mercredi 5 mars 2014

Olivier Delamarche sur BFM Business

En forme l'Olivier...

Olivier Delamarche sur BFM Business
BFM Business - Intégrale Bourse, Olivier Delamarche, 03/03/2014 (en Français texte en français )

7 commentaires:

  1. Je cite Marc RIEZ, à qui Olivier DELAMARCHE montre que les USA ont été révisés à 2,4 : "le PIB américain, il est entre 2 et 4".
    ...
    Pourquoi ne pas dire : " 2,4 il est entre 2 et 10 milliards" ?
    Marc s'appelle RIEZ ; c'est exprès ou quoi ?

    Pour le reste, j'imagine qu'il en sera comme la Syrie : la Bourse tempérera les ardeurs militaires, selon qui a le plus d'intérêts en quoi. Le détonateur j'y crois moyen, la dynamite me semble insuffisante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marc riez parce-que la bourse monte et bien qu'il sache parfaitement pourquoi, il riez encore.
      Et quand elle baisse, il riez toujours et encore.
      Enfin, il porte bien son nom.
      La bourse accompagne l'économie, c'est pour cela qu'elle monte toujours et encore.
      O DELAMARCHE, n'a strictement encore rien compris.

      Et vous trouvez ça drôle...

      Supprimer
    2. @ 19.48 "La bourse accompagne l'économie, c'est pour cela qu'elle monte toujours et encore."

      Pourtant...Un jeudi...En 29...

      Supprimer
    3. La Bourse n'accompagne plus rien depuis longtemps, mais Delamarche (ou Béchade) le disent à longueur de temps. Les boussoles indiquent le Sud.
      La Bourse n'est même plus le thermomètre de l'économie. Mais les politiques rêvent qu'elle redevienne le thermostat.

      L'éco est devenue de la pure psy.

      Riez...

      Supprimer
  2. Delamarche n'est pas sincère:il fait comme si le prix des actions dépendait de la performance des entreprises.Deux exemples :certains quittent le marché obligataire devenu dangereux(hausse des taux) pour se replier sur les actions,or il y a 4 fois plus d'argent investi dans les obligations que dans les actions,cela pourrait expliquer la hausse fulgurante des bourses.autre exemple:le QE japonais permet d'investir sur les marchés actions occidentaux.plus le japon imprime,plus wall street peut monter.pour ceux qui voudraient jouer le japon a la baisse:il suffit que la chine s'écroule pour que les investisseurs asiatiques se replient sur tokyo.Tout cela Delamarche le sait mais n'en parle pas au grand public.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas ça, Olivier Delamarche l'a déjà expliqué lui ne joue pas à ce jeu de cons car c'est un technicien honnête et les fondamentaux restent mauvais, donc lui reste bearish et en mode protection seule, il refuse de s'impliquer dans les magouilles qu'il dénonce même s'il pourrait faire du fric avec.

      Supprimer
  3. "il suffit que la Chine s'écroule pour que les investisseurs asiatiques se replient sur Tokyo"
    puis sur New-York, puis sur Frankfort et pour finir, sur Moscou.

    On passe d'une place à l'autre, un peu comme la gentry autrefois qui émigrait, passant l'hiver sur la Riviéra puis l'été dans les Hampton's.

    Arrivera le moment (quand ?), de trouver une chaise où s'asseoir (ou une place dans le canot de sauvetage), l'orchestre s'étant arrêté de jouer.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.