mercredi 2 avril 2014

National-socialiste ? Soral répond !

National-socialiste ? Soral répond !
Egalité & réconciliation, 30/03/2014 (en Français texte en français )
→ lien


Très intéressant, et couillu le Soral comme toujours...

Pour beaucoup, surtout à gauche, sans qu'ils n'osent jamais l'admettre, la solution est nationale et socialiste. Ce qui est génial pour le système de la Banque, c'est que la jonction de ces deux mots a été totalement disqualifiée par l'expérience nazie.

Mais quand on y regarde de près, le CNR, de Gaulle, c'était aussi d'une certaine manière du national socialisme... En tous cas, et c'est une évidence, le système économique de l'époque de De Gaulle en France était bien plus proche de celui de l'Allemagne nazie que du grand n'importe quoi généralisé mondialisé actuel...

Pour ma part, je précise que la solution telle que je la conçois, elle est nationale et libérale pour les petits/socialiste pour les gros. Par gros, j'entends le périmètre actuel de l'État, les infrastructures, les entreprises de réseau, et surtout la finance (la monnaie et son émission n'ayant absolument pas à être privatisées, mais pas non plus confiées au politique). Avec en contrepartie des situations de monopole, et c'est essentiel : pas de sécurité de l'emploi, l'interdiction du droit de grève et le salaire fixé comme un pourcentage du salaire moyen, pour éviter la capture de rente à laquelle on a assisté chez nous par les CGTistes sur protégés, et qui par leur seule rapacité, ont réussi à délégitimer l'idée de monopole public. Il doit y avoir moyen de trouver une voie permettant d'éviter les surcouts de la concurrence (rémunération du capital, marketing, multiplications des services administratifs, informatiques, de R&D, ...) tout en évitant la sclérose du fonctionnariat.

Idem sur un système social simple et efficace sans distribution de faux droits... Sur la refonte du SMIC à seuil...

Idem, vous libérez le foncier, tout en contraignant énormément le PLU, histoire de reconstruire du beau, tout en faisant s'effondrer le prix du foncier.

Quant au protectionnisme, il faudrait a minima que l'État puisse déduire du prix facturé ce qu'il peut espérer récupérer en impôts derrière, et le non paiement d'allocations chômage, etc etc...

Il y a tant à réinventer...

13 commentaires:

  1. Ça ne peut pas fonctionner l'étalon travail et le troc, comment Rothschild pourrait y prélever une taxe ???

    RépondreSupprimer
  2. Et plus de retraite évidemment

    plus de chômage = salaire net payable a la journée et en liquide


    RépondreSupprimer
  3. Tu m'étonnes, qu'il y a tout à réinventer !
    Mais qui a envie de faire ça, alors qu'il suffit de maintenir au forceps le statu quo pour que les gens y kiffent la conso avec leurs bagnoles et leurs écrans plats ?

    Ca ne se fera jamais volontairement. Les politocards sont trop lâches, et de toute manière les Français sont trop indisciplinés.

    Alors welcome dans le Pacte Transatlantique (au fait, on ne vous a pas demandé votre avis) welcome dans l'Europe qui sera le pendant civil de l'OTAN, et welcome dans l'Occident too big to fail !

    Le pire, c'est que ça peut tenir encore DES ANNEES cette arnaque !
    Du moins tant que les Russes et les Chinois ne font pas le poids.
    Mais contrairement à l'Europe ils ont des ressources, donc le temps joue pour eux, et pour un basculement de l'Europe dans une logique continentale.
    Ca les USA n'en veulent surtout pas, sinon ils explosent direct, et leur Dollar avec.

    On est au centre de cet échiquier typiquement Brzezinski.
    Alors nos histoires franco-françaises, tu parles...

    RépondreSupprimer
  4. Evidemment qu'Hitler avait pour objectif central de sortir les Allemands de leur relative pauvreté (en s'inspirant beaucoup du mode de vie américain...), afin de leur donner le statut d' "homme supérieur" qu'ils méritaient, et qu'il a effectivement fait baisser le chômage : en faisant une économie de guerre... ce n'est pas une solution nouvelle. Du poste de radio à bas prix (le DKE à 35 schillings), afin de porter la parole du fuhrer dans tous les foyers, à l'invention magnifique des autoroutes conçues avant tout pour permettre le déplacement éclair des véhicules terrestres aux frontières ("et même éventuellement des échanges économiques ensuite"), en passant par le retour de la conscription en 1935, tout était tourné vers cette finalité, et le monde militaire était le nouveau spectacle public permanent.
    En 1935, le quart de l'industrie allemande était déjà occupée par des produits "non destinés au marché".
    Je ne suis pas sûr qu'un livre paru en 1942 ait tout le recul nécessaire pour faire les louanges de l'économie nazie... L'économie de guerre est l'autre moyen du capitalisme, avec la colonisation et la précarisation, d'obtenir de la croissance, pas de quoi s'en étonner.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous devriez le lire, vous serez surpris. On le trouve en PDF sur pdfarchive.info

      Supprimer
    2. N'importe quoi Yannick...

