mercredi 5 mars 2014

Le fardeau qui pèse sur les actifs

Petite estimation du fardeau qui pèse sur ceux qui se lèvent tous les matins pour aller trimer dans la précarité du privé... (ces chiffres à la très très grosse louche incluent également les dépenses publiques liées aux personnes, et pas uniquement les rémunérations directement versées)

   6 millions de chômeurs (en comptant ceux aux RSA) coutant chacun au bas mot 1500€ par mois, et dont la situation pourrait être arrangée en supprimant le concept de salaire minimum à seuil pour une redistribution autour d'un pivot (comme déjà moultes fois expliqué) : 90 milliards par an.
   13 millions de retraités, quasiment tous proprios et beaucoup avec de grasses retraites, qui ont un niveau de vie trop élevé de 500€ en moyenne : 70 milliards par an.
   intérêts de la dette : 50 milliards par an.
   1 million de fonctionnaires inutiles ou sous productifs (un sur 5) (et sans compter les gusses sur protégés et sur payés du semi public) coutant chacun 2500€ par mois : 30 milliards par an.
   5 millions d'immigrés la chance sous perfusion d'argent gratuit, et coutant au bas mot 500€ par mois : 30 milliards par an.
   500 000 gamins dans le ponzi éducatif faisant des sur études qui servent à rien, coutant chacun au bas mot 2000€ par mois : 12 milliards par an.

Tout ça pèse sur les productifs.

Comme je l'ai déjà calculé, entre ce que je coûte à mon entreprise (c'est à dire ce que lui coûte le fait que je sois là plutôt que je ne sois pas là), et ce qu'il me reste au final, une fois retiré toutes les ponctions, l'État me prend 70% de mon salaire.

La dépense publique dans ce pays pèse 56% du PIB, soit 1100 milliards.

Sur ces 1100 milliards, j'arrive au bat mot à 280 milliards de ponctions inutiles ou injustes. Un quart. Sur les 70% de ponction, ça fait 18%.

Sans cette ponction, c'est un peu comme si on vous augmentait votre salaire net de quelque chose de l'ordre de 30%.

Les jeunes d'aujourd'hui n'arrivent plus à se loger, sont obligés de faire moins d'enfants que ce qu'ils voudraient. Ils ont l'impression de travailler pour rien.

Faut pas chercher plus loin la raison de cette situation.

Dans une certaine mesure, l'extrême gôche a raison de parler de "SMIC" à 1500€. C'est un salaire de base possible en effet. Sauf que ça demande justement de latter notamment sa clientèle électorale de gôchistes, "partageux" de l'argent des autres, selon la doctrine de gôche bien connue : "ce qui est à toi est à moi, ce qui est à moi est à moi"... Mais ça vaut aussi pour les clientèles de rentiers fonctionnaires tamponne papier du PS, de retraités à grasse retraite volée politiquement (UMP/PS selon qu'ils étaient fonctionnaires), de rentiers à grosse épargne en dette publique en récompense pour ne pas avoir payé des impôts à la hauteur des dépenses (UMP surtout ceux là)...

Les partis de l'indécence et du pillage ont pris le pouvoir dans ce pays.

Sauf que voila. Toute cette bande de voleurs est rattrapée par Laffer et Atlas Shrugged...

29 commentaires:

  1. Des chômeurs à 1500 euros, je crois que tu te plantes dans les grandes largeurs...

    D'abord, il y a ceux au rsa, 479 euros dans le meilleurs des cas, avec mettons 2.5 millions de personnes ca doit largement plomber ta moyenne. (2 millions 175 milles)

    Source Mars 2013 : http://www.caf.fr/sites/default/files/cnaf/Documents/Dser/2_juin2013.pdf

    Ensuite partant da l'hypothèse que ceux qui se retrouvent au chomdu sont les moins qualifiés et que le chômage ne remplace, au mieux que 70% de l'ancien salaire, 840 euros, donc pour la grosse grosse majorité des chômeurs.

