vendredi 18 avril 2014

Le drame algérien : avoir trop bien copié le népotisme, le système clientéliste et soviétique français

L'Algérie : un eldorado pétrolier à l'économie chancelante
Le Figaro, 18/04/2014 (en Français texte en français )
→ lien
sortir de la dépendance aux hydrocarbures suppose une rupture qui pourrait remettre en cause la paix sociale, largement financée par la rente. Subventions sur le carburant, l'électricité et le gaz, le lait, les céréales, aide à la création d'entreprise, au logement, augmentations des salaires des fonctionnaires En 2014, les transferts sociaux dépasseraient les 50 milliards de dollars, soit un peu plus d'un tiers du PIB. Mal gérées et diluées dans une inflation de plus de 10 %, ces dépenses, qui s'ajoutent à une facture de plus de 60 milliards de dollars d'importations, font frémir les experts, persuadés que l'État devrait se concentrer sur d'autres priorités.

Son agriculture ne contribue que pour 7 % à la construction du PIB national, et, selon la FAO, elle ne parvient même pas à produire les aliments essentiels à la consommation humaine.



Élection présidentielle en Algérie : Abdelaziz Bouteflika, "la mascarade"
RTL, 18/04/2014 (en Français texte en français )

1 commentaire:

  1. Et ça t'étonne ? Ca s'appelle la rente pétrolière. Regarde comment fonctionne les pays du golfe persique.

    L'Algérie est d'autant plus dans la merde qu'elle a passé son pic pétrolier.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.