mercredi 30 avril 2014

L'Empire déclinant

China to Surpass USA as World’s Largest Economy THIS YEAR
ZeroHedge, 30/04/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien



The Real Unemployment Rate: In 20% Of American Families, Everyone Is Unemployed
Michael Snyder of The American Dream blog via ZeroHedge, 29/04/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
According to shocking new numbers that were just released by the Bureau of Labor Statistics, 20 percent of American families do not have a single person that is working.



America's Nine Classes: The New Class Hierarchy
Of two minds via ZeroHedge, Charles Hugh Smith, 30/04/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
A recent Foreign Policy article on China's New Class Hierarchy: A Guide inspired me to assemble America's nine classes.

1. The Deep State. Mike Lofgren offered this description of the Deep State in Anatomy of the Deep State:

The Deep State is a hybrid association of elements of government and parts of top-level finance and industry that is effectively able to govern the nation without reference to the consent of the governed as expressed through the formal political process.

I describe the U.S. Deep State as the National Security State which enables a vast Imperial structure that incorporates hard and soft power--military, diplomatic, intelligence, finance, commercial, energy, media, higher education--in a system of global dominance.

The key feature of the Deep State is that it makes decisions behind closed doors that the surface government ratifies and implements.

The number of people in the Deep State class is small: senior Federal officials (NSA, Pentagon, State, Treasury, etc.), Executive Branch officials and key private-sector players.

Membership in the Deep State class is not dependent on wealth so much as on relationships and power.

2. The Oligarchs. Oligarchy is in the news--for example We're Headed for Oligarchy--and a number of descriptors are somewhat interchangeable: corporatocracy, plutocracy, etc. I have used Financial Aristocracy to invoke the neofeudal structure of our economy.

Whatever word you prefer, this small class is more or less the top .01% who owns a majority of the nation's financial wealth. They essentially own the political machinery of the nation, writing the rules of legislation that is supposedly regulating their industries, taxes, etc.

3. New Nobility. This is the super-wealthy class just below the Oligarchs. They own a singificant percentage of all assets but do not directly manage the political process like the Oligarch class. They hire lobbyists to protect their interests and constitute an influential political-financial class with global connections.

4. Upper Caste. I use this term to describe the technocrat/professional class that manages the Status Quo for the upper classes. They serve in both government and the private sector.

5. State Nomenklatura. In the Soviet Union, the Nomenklatura were the key administrators in all sectors. In the U.S., the Nomenklatura are well-paid government administrators with security and power. Collectively, they administer their own share of the swag, gaming the system to maximize their pensions, benefits, etc.

Together, the Upper Caste and the Nomenklatura comprise about 9% of the 121 million households in the U.S.: roughly 8.7 million households who earn between $145,000 and $250,000 annually. This class is the bulk of the top 7%, i.e. the top 90% to 97%.Household income in the United States.

The top level of the Upper Caste (2.8 million households) earns more than $250,000 annually. The Nomenklatura and Upper Caste number in total about 11.5 million households.

6. The Middle Class. While others attempt to define the middle class by income alone (many see a household income of around $50,000 as qualifying), I define the middle class not by income alone but by purchasing power, benefits and assets owned. What Does It Take To Be Middle Class? (December 5, 2013).

By this definition, the middle class is the cohort between 70% and 90%--households earning $80,000 or more. Even this is problematic, because in high-cost cities $80,000 is not enough to sustain middle-class conventions (owning a home, two vehicles, etc.) while it may be ample in lower-cost regions.

This 20% comprises about 24 million households.

The lower middle class--what I define as having some but not all of the attributes of full middle class membership--is the cohort between 50% and 70%--households earning more than $55,000 annually.

This class also comprises about 20% (24 million) of all households.

If you think this is too restrictive, please read my above analysis of middle class membership. It may change your view of what constitutes middle-class.

7. The Working Poor. Roughly 38 million households have earned income but it is not sufficient to secure the basics of middle class life. Many qualify for social welfare programs such as food stamps and Medicaid.
This class is about 30% of all households.

8. State Dependents. Though often labeled "poor," those with minimal legal employment may be living better than the working poor, due to generous social welfare benefits such as Section 8 (housing), Medicaid (healthcare), child care, food stamps, disability, etc., and black-market sources of cash income. This class is comprised of the bottom 20% of households.

