosti)
La France doit soit livrer les bâtiments de projection et de commandement (BPC) Mistral à la Russie, soit rendre l'argent versé par Moscou dans le cadre du contrat, a déclaré mercredi le vice-premier ministre russe Dmitri Rogozine.

Reprise en main de la Crimée par la Russie :
mardi
   Crimée: les habitants ont un mois pour renoncer à la citoyenneté russe (Ria Novosti)
   Russian Forces Attack Simferopol Military Unit; Shots Fired, 1 Injured, According To Reports (ZH)
   Ukraine Prime Minister Says Crimea Conflict Has "Moved From Political To Military Stage"; 1 Dead (ZH)
   Crimée: des tirs de sniper font un mort et deux blessés (Ria Novosti)
   Crimée: les militaires fidèles à Kiev autorisés à utiliser leurs armes (Ria Novosti)
mercredi
   Ukraine Folds? Prepares To Evacuate Citizens From Crimea (ZH)
   UKRAINE GOVT ADOPTS PLAN TO EVACUATE CITIZENS FROM CRIMEA: IFX
   UKRAINE TO SETTLE CRIMEAN CITIZENS ELSEWHERE IN COUNTRY: IFX
vendredi :
   Masked Men Storm, Seize Two Ukraine Cruisers In Sevastopol (ZH)


   Ukraine: 85 comptes bancaires de Timochenko découverts à Londres (médias) (Ria Novosti)
85 comptes contenant "des millions de livres sterling" ont été ouverts dans des banques étrangères au nom de l'ex-première ministre ukrainienne Ioulia Timochenko et ses proches, a annoncé lundi le journal Independent citant les résultats d'une enquête lancée par le cabinet britannique Lawrence Graham.
   Russie: l'immigration ukrainienne en hausse de 20% en un an (officiel) (Ria Novosti)
Le nombre d'Ukrainiens résidant en Russie a augmenté de 20% par rapport à l'année écoulée, atteignant près de 1,6 millions de personnes, a annoncé mardi à RIA Novosti le département de presse du Service fédéral russe des migrations (FMS).
Si je compte bien, autour de 300 000 en un an...
   The Next One: Moldova's Transnistria Region Said To Seek Russian Accession (ZH)
In a 2006 referendum, over 97% of Transnistrians voted to join Russia...


Je vous passe aussi les agences "indépendantes" de notation (  ) S&P et Fitch qui menacent de baisser la note russe...


Si je comprends bien, en gros, Poutine n'a plus qu'à attendre que le nouveau pouvoir putschiste s'effondre tout seul... Ça devrait pas prendre longtemps...

   The Honeymoon Is Over: Ukraine To Stun Citizens With 40% Gas Price Hike (ZH)
A few hours ago, Interfax reported that Ukraine expects to increase domestic gas prices by 40% once discounted import prices from Russia expire, the country’s Energy Minister Yury Prodan told journalists in the European Parliament on Thursday.
Dans un pays où le salaire minimum est 30% plus faible qu'en Chine, si on en croit ce qu'expliquait Olivier Berruyer l'autre jour aux experts...

Qui plus est, ils sont en train de se griller de tout possible soutien de l'occident...
   Réglement de compte musclé à la télévision ukrainienne (Les moutons enragés)
Le président de la télévision nationale ukrainienne, Alexander Panteleymonov, a passé hier soir un mauvais moment. Des hommes ont investi son bureau et l’ont forcé à signer sa démission. Et ces assaillants sont des membres du parlement. Des députés du parti d’extrême-droite Svoboda, qui reprochent notamment à Alexander Panteleymonov, d’avoir diffusé hier en direct la céremonie de signature par Vladimir Poutine du traité entre la Crimée et la Russie.