    Je crois que tu peut soustraire a minima d'un tiers la hauteur du revenu (minimum dis-tu ?) de remplacement que tu évoques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas que le coût direct de ce que reçoit le bénéficiaire d'une aide sociale. Il faut ajouter le coût d'administration et de gestion de l'aide qu'il y a derrière et cela chiffre vite.

      Sans compter les avantage induit par les aides sociales :coût de transport réduit, logement, crèches... le QF réduit ouvre le droit à un monde de réductions que nous payons bien tôt ou tard. Je pense même que le Nain et en dessous de la réalité.

      C'est comme les salariés qui ne pensent qu'en salaire net alors que leur véritable salaire c'est le brut + charges patronale + quelques ponction du capitalisme de copains de ce pays (charges sur la formations, la santé du travail, CE ...) qui sont directement proportionnelles à la masse salariale et donc font partie du coût total de votre emploi.

      Supprimer
  2. C'est ta dernière phrase qui est la plus importante.

    Le Système implose. Les parasites tuent l'hôte... et donc bientôt eux-mêmes.

    Nous devons tout faire pour accélérer ce processus auto nettoyeur... :

    -expatriation pour ceux qui le peuvent (revenus, consommation, patrimoine qui échappent aux parasites, fois X années... chaque départ est ainsi un terrible coup au Système)

    Pour ceux qui restent :
    -réduisez votre consommation (baisse des recettes de la rapine TVA, celle ci étant la première source pour les parasites). C'est assez facile à faire.

    -réduisez vos investissements : finie la nouvelle voiture, le nouvel appart (baisse TVA, taxes diverses)

    -réduisez votre temps de travail de 20 % (et donc vos revenus, et donc vos impots). Professions libérales... A paris, tous les dentistes, gynéco... ne bossent plus que 4 jours par semaine. A -20 % de revenus, on peut vivre. Terrible coup au Système via une baisse des impôts.

    -chef d'entreprise : licenciez, réduisez la voilure, vendez.

    -Chaque chômeur en plus, même si terrible tragédie individuelle, est une bénédiction collective : car il porte plusieurs coups (involontairement) au Système. Un chômeur consomme forcément moins, n'investit plus, et surtout pèse sur les finances collectives (indemnisation). Donc double quenelle.

    ... Toutes ces actions (volontaires ou pas)... contribuent à accélérer l'entropie, et donc l'implosion du système de servage.

    N'oubliez pas non plus les effets de seuil liés à la nature hyper complexe du Système.

    Quelques milliards de "recettes fiscales" en moins peuvent sembler dérisoires, en valeur absolue... mais peuvent avoir des effets disruptifs énormes et disproportionnés.

    Nous devons rendre coup pour coup. Et focaliser toute notre énergie sur l'asphyxie financière de la mafia étatique.

    Rien d'autre n'apportera un quelconque changement.

    Seul la fermeture du robinet à pognon provoquera la destruction du Système.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les parasites tuent leur hôte, en effet, mais ont après, eux, la possibilité, la chance, d'en trouver un autre...

      PhiliP

      Supprimer
    2. Oui dans la vraie biologie... Mais dans le cas présent, il n'y en a pas d'autres.

      En clair, quand en France, il n'y aura plus que :

      -des fonctionnaires
      -des ex salariés du privé, chômeurs
      -des retraités
      -des étudiants
      -et des immigrés

      .... Ce sera la fin de partie.

      Vous pouvez tourner le problème dans tous les sens... c'est limpide.

      Donc, l'honnête homme, le mec du privé qui rame, celui qui a la rage, qui en marre de se faire enfiler, insulter depuis 30 ans, eh bien pour lui la feuille de route est simple :

      -tout faire pour réduire les "recettes".

      -pousser à l'accroissement de toutes les catégories précitées ("dépenses")

      C'est cet effet ciseau qui étranglera les parasites, et les fera disparaître. Purement et simplement.

