vendredi 4 avril 2014

Nouvelle accélération de la transformation de la République en Empire

J'entendais ce matin sur BFM, que le CAC40 dividendes réinvestis (c'est à dire comptabilisé comme le DAX), était à son plus haut. Au delà des plus hauts de la bulle Internet.

Il paraît que Draghi va distribuer de l'argent gratuit. A cause de la déflation qui menace. Sauf que justement, le QE engendre la déflation, au lieu de lutter contre. En faisant monter les prix des actifs, elle implique une ponction toujours plus importante sur le travail pour arriver à justifier les prix atteints. Cf Bertez posté hier.

Cette hausse du prix des actifs, non suivie par les salaires, assure que les gueux n'aient plus accès à l'épargne, c'est à dire à l'histoire... Ils redeviennent tous des ouvriers journaliers de la grande matrice mondialisée... Il paraît que c'est le progrès et la modernité...

Naturellement, cette fausse monnaie va servir à monétiser la gabegie publique, afin de donner des droits à consommer gratuits aux clientèles kleptos. Argent gratuit qui après avoir circulé une ou deux fois, finira dans les poches de la groucho élite.

Et la soi disant rigueur, ne s'appliquera comme d'habitude qu'à ce qu'il reste de classes moyennes ouvrieuses...
Les classes moyennes, sacrifiées du nouveau gouvernement ?
Le Monde, 04/04/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Les simulations présentées dans la note de la Cnaf montrent un net décrochage, représentant le manque à gagner, pour tous les types de familles dont les revenus sont compris entre 3 et 5 Smic, soit le haut de la classe moyenne.

La groucho élite va bien perdre 100€ par mois d'allocs, mais qui seront très très largement compensés par la captation d'argent gratuit des QE. Le lumpen prolétariat de l'immigration la chance, maintenu politiquement au chômage par la politique de salaire minimum à seuil, va continuer de recevoir toujours plus d'argent gratuit. Et on va expliquer aux gens de milieu, c'est à dire à ce qu'il reste de français en France que eux, n'ont plus le droit de faire des enfants...

Tout ceci pointe tellement vers la même direction que ça ne peut pas être un hasard. Il y a une véritable volonté en occident, surtout en France et aux USA, d'instaurer l'Empire. Avec le passage d'une classe moyenne de citoyens dignes à une plèbe impériale abrutie et sans cohérence sous tittytainment, tous entre une et deux fois le SMIC, et 5% d'une groucho élite, du nouveau clergé, à 10 000€ par mois...

La tendance des années 2000 à 2010 qui a vu l'alliance de la groucho élite arrosée de fausse monnaie au lumpen prolétariat importé, pour piller les classes moyennes, va s'amplifier...



Nos élites sont véritablement des traitres intégraux à leur peuple...

Leur soi disant démocratie consiste désormais à faire systématiquement l'opposé de ce que veut la très très large majorité (70% pour moins d'immigration, 70% pour moins de gabegie publique ? Soit, on importe des miséreux comme jamais et on distribue des diplômes de francitude à tours de bras, on vide les prisons, et on continue dans le gros n'importe quoi de la dépense, la rigueur consistant uniquement à appauvrir le cœur ouvrieux de la société).

8 commentaires:

  1. "Nos élites sont véritablement des traitres intégraux à leur peuple..."

    D'ailleurs Nicolas Sarkozy, prudent, avait profité de la révision constitutionnelle de 2007 pour supprimer le crime de haute trahison pour le chef de l'Etat.
    f.

    RépondreSupprimer
  2. Contre l'empire ? Pas de macdo ! Nah...

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/04/04/97002-20140404FILWWW00053-mcdonald-s-ferme-ses-restaurants-en-crimee.php

    Notons le "McDonald's dit qu'il va proposer à ses employés en Crimée du travail dans "tout autre restaurant McDonald's en Ukraine" et qu'il facilitera leur installation". ^^

    Vs

    RépondreSupprimer
  3. Je rappelle que l'immense majorité de la population ne gagne pas 3 smics, mais 1.6. Les 3 ou 4 salaire, on le gagne vers 50 ans dans la plupart des cas.
    Sauf métiers très demandés ou de parasite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "pour tous les types de ****FAMILLES**** dont les revenus sont compris entre 3 et 5 Smic"

      Il me semble qu'on y est. =))

      1500 à 2500 euros par personne du coup, c'est grosso modo le salaire juste en dessous de médian à un peu plus, genre classe moyenne sup. (Qui peut être lien comme tu le dis à l'âge, expérience, ou région Parisienne, etc).

      Vs

      Supprimer
  4. Super! Continue à voter blanc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'est ce que tu n'a pas compris, "voter" ou "blanc" ?

      ;)

      Supprimer
  5. Pascal Lamy affirme dans le même souffle qu'un des facteurs de décroissance majeurs est celui du taux élevé des inégalités et enclenche aussitôt son hymne aux petits boulots. Et il se croit cohérent !
    C'est le mode d'attribution des minimas sociaux qui n'a vraiment jamais été repensé.
    L'idée de maintenir au contact du monde du travail le capital social inactif devrait instaurer une subordination desdites aides à une sorte de domiciliation des récipiendaires au sein d'une ou de plusieurs entreprises. La notion de capital social "hébergé" pourrait alors naître. Un exemple, suite à la crise de 2008 la BBV (banque espagnole) avait instauré un salaire minimum à près d'un tiers de son salariat qui en d'autres circonstances, comme c'était alors le cas chez les concurrents du secteur des métiers de la finance, aurait du été licencié. Quand la reprise dans le secteur a ensuite donné quelques signes tangibles, les concurrents à la BBV ont du réembaucher et reformer son personnel manquant tandis que la BBV n'avait pas à le faire. Bilan des courses, le coût financier du passage de la crise a été moindre pour la BBV que pour ses concurrents.
    La mise à disposition d'actifs en stand by auprès des entreprises garantirait aux individus de ne pas se déconnecter durablement du monde du travail tout en offrant aux entreprises un service "suspension active-amortisseurs" capable de lui faire franchir bien des étapes de creux et de vagues économiques. Personnellement j'y rajouterai une dose de travaux d'intérêts collectifs en guise de contraintes civiques. Il faut faire de l'entreprise le pivot d'intégration de la société et non plus celui de sa désintégration.
    Si Lamy avait juste un peu d'imagination, il éviterait de se contredire, mais il est tellement convaincu d'être investi d'un capital intelligence hors du commun ---compte-tenu de son énorme CV---qu' il ne daigne pas ramasser la balle au sol ( de rugby.. la gonfle) !

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.