Pour finir, quelques morceaux d'interviews piochés via le blog à lupus, particulièrement éclairants :
L’Ukraine, la Russie et le monde : Cinq questions à trois analystes
Le blog à Lupus, 17/03/2014 (en Français texte en français )
→ lien
El Saqr : Pour la Russie le but est simple : survivre en tant que nation, que pays et que civilisation. En ce sens, ce n’est pas une « politique de Poutine », mais une « politique russe » : mis à part les quelques minuscules partis financés par la CIA et qui ne représentent pas plus de 1 ou 2 % de la population russe, il existe un consensus parmi tous les principaux mouvements politiques de Russie en faveur de la position russe actuelle face à cette crise que les Russes considèrent comme une menace existentielle. Lorsque l’OTAN a bombardé les Serbes en Croatie, en Bosnie et au Kosovo, la Russie était gouvernée par une marionnette occidentale alcoolique, Eltsine, et une clique d’oligarques majoritairement juifs appelée la « Semibankirchtchina » (les sept banquiers) : la Russie était alors très semblable à l’Ukraine d’aujourd’hui. Mais même à cette époque, la majorité du peuple russe savait parfaitement que la dévastation des Balkans par les USA était un message adressé à eux : « regardez ce que nous pouvons faire subir à vos alliés - et vous êtes les prochains sur la liste ». Ce sentiment a été largement renforcé par la guerre clandestine des USA contre la Syrie, la plupart des Russes ayant compris qu’Assad tuait en Syrie exactement le même type de nervis wahhabites malfaisants que Poutine avait dû écraser en Tchétchénie.

Beaucoup de Russes se sont alors exprimés ainsi : « nous devons remercier Assad de les tuer là-bas, cela nous permet de ne pas avoir à le faire ici » et « si nous laissons Assad se faire renverser, nous serons les prochains ». Ce qui se dit aujourd’hui en Russie, c’est qu’« il ne s’agit plus des Serbes ou des Syriens, cette fois c’est nous qui sommesdirectement menacés ». Ainsi, pour la grande majorité des Russes - y compris Poutine -, le principal objectif stratégique est simple : ne pas laisser la Russie devenir la prochaine Bosnie, le prochain Kosovo ou la prochaine Syrie. En d’autres termes, il s’agit de survie. Le deuxième objectif stratégique de la Russie est d’empêcher que toute l’Ukraine devienne un « Banderastan[2] » et de protéger la population russophone de la menace d’un asservissement par un régime ouvertement néo-fasciste et raciste.

Le troisième objectif stratégique de la Russie est de réaliser les deux premiers objectifs, si possible, sans déclencher une guerre avec les USA / l’OTAN. Remarquez bien que j’ai énuméré ces objectifs par ordre de priorité et que si les USA / l’OTAN menacent de déclencher une guerre totale, le Kremlin ne cèdera pas sur ses deux premiers objectifs stratégiques. Il ne faut pas faire d’erreurs d’analyse, la Russie est prête à entrer en guerre pour ces deux objectifs, Poutine ne bluffe pas.

Quant à la tactique choisie par la Russie, elle est assez sophistiquée. Selon un diction bien connu, « lorsque la Russie est menacée, elle ne se met pas en colère, elle se concentre. » C’est ce qui se passe aujourd’hui. L’essence de la tactique russe est la suivante : d’abord, protéger militairement la Crimée pour lui permettre de se séparer de l’actuel Banderastan et ainsi créer un précédent et un exemple : Alors que dans la moitié des régions actuellement contrôlées par les néo-fascistes, les salaires des fonctionnaires de l’Etat ne sont pas payés du tout, et alors que le régime révolutionnaire à Kiev a déjà indiqué qu’il envisageait de réduire tous ces salaires de 50%, en Crimée, tous les salaires et tous les services sociaux seront payés en totalité à tout le monde, même à ceux qui ont préféré démissionner plutôt que de reconnaître les autorités de Crimée. Les foules du Banderastan vont bientôt découvrir que diriger un pays est une tâche autrement plus ardue que de tabasser des flics non armés et d’entonner l’hymne national.