      Car j'insiste il ne suffit pas de s'expatrier, ou de réduire sa consommation (c'est déjà énorme), il faut aussi (et là c'est un peu plus polémique) :

      -célébrer le chômage
      -voter PS (booste les dépenses publiques, et l'embauche de nouveaux fonctionnaires)
      -appeler à une hausse de l'immigration
      -militer pour l'accroissement des "droits" et des "rentes" (retraite 60 ans, RSA, CMU, intermittents etc.)
      -pousser à la grève, aux manifs

      Oui, je sais, c'est mal, c'est la stratégie du pire... Mais après 30 ans, vous avez tout essayé... et rien n'a fonctionné.

      La raison commande donc d'essayer autre chose.

      Et c'est la seule solution rationnelle : accélérer la faillite du Système.

      La faillite étant la condition nécessaire pour un reset, une libération du pays, et un retour à la raison.

      Supprimer
    3. Voila le discours d'un autre parasite du système : celui qui n'en tire plus assez profit.
      Trop facile de tenir un raisonnement de criquet pèlerin US : on a une conscience d'appartenance nationale, ou on n'en a pas.

      Si on en a, il faut composer avec les boulets qu'on se trimbale, et assumer de les tirer vers le haut.

      Donc : cesser de se lamenter sur le Système et TRAVAILLER à AMELIORER le Système.

      Critique -> solution.
      Sinon, autant la fermer.

      Supprimer
    4. +1 ! ça rappelle la stratégie du choc de Naomi Klein, mais c'est pour la bonne cause.
      Mettre un système face à ses contradictions est le seul moyen d'espérer son renversement. Pour le reste, et tant qu'il fournit au peuple du pain et des jeux, inutile d'espérer une prise de conscience...

      Supprimer
  3. {6 millions de chômeurs (en comptant ceux aux RSA) coutant chacun au bas mot 1500€ par mois}, faudrait savoir comment vous en étes arrivé a ce coût !?
    50% des chomeurs ne sont plus indemnisés, le RMI/RSA depuis 2007 est soumis a condition, avec un toit, un livret A et une voiture de 5ans au mieux 150€/mois ....
    mais pour le savoir il faut le vivre .................
    ne pas confondre le coût de fonctionnement induit par pôle emploi, c'est là ou il faut faire des économies -)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut avoir en tête que dans ce pays, toute personne doit bien coûter autour de 700€ par mois en dépense publique (santé, logement gratuit, police, éducation, "culture", routes, transport, etc etc...). A ces 700€, vous rajoutez ce que la personne touche directement.

      Supprimer
    2. rien que la caf c'est + de 70 milliard d'euros, etant donné l'état de notre economie, la question n'est pas de savoir si c'est bien ou mal, si il faut le faire ou pas, la seul question logique c'est combien de temps ça va tenir et ce quelque soit son orientation (pro babel ou pas). A mon avis tonio est en dessa de la realité sur le coup social actuel, les chiffres sont pour la plupart trucqué. De plus on ne parle pas du fait qu'on tire sur la corde dans les services de l'état (sous investissement, salaire gelé, cdd payé une bouché de pain pour faire le vrai boulot qu'on jette au bout de 6 mois, demotivation galopante du personnel qui veut bossé) par contre ca arrose sec pour la paix social, les travaux prestige à la con ou le pote cadre amie avec un potentat autant inutil que grassement payé.

      Supprimer
    3. Passons sur l'ortograf qui est trucquée ici, le problème n'est pas le parachute des aides sociales.
      En période de décroissance, c'est utile, un parachute.

      Le problème, c'est les politiques de croissances bidon pour cause de laxisme électoraliste. Elles sont antérieures, et provoquent justement ce rétrécissement de notre parachute. Pro-cyclique à la hausse = pro-cyclique à la baisse... mais c'est pas les mêmes au gouvernement !

      Réduire le mandat présidentiel de 7 à 5 ans était une magistrale connerie. Il faut donner à l'exécutif les moyens d'une action à long terme. Quitte à lancer un vote de bilan à mi-mandat, comme au Venezuela.

