mardi 8 avril 2014

Game changer

La véritable mesure susceptible de changer la donne dans le discours de Valls, c'est cette baisse de 20% du coût du salaire minimum. Baisse du coût du SMIC pour l'employeur, dans le même temps qu'ils donnent une prime annuelle de 500€ pour ceux qui y sont...

C'est pas exactement ce que je préconise sur le salaire minimum, mais ça va dans le même sens, et macro économiquement, ça revient plus ou moins au même.

C'est le genre de mesure qui peut réellement faire tomber le chômage.

Et du coup, être même rentable pour l'État, alors que les dépenses induites par ces baisses de charge et ces coups de pouce pourraient être largement compensées par les cotisations et allocs en moins à payer pour les chômeurs retrouvant du boulot...

C'est le genre de mesure "acte de foi", lancée dans un climat plus que morose... Mais la stratégie de la défense ne tient plus... C'est juste l'usure à petit feu...

La meilleure défense c'est l'attaque...

9 commentaires:

  1. Non. Ce n'est pas 20 % de charges en moins qui réduiront le chômage.

    Il faut arrêter avec cette pensée magique comptable, avec de délire de journaliste.

    Quid du reste ? Valls ne fera rien sur les effets de seuil, ne fera rien sur le code du travail. Bien au contraire. Ses amis socialos ont déposé un projet de loi délirant qui donnerait encore plus de pouvoir aux fanatiques haineux que sont les inspecteurs du travail !

    http://tinyurl.com/nhr8vf3

    Une Grande Inquisition.

    Quid du plan totalement fumeux sur la "pénibilité" ? Ca commence le 1er janvier prochain. Qui paiera ? Comment les PME gèreront cet énième enfer administratif ?

    Quid de la "justice" qui est en train de détricoter littéralement le dispositif de la rupture conventionnelle ?

    Quid de la "justice" qui donne raison systématiquement aux syndicats gauchistes (sur le travail de nuit par exemple) ?

    Il faut vous réveiller les gars.

    Les patrons de PME n'embaucheront pas. N'embaucheront plus. C'est fini.

    Ceux qui peuvent partent, réduisent la voilure. D'autres meurent, disparaissent tout simplement.

    Quelques dizaines de milliers d'euros "économisés" en charge (alors que d'autres taxes ont augmenté) n'y changeront absolument rien.

    RépondreSupprimer
  2. Qui va retrouver du boulot ? Personne. Parce qu'on est encore loin du salaire chinois, voir tout simplement du salaire polonais. Donc les créations d'emploi elles se feront encore là-bas, pas ici ; c'est juste une question d'arbitrage. Ici on a déjà assez de femmes/hommes de ménages, de caissiers de supermarché ou de serveurs dans les restaurants ; la machine produit déjà le nécessaire sans besoin d'embaucher plus. Ca s'est déjà vu lors de la baisse de la TVA dans la restauration, qui n'a provoqué aucune embauche supplémentaire.

    Par contre on va avoir une nette tension à la baisse sur les salaires déjà bas. Il va y avoir un nombre incroyable d'opportunités pour les gestionnaires de faire des économies en tassant tout les salaires qui dépassent un peu du SMIC. Des nouvelles embauches qui devaient être faites de toute façon et qui auraient pu se faire un peu au dessus du SMIC se feront alors au SMIC.

    RépondreSupprimer
  3. Pas d'accord. Je pense qu'il y a plein de boulots qui ne sont pas rentables, tout juste, qui pourraient le devenir.

    Juste deux exemples... Je pense à cette étude qui a été fait sur la ferme du Bec Helouin en permaculture qui expliquait qu'on pouvait presque générer un SMIC en maraîchage permaculturel. Désormais, ce n'est plus "presque".

    Dans les Landes, ils étudient aussi la possibilité de relancer l'activité de récolte de la sève de pin. Là aussi, ça pourrait devenir rentable d'embaucher des gens au SMIC pour le faire...

    etc etc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un entrepreneur ne fonctionne pas comme cela. On raisonne d'abord en terme de débouchés.