Ensuite, la Russie a menacé de recourir à la force militaire si les forces banderistes essayent de s’emparer du Sud (Odessa, Nikolaïev, Kherson) et de l’Est (Donetsk, Kharkov, Dniepropetrovsk, Lougansk) par la force. Cette menace permet à la fois de dissuader les Banderistes de déchaîner la violence, tout en donnant aux russophones une sorte de « filet de sécurité » pour leurs actions de protestation et de désobéissance civile. Troisièmement, le Kremlin sait que le Banderastan nouvellement créé est en faillite et que les USA et l’UE ne pourront jamais apporter ne serait-ce qu’une partie de l’argent nécessaire pour renflouer ses caisses. Non seulement la Russie a cessé d’envoyer de l’argent à l’Ukraine, mais Gazprom a déclaré que l’accord précédent conclu avec M. Ianoukovitch a été violé par le nouveau régime, de sorte que le prix du gaz pour l’Ukraine va maintenant augmenter fortement. Enfin, les régions les plus riches de l’Ukraine sont, précisément, l’Est et le Sud du pays qui essayent maintenant de ne pas payer d’impôts au régime illégal de Kiev. Et si les Banderistes parviennent à s’emparer de l’Est, alors l’ensemble de son industrie s’effondrera instantanément (car elle dépend entièrement de la Russie). Ainsi, le temps joue en faveur de la Russie et le nouveau Banderastan n’est tout simplement pas viable. Sans argent, sans énergie et sans la possibilité de gouverner par la terreur (du moins dans le Sud et l’Est), le nouveau régime va inévitablement s’effondrer. La Russie ne s’investira à nouveau dans l’État-croupion d’Ukraine qu’une fois que les néo-fascistes auront disparu et qu’un régime civilisé sera revenu au pouvoir à Kiev.

Il n’y a plus d’« Ukraine », cette expérience est terminée. Tout ce que nous avons maintenant est un Banderastan dans le centre et l’Ouest de l’Ukraine, une région pour laquelle on se battra d’une manière ou d’une autre à l’Est et au Sud, et une Crimée qui en est séparée pour toujours. Quant au régime néo-fasciste actuellement en place à Kiev, il n’est pas viable de toute façon, et la Russie a beaucoup d’autres « hameçons » pour négocier avec tout futur État-croupion ukrainien qui succédera à l’actuel Banderastan. Conclusion : si les habitants de Crimée veulent se joindre à la Russie, Poutine n’a pas d’autre choix que de l’accepter.



Ha et j'oubliais, Olivier Berruyer aux Experts sur BFM Business :

6 commentaires:

  1. Ce blog est un must de la propagande russe. Repetant tout sans dicernement.

    Voir par exemple la reprise des propos concernant le Mistral, alors qu'à l'époque les militaires russe disaient justement exactement le contraire, dixit l'amiral Vissotski, qui aurait bien aimé disposer plus tôt du Mistral pour permettre à la flotte de la mer Noire «de faire en 40 minutes ce que nous avons fait en 26 heures», faisant allusion à la guerre contre la Géorgie, en août 2008, et pleurant auprès de poutine pour en acheter, qu'après le chaos des années 90, l'ingénierie navale russe avait perdu la compétence de concevoir un bateau comme ça. A l'époque il avait aussi été question d'acheter des bateaux sud corée conccurent (les Dokdo, je crois ?).

    Mais bon, c'était y a longtemps pour se souvenir de ça.

    Y a ceux qui gobent la progagande occidentale, et ceux la russe. Au final c'est pas très différent. A l'époque des soviétiques c'était déjà comme ca. On en prend d'autres et on recommence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'accord.

      J'ai toujours pensé que ces achats de mistral était un cadeau des russes à la France pour se faire bien voir.

      Cf également ce qui se disait l'autre jour d'ailleurs dans l'interview de 40mn de ce spécialiste de la Russie, comme quoi
      1) le concept de porte avions était dépassé, car devenu indéfendable.
      2) la doctrine russe en terme militaire est celle de l'interdiction aérienne et qu'ils n'ont pas réellement besoin de moyens de projection.