      Supprimer
  4. Et pendant ce temps... les enfoirés vous pissent à la raie. Et n'oubliez pas de dire merci.

    ****************
    Les syndicats CGT et Sud ont deposé pour lundi un préavis de gréve illimitée sur la ligne B du RER, a alerté Bénédicte Tilloy, la directrice générale du Transilien à la sncf. Les conducteurs de la RATP sont en conflit avec la direction.
    ****************

    Et n'oubliez pas non plus de préparer votre second tiers pour l'impôt sur le revenu.
    Et de voter UMPS en mars, bien entendu.

    On vous remercie chaleureusement.

    RépondreSupprimer
  5. "13 millions de retraités, quasiment tous proprios et beaucoup avec de grasses retraites"

    Vous avez des sources précises ou ça vient du café du commerce ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/CS239.pdf

      Supprimer
    2. 76% de propriétaire chez les retraités ( et vraisemblablement propriétaire ayant finie de payé à quelques exception prêts), niveau salaire 1712 euros pour un actif (median) et dans les 1600 pour les retraités en 2011 avec de forte disparité +75 ans en bas du tableau et la tranche 55/74 ans (génération baby boom) en haut. Pour des gens ayant connus le plein emplois, l'immobilier pas chers, l'énergie casi gratuite en comparaison des génération actuel, oui c'est grassement payé. Le boulot a déjà été fait sur ce site et plein d'autre, mais globalement en reste a vivre, en france, il vaut mieux être retraité qu'actif, je me pose d'ailleurs la question de la pertinence de rester en France.

      Supprimer
    3. @Anonyme (13:29)
      Pour la pertinence de rester en France... bonne question, je me la suis aussi posée longtemps avant de partir l'été dernier.
      En fait, il y a plusieurs facteurs: quel âge avez-vous? Etes-vous célib,en couple, ou en famille (couple ou célib, avec enfants)?
      Je suis partie à presque 32 ans et j'estime que c'était la limite pour partir dans des conditions pas trop mauvaises. Après tout dépend de la destination. Je suis dans un pays qui est mélange d'orient et d'occident, avec une langue totalement différente, un alphabet qui n'a rien à voir avec l'alphabet occidental, et une religion qui n'était pas la mienne à la naissance (que j'ai adoptée à l'âge de 25 ans)... donc forcément, ça fait pas mal d'ajustements culturels à faire.
      Après, entre VIVRE avec des challenges, certes, mais des perspectives aussi, et rester en France dans la morosité, le choix a été fait, et pour l'instant, pas de regrets.

      Supprimer
    4. Pas vraiment la même condition, + de 40 ans, famille a charge, credit immo (certe court au jour d'aujourd'hui), je suis plutôt dans l'optique de trouver les moyens de pas trop patir de la merdouille dans laquelle on est en France (j'avais sentis le vent tourné et même si pris dans le "piege" dans lequel je suis, je me suis démerdez pour être au bon endroit, dans un hameau en campagne proche d'une gare, d'une foret, d'agriculteur, un bon gros jardin bien productif aujourd'hui, maison bien isoler etc) . Mais très clairement, au delà de la trentaine ca commence a être plus compliqué et j'invite les jeune a vraiment se barré (se qu'il font d'ailleurs sans mon avis). 1/3 de mes amis proche ont déjà sauté le pas il a plusieurs années et ne sont plus en France. Quand aux personne lié à mon activité informatique (rencontre du au metier, au hasard et l'or de mon cursus) la casi totalité ne son plus en France (belgique, suisse, quebec pour la plupart sinon usa, chine, uk). Reste un petit espoir, mince, que les français se réveille et que ce pays, qui sait parfois touché des fonds d'une profondeur abyssal, se ressaisisse et atteints de nouveau sommet lumineux et des lendemains meilleurs. C'est une des raisons (pas que) que je suis resté, fortement tiraillé entre mon envie de partir car c'est plié ou rester et espéré, et agir, pour que ça change, mon constat vu mon age: j'aurais du partir, c'est triste, ce pays est tellement magnifique, quel gachis, au dela de l'ambiance général, c'est ce constat qui me rends le plus triste...