      D'abord, l'idée d'un nouveau produit. Il faut répondre à la question "est-ce que ça va se vendre ? Y-a-t-il un besoin ?". Si oui alors on y va. On emprunte, on investit et on embauche. Si on a besoin de gens qualifiés, alors on y met le prix, sinon on paye au minimum légal. On produit. On a alors un coût de revient R par produit. On compare au prix de vente P pour que le produit se vende. Si P>R, alors on commence à faire des bénéfices et c'est une affaire qui roule déjà. Si R>=P, alors on est pas rentable ; on emprunte à nouveau pour continuer à produire et on optimise le processus de production pour faire baisser les coûts afin d'atteindre P>R. Optimiser, c'est faire des gains de productivité.

      D'où la caissière de supermarché qui a du boulot aujourd'hui malgré qu'elle soit chère à l'embauche.

      D'où le bio qui se vend déjà malgré qu'il soit plus cher que la culture conventionnel.

      D'où la culture de sève de pin qui existe déjà dans les vosges.

      On a pas eu besoin d'attendre 20% de réduc du smic pour faire tout ça.

      Supprimer
    2. Un autre raisonnement.

      Regardons dans les pays sans salaire minimum (Chine, Vietnam) quels sont les métiers qu'ils ont et que nous n'avons pas. Tout ce que je vois d'après mon expérience, ce sont des cireurs de chaussure, des vendeurs de rue et .... des ouvriers.

      On veut des cireurs de chaussure et des vendeurs de rue ? Je ne crois pas. Par contre des ouvriers pourquoi pas. Mais là c'est bien l'arbitrage avec le salaire de l'ouvrier chinois ou vietnamien qui joue.

      Supprimer
  4. Le Japon a dévalué sa monnaie de 43% vs euro en moins de deux ans....
    C'est une division par deux du coût du travail qu'il faut pour le secteur manufacturier en concurrence internationale....
    20% de réduction ne vont pas changer la donne. Juste augmenter quelques profits et réduire des pertes. Mais aucun réinvestissement productif a attendre.

    RépondreSupprimer
  5. Mon petit couplet lamarckien.
    Pour moi il ne fait aucun doute que les sociétés primitives se sont organisées dans le but de résoudre les problèmes de fonctionnement posés par leur survie. C'était la fonction qui créait l'organe le mieux adapté, conformément à ce que pensaient Aristote, Lamarck et ... Darwin (qui était lamarckien -théorie des gemmules -cf. Wiki).
    Actuellement c'est l'organe qui tente de créer la fonction, c'est l'organisation imposée par une élite (dont on s'aperçoit actuellement que son unique objectif est de persévérer dans son être) qui tente de faire fonctionner la société selon cette organisation dont ils prétendent qu'elle ne peut changer car elle est conforme à l'orthodoxie darwinienne de la lutte pour la vie.
    Nos élites justifient leur position dogmatique en se retranchant (de façon plus ou moins consciente) derrière le dogme néo-darwinien de la barrière de Weismann (pas d'action possible des cellules somatiques sur les cellules germinales), dogme qui, transposé du biologique au sociologique, se traduit par l'impossibilité d'action du peuple sur l'élite et donc justifie la dictature (la loi de l'élite prime la légitimité du peuple).
    Sous le troisième Reich le néo-darwinisme était dogme d'état (pureté de la race aryenne oblige) alors que le lamarckisme était dogme d'état de l'URSS (état qui s'est ridiculisé avec l'affaire Lyssenko!). Mais depuis la science a progressé...

    Je suis profondément convaincu de la supériorité des vues d'Aristote, Lamarck et Darwin concernant la finalité de l'évolution. Pour moi la rigidité dogmatique de l'attitude néo-darwinienne adoptée par nos élites est suicidaire, presque déjà cadavérique.

    Pour moi Manuel Vals est, comme les autres politiciens, un pantin de l'élite financière mondiale à laquelle les états ont bien imprudemment abandonné leurs pouvoirs. Je viens d'indiquer pourquoi, à mon sens, la rigidité dogmatique de l'attitude néo-darwinienne adoptée par cette "élite" est suicidaire, presque déjà cadavérique.
    Je suis convaincu que le bon sens reprendra ses droits. Mais l'histoire nous enseigne que ça ne se fera pas en douceur...



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te fatigue pas!
      Le Dantec à déja théorisé tout ça pour nous dans son livre :"L’égoïsme seule base de toute société" ,... en 1911, quand même!!!

      Haro sur la base.

      http://fr.wikisource.org/wiki/Auteur:F%C3%A9lix_Le_Dantec

      Supprimer
    2. @ 11:56
      Merci. Je ne connaissais pas Le Dantec. Je vais lire.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.