      Les autoroutes et le matériel militaire sont extrêmement coûteux, consomment des quantités fabuleuses de ressources matérielles et humaines, et surtout ne rapportent rien (rien dans l'immédiat ou du moins très peu comparé à leur coût pour les autoroutes).

      Que l'Allemagne ai réussit à produire tout ça en plus de l'élévation importante du niveau de vie de ses citoyens est une preuve supplémentaire et éclatante de sa réussite économique.

      Maintenant, savoir quoi faire de sa puissance retrouvée, la guerre ou la richesse, c'est autre chose. En lisant ton post on a l'impression que tu veux maintenir les peuples dans la misère pour les empêcher de faire la guerre...

      Supprimer
    3. Si vous voulez une étude qui s'apparente plus a une somme sur le sujet et qui ne reconduit pas les mythes bien ancrés sur l'économie nazie probablement initiés par le livre que cite Soral publié en 1942 époque ou la propagande faisait rage, je ne saurais trop vous recommander la lecture du livre de l'historien Adam Tooze: le salaire de la destruction, formation et ruine de l'économie nazie. C'est un gros pavé qui décortique tous les faits. L'allemagne ayant été vaincue on s'est peu intéressée a son économie, il y a peu d'études sur ce sujet. Ce livre compense tout ce qui n'a pas été fait depuis la fin de la guerre.
      @yannick lecitoyen.
      "Evidemment qu'Hitler avait pour objectif central de sortir les Allemands de leur relative pauvreté" ça n'a rien d'évident et ça ne ressort nullement des faits. Hitler avait comme objectif la guerre et pour réaliser le réarmement nécessaire il a maintenu dans la pauvreté tous les allemands qui ne contribuaient pas a cet objectif.

      Supprimer
    4. Si vous ne voulez pas mourir idiot, lisez plutôt le Delaisi qui, de plus, n'est pas un gros pavé...

      Supprimer
  5. tu parles de quoi "Jazzman" ?
    Sinon ce que je dis je ne l'ai pas inventé, ma source est "le salaire de la destruction" d'Adam Tooze.
    Rien que l'armée a vu entre 33 et 35 sa part du budget de l'état passer de 1% à 10%.
    Et sache que l'économie de guerre ça ne veut pas dire que fabriquer des fusils "l'économie de guerre soutient des processus de recherche et de développement technologiques qui améliorent la capacité du pays" (wiki), c'est à dire que développer une infrastructure nouvelle, comme les "autobahn" dont ne dispose pas encore ses concurrents entre parfaitement dans ce cadre.
    Evidemment une économie de guerre n'offre pas une croissance infinie... en temps de paix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu pour ces rappels, Yannick.
      On oublie trop souvent de souligner que les USA ont TRES TRES largement contribué au redressement spectaculaire de l'Allemagne, qu'ils considéraient (déjà) comme un rempart contre le bolchevisme, l'Allemagne étant déjà considérée par eux comme l'économie clé de l'Europe (et donc destinataire de généreux investissements).
      Vous avez oublié les liens d'IG Farben ou Krupp avec Dupont ou GE ou Texaco ?
      Vous avez oublié que les Panzer qui ont écrasé Sedan étaient ravitaillés en pétrole texan via le port neutre d'Anvers ?

      Chaque contexte appelle sa solution.

      Prétendre que ce qui marchait il y a 60 ans marcherait aujourd'hui est présomptueux. Mais il y a de bonnes idées à récupérer : travail, famille, patrie.
      Ah merde, ça a été cramé, ça !

      Il faut réinventer une doctrine pour la méritocratie.

      Supprimer
    2. http://www.pdfarchive.info/pdf/D/De/Delaisi_Francis_-_La_revolution_europeenne.pdf
      Le bouquin dont parle Soral, qui commence avec l'explication de la crise de 1929 et explique ensuite le modèle économique du IIIème Reich.

      Supprimer
  6. autrement dit le gaullisme ...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.