      Supprimer
    5. Bien d'accord avec votre conclusion: oui, c'est un pays magnifique, avec une gastronomie extraordinaire (ah, les bons petits plats de nos régions... :) ).
      Dans votre cas, c'est sûr qu'avec des enfants et un crédit, c'est autre chose. En même temps, vous avez pu construire quelque chose en France, vous; moi, avec le SMIC à Paris, je n'y arrivais pas et je ne voyais pas d'amélioration à l'horizon.
      Dans le quartier où j'ai grandi (un hameau de 6 villas, toutes achetées par des baby-boomers aujourd'hui jeunes retraités), voici la situation:
      ---Maison 1: 1 enfant, installé en Irlande
      ---Maison 2: 2 enfants, 1 en France, l'autre en Grande-Bretagne
      ---Maison 3: 1 enfant, en France
      ---Maison 4: pas d'enfants
      ---Maison 5: 3 enfants, 1 en Nouvelle-Zélande, 1 au Brésil, 1 en vadrouille (bosse sur des bateaux)
      ---Maison 6: 3 enfants, 2 en France, 1 en Israël

      Voilà le bilan... éloquent. C'est un lotissement de classe moyenne à la base (profs, petits commerçants, employés, etc).

      Supprimer
    6. Ben voilà la solu sion, convertissez vous et partez dans le pays du lait et du miel mais attention le lait avant la viande.

      Pour la conver sion, bon courage si personne parmi votre famille ou alliés n'a les bons papiers.

      Supprimer
    7. eh oui, dans mon cas, ça s'est avéré être une bonne chose, en effet.
      Par contre, quand vous dites qu'il faut de la famille déjà juive ou des amis hauts placés pour pouvoir se convertir au judaisme, ce n'est pas vrai. Alors oui, beaucoup de juifs Français (Séfarades, à l'esprit etriqué) ne considèrent pas les convertis comme des vrais juifs, mais, franchement: et alors? On s'en fout d'eux!! Les juifs de France ne sont qu'une petite minorité des juifs dans le monde, ils sont d'ailleurs mal vus en Israel, à cause de leur comportement et de leur radicalisme (mélange de betise,de naïveté et de complexe de supériorité). Ils se regroupent dans des villes, devenues francophones du coup (comme Netanya ou Ashdod) pour surtout bien rester dans leur bulle...

      Mais, pourquoi dériver du sujet de l'article, pourquoi cette crispation dès qu'il s'agit des juifs et d'Israel? Un intervenant se serait converti à l'Hindouisme, et serait parti habiter en Inde, auriez-vous eu la même réaction?

      Le constat de fond, il est là: la France maltraite ses jeunes, les prive (souvent) de repères, et donc les jeunes vont se chercher un avenir et des repères ailleurs. C'est pas plus compliqué que ça.

      Supprimer
    8. Merci pour cet éclairage. Notamment sur la communauté juive française, avec qui visiblement, même les autres juifs n'arrivent pas à s'entendre. Le "complexe de supériorité", on l'avait bien senti. En tous cas, content de voir que c'est spécifique à chez nous... C'est rassurant sur la nature humaine.

