mardi 1 avril 2014

Idiocratie

J'entendais hier à C dans l'air Bacquet expliquer que le niveau de la haute administration publique s'était effondré... Vu la médiocratie généralisée en vigueur, c'est tout à fait possible.



Mais si vous couplez ça au fait qu'ils passent leur temps à rustiner et à complexifier un système devenu totalement imbitable, et dont plus personne ne sait désormais comment il va réagir chaque fois que vous touchez quelque chose, tellement il est devenu complexe, vous avez là la formule parfaite pour l'effondrement...

Comme si le peak everything, le vieillissement, et la gabegie publique passée accumulée ne suffisaient pas...

Mais forcément, l'étatisme, c'est bon... Y a des électrolytes...

3 commentaires:

  1. ..................." un système devenu totalement imbitable,.."...............
    Im bit able ? ou autre chose ??

    RépondreSupprimer
  2. Je bosse dans une administration semi publique. C'est simple, chaque jour on se demande quel connerie on va nous demander de mettre en place. On en rie pour ne pas en pleurer, conscient que c'est avec l'argent des citoyens (contribuable ou cotisant, dont le notre!) mais il y a un découragement général des agents de voir le niveau d'absurdité dans la chaine des donneurs d'ordre. Le gel du salaire et le manque de moyen on peut y résister et le comprendre, l'absence total, et je dit bien total, du bon sens des décisionnaires par contre ça pèse de plus en plus, c'est simple mon objectif est de me barré dans le privé (tous le monde me dit que je suis cinglé). Et tu a beau dire à ton échelle que c'est de la merde se qu'on met en place, qu'on va encore empiré le bousin, on te réponds "ça vient d'au dessus", "c'est comme ça", "on y peut rien". Quand on bosse de l'autre coté du miroir c'est pire que se qu'on croit en terme d'improductivité et de gabegie, et ce sera pire demain quand je vois les projets en cours (on est encor en Windows xp au moins jusqu'a la fin de l'année, il se sont apparemment réveille fin 2013 pour la migration -> lol), promis ce n'est pas un poisson d'avril.

    RépondreSupprimer
  3. La complexification des actions dans un systeme constructiviste/fractalisé et complexifiant est le symptome avancé d'une maladie sociétale en pourrissement avancé.
    Non seulement les flux d'énergie pour maintenir en action et équilibre géostationnaire le bousin de la finance kleptocratique, épaulé par les états atteint du meme syndrome, implique d'augmenter les flux (monnaie, magouilles, mensonges, energie...) mais qui plus est, la corruption (par incompetence, avidité, irresponsabilité...) augmente la déperdition de cette meme energie dans les limbes ( 2eme loi de S.CARNOT- irreversibilite des processus physiques et entropie- et la loi thermodynamique de PROGOGYNE instituant le concept d'energie dissipative).
    L'inflation de l'energie continuellement necessaire (en intrant) conduit le systeme global à un point de retournement critique ou le grand cataclysme s'averera inéluctable et probablement aussi soudains que les effets de la chute de Lehman ont pu l'etre pour le systeme financier mondial et l'économie reelle qui en était dépendante/sous-jacente.
    Une correspondance peut etre significative dans notre cas: la COURBE DE LAFFER peut etre transposable, à mon avis, entre son principe appliqué à la fiscalité et la quantité d'énergie injectée dans le systeme pour lui permettre de survivre, voir de retourner à une situation que certains jugeraient possiblement réversible (mais qui ne l'est pas).

    Les sociétés sont devenues hyper complexifiées, ellles ne peuvent etre prises isolément, compte tenus de leur tres haute intrication (mondialisation, role des marchés, financiarisation...) elles sont, de fait, devenues empiriquement une meme entité complexe, interdépendantes et donc auto référentes mais aussi auto déterminées. Hors, philosophiquement pensant toute "création"/naissance porte en germe sa propre destruction/mort. Ceci dit "rien ne se perd, rien ne se cré (fondamentalement) tout se transforme" aussi surement que la larve est le préalable du papillon mais que tout semble séparer, pourtant, selon toute apparence biensur.
    La loi thermodynamique de Progogyne implique, dans l'esprit de continuation sous une autre forme (de la larve au papillon), que l'energie necessaire soit réduite puisque la larve aura ponctionné une trop grande quantité d'energie, prélevée dans son environnement et que celui-ci est lui meme condamné à l'entropisation (peak oil and every thing else!).
    L'unique energie abondante en soi est celle dite "renouvelable" et celle aussi qu'il nous reste encore à découvrir et exploiter (energie "libre", expérience de Rossi/Focardi et son catalyseur E-CAT ou encore les brevets de TESLA maintenus sous le boisseau du secret, la MHD....)

    Pour rappel, nous sommes dans l'hiver de Kondratiev, ce qui implique une future émergence technologique majeure... sous réserve d'aléas géopolitique, ou autre, dévastateur pour l'équilibre mondial.
    Dans l'immediat, le diagnostique holistique de la situation est....catastrophique et n'augure que des lots d'incertitude matinée de souffrances collectives, souffrances dont on ne peut connaitre rationnellement l'amplitude mais dont on pressent l'envergure.

    La dynamique démographique, proprement inflationniste, impliquerait, en ayant une lecture graphique, que la "bulle démographique" se collapse!.

    UNE NOTE QUAND MEME POSITIVE: LE MEILLEUR S'IL N'EST JAMAIS CERTAINS, IL RESTE TOUJOURS POSSIBLE!

    MASTER T

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.