      Supprimer
    2. "la reprise des propos concernant le Mistral"

      Si c'est ce passage qui te pose problème, c'est vraiment un détail parmi les détails. En gros, on s'en fout, si c'est ça la propagande ...

      Supprimer
    3. Pour la propagande occidentale tu peut acheter le premier journal français subventionner par tes impôts ou allumer ta télé (si tu l'a encore) et regarder la moindre émission subventionner par la redevance ou la pub que tu finance par tes achats.
      D'accords avec le nain, j'ai été surpris de ces achats de ce type d'appareil, la capacité de projection naval étant peut inclus dans la stratégie militaire russe depuis des décennies (hormis les sous marin qui reste plus une arme de défense/dissuasion stratégique ou d'attaque tactique) et c'est d'autant plus vrai avec la manque d'investissement des années 90, leur soucis principal étant d'avoir la capacité de défendre leur énorme territoire. Bien comprendre que les russes mentent systématiquement sur leur capacité militaire et ce n'est pas nouveau. Déjà en 1941, les allemands étaient persuadés, y compris au niveau de l'état major, que la campagne de Russie allait durer quelques semaines (pas de vêtement d'hiver prévu, il était prévu que les troupe allemandes seraient de retour avant noël), que ce n'était qu'une bande d'ouvrier et de paysan inculte incapable de produire un armement efficace (des le début les rencontres avec les blindés kv-1 et kv-2 et la résistance acharné russe leur on fait comprendre que ça allait être beaucoup plus dur). A noté que les troupe française au mali ont été acheminé par une compagnie privé russe qui à du avoir l'accords du Kremlin pour le faire. Je pense que Poutine appréciait Sarkozy (le coté viril grande gueule à la française surement) et que les russes voulaient aussi peut être quelque navires de projection naval (plus facile d'acheter quelque chose qu'on ne maitrise pas que de partir de zéro pour le concevoir) mais je ne pense pas que leur stratégie de fonds ai changé (il mettent clairement le paquet sur le déni de survol aérien de leur territoire). Et puis bon, se procuré un appareil pour voir comment il fonctionne, c'est vieux comme le monde hein :).
      Dernière chose, on est d'accords la propagande tourne plein pot, mais des deux coté, quand j'entends Obama parlé de droit international et Poutine lui répondre que c'est bien que les américains se souviennent qu'il existe, peut importe se que l'on pense de poutine (qu'on l'aime, qu'on soit indifférent ou qu'on le déteste) il a clairement raison. Les usa piétine le droit international depuis au minimum une décennie et vienne faire la vierge effarouché quand un autre pays semble faire comme eux (les bombardements en moins... c'est quand même autre chose) je trouve cela gonflé de leur part.

      Supprimer
  2. Dans la pravda, enfin les médias officiels, j'ai cru comprendre que maintenant que la méchante Russie avait réussi a annexer la Crimée, le "reste" de l'Ukraine allait revenir à la gentille UE qui devait se comporter comme un grand frère accueillant et protecteur. (j'exagère à peine, le vocabulaire était proche de ca).

    Or en regardant cette carte, c'est beaucoup moins évidant. Vu l'état de désintégration de l'UE et de sa monnaie en bois, et des richesses minières russes, on peut comprendre l'hésitation.

    RépondreSupprimer
  3. Il y a des russophones qui doivent craindre cette annexion, c'est les russophone d'Ukraine "continentale", avec le départ de la Crimée, ils se retrouvent minoritaires.

    Que la Russie récupère le sud est de l'Ukraine et la Transnistria qui deviendra frontalière et qu'on en finisse avec cette torture.

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/bb/Ukraine_einfach_Wahlen_3WG_english.png

    Il serait temps que l'ONU mette en place des procédures d’annexion ou d'indépendance démocratique.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.