      Supprimer
    9. Oui, je te confirme qu'ils sont mal vus. La plupart ne sont pas des modérés, ils sont souvent à l'extrême-droite ici: ils soutiennent généralement des partis comme Bayit Hayehudi (litéralement, ça veut dire "maison juive") ou Israel Beitenu ("Israel notre maison"). En général ils ont une sorte de sacralisation d'Israel, qui fait que toute critique est étouffée: ça passe en France, parce que les gens, mal informés, ont tendance à les croire représentatifs d'Israel dans son ensemble, et ont peur de la fameuse accusation d'antisémitisme. En Israel, ça énerve par contre parce que ce pays est une vraie démocratie et les Israéliens ne sont pas les derniers à le critiquer, bien au contraire. Il y a de tout ici: des sionistes, des non-sionistes, des antisionistes, des religieux, des anti-religieux. Les gens, tout point de vus confondus, sont souvent des militants dans l'âme, des passionnés (parfois excessifs, du coup). Et tout le monde s'exprime assez librement, sans se faire museler comme c'est si souvent le cas en France quand on va pas dans le sens de la pensée unique.

      En fait beaucoup de juifs Français, pourtant ultra-sionistes, ont tellement de mal à s'adapter en Israel qu'ils finissent par rentrer en France, la queue entre les jambes si j'ose dire. Evidemment, ils se font discrets, pas fiers de n'avoir pas eu une bonne expérience dans le pays qu'ils idéalisaient à outrance. Après tous ne sont pas comme ça, bien sûr, mais c'est vrai que c'est malheureusement caractéristique, et c'est pour ça que tu ne me verras jamais à Netanya par exemple.

      Supprimer
    10. "pourquoi cette crispation dès qu'il s'agit des juifs et d'Israel?"

      Il y a beaucoup à dire mais je crois que tu as répondu toi même à la question :
      "sans se faire museler comme c'est si souvent le cas en France"
      "ont peur de la fameuse accusation d'antisémitisme"

      et d'autres petites choses du style :

      http://www.onac-vg.fr/fr/missions/indemnisations-orphelins-guerre/
      Nos ancêtres sont mort pour lutter contre l'armée allemande et les collabo ont été pendu à la libération et il faut que je paye 55 ans après alors que je n'étais même pas né ?!?

      http://www.liguedefensejuive.com/juif-rejoins-la-ligue-de-defense-juive-2013-12-11.html "Nous sommes favorables à l’annexion de la Judée-Samarie ainsi qu’au transfert des populations arabes hostiles qui occupent Israël hors des frontières de la terre de nos ancêtres." La déportation, rien que ça !

      http://www.dailymotion.com/video/x1cpjec_enrico-macias-les-arabes-qui-vivent-en-israel-doivent-s-estimer-heureux_news Ce gars, on l'a ramené dans nos bagages de retour d’Algérie, il a pu faire fortune en France et voilà le remerciement.

      Sans oublier le fait que tu serais musulmane française, je doute que tu puisses t'installer là bas et obtenir la nationalité.

      Supprimer
    11. @Anonyme: oui, eh bien voilà, c'est exactement le problème et sache que je comprends ta réaction - elle est logique. Mais, excuses-moi pour la vulgarité, mais ça me fait "chier" qu'Israël soit confondu avec ce type de personnages.
      Saches qu'il y a, dans l'extrême-gauche israelienne, ou aussi chez les ultra-orthodoxes (Haredim) des types qui n'ont rien à envier à Dieudo, niveau anti-sionisme. Et ils peuvent s'exprimer - tant qu'ils ne sont pas violents- et ne se gênent pas pour le faire.

      La LDJ... est illégale ici. Ils représentent l'extreme-droite de l'extreme-droite israelienne, un parti comme Otzma leIsrael par exemple: qui a si peu de votes qu'ils n'ont pas réussi à avoir un seul représentant à la Knesset.
      La Judée et Samarie (Yehuda véShomron), ça c'est un terme qu'utilise peut-être la moitié des Israeliens, de droite. Ce n'est pas un terme neutre. En général, on parle plutôt de Shtakhim (territoires) pour désigner la Cisjordanie.

      La déportation? Mais dans leurs rêves!!! Oui, c'est le rêve des colons les plus extrémistes. Même l'extreme-droite, type Bayit Hayudi, ne propose pas ça. Otzma leIsrael, peut-etre (je suis pas sûre mais c'est fort possible), mais comme je te disais, sur 120 députés, ils ont même pas réussi à en faire élire 1. C'est te dire à quel point ces tetes brulées sont représentatives.