9. Mobile Creatives. This is an emerging class that ranges across many income classifications and thus cannot be described by income alone. Some earn Upper Caste incomes, others are Working Poor. This class is self-employed, free-lance, entrepreneural, sole proprietors with adaptive skills. They may collaborate with other Creatives rather than have employees, and may have part-time jobs.

There are roughly 5.5 million incorporated self-employed people in the U.S.; these tend to be professionals such as attorneys, engineers and physicians. These self-employed are generally members of the Upper Caste.

The Mobile Creatives (which include small farmers, craftspeople, independent programmers, etc.) number around 10 million, or 8% of the workforce. I use the word mobile here not to suggest mobility between physical places (though that is one factor in this class's flexibility) but mobility between sectors and ways of earning income.

Members of this class might take a short-term paying gig if the pay and circumstance is attractive, and then return to self-employment. They tend to foster multiple income streams and in general operate by the principle trust the network, not the corporation or the state.

Some members of this class joined the cohort involuntarily, as the result of layoffs; others pursue this livelihood for its freedom, flexibility (important to parents of young children or those caring for elderly parents) and potential for self-expression.

This is the "wild card" class that falls outside all conventional class/income hierarchies. It includes those seeking outlier wealth and those who have chosen voluntary poverty.

Though this class wields little conventional financial or political power, it has a potentially large leadership role in social and technical innovations. This is the 4% Pareto Distribution that can exert outsized influence on the 64%.

The other eight classes are hidebound by conventions, neofeudal and neocolonial arrangements and a variety of false choices and illusions of choice, including democracy itself.

I will end this examination of the Nine Classes of America with this question: which class is having more fun? Your answer may say more about your aspirations and worldview than the class hierarchy itself.



Piketty Is Rickety On Government Complicity
Washington's blog via ZeroHedge, 27/04/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
French economist Thomas Piketty’s book on inequality – Capital in the Twenty-First Century – has gone completely viral.

Mainstream economists like Paul Krugman and Joseph Stiglitz endorse it. So does Economist magazine. The Financial Times and New York magazine both call him a ”rock star economist”.

Piketty Is Right about Inequality

Asset Prices Rise Faster than Wages

Government and Central Bank Policy Is What Is Making Assets Soar and the Economy Sink

But Piketty underplays the fact that bad government and central bank policy have greatly widened the gap between growth rate. After all, Fed chairman Bernanke, Treasury Secretary Geithner and chief economist Summer’s entire strategy was to artificially prop up asset prices – including the stock market – and see this, this, this and this.

At the same time, government policy has harmed the general economy, caused unemployment and hurt the average American.

Indeed, real wages have actually plummeted since 1969, and most of the new jobs that have been created are part times jobs with no benefit.

In other words, bad government and central bank policy have made the rate of return on capital much higher … but lowered wages. As such, bad policy is the core cause of the recent increase in inequality.

Nobel economist Joseph Stiglitz said in 2009 that the government’s toxic asset plan – a scheme to inflate the value of assets held by banks – “amounts to robbery of the American people”.

Bailouts Feather the Nests of the Fatcats, While Doing Nothing for the Average American

QE: the Greatest Wealth Transfer in History



Guest Post: Suspicious Deaths Of Bankers Are Now Classified As "Trade Secrets" By Federal Regulator
ZeroHedge, 28/04/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
It doesn’t get any more Orwellian than this: Wall Street mega banks crash the U.S. financial system in 2008. Hundreds of thousands of financial industry workers lose their jobs. Then, beginning late last year, a rash of suspicious deaths start to occur among current and former bank employees. Next we learn that four of the Wall Street mega banks likely hold over $680 billion face amount of life insurance on their workers, payable to the banks, not the families. We ask their Federal regulator for the details of this life insurance under a Freedom of Information Act request and we’re told the information constitutes “trade secrets.”



L’ Edito du Mercredi 30 Avril 2014: La doctrine Yellen ou, comment tondre les moutons Par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 30/04/2014 (en Français texte en français )
→ lien




Nos lecteurs savent que la GFC, la Grande crise Financière, n’est pas terminée. Ils savent que cette GFC est une crise, multifacettes du surendettement mondial. Ils savent que le système repose à la fois sur les banques et, il faut insister sur le « et » les marchés. La création de crédit se fait à la fois par les banques et les marchés depuis la grande dérégulation financière. Au lieu de restructurer, rééchelonner, faire des jubilés pour alléger le poids de ce crédit excédentaire il a été choisi de pratiquer la fuite en avant. On a accepté de truquer les bilans des banques par la modification des règles comptables, on transféré les risques sur les États et les Banques Centrales, on a mis les taux d’intérêt à zéro, on a obligé les gens à acheter des actifs financiers risqués pour gonfler la valeur des collatéraux, on a fait chuter les taux longs par des achats de titres à long terme financés par la création monétaire. Tout cela est maintenant bien connu, et explique la lévitation des marchés financiers.



Dans la panoplie utilisée par les Banquiers illusionnistes, il y a une arme qui n’a été théorisée que depuis peu : « La guidance ». Elle existe depuis longtemps, mais, avant c’était intuitif, on faisait de la « guidance », un peu comme le héros de Molière faisait de la prose, sans le savoir. Yellen, dans une intervention brillante et applaudie par le chœur des kleptos de Wall Street , a bien voulu s’étendre sur cette « guidance ».

Pour lire ce qui suit et bien l’assimiler, gardez présent que les pseudo-solutions à la GFC se résument à ceci : faire passer l’argent de votre poche à la poche des banques par le biais des marchés. Les marchés sont un lieu, un mécanisme de votre spoliation. Dernier avertissement : pour juger de la fonction d’un marché, il faut le considérer sur l’ensemble du cycle. Un cycle, c’est quelques années de hausse, suivies de quelques mois de baisse, souvent brutale. Comprimée. C’est quand on a fait un tour complet que l’on peut apprécier la fonction de transfert du marché



Nous n’avons absolument aucun scrupule à radoter et à répéter sans cesse la même chose. A partir du moment où les conditions ne changent pas, à partir du moment où les causes restent les mêmes, alors nous sommes validés à en tirer les mêmes analyses et les mêmes conclusions.

Ainsi, les banquiers centraux, et singulièrement la Fed, viennent de confirmer leurs politiques, rien n’autorise à en tirer des conclusions différentes de celles que nous avançons régulièrement. Les marchés ne font pas « bulle » parce que ce ne sont plus des marchés, ce sont des instruments de politique économique et monétaire. Et en tant qu’instruments centraux, en tant que pierre angulaire, le système a besoin d’eux, il a besoin qu’ils restent sur des niveaux élevés, très élevés. Et il en sera ainsi tant que les banquiers centraux pourront compter sur la confiance des marchés, ou plutôt tant qu’ils pourront compter sur la complicité de la communauté spéculative mondiale.



Les propos, encore répétés cette semaine, de Draghi, nous confortent totalement. Draghi a dit qu’il était prêt à aller plus loin dans l’assouplissement monétaire, Draghi a ajouté qu’il était prêt à élargir le champ des achats de titres à long terme. Fermez le ban, tout est dit et redit, malheur à ceux qui manifesteraient leur mauvais esprit en attaquant les marchés financiers. Achetez le « risk », voilà le message.



Yellen est intervenue devant l’Economic Club of New York. L’assistance était toute acquise, avec bien sûr toutes les claques et têtes à claques de Wall Street, les perma-bulls du type Abby Cohen pour servir de faire valoir.

Voici ce que dit Yellen: « L’idée que la politique monétaire est plus efficace quand le public la comprend et l’anticipe est fondamentale dans la pratique moderne des Banques centrales »… « de façon spécifique, il est important pour la Banque Centrale de faire comprendre comment elle va ajuster sa politique, en réponse aux développements économiques, ceci réduit ou tempère les conséquences éventuellement dommageables ».

Crument, nous traduisons « Nous nous faisons comprendre de la grande communauté financière afin qu’elle ne perde pas d’argent et qu’elle ait le temps de vendre ».

Comme nous sommes au cœur du scandale, nous vous demandons de bien lire, jusqu’à ce que vous compreniez. Nous avons fait un effort de clarification dans la traduction, dans ce but, vous faire comprendre.

Retenez d’abord qu’un marché financier est un lieu où l’on échange, non pas des choses réelles, mais des anticipations. Celui qui gagne, c’est celui qui sait d’avance, celui qui est initié. Et c’est pour cela qu’il existe des législations qui sont censées empêcher que les dés soient pipés, c’est à dire que ce soient des gens « au courant » qui gagnent au détriment des autres. Les autres étant vous, le public, bien entendu.

Si on anticipe, ou si on sait que les taux d’intérêt vont monter, alors on sait que, symétriquement, les cours vont chuter, on vend des bonds, des obligations et fonds d’Etat, et on ramasse un pactole, ceci est un exemple pour vous aider à comprendre. Si vous n’avez pas vu le film La Banquière avec Romy Schneider, allez le voir ou louez-le, vous comprendrez enfin ce qu’est la réalité du marché boursier. C’est un cloaque, une mare, dans lequel un puissant jette une pierre, et il achète sur le jet de la pierre, puis lorsque les cercles concentriques sont larges et nombreux, il revend aux derniers arrivants; c’est le système dit de la mère Hanau. Les premiers qui opèrent, grâce aux informations privilégiées, s’enrichissent sur le dos des derniers arrivés, le public.

La mère Hanau vendait de l’information par cercles concentriques, de moins en moins cher à de plus en plus de gens. Et si on était au début, pas trop loin du jet de la pierre, on faisait fortune. Si on était loin, on était ruiné. Comprenez que jeter de la pierre, c’est balancer une information. Vous y êtes presque, vous avez compris où nous voulons en venir.

Que dit Yellen? Elle dit qu’elle balance des informations, elle fait comprendre comment elle va ajuster sa politique… A qui? Aux banquiers et à la communauté spéculative bien sûr, puisque ce sont ces gens suréquipés en personnel, en ordinateurs, en modèles, qui sont seuls capables de comprendre. Ce sont ces gens qui déjeunent, et plus si affinité, avec le personnel, les cadres des Banques Centrales, qui sont invités à leurs réunions, et même, qui peuvent poser des questions.

Et que dit Yellen? Elle dit que c’est « plus efficace quand le public la comprend » ! Avez-vous déjà rencontré quelqu’un du public qui comprend les politiques monétaires actuelles ? Avez-vous déjà essayé de comprendre ce charabia complexe, déroutant ? Avez-vous les théories, les dernières à la mode, qui permettent d’interpréter ce qui est dit de façon amphigourique? Est-ce que vous avez compris, quand Bernanke a dit qu’il allait détruire la rémunération des placements sûrs, est-ce que vous avez compris que vous pouviez faire fortune en achetant ce que l’on appelle le « risk »? Avez-vous les ordinateurs, les modèles, à faire tourner pour établir les corrélations entre les différentes classes d’actifs ? Avez-vous accès au leverage pour jouer ces anticipations? Avez-vous la possibilité d’intervenir sur les marchés des dérivés pour couvrir vos positions? Bien sûr que non! Et nous sommes même sûrs que vous comprenez à peine ce que nous voulons dire, vous le public, vous n’y comprenez rien, voilà la vérité. La soi-disant transparence est nébuleuse, c’est un galimatias, volontaire. Toute l’information est donnée par les Bernanke et Yellen et Draghi, mais dans une langue, dans une forme et sous un code que vous ne maitrisez pas. La finance, c’est Babel, même pour les gouvernements, et c’est pour cela qu’ils se font rouler dans la farine.



En bref, l’information est disponible, y compris pour vous, le public, mais elle est hermétique. C’est à dire qu’il y a des initiés, ceux qui comprennent et ont les outils et les relations, et puis il y a les moutons, vous, le public. Et ils disent, le jeu est honnête, la preuve, vous pouvez accéder à nos informations, à nos « guidance ».



Ah, les braves gens ! Souvenez-vous de cette citation de Greenspan que nous utilisons souvent, elle caractérisait le « Fed Speak »: « Si vous nous avez compris, c’est que nous nous sommes mal exprimé ». C’est le même Greenspan qui déplorait cyniquement en 2009 que les banques avaient fait l’erreur de garder le risk pour elles, elles ne « l’avaient pas disséminé », sous-entendu elles ne l’avaient pas assez refilé aux fonds de pensions gogos et au public.

Yellen a tellement perdu le contact avec la vie, avec les gens, qu’elle ne se pose aucune question, elle a trouvé la solution. Son système, celui des guelfes noirs, c’est celui dit des « stabilisateurs automatiques ». Qu’est-ce qu’elle veut dire par là ? Elle veut dire qu’en créant une classe d’initiés, il y a des gens qui anticipent les mouvements, à la hausse comme à la baisse. Les premiers initiés, comme dans le système de la mère Hanau, ont opéré avant les autres, ils ont enclenché un mouvement, celui-ci se développe progressivement, puis au fur et à mesure que les moins initiés et le public arrive, ils servent, ils font la contrepartie et empochent leur bénéfice. Il y a moins de chocs, de ruptures. Les mouvements sont ainsi moins brutaux, on les voit venir. Au fil du temps que met l’information à se répandre, les nouveaux arrivants servent de relais, les marchés restent, comme on dit, ordonnés au profit… de la communauté spéculative, au détriment… du public et de ses institutions de prévoyance.

La fonction de la pseudo-transparence des Banques Centrales est de donner les moyens au système financier et bancaire de tondre le public. Pourquoi ? Parce qu’il faut que ces gens, les initiés systémiques, gagnent de l’argent, fassent des profits, engrangent des fonds propres pour pouvoir supporter les risques non prévus, les vrais risques. Ceux qui ne sont pas modélisables, les cygnes noirs.

Pas étonnant que les inégalités s’accroissent au fur et à mesure et inéluctablement avec l’hyper-développement de la financiarisation. Pas étonnant que les cadres de la Fed, surtout ceux de la Fed de New York, le desk, sont embauchés à prix d’or par les hedge funds. Ils achètent des initiés, des interprètes, des réseaux de relations, des modèles de marché. Encore récemment, Bryan Sack, ancien dirigeant responsable du desk de la New York Fed, est parti s’associer dans un hedge fund.

Est-ce que vous vous étonnez encore si JP Morgan et Goldman Sachs n’enregistrent pour ainsi dire aucun jour de perte dans leurs activités de spéculation pour compte propre? La muraille de Chine fonctionne bien, ils ne sont jamais perdants pour leurs comptes « nostro », mais pour le client public, c’est autre chose!

La doctrine Yellen, celle qu’elle vient mercredi dernier de théoriser devant son parterre de dévoreurs de bonus, a été applaudie ! Cela vous étonne ? Mais chut, le printing, la guidance, c’est pour lutter contre le chômage, bien sûr.






The West Prepares: These Are All NATO Aircraft Deployments In Response To The Ukraine Crisis
ZeroHedge, 29/04/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien



"Costs" - Russia +2.35%; Nasdaq -0.3%
ZeroHedge, 28/04/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
Spot the nation that just had "major sanctions" handed down to it...

7 commentaires:

  1. Mercredi 30 avril 2014 :

    BNP pourrait se voir infliger une lourde amende aux USA.

    BNP Paribas a prévenu mercredi qu'un litige avec les autorités américaines au sujet de paiements impliquant des pays sanctionnés par les Etats-Unis pourrait se traduire par une pénalité financière importante, supérieure à une provision de 1,1 milliard de dollars déjà constituée fin 2013.

    La banque française a publié des résultats supérieurs aux attentes au titre du premier trimestre, portés notamment par la baisse des intérêts minoritaires relative à l'acquisition l'an dernier de la part de l'Etat belge dans Fortis.

    Les revenus dans les pôles opérationnels (retail banking, investment solutions et corporate & investment banking) ont reculé de près de 2%.

    Vers 9h55, l'action BNP recule de 3,35% à 54,03 euros à la Bourse de Paris, non loin d'un plus bas de 53,55 euros touché en début de séance.

    "Sur un plan opérationnel, la publication n'est pas formidable. Les revenus sont supérieurs de 1% aux attentes, mais en ligne si l'on exclut les gains du 'corporate center'", écrivent les analystes de Jefferies dans une note de recherche.

    "Les discussions qui ont eu lieu pendant le premier trimestre 2014, au sujet des paiements en dollar US concernant des pays soumis aux sanctions des Etats-Unis, montrent qu'il existe une très grande incertitude sur les sanctions qui pourraient être décidées par les autorités des Etats-Unis", souligne la BNP dans un communiqué.

    "Il ne peut être exclu que la pénalité excède très significativement la provision constituée", ajoute la banque, sans davantage de détails.

    "La justice fédérale américaine envisage de lancer des poursuites pénales à l'encontre du groupe", a déclaré à Reuters une source proche du dossier.

    Selon cette source, les régulateurs réfléchiraient parallèlement à suspendre l'autorisation de BNP d'effectuer des opérations de compensation à New York et à sanctionner certains collaborateurs individuellement. Une porte-parole de BNP s'est refusé à tout commentaire.

    http://www.boursorama.com/actualites/bnp-pourrait-se-voir-infliger-une-lourde-amende-aux-usa-74023b29dc8202cf77389ade7a0e928c

    RépondreSupprimer
  2. La soupe commence à chauffer, les légumes sont cuits, rajoutons un peu de sel, du poivre et un peu de piment. Patience, ça vient, mais il faut que ce soit servi très chaud bouillant pour que tout le monde puisse la déguster comme il se doit.



    RépondreSupprimer
  3. L'Empire déclinant !

    DSK porte plainte contre DSK "Dodo Sex Klub" !

    Mais bon, Hollande est toujours là… Vite un bouillon.

    RépondreSupprimer
  4. Ils l'ont voulu, ils les ont élus et ils l'ont dans c*l !
    Je ne vais pas pleurer...

    RépondreSupprimer
  5. Et encore une petite vidéo à ne pas manquer (surtout les 5 dernières minutes) de Benjamin Bayart.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://www.youtube.com/watch?v=_lrC9Ydh3Fo

      Supprimer
  6. Naomi Oreskes est historienne des sciences et professeur à l'université de Harvard.

    Erik M. Conway est historien à la Nasa. Il y étudie les interactions entre les politiques nationales, la recherche scientifique et les mutations technologiques.

    A la rentrée 2013, les deux auteurs publient un article dans le prestigieux journal du MIT, Daedalus. Devant le retentissement provoqué par la thèse qu'ils défendent et l'angle choisi pour l'exposer, ils étoffent leur texte pour commettre ce qui s'avère être un essai vif et brillant, qui se veut coup de semonce et livre d'alerte sur l'avenir même de notre civilisation.

    "L'effondrement de la civilisation occidentale" , publié en langue française le 30 avril 2014, édition LLL Les Liens qui Libèrent, 13,90 euros.

    http://www.placedeslibraires.fr/detaillivre.php?gencod=9791020901033

    Deux des plus grands intellectuels aux U.S.A. se posent dans cet essai de prospective la question suivante : pourquoi restons-nous inactifs, alors que nous disposons d'informations scientifiques robustes sur le changement climatique et que nous savons quels terribles événements vont suivre ?

    Nous sommes en 2093, avènement de l' "Age de la Pénombre", et les deux historiens futurs se retournent sur leur passé - qui est notre présent et notre avenir (possible). Tout avait pourtant bien commencé avec la création du GIEC en 1988. Mais rapidement le "déni" se répand en faisant valoir l'incertitude des données scientifiques. Les effets du changement climatique s'intensifient, et en 2023, l'année de l' "été perpétuel", il y a 500 000 morts et 500 milliards de dollars de perte.

    La frénésie pour les énergies fossiles amène les dirigeants à saisir les notes scientifiques sur la fuite de pétrole Bp en 2011. Puis la loi dite de "négation de la hausse du niveau de la mer" est adoptée par certains états. Mais rien n'y fait. La nature se déchaine sans que les mesures nécessaires ne soient prises.

    Pendant l'été 2041, des vagues de chaleur sans précédent détruisent les récoltes. Panique, émeutes, migration de masse, hausse explosive des populations d'insectes, épidémies. L'ordre social s'effondre dans les années 1950 et les gouvernants, acquis à l'idéologie néolibérale, se retrouvent désarmés devant la nécessité d'une intervention massive de l'Etat...

    En imaginant la situation vers laquelle l'humanité s'oriente si rien n'est fait, les auteurs démontrent magistralement le double piège dans lesquels la civilisation occidentale est en train de tomber. Deux idéologies inhibantes dominent : le positivisme et le fondamentalisme de marché. Quand les effets du Grand Effondrement se sont fait sentir, les démocraties n'ont d'abord pas voulu, puis pas pu faire face à la crise. Se trouvant dénué de l'infrastructure et de la capacité organisationnelle pour lutter.

    Foisonnant d'érudition, fruit d'un travail de prospective scientifique rigoureux, cet essai veut tenter de lutter contre les obscurantismes intéressés afin d'éviter à l'humanité ce que les auteurs nomment "l'Age de la pénombre".

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.