jeudi 24 avril 2014

Les français n'y pensent jamais, mais voila à quel niveau de vie ils pourraient s'attendre avec un pays bien géré

Alors, dans le cas de la Suisse, il y a l'aspect drain de l'épargne mondiale en plus, mais quand même, cela n'explique pas tout... Et cette faculté à drainer l'épargne mondiale est aussi une des conséquences de sa bonne gestion, de ses incitatifs dans le bon sens, de la responsabilisation de ses citoyens au lieu de leur infantilisation, etc etc...

Les Suisses se prononceront bientôt sur un smic à 3240 euros
Le Figaro, 24/04/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Les Suisses voteront le 18 mai 2014 sur l'introduction d'un salaire minimum de 3240 euros par mois.
Ils sont donc 9% des salariés du pays à toucher moins de 3240 euros par mois.
Vous lisez bien... 90% des gens touchent plus de 3240€ par mois... Alors certes, avec ça, il faut payer des trucs qu'on ne paye pas en France, comme la santé, mais quand même...


Chez nous, on continue l'importation industrielle de miséreux d'Afrique à qui on interdit de travailler à cause du Smic et que le reste des gueux est obligé de subventionner massivement, ainsi que la distribution de postes de fonctionnaires tamponne papier et festivistes (Wauquiez expliquait par exemple chez Zemmour et Naulleau que la gestion des retraites en France coutait 6 milliards de plus qu'en Allemagne)...
Emploi : la chute française a commencé avant 1970
Contrepoints, 24/04/2014 (en Français texte en français )
→ lien

(pourcentage des actifs qui travaillent)


(ce taux est le pourcentage de ceux qui travaillent qui sont fonctionnaires)

Ce qui au passage, signifie, si je comprends bien, qu'en France, un actif sur deux ne bosse pas. En rajoutant les retraités, ça signifie qu'au bas mot 60% des gens en âge de voter ne travaillent pas.

Sur ces 40% qui bossent, on a 10% de fonctionnaires, et 30% de gens bossant dans le privé...

Si on prend l'Australie, et qu'on compare, on y a autour de 60% de gens qui bossent. Et sur ces 60%, 8% de fonctionnaires, et 52% de gens bossant dans le privé.

Je sais que la pravda est forte. Mais la France commence vraiment à décrocher en terme de niveau de vie par rapport aux autres pays de l'OCDE mieux gérés. Et ça va finir par se voir...

14 commentaires:

  1. La Suède connait le taux d'emplois publics le plus élevé et reste pourtant au dessus des 60% de taux d'emplois globaux..... Il n'y a donc pas forcément une relation corrélative forte et systématique entre mauvais taux d'emplois globaux et taux d'emplois publics élevés, non ?
    En France le socle des raisons dites "structurelles" au taux de chômage est, à l'évidence, nettement plus profond qu'ailleurs. Réformer oui, mais la question reste entière sur le COMMENT !
    Dans l'absolu, on peut envisager un taux d'emplois globaux aux alentours des 65 à 70%, mais quels emplois ??
    Il peut être acceptable d'admettre des niveaux de salaires plus bas que le SMIC sous condition de réels efforts en direction de la participation salariale au capital et à sa gestion et d'un réel contre pouvoir à la dictature des actionnaires exclusivement intéressés aux profits immédiats. On aurait là un SMIC d'autonomie participative. Mais allez-donc changer les mentalités de certains dans ce pays !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. emploi public ne veut pas dire fonctionnaire en Suède.

      Supprimer
  2. Sauf que la Suède et le Danemark sont aussi dans le groupe de tête du PIB/hab, sans l'arnaque du système bancaire suisse, historiquement refuge des mafias, dictateurs et autres fraudeurs du fisc et traître à la nation qui les ont enrichit.

    Ce pays si compétitif que les nazis n'ont bizarrement pas souhaité envahir alors qu'ils ont envahi tous les autres pays neutre et frontaliers.

    RépondreSupprimer
  3. Notre vrai SMIC, non amputé des charges salariales et additionné des charges patronales, est aux alentours de 2000 euros. Il y a beaucoup de chômeurs qui se sortiraient les doigts du c** pour un salaire comme celui-là. Même au Mc Do ça devient intéressant de bosser.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis suisse, et je vis sur le trajet entre le centre ville et un centre d'hébergement pour réfugiés, je peux vous dire que le flux est constant, essentiellement des africains "sans papiers".
    Le remplacement des blancs par des nègres, maghrébins et plus si affinités est un projet mondial de qui vous savez et qui ne manquent pas une occasion de rappeler les bienfaits du métissage.

    RépondreSupprimer
  5. Ils gagnent plus mais les dépenses ne sont pas les mêmes non plus, tout est plus cher y compris les dépenses contraintes, loyers, etc...
    Faudrait comparer autrement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non:parfois la bouffe est bien moins chère:style paquet de café,chocolat par exemple

      Supprimer
    2. Habitant Genève, mes dépenses fixes (loyer, assurances ...) représentent un poids financier largement plus important que le fait d'acheter une tablette de chocolat 15% moins chère.

      Certains produits alimentaires non transformés sont un peu moins chers en Suisse.
      Mais cela reste l'exception qui confirme la règle, car sur un caddie la différence avec la France voisine peut facilement être du simple au double, voire plus !

      Même avec un SMIC suisse à 4000 CHF, on vit juste juste en Suisse !

      Supprimer
  6. Tout à fait.
    Il faut savoir aussi que les Suisses ne sont pas en majorité propriétaires de leur logement.
    Des appartements (pour famille avec deux enfants) à plus de 800.000 euros ne sont pas rares dans les principales grandes villes.
    L'assurance maladie est exorbitante et les prix de l'alimentaire encore plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Concernant les apparts familiaux sur GE, 800k € => ~1m CHF c'est un peu au dessus du prix d'entrée sur le marché !!

      Sur des programmes neufs en campagne GE, le m² est à 10/12k CHF !

      Supprimer
  7. Il faut rappeler que Paris est une ville chère même par rapport à la Suisse.
    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/03/05/20002-20140305ARTFIG00034-paris-la-ville-o-la-vie-est-la-plus-chere-au-monde-apres-singapour.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'étude en question porte sur le pouvoir d'achat d'un "expat" par rapport à un panier de biens de consommation.
      Là est la subtilité !
      Le salaire et le défraiement d'un expat n'ont rien à voir avec ceux d'un local.

      Sur Genève, où j'habite, un fonctionnaire international type ONU possède un nombre de compensations et d'avantages assez hallucinants qui lui fait paraître la vie sur GE presque abordable.
      Pour l'employé sous contrat local, c'est clairement pas aussi cool.

      Les exemples dans mon entourage, vivant en Asie ou aux USA en tant que expatriés ou non, confirment cet état de faits.

      Supprimer
  8. La suisse qu'elle pays magnifique et tellement mieux Géré aucun doute la dessous.

    RépondreSupprimer
  9. La France méprise sa petite soeur suissesse prospère et démocratique et préfère fantasmer sur l'Amérique totalitaire et en faillite.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.