      Je serais musulmane française, c'est vrai j'aurais pas pu venir ici et obtenir la nationalité. Par contre, une musulmane française peut parfaitement se convertir - il n'y a pas de contre-indication dans la religion juive; cela-dit, il faut en avoir le désir sincère, et cela prends du temps. En te convertissant, c'est pas juste une religion que tu rejoins, c'est aussi une culture. Une langue, un alphabet, des fêtes, des traditions, etc... en bref, tout ce qui est ensuite nécessaire pour une bonne intégration. On le voit en France, ce que ça donne, l'arrivée massive de gens qui ne partagent pas la culture locale.

      Supprimer
    12. @Caro (Ano 06:17 et 14:17)

      J’apprécie cette conversation car je n'aime pas avoir de la rancœur contre certaines personnes, je préfère de loin discuter pour comprendre l'autre même si au final on a pas forcément les mêmes goûts ou valeurs.

      Le gros problème dans ton raisonnement, c'est que partant de l'hypothèse :

      "Une langue, un alphabet, des fêtes, des traditions, etc... en bref, tout ce qui est ensuite nécessaire pour une bonne intégration."

      Il aurait fallu chasser les juifs de France.

      Ensuite, les catholiques auraient chassé les protestants, les sunnites, les chiites, les juifs orthodoxes, les juifs progressifs, c'est sans fin.

      Personnellement, j'ai une autre idée de la vie en société. La religion étant consubstantiel à l'homme, je propose de la désarmer, de la reléguer dans l'intime comme la sexualité. L'érotisme des uns est la pornographie des autres, c'est pareil pour la religion. A partir de là, la vie en société est réglé par la loi décidé démocratiquement (pas comme en France, la suisse s'en rapproche), la constitution permettant d'éviter les dérives de la majorité.

      A partir de là, les juifs enlèvent leurs kippas (ça c'est fait), les musulmans leurs voiles et autre tenue islamique (c'est fait à 99% ..95% ..90%). Le halal et le kascher = pornographie donc que chacun se démerde mais pas de mention religieuse sur le domaine public. J'empêche personne (au contraire) de produire des godes, des films porno ou des poupées gonflables mais pas de visibilité sur le domaine public.

      Donc pour revenir à notre sujet, Israël un état juif, c'est pour moi indécent. Et lorsque le monde politique et médiatique s'incline sur cet état de fait, c'est aussi cool que de supporter DSK qui se fait faire une pipe par une femme de ménage de passage dans sa chambre d’hôtel.

      Supprimer
  6. Tu peux rajouter les 40 milliards d'aide a la pierre qui ne servent qu'a enchérir les prix et grossir les poches des promoteurs et propriétaires, ainsi que les 25 Milliards de la formation professionnelle dont a peine 8% servent effectivement a former...

    RépondreSupprimer
  7. "Sur ces 1100 milliards, j'arrive au bat mot à 280 milliards de ponctions inutiles ou injuste"

    Pouvez vous détailler la composition des 280 milliards ?

    RépondreSupprimer
  8. il y a aussi le fardeau de la dette.
    Sans parler du cout indirect, logement gratuit, équipement gratuit, aculturé gratuit, masse politique à payer, ratio exp/imp, croissance faible, fermeture d'entreprise qui ne seront jamais remplacé etc etc bref le cout du déclin l'établissement France

    on est foutu

    RépondreSupprimer
  9. On peut regarder les choses plus simplement en s'intéressant à la part de la dépense public dans le PIB: d'après la Tribune, c'est 57,1% en 2013. Or, cette dépense est financée par l'imposition sur la part "privée" du PIB, soit 42,9%. En d'autres termes, pour avoir un budget à l'équilibre (ne parlons même pas de rembourser la dette), il faudrait atteindre un niveau d'imposition de 133%.
    L'état Français est effectivement